idéologie

  • La démocratie piégée par les « identités » : naissance d'une droite gramscienne

    Imprimer


    Le 1er mai dernier, lors de la manifestation organisée chaque année par le Front National pour célébrer non la Fête des Travailleurs que la gauche célèbre depuis la fin du XIXe siècle, mais la Fête du Travail instituée par le régime de Vichy, la cheffe Marine Le Pen s'était exclamé : «  Nous avons gagné la bataille des idées. Désormais, nous devons transformer cette victoire idéologique en victoire politique ». Présomption pré-électorale, avant les Européennes, dont le FN fut l'un des vainqueurs ? Hélas, non : la droite extrême a aujourd'hui mieux compris Gramsci que la gauche (extrême ou non), et son discours « identitaire », tribal, ethniste, est en passe de conquérir cette hégémonie culturelle qui est la clef de l'hégémonie politique, et que le discours et la culture politique de gauche exprimaient depuis l'effondrement de l'extrême-droite en 1945.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire
  • Mort de l'idéologie ?

    Imprimer

    Les révolutions du XIXème siècle (dont celle de février-mars 1917, en Russie, fait encore partie) s'appuyaient sur une idéologie, se nourrissaient de mouvements artistiques et culturels et s'exprimaient par eux. Cet enracinement de la volonté révolutionnaire dans l'invention culturelle et artistique a pris fin à l'automne 1917, lorsque la révolution accoucha d'un putsch et que la volonté révolutionnaire se résorba en une volonté de pouvoir. La mort de l'art, la vacuité de la culture et la fin de l'idéologie ayant été successivement (quoique abusivement) proclamées, sur quoi appuyer aujourd'hui notre volonté de changement ? Sur cette mort, cette vacuité et cette fin, qui pourraient signifier aussi bien la mort du révolutionnarisme lénino-blanquiste, la vacuité de l'ouvriérisme et la fin de l'idéologie étatiste ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Culture 1 commentaire
  • De la culture comme condition de la servitude volontaire

    Imprimer

    Aucun ordre social ne tient par la seule vertu -si vertu il y a là- de ses seules productions matérielles, ni aucun pouvoir par la seule force de la répression. La société bourgeoise, le capitalisme (socialisé ou non) dépendent, comme les sociétés et les modes de production qui les précédèrent, et comme ceux qui les suivront si nous n'y mettons bon désordre, de la servitude volontaire des sociétaires et des producteurs, une servitude volontaire qui n'est acquise et garantie que par l'adhésion à une culture, exprimant une idéologie, et transmise par les moyens de communication et d'information (les media) du moment.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Culture 2 commentaires