merck

  • Merck Serono confirme la fermeture de son site genevois . « Consternation » ou solidarité ?

    Imprimer

    La direction de Merck Serono n'a rien lâché : la consultation du personnel, c'est fini. Et au terme de cette consultation, on en est quasiment, à quelques détails près, au même point qu'à son lancement : on ferme ! Le siège genevois de Merck Serono sera fermé, celui de Coisins aussi, 500 postes administratifs, de recherche et de développement sont supprimés, ainsi que 80 postes de production, et 750 collaborateurs se voient proposer un déplacement en Allemagne, aux Etats Unis ou en Chine. Rien en Corée du Nord ou en Somalie ? Le Conseil d'Etat genevois exprime sa « colère et sa consternation » ? Nous pourrons, aux côtés des Seronos, exprimer nous aussi notre colère, avec moins d'hypocrisie et moins de consternation, et plus de solidarité, dans la rue avec la manifestation prévue à 14h depuis le site Merck Serono (Sécheron) jusqu’à l’Hôtel de Ville...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire
  • Fermeture de Merck Serono : Les salariés, une mauvaise graisse ?

    Imprimer

    Une multinationale célèbre à sa manière, avec une semaine d'avance, la Fête des Travailleurs : La filiale genevoise du groupe allemand Merck KGaA, Serono ferme (c'est le plus gros licenciement collectif jamais annoncé à Genève) et en tout 1'250 emplois  passent à la trappe ou émigrent en Chine, en Allemagne ou dans le canton de Vaud.  Le Conseil d'Etat tombe des nues parle d'un "séisme" (ou d'un "tsunami", dans la version Unger) pour Genève, mais il y a des séismes prévisibles. Le sismographe du Conseil d'Etat devait être en panne : la multinationale allemande avait annoncé en février qu'elle allait supprimer des emplois, alors même qu'elle a fait plus de dix milliards d'euros de chiffre d'affaire en 2011, plus de 1,1 milliard de bénéfices, disposait de près d'un milliard et demi de liquidités et avait augmenté de 20 % les dividendes de ses actionnaires. Mais cela ne lui suffisait pas : Il fallait, disait-elle, "dégraisser pour se redonner du muscle". La mauvaise graisse, ce sont les salariés. Evidemment. Et tout cela est parfaitement logique : qu'attendre d'autre d'une multinationale de la pharma ?Qu'elle chante l'Internationale ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire