bertarelli

  • Fermeture de Merck Serono : Les salariés, une mauvaise graisse ?

    Imprimer

    Une multinationale célèbre à sa manière, avec une semaine d'avance, la Fête des Travailleurs : La filiale genevoise du groupe allemand Merck KGaA, Serono ferme (c'est le plus gros licenciement collectif jamais annoncé à Genève) et en tout 1'250 emplois  passent à la trappe ou émigrent en Chine, en Allemagne ou dans le canton de Vaud.  Le Conseil d'Etat tombe des nues parle d'un "séisme" (ou d'un "tsunami", dans la version Unger) pour Genève, mais il y a des séismes prévisibles. Le sismographe du Conseil d'Etat devait être en panne : la multinationale allemande avait annoncé en février qu'elle allait supprimer des emplois, alors même qu'elle a fait plus de dix milliards d'euros de chiffre d'affaire en 2011, plus de 1,1 milliard de bénéfices, disposait de près d'un milliard et demi de liquidités et avait augmenté de 20 % les dividendes de ses actionnaires. Mais cela ne lui suffisait pas : Il fallait, disait-elle, "dégraisser pour se redonner du muscle". La mauvaise graisse, ce sont les salariés. Evidemment. Et tout cela est parfaitement logique : qu'attendre d'autre d'une multinationale de la pharma ?Qu'elle chante l'Internationale ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire