saisonniers

  • Le retour du sézoune ?

    Imprimer

    baraque de saisonnier.jpgLe 27 septembre nous sera servi un copieux menu de votations fédérales et cantonales. Rien que pour les fédérales, on aura à se prononcer sur l'achat fort dispendieux de nouveaux avions de combat fort inutiles, un modeste congé paternité combattu par un référendum qui n'a abouti qu'à force de mensonges, et sur une initiative vindicative de l'UDC, (dite "de limitation") contre la libre-circulation des personnes . C'est de cet objet là qu'il s'agit ici. Parce que l'enjeu est considérable : l'UDC s'attaque non pas tant à l'immigration elle-même qu'au dispositif assurant l'égalité des salaires entre les travailleurs immigrants et les travailleurs suisses et étrangers résidents. Elle a un rêve, l'UDC : le retour du statut du saisonnier. Des immigrants contingentés, privés du droit au regroupement familial, sans droit de séjour et moins encore de résidence, payés en dessous de tout minimum conventionnel et privés de la plupart des droits sociaux accordés aux autres travailleurs du pays.  C'est cela que propose, au fond, l'initiative udéciste. Et c'est cela qu'il importe de repousser, aussi massivement que possible, le 27 septembre prochain.

    Lire la suite

  • Immigration contingentée, discrimination des immigrants selon l'origine : Répétition de l'histoire

    Imprimer

    Le Conseil Municipal de Genève va prochainement se prononcer sur une proposition de sa gauche, de rendre aux saisonniers « qui ont construit la Suisse » l'hommage qu'ils méritent. Un acte symbolique, qui sans l'avoir voulu tombe à pic. La proposition date de 2009, et, beauté de la lenteur du traitement de l'ordre du jour, la voilà rattrapée par l'histoire : ce qui, il y a cinq ans, relevait encore du devoir de mémoire relève aujourd'hui du principe de précaution, puisqu'une initiative udéciste proposant le rétablissement d'un système de contingents d'immigrants et recréant une catégorie d'immigrants privés des droits les plus élémentaires, a été acceptée par le peuple (alémanique et tessinois), et que le Conseil fédéral promet de vouloir l'appliquer « sérieusement ». Comme l'écrivait un vieux barbu allemand du XIXe siècle, l'histoire se répète, d'abord en farce, puis en tragédie. Nous sommes encore dans la farce. mais elle est navrante.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Immigration, Politique, Suisse 2 commentaires