loi co2

  • Un changement climatique "sans précédent" et "irréversible" :

    Imprimer

    terre en feu.jpgLe feu au lac

    Le 29 juillet dernier était le "jour du dépassement", ce jour où l'humanité a consommé, ou consumé, toutes les ressources que la Terre lui fournit en un an. De ce jour jusqu'à la fin de l'année, l'humanité creuse sa dette environnementale. Sa dette, et son tombeau ? Dix jours plus tard, le 9 août, le Groupe intergouvernemental sur l'évolution du climat, le GIEC, publiait son rapport (co-écrit par 234 scientifiques de 66 pays)  sur l'état actuel du climat, et ce qu'on peut attendre pour le futur proche : un changement climatique "aux conséquences "irréversibles" : Toutes les régions du monde sont déjà affectées par des déréglements "sans précédent" depuis au moins 2000 ans, canicules, sécheresses, pluies diluviennes sont plus fréquentes, plus intenses, moins saisonnières, les vagues de chaleur marine sont deux fois plus fréquentes qu'il y a quarante ans, la dilatation de l'océan par la chaleur, la fonte des calottes glacières (8 milliards de tonnes de glace fondent chaque jour rien qu'en  arctique) élève le niveau moyen mondial de la mer et le réchauffement climatique dépasse les prévisions : le seuil de +1,5° de température moyenne par rapport à l'époque industrielle sera franchi d'ici vingt ans. Les concentrations de CO2 dans l'atmosphère sont les plus élevées depuis deux millions d'années, la décennie actuelle est la plus chaude depuis 100'0000 ans. Et ces déréglements ne sont explicables, par leur rapidité et leur ampleur, que par l'action humaine. Or nous en tenons pour une position héritée de l'humanisme de la Renaissance : l'Homme (l'humain...) est un animal responsable de ses actes. Il lui incombe donc de les réparer lorsqu'ils sont nuisibles. D'éteindre le feu au lac, puisque c'est lui qu'il l'a allumé...

     

    Lire la suite

  • Incertaine majorité pour la loi CO2

    Imprimer

    vignetteCO2.jpgFaire gagner les pétroliers ?

    On vous le rappellera ad nauseam : dimanche, on aura voté dans toute la Suisse sur une loi CO2 adoptée par le parlement, et combattue par le lobby pétrolier, les importateurs de voitures, l'Automobile Club (mais pas par le TCS, qui la soutient), les transporteurs routiers (leur association faîtière, l'ASTAG), l'UDC, une partie du patronat (le Centre patronal vaudois, notamment), la Chambre genevoise immobilière, l'Association Suisse des propriétaires fonciers,  (mais pas l'association des banquiers, qui a soutient) et des sections cantonales des Jeunes PLR. Que du beau monde. Selon les sondages,  la loi CO2 ne serait acceptée que par une majorité trop faible pour être tenue pour certaine. L'opposition, en effet, est forte hors des grandes villes où la loi est plébiscitée. Les hommes s'y opposeraient, les femmes la soutiendraient. Et si la loi devait finalement être acceptée, ce serait grâce au vote de l'électorat de gauche et des Verts libéraux, alors que le Centre est divisé et que la droite est majoritairement (au PLR) voire massivement (à l'UDC) opposée à la loi, dont le véritable adversaire, est le lobby pétrolier, qui tient à ce que la Suisse continue à dépenser des milliards chaque année pour le pétrole et le gaz, et serait le grand perdant d'une transition énergétique -qui, elle, serait la grande perdante d'un refus de la loi. 

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : climat, Environnement, climat, Suisse, votations 1 commentaire
  • Le référendum pétrolo-bagnolard contre la loi CO2 a abouti

    Imprimer

    temps.jpgFaire perdre du temps au temps

    Le référendum lancé par la Grève du Climat (du moins sa part romande) contre la loi fédérale CO2 n'a été déposé lundi qu'avec 7000 signatures, alors qu'il en faut au moins 50'000 pour provoquer un vote populaire. Mais ce vote aura tout de même lieu : l'autre comité référendaire, celui des lobbies du pétrole et de l'automobile, soutenus par l'UDC, a déposé son propre référendum aujourd'hui, avec 110'000 signatures. La disproportion des soutiens à chacun de ces deux référendum dit bien le rapport des forces entre eux, et entre les forces qui les ont lancé. Elle dit donc d'où vient, et ce que signifie, l'opposition réelle à la loi fédérale : maintenir le plus longtemps possible la dépendance de la Suisse au pétrole et des Suisses à la bagnole, pour continuer à en vendre le plus possible. La votation aura lieu en juin. La loi doit entrer en vigueur en 2022. Si  elle est refusée en votation populaire, elle n'entrera pas en vigueur. Ni en 2022, ni plus tard. Si elle est acceptée, il nous reviendra ensuite, dès son adoption, de nous mobiliser pour aller plus loin et plus fort qu'elle. Et le plus vite possible. Parce que le temps est compté. Et que le but du référendum pétrolo-bagnolard est précisément celui de nous le faire perdre. Quant à celui des grévistes du climat, il n'était ni criminel, ni irresponsable. Seulement idiot.

    Lire la suite