elizabeth ii

  • Charles III, sur le trône d'un pays dévasté par la crise :

    Imprimer

     Capture d’écran 2022-09-15 031746.jpgLe totem et la girouette

    La reine d'Angleterre est morte le jour du Jeûne Genevois. On n'y verra aucune intention particulière, pas plus que dans une retraite définitive  prise à l'âge de 96 ans pour laisser sa place à un jeunot de 73 ans (il aura au moins eu le temps de se former): fasse le ciel brumeux des îles Britanniques que cela ne donne pas trop d'idées à la droite helvétique pour les prochaînes réformes de l'AVS. Depuis une semaine, donc, nous sommes submergés d'afflictions médiatiques monarchiques et oedipiennes. Convoqués au deuil. Sommés de nous contrister avec les Britanniques (surtout les Anglais), et d'oublier toutes celles et ceux d'entre elles et eux qui n'en veulent plus, de la monarchie. On comprendra plus aisément l'affliction anglaise, ou britannique, quand on se rendra compte dans quelle situation sont aujourd'hui le Royaume-Uni, la Grande-Bretagne, l'Angleterre. Sur quoi règnera donc désormais, sans gouverner, et sans plus pouvoir dire quoi que ce soit de ce qu'il pense, Charles III... et gouvernera, sans régner et sans rien penser avec constance, Liz Truss,  qui fut européiste avant de devenir brexiter (mais après la victoire du Brexit), républicaine avant de se conformer au monarchisme (encore) dominant, libérale-démocrate avant de devenir conservatrice quand il valait mieux, électoralement, l'être. Un totem et une girouette : pour affronter le gros temps, les Britanniques devront trouver mieux. D'ailleurs 27 % des Britanniques, et 41 % des jeunes de 18-24 ans se disent déjà républicains.

     

    Lire la suite