réduction du temps de travail

  • 32 heures, c'est bien assez !

    Imprimer

    manif réduction du temps de travail.jpg

    Travailler moins pour polluer moins et vivre mieux !
     
    Il y a un siècle (et trois ans et demi), la Suisse connaissait la première, et la seule, grève générale de son histoire. A son cahier de revendication, celle-ci : la semaine de travail de 48 heures. Un siècle (et trois ans et demi) plus tard, à défaut de grève générale, ou même partielle, perlée ou du zèle, on manifestera à Genève demain, samedi, à 14 heures sur la place Lise-Girardin, avec un rassemblement en bout de manif à 15h15 à la rotonde du Mont-Blanc, pour une réduction du temps de travail à salaire égal. C'est ce que réclame l'initiative cantonale "1000 Emplois", et ce qu'exige La Grève pour l'Avenir. Et l'urgence. Et la raison : travailler moins pour polluer moins, mieux partager les tâches, vivre mieux. 32 heures hebdomadaires, c'est bien assez ! Il y a bien des raisons pragmatiques, empiriques, de vouloir réduire le temps de travail contraint, et rémunéré. Mais il y a aussi ces raisons qu'on dira idéologiques quand on ne veut pas les admettre, philosophiques quand on voudra les dire déconnectées de la réalité, et qu'on se contentera ici de dire fondamentales.

    Lire la suite

  • Réduction du temps de travail hebdomadaire : 32 heures, à tout petits pas...

    Imprimer

    penser.jpgLa revendication déjà ancienne d'une réduction du temps de travail hebdomadaire à 32 heures a trouvé une nouvelle force en étant reprise par des mouvements comme celui de la "Grève pour l'avenir" du 21 mai, qui a inscrit cette revendication à son cahier de revendication, et des propositions de la gauche, comme l'initiative "1000 emplois", qui la contient, les effets de la crise sanitaire et des mesures prises pour y répondre, et à leur faveur, le développement du télétravail, n'y sont sans doute pas pour rien. Les collectivités publiques pourraient jouer un rôle d'initiatrices, d'éclaireuses, dans une démarche de réduction du temps de travail. Encore faudrait-il qu'elles le veuillent... A notre modeste niveau municipal (quoique de la capitale mondiale du monde mondial, ce qui n'est pas rien...), nous avions déposé une proposition de réduction progressive à 32 heures du temps de travail hebdomadaire du personnel municipal.  D'autres pourraient proposer 35 heures. Les plus optimistes en tenaient pour 24 heures, quatre fois six heures. Le collectif Adret, proche de la CFDT, dans les années septante, proposait deux heures par jour. Nous plaidons donc coupables d'une modération excessive...

    Lire la suite