élections municipales

  • Municipales : participation faiblarde

    Imprimer

    local de vote.jpgAux urnes ! (avec ou sans masque)

    25 % de participation (au plan cantonal, et sans doute moins encore en Ville) mercredi soir pour les Municipales genevoises : c'est bien peu, même si c'est grosso modo au niveau des Municipales précédentes, celles de 2015... Et comme il est trop tard pour voter par correspondance, il ne vous reste que la solution de vous rendre dans votre local de vote dimanche matin, de 10 heures à midi. A l'ancienne. Avec ou sans masque : de toute façon, si vous êtes malade, vous devez rester chez vous, et si vous ne l'êtes pas, le masque ne vous protégera pas. Que vous ayez voté ou non, votre commune aura élu son Conseil municipal dimanche à midi. Et contrairement au vote blanc ou nul, l'abstention n'est pas une opposition, même pas une marque de défiance -seulement le choix, car c'en est un, de laisser choisir les autres. Subversive, l'abstention ? Si elle l'était, elle serait interdite et les abstentionnistes en seraient punis...

    Lire la suite

  • Pour un nouveau millésime moins navrant que le précédent

    Imprimer

    ane-qui-rit.jpgBonne ânée

    Nous sommes le jour de la Fête des Rois dans le calendrier grégorien, celui de l'an nouveau dans le calendrier julien, celui de la marne (le 17 Nivôse) dans le calendrier républicain et celui de la Dormition de Jacques Vaché (le 9 Décervelage) dans le calendrier pataphysique. Qu'est ce que cela nous dit ? qu'ayant le choix de nos calendriers, nous avons celui de nos festivités et de nos références. Et de nos échéances, de nos agendas, des défis que nous avons à relever ? c'est plus incertain. Nous avons en tout cas une échéance électorale en tête -non qu'elle nous obsède, mais comme notre vision politique s'arrête à la Versoix (au-delà de quoi vivent les rupestres) et à la Seymaz (au-delà de quoi sévissent les racailles), cette échéance est celle des élections municipales genevoises.  "L'heure de vérité pour la politique genevoise" titrait la dernière "Tribune de Genève" de l'an désormais passé. Est-ce-à-dire que jusqu'à ces élections nous égrainions  des heures de mensonges ? C'est en tout cas dire qu'on peut espérer de l'année qui vient de s'ouvrir qu'elle soit politiquement moins navrante que celle dont le passage du temps nous a débarrassés...

    Lire la suite

  • Elections municipales genevoises : cette fois, c'est vraiment parti (de gauche) !

    Imprimer

    Pour de bon

    Comme on vous a déjà annoncé au moins trois fois que les élections municipales genevoises, c'était parti, vous ne nous tiendrez pas rigueur de vous l'annoncer une quatrième fois. Parce que cette fois, c'est la bonne : c'est vraiment parti. Pour tout le monde : pour la gauche, pour la droite, pour chaque parti, pour chaque candidat-e. Les listes sont bouclées, rebouclées, vérifiées, enregistrées, les affiches commencent à apparaître, les appels au vote à se succéder... Reste à convaincre notre Souverain, le peuple, ce bon roi fainéant, de faire l'effort de voter. Parce que si accessoires, si périphériques, si subsidiaires qu'elles paraissent (à tort), les élections municipales ne sont pas insignifiantes -surtout en ce moment, où les grandes communes urbaines, à commencer (mais sans s'en contenter) par la Ville de Genève, sont le seul contrepoids institutionnel à un canton politiquement dominé par la droite (et son extrême), dans un rapport de force qui n'a jamais été au parlement cantonal aussi défavorable à la gauche qu'il l'est aujourd'hui. Il y a certes bien d'autres raisons de ne pas se désintéresser des élections municipales, et on se fera un plaisir de vous les donner, mais celle-là, celle du contrepoids, celle du rapport de force, celle de la résistance, nous paraît, hic et nunc, la plus déterminante. Pour de bon.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Politique 7 commentaires
  • On vous dit ça, mais c'est juste histoire de dire autre chose des élections municipales...

    Imprimer

    Votez pour vous !

    Et si on parlait des élections municipales à venir autrement qu'en prêchant pour sa paroisse ? Si on parlait de la commune avant que de parler des élections ? Selon un beau et solide lieu commun, la commune est « le premier échelon de la démocratie ». Certes. Mais cette affirmation ne renvoie pas à la structure institutionnelle : elle fait référence à la pratique même de la démocratie, d’une démocratie vivante, enracinée, portées par les gens et portant sur des enjeux concrets. La commune est un lieu, le premier et le plus important, d’expérimentation politique, de mise en œuvre des procédures démocratiques sur ce qui a immédiatement des conséquences concrètes sur la vie même des habitants. C’est dire  que toute restriction des compétences de la commune est une restriction de la démocratie, et que toute tentative de suppression de ce « premier échelon de la démocratie » est une tentative de suppression de la démocratie elle-même, là où elle a un contenu vérifiable sur le terrain, et donc là où elle est subversive de l’ordre social – de tout ordre social, quel qu’il soit. Au printemps prochain, allez voter. Pour vous.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Politique 0 commentaire