classes sociales

  • La classe, la moyenne, la réalité sociale

    Imprimer

    classe moyenne2.jpgLa rue et le fantôme

    Samedi, on manifestait à Genève. Qui, "on", et pourquoi, pour qui ? Entre autres, pour les travailleuses et les travailleurs de la construction et pour l'amélioration de leurs salaires, de leurs conditions de travail, la défense de leur santé et de leur sécurité; pour les vendeurs et les vendeuses du commerce de détail, et contre la volonté de les faire travailler trois dimanches par année, et une heure de plus tous les samedis; pour les infirmières et les infirmiers, et pour l'initiative revalorisant leur profession, leur formation, leur recrutement, leurs salaires. Samedi, on a manifesté à Genève pour ce qu'en des temps que les moins de soixante ans n'ont pas connu on appelait le "prolétariat". Ou la "classe ouvrière", si l'on veut bien donner du mot "ouvrier" une définition plus large que celle d'un homme producteur de biens marchands concrets. Le prolétariat, la classe ouvrière. Dont on ne parle plus. Et pas de la "classe moyenne", dont on ne cesse de parler. Samedi, c'était la réalité sociale qui était dans la rue, pas un fantôme.

    Lire la suite

  • 11 août, de lui

    Imprimer

    Les « puissants », dis-tu... et si c'était affaire de classes ? Je ne veux pas me faire passer pour un disciple de l'Allemand, mais il n'a peut-être pas tort de faire de « toute l'histoire l'histoire de la lutte des classes »... C’est si simple, au fond : il y a les gens de peu, les gens d’assez, les gens des beaucoup et les gens de trop. Les gens de peu sont beaucoup, et j’en suis, ou j'en étais avant que de ne plus être que des gens de rien, les gens de trop sont peu. Ils ont trop, et sont de trop. Et toi, de quelles gens es-tu ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Fiction 0 commentaire