correspondants de nuit

  • Des "correspondants de nuit" à Genève

    Imprimer

    correspondants de nuit Veille sociale nocturne

    Au début de la nuit genevoise, du début de soirée à la nuit, une équipe de prévention, des "correspondants de nuit", sera dans la rue dès ce printemps. Sans autre arme qu'une volonté de dialoguer avec les jeunes, dont les attroupements, voire les incivilités, peuvent susciter un sentiment d'insécurité chez les habitants des quartiers. Mais il s'agit aussi de lutter contre le harcèlement de rue, les débarras sauvages, les discriminations, les souffrances personnelles et les ruptures sociales. Vaste programme de "veille sociale" nocturne, pour un projet qui n'en est encore qu'à une phase de test (on ne connaît pas encore le quartier qui sera choisi pour ce test), et qui ne dispose encore que d'un très modeste budget de 320'000 francs, et de très modestes moyens humains (2,6 postes de travail), trois fois moins que ce dont dispose le dispositif lausannois comparable, car des correspondants de nuit, plusieurs villes romandes (Payerne, Lausanne, Vernier, Grand-Saconnex, Thônex) en emploient déjà. En Ville de Genève, ce sera une première. Et il reviendra au Conseil municipal, le test ayant été fait, évalué, analysé,  de décider de la suite.

    Lire la suite