otages

  • Z'avez bien le bonjour de Mouhammar

    Imprimer

    Il est très colère, le Conseil fédéral : il a l'impression, parfaitement justifiée, de s'être fait avoir jusqu'au trognon par les Bédouins : le mardi 21 octobre, c'est-à-dire à la date d'entrée en vigueur théorique de l'accord signé, à genoux et à Tripoli, par Hans-Rudolf Merz avec la Libye pour mettre un terme au conflit né de l'arrestation à Genève d'Hannibal Kadhafi et de son épouse, non seulement la Libye n'a pas laissé repartir les deux ressortissants suisses qu'elle retient depuis des mois, mais le clan Kadhafi les a même kidnappés et les séquestre désormais dans un lieu inconnu. Et la Suisse de découvrir que Kadhafi n'est pas un démocrate, que la Libye n'est pas un Etat de droit, que les promesses n'engagent que ceux qui les reçoivent et que présenter piteusement à Tripoli les excuses de la Suisse parce que la police genevoise avait fait son boulot n'a finalement abouti qu'à une chose : conforter le clan Kadhafi dans sa conviction, parfaitement justifiée, que c'est lui qui tenait le tire-bouchon du couteau suisse par le manche.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Suisse 16 commentaires
  • Les autres otages de Kadhafi

    Imprimer

    Du bon usage de la Libye

    Hier, mercredi, le Conseil fédéral s'est engagé à respecter l'accord léonin signé à Tripoli par Hans-Rudolf Merz, même si la Libye n'a pas encore laissé partir les deux hommes d'affaires suisses retenus par le régime de frère Mouammar, et médiatiquement présentés comme des " otage " -un terme sans doute excessif, s'agissant des deux Suisses, mais un terme qui convient assez bien aux pratiques libyennes. Même lorsqu'elles arrangent nos belles démocraties : en Libye, des centaines d'Africains croupissent dans des camps d'internement, après avoir été refoulés des eaux territoriales européennes, notamment italiennes, que ces immigrants clandestins avaient péniblement atteintes à bord d'embarcations de fortune -des centaines d'autres se noyant avant d'être interceptés. Ceux-là aussi, ceux-là surtout, sont otages. Otages de la politique européenne d'immigration. Qui parle de ces otages-là ? Qui s'engage pour leur libération ? Quel président risquerait pour eux de " perdre la face " ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Immigration 2 commentaires