impôt anticipé

  • Abolition de l'impôt anticipé sur les obligations : La victoire des minoritaires

    Imprimer

    david-and-goliath-shane-robinson.jpgLes mêmes fronts qui se sont constitués sur la contre réforme de l'AVS se sont aussi constitués sur l'abolition de l'impôt anticipé -mais avec un résultat inverse : là, la Romandie, les femmes et la gauche ont majorisé l'Alémanie, les hommes et la droite. Cette victoire à 52 % (à 58 % à Genève, à 64 % dans le jura) ne console pas de cette défaite à 49,5 %, mais elle encourage à continuer à mener les combats qui nous importent. Elle avertit le patronat de ne pas aller trop loin dans la distribution de cadeaux fiscaux dont la population ne profite pas. Un avertissement d'autant plus sérieux qu'il en suit d'autres, encore plus clairs. Le discours apologétique sur l'attractivité de la Suisse, menacée par l'impôt, passe mal, même auprès de la droite : si la gauche a massivement voté contre l'abolition de l'impôt anticipé (à 82 % chez les socialistes, à 77 % chez les Verts), la droite ne l'a soutenue qu'assez mollement : selon un sondage Tamedia de sortie des urnes, 47 % des Verts libéraux, 43 % des udécistes, 40 % des centristes et même 23 % des PLR ont refusé de suivre le mot d'ordre de leurs partis. Comme on le rappelait à propos du résultat de la votation sur AVS21 : la gauche est minoritaire dans ce pays -elle ne gagne que quand elle attire à elle une partie de la droite. ça ne signifie pas qu'il faille mener une politique centriste -seulement qu'il faille être clairs dans no discours, cohérents dans nos actions.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Fiscalité, Suisse, votations 2 commentaires
  • Suppression de l'impôt anticipé sur les obligations : Un gros cadeau aux fraudeurs fiscaux

    Imprimer

    Capture d’écran 2022-09-22 010658.jpgOn saura dimanche non seulement si les Suisses auront réussi à obliger les Suissesses à travailler un an de plus pour avoir droit à une (petite) retraite entière, mais aussi si les Suisses et les Suissesses auront en même temps accepté de faire aux fraudeurs et évadés fiscaux le cadeau la suppression de l'"impôt anticipé" sur les obligations, pour les sociétés ayant leur siège en Suisse et les investisseurs domiciliés ou ayant leur siège à l'étranger. La gauche appelle à voter "non" à ce cadeau, la droite  à y voter "oui". Et dans la "Tribune de Genève" de vendredi, elle s'explique, la droite : le comité genevois pour la suppression de cet impôt nous explique que ce n'est "pas vraiment un impôt" et le comité suisse (page 15) qu'il faut le supprimer parce que ça sera "un impôt en moins pour gagner plus". Bon, faudrait savoir : c'est un impôt ou pas ? C'est un impôt. Dont la suppression entraînera d'abord une perte d'un milliard de francs pour la Confédération et les cantons, puis une diminution de recettes allant pendant plusieurs années de 215 à 375 millions de francs par an selon les partisans du projet (la droite), jusqu'à 800 millions selon ses adversaires (la gauche). Soit autant que ce que devrait rapporter le report d'un an de l'âge de la retraite des femmes, soumis au vote populaire en même temps (et en même temps que l'augmentation de la TVA) Le gros cadeau que la droite suisse veut faire aux fraudeurs fiscaux, ce sont les contribuables lambdas qui le paieront. Vous, donc, honnêtes lecteurs...

    Lire la suite

  • Abolition de l'impôt anticipé sur les obligations : Un cadeau aux fraudeurs

    Imprimer

    vignette impôt anticipé.jpgLe 25 novembre, on votera sur la suppression, proposée par la droite, et combattue par un référendum de la gauche, de l'impôt anticipé de 35 % perçu sur les intérêts des obligations. Le premier sondage Tamedia, en août, suggérait une majorité rejetante de 51 %, avec toutefois une forte proportion (19 %) d'indécis. Seuls les électeurs du PLR se prononceraient en sa faveur (à 55 %)... Cet impôt prélevé par anticipation est intégralement remboursé si les intérêts qu'il frappe sont intégralement déclarés au fisc par un investisseur résidant en Suisse, partiellement remboursé s'il réside à l'étranger.  L'impôt anticipé n'a donc qu'une cible : les tricheurs, fraudeurs, optimiseurs fiscaux, qui ont acheté des obligations émises par des entreprises et des collectivités publiques. Supprimer cet impôt comme le veut la droite, c'est faire aux fraudeurs le cadeau d'une d'impunité. Un cadeau que le lobby bancaire et financier a convaincu la majorité du parlement fédéral de leur faire, et une enquête journalistique révèle l’existence de versements secrets d'EconomieSuisse destinés aux caisses des partis de droite pour financer leur campagne pour l'abolition de l'anticipé :  le lobby des grandes entreprises aurait versé 100 000 francs à chaque parti bourgeois.  Quant aux contribuables lambdas, ils feront les frais de l'opération : la perte fiscale que cette suppression entraînera et qui est évaluée dans une très large fourchette de 275 à 800 millions de francs par année (plus les taux d'intérêts seront élevés, plus les pertes seront importantes) devrait bien être compensée, et ne pourrait l'être qu'en réduisant les prestations publiques et en affaiblissant les services publics... ou en la reportant sur les cantons et les communes...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Fiscalité, Suisse, votations 0 commentaire
  • Suppressions du droit de timbre et de l'impôt anticipé : Petits cadeaux entre amis

    Imprimer

    vignette impôt anticipé.jpgDans un mois, la suppression du droit de timbre sera soumise aux urnes. Et dans quelques mois, ce sera au tour de la suppression de l'impôt anticipé. A une offensive fiscale générale de la droite ont déjà répondu deux référenda de la gauche, celui qui a abouti et a provoqué le vote du 13 février contre la suppression du droit de timbre, et celui qui vient d'être lancé contre la suppression de l'impôt anticipé. Car ce qui se cache derrière ces deux suppressions combattues par la gauche, c'est la volonté de la droite d'imposer le moins possible les grosses entreprises et les dividendes et le plus possible la consommation et les salaires pour compenser une partie des pertes de revenus fiscaux qu'entraineraient les petits cadeaux entre amis faits par la droite au patronat et aux multinationales.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Fiscalité, Suisse, votations 0 commentaire