iie pilier

  • Sauver sans fin des fonds sans fonds ?

    Imprimer

    Baisse du taux de conversion des rentes du deuxième pilier

    En mars prochain, le peuple se prononcera, à la suite d'un référendum syndical et socialiste, sur l'abaissement du " taux de conversion " de la prévoyance professionnelle obligatoire. Ce taux, qui détermine le montant des rentes, était de 7,2 % en 1985, lors de l'introduction (funeste) du IIe pilier, il a été ensuite abaissé à 6,8 %, le Conseil fédéral et le droite proposent aujourd'hui de l'abaisser encore, pour le fixer à 6,4 % en 2014. Prétexte de la réforme : l'allongement de l'espérance de vie, qui viderait les caisses des institutions de prévoyance : neuf sur dix étaient en sous-couverture en 2008, c'est-à-dire incapables de payer la totalité des rentes et des prestations auxquelles leurs cotisants ont droit. L'alternative paraît simple : diminuer les rentes ou augmenter les cotisations. Mais comme nous le suggère le sage talmudiste, de deux solutions, la meilleure est souvent la troisième. Et la troisième, en l'occurrence, ce serait l'absorption du IIe pilier par l'AVS, c'est-à-dire la constitution d'une véritable caisse générale de retraite donnant à chaque personne atteignant l'âge de la retraite les moyens de vivre correctement -ce qui équivaut grosso modo à un revenu minimum de 2500 francs par personne et par mois, aujourd'hui et en moyenne nationale. En attendant, il faudra bien se battre pour que les cotisants forcés au IIe pilier ne soient pas rackettés pour compenser les pertes en bourse de leurs fonds de pension…

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Suisse 0 commentaire