secret bancaire

  • La dernière arme du secret bancaire : l'art. 47 de la loi sur les banques

    Imprimer

    Capture d’écran 2022-06-14 005336.jpgAinsi périssent les lanceurs d'alerte !

    A partir du 20 février, des "Suisse Secrets" furent publiés par un consortium de journaux européens : transmis à la Süddeutsche Zeitung par une source anonyme, ils contenaient des données sur plus de 18'000 comptes au Crédit Suisse, soit 30'000 clients (personnes et entreprises) et des avoirs de plus de cent milliards de dollars. Les données les plus anciennes dataient des années septante du siècle dernier, les plus récentes des années dix du siècle présent. Elles concernaient des personnes "exposées politiquement" (comme le roi Abdallah de Jordanie, le président algérien Bouteflika, le président philippin Marcos et sa femme), des hauts fonctionnaires et des ministres (comme le vice-ministre vénézuélien de l'Energie), des dirigeants d'entreprises publiques ou privées, des responsables de services de renseignement, des mafiosi... L'enquête qui a permis la publication des "Suisse Secrets" a été menée sans la participation de media suisses, et n'a été relayée en Suisse que sous forme de résumé et de commentaires, après sa publication par le consortium de journaux européens. Parce qu'elle n'intéressaient pas les media suisses ? non : parce que la loi sur les banques fait peser sur eux l'épée de Damoclès de son article 47, la dernière arme du secret bancaire : qui dénonce les tripatouillages des banques peut être condamné jusqu'à trois ans de prison.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Banques, Suisse 0 commentaire
  • Les "vieilles histoires" des banques suisses

    Imprimer

    blanchiment.jpgDirty business as usual

    Les révélations de #SuisseSecrets ? Des "cas particuliers", quelques "cas problématiques" datant d'une "époque révolue" et qu'il était "difficile d'éviter", assure le patron de la banque genevoise Lombard & Odier (213 milliards de  francs de dépôts privés en 2021, 25 milliards de plus en un an, 358 milliards si on y ajoute les dépôts d'autres institutions financières) Patrick Odier, ancien président de l'Association suisse des banquiers. Qui ne voit aucune raison de changer quoi que ce soit à la loi qui menace de prison ceux qui rendraient publiques des informations comme celles de #SuisseSecrets. Crédit Suisse et la Fondation Genève Place Financière tiennent le même discours : circulez, y'a rien à voir que de vieilles histoires pas intéressantes. De vieilles histoires, vraiment ? En fait, Business as usual...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Banques, Suisse 0 commentaire
  • Blanchiment de banquiers

    Imprimer

    La Suisse à plat ventre pour sauver les banques

    Le Conseil fédéral soumet au parlement un projet rendant possible un accord qui ne sera communiqué qu'après le vote du parlement sur la loi qui le permet, vote que le gouvernement assortit d'une clause d'urgence excluant le référendum populaire. Il s'agit de donner une base légale à la mise en conformité des banques visées par la justice américaine à un « accord » dicté par les Etats-Unis. Si le projet est accepté par les Chambres, les autorités américaines pourront obtenir les informations qu'elles souhaitent des banques suisses (statistiques, transferts de fonds, ouverture et fermeture des comptes, noms des clients et des collaborateurs des banques liés à ces clients). On va donc, comme le dénonce le PS, « modifier notre ordre juridique pour que les banques échappent à des sanctions » après avoir organisé, aux Etats-Unis, la fraude, l'évasion, la soustraction et la dissimulation fiscales de contribuables américains. La loi suisse mise au service du blanchiment des banquiers suisses, en somme...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Economie, Politique, Suisse 4 commentaires
  • La chèvre émissaire

    Imprimer

    Secret bancaire, Eveline Widmer-SchlumpfChargées des péchés des banques par les défenseurs habituels des banques, chèvre émissaire des pratiques des premières et des complicités des seconds, voilà donc Eveline Widmer-Schlumpf lâchée pour les expier à leur place dans l'étrange désert surpeuplé où rôdent les négociateurs d'accords bancaires, les vendeurs de listings bancaires, les démarcheurs de comptes bancaires et les agents du fisc américain, du fisc français et du fisc allemand.

    Lire la suite

  • Merci, camarade Merkel...

    Imprimer

    Les autorités allemandes, la Chancelière Angela Merkel en tête, ont déclaré accepter de payer pour obtenir une liste, volée en Suisse, de 1500 contribuables allemands ayant planqué leur pognon en Suisse. Et c'est une excellente nouvelle. Un tiers de l'évasion fiscale allemande aboutit en Suisse, essentiellement à Zurich. Les contribuables allemands ont placé plus de 250 milliards de francs en Suisse, sur les 2200 milliards que notre beau pays abrite en actifs gérés par la banque offshore. 56 % des avoirs déposés dans les banques suisses l'ont été par des non-résidants, et selon des estimations crédibles, 80 % des comptes suisses détenus par des ressortissants de l'Union européenne ne sont pas déclarés aux fiscs des pays d'origine. On comprend la panique des banquiers, si on se permettra de trouver parfaitement ridicule l'indignation  « morale » de la Suisse officielle.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Suisse 5 commentaires