syndicat

  • Merck Serono confirme la fermeture de son site genevois . « Consternation » ou solidarité ?

    Imprimer

    La direction de Merck Serono n'a rien lâché : la consultation du personnel, c'est fini. Et au terme de cette consultation, on en est quasiment, à quelques détails près, au même point qu'à son lancement : on ferme ! Le siège genevois de Merck Serono sera fermé, celui de Coisins aussi, 500 postes administratifs, de recherche et de développement sont supprimés, ainsi que 80 postes de production, et 750 collaborateurs se voient proposer un déplacement en Allemagne, aux Etats Unis ou en Chine. Rien en Corée du Nord ou en Somalie ? Le Conseil d'Etat genevois exprime sa « colère et sa consternation » ? Nous pourrons, aux côtés des Seronos, exprimer nous aussi notre colère, avec moins d'hypocrisie et moins de consternation, et plus de solidarité, dans la rue avec la manifestation prévue à 14h depuis le site Merck Serono (Sécheron) jusqu’à l’Hôtel de Ville...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire
  • Bangladesh : Un syndicat de femmes contre les bagnes du textile

    Imprimer

    Trois millions de personnes, dont neuf sur dix sont des femmes, travaillent dans les 4500 usines textiles du Bangladesh. Travaillent, au sens étymologique du terme, dont on sait qu'il nous vient du "tripalium" latin, c'est-à-dire d'un instrument de torture. Licenciements abusifs et abrupts, salaires de misères (quand encore ils sont versés), heures supplémentaires nocturnes non payées, travail sept jour sur sept, interdictiuon d'appartenir à un syndicat, inégalités salariales et surexploitation des femmes, licenciées dès qu'elles tombent enceintes, harcèlement sexuel. En 1995 a a été créé un syndicat, le GWUF (Garment Workiers Unity Forum), seul syndicat du textile au Bangladesh à être dirigé par des femmes. Ce syndicat est la cible constante d'attaques gouvernementales et patronales. Pour lui permettre d'y résister, il a besoin du soutien international : le SOLIFONDS nous appelle à ce soutien. Si le principe de solidarité internationale ne suffit pas à convaincre de la nécessité de soutenir les travailleuses du textile au Bangladesh, on pourra toujours invoquer le principe de précaution xénophobe : celles et ceux qui ne peuvent vivre dignement chez eux finiront, légitimement, par tenter de vivre dignement chez nous...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Solidarité 0 commentaire