nef

  • L'armée suisse après l' " Affaire Nef " : L'armée de crocodile

    Imprimer

    L'armée suisse a donc perdu sa tête cet été; on avait appris qu'elle en avait une à la faveur de la vraie-fausse démission de Roland Nef, généralissime des Helvètes tout fraîchement nommé, qui se définissait lui-même comme " conservateur en ce qui concerne les valeurs " morales, et qui a été promptement débarqué lorsque son comportement privé l'avait révélé comme un individu narcissique, à la capacité de discernement diminuée, au profil psychologique instable, au comportement déviant et au sommeil perturbé. L'homme idéal pour être la tête d'une survivance reptilienne : l'armée suisse.

    Gaietés de l'escadron

    L'épisode bouffon du passage de Roland Nef à la tête de notre glorieuse armée a certes de quoi faire ricaner. Mais il devrait aussi inciter à s'interroger non sur les procédures de nomination d'un chef, mais à l'utilité même de ce qu'il devait diriger -en l'occurrence, l'armée suisse. Un rapport interne du Département de la Défense, à la suite d'un exercice organisé en novembre 2007 pour tester Armée XXI, décrit une organisation inefficace des états-majors, des cadres mal formés, des systèmes informatiques incompatibles, des doctrines d'engagement confuses, des planifications illusoires... L'exercice Stabilo était fondé sur une hypothèse intéressante : un conflit ethnique extérieur menace la sécurité de la Suisse orientale, et le Conseil fédéral décidait, avec l'accord du parlement, de déployer 25'000 hommes pour y faire face. Pour faire face à quoi, au juste ? Une guerre tribale entre Tyroliens et Carinthiens ? L'armée suisse se cherche des utilités, s'invente des ennemis. Et s'offre des victimes : ses propres soldats (et quelques civils au passage, pour faire bon poids), qu'elle bousille régulièrement, soldats noyés dans une rivière, emportés dans une avalanche, occupants d'avions ou d'hélicoptères militaires tués dans des crash… L'armée suisse tue ses hommes, mais elle est toujours vivante, survivance inepte et inapte, avide autant qu'inutile, réclamant matériels et crédits, soutiens et respect, et ne méritant plus que l'attention qu'il convient de porter, pour peu que l'on se soucie de la diversité des espèces, aux derniers descendants des dinosaures.

    Lien permanent Catégories : Politique 23 commentaires