Suisse

  • Dis Tonton, il n'est plus pour la suppression de l'armée, le PS ?

    Imprimer

    AVION.GIFTactique en toc

    Comme on le sait, ou devrait le savoir, le Parti socialiste suisse appelle à voter "non" à l'achat de nouveaux avions de combat. Mais ce refus , sur quoi s'appuie-t-il ? sur des arguments d'opportunité, de coût, de contexte international. Le PS ne remet pas en cause l'achat de nouveaux avions de combat, il remet en cause  le type et le coût des avions qui seront achetés. Et il propose d'en acheter d'autres. Une telle position ne peut se comprendre que comme une tentative d'attirer vers le refus une partie de l'électorat acquis au principe même d'une aviation militaire"moderne", mais critique sur la matérialisation de ce principe. Cet électorat-là soutiendrait l'achat de nouveaux avions, mais pas du genre de ceux que le Conseil fédéral propose d'acheter : des avions plus petits, moins chers. Pas des Rafale, mais des Mig ? des Spitfire ? des Blériot ? Le PS tient  iciun discours tactique en toc, qui rate sa cible : il ne convainc pas ceux à qui il s'adresse (tout indique que le budget d'achat des gros navions sera accepté par le peuple, sauf peut-être, espérons-le, dans les cantons traditionnellement antimilitaristes, le Jura, Genève,  qui avaient, en 1989, accepté la suppression de l'armée), et il dévalue la position de principe du PS, celle de son programme : la suppression de l'armée, précisément... Allez, camarades, un peu de courage, relisez notre programme : il ne propose pas l'achat d'avions de combat M-Budget, il propose l'abolition de l'armée... y compris celle de l'air...

    Lire la suite

  • Mettre fin à la "libre circulation" pour revenir à la libre exploitation ?

    Imprimer

    saisonniers.jpgPolitique du pire

    Une initiative udéciste soumise au vote du peuple et des cantons dans trois semaines propose de mettre fin, avec ou sans négociation avec l'Union Européenne, à l'accord de libre-circulation des personnes passé, avec six autres accords bilatéraux, avec l'Union Européenne. Ces sept accords, acceptés par le peuple en votation fédérale en 2000 (67,2 % de "oui")  sont liés entre eux : la résiliation de l'un entraîne dans les six mois celle des six autres (dont, par exemple, celui portant sur la recherche : chercheurs et entreprises suisses ont accès aux programmes-cadres  de recherche de l'UE et à leur budget de plusieurs milliards d'euros ou de francs suisses). De plus, la résiliation de l'accord de libre circulation entraînera tout aussi mécaniquement la mise à mort des mesures d'accompagnement à cet accord. Des mesures, décidées par la Suisse, qui sont des mécanismes de protection des salaires. Et il n'y en a pas beaucoup d'autres, dans ce pays : il y a bien les conventions collectives, mais toutes ne contiennent pas de salaires minimums, certaines ne prévoient que des salaires si bas* que celles et ceux qui doivent s'en contenter sont des travailleuses et des travailleurs pauvres, toutes ne sont pas étendues à l'ensemble du secteur -et toutes ensemble ne couvrent qu'un travailleur et une travailleuse sur deux. Les mesures d'accompagnement à la libre-circulation sont des mesures de protection des salaires et des conditions de travail. Qu'elle soient encore insuffisantes, nul, à gauche, n'en disconviendra. Qu'il faille pour autant les abolir relève d'une démarche toute autre que celle qui consisterait à vouloir renforcer ces protections insuffisantes -une démarche relevant de la politique du pire :  laisser une immigration illégale, sans aucun droit, remplacer une immigration légale dont les droits puissent être défendus, et leur respect vérifié.

    *Pour 42 heures de travail par semaine, la CCT ou le contrat-type prévoit un salaire minimum (avec ou sans 13ème mois)de 3'567 francs par mois, celle de la coiffure de 3'272 francs par moi, celle du déménagement et des courses de 3'322 francs, celle de l'économique domestique de 3'547 francs, celle de l'hôtellerie-restauration de 3'759 francs, celle du nettoyage de 3'933 francs, celle du travail temporaire de 3'846 francs...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Europe, Immigration, Suisse, votations 3 commentaires
  • Un petit congé parental soumis au peuple suisse

    Imprimer

    Bandeau congé paternité.png

    Deux semaines. Pour commencer.

    Le 27 septembre, le peuple suisse décidera d'accorder ou nonaux pères un congé de deux semaines, à prendre dans les trois mois après la naissance de l'enfant. Le congé serait rémunéré par une allocation perte de gain équivalant à 80 % du salaire, avec un plafond de 196 francs par jour. L'allocation serait financée par une augmentation de la cotisation APG, qui passerait de 0,45 à 0,5 %. Ce projet du parlement est en fait un contre-projet : en mai 2016, 140 associations avaient lancé une initiative populaire pour un congé-paternité de vingt jours (soit quatre semaines), également financé par les allocations pour pertes de gain (APG). La Suisse est le seul pays européen, avec la Slovaquie, où la loi ne prévoit aucun congé-paternité rémunéré, que ce soit en tant que tel ou en tant que congé parental partageable entre les deux parents (les congés accordés vont d'un jour en Italie à septante jours en Norvège). Certes, des conventions collectives prévoient un congé-paternité (ou parental partagé) rémunéré, mais elles ne couvrent pas la totalité des salariés, ce qui est facteur d'inégalité. A l'initiative proposant un congé-paternité de quatre semaines, la majorité du parlement a substitué un contre-projet divisant par deux le temps de congé rémunéré. Un référendum a été lancé par l'UDC et quelques satellites, auxquels le PLR suisse s'est rallié pour combattre un projet que néanmoins les udécistes et les radelibes romands soutiennent.  Pour la droite de la droite, dix jours de congé accordés aux pères après la naissance de leur enfant, c'est trop. Ce n'est pourtant qu'un petit premier pas... Et si le prudent et modeste projet parlementaire devait être rejeté, l'initiative ressurgirait et serait soumise au vote, mais avec une exigence qu'il lui serait difficile de remplir : la double majorité, du peuple et des cantons...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Famille, Suisse, votations 1 commentaire
  • Campagne contre l'initiative xénophobe de l'UDC : Tocsin et Dies Irae

    Imprimer

    exorciste.jpgSelon un premier sondage effectué avant noël 2019, l'initiative de l'UDC "pour une immigration modérée", dite "initiative de limitation" (de l'immigration), soumise au peuple le 27 septembre prochain, serait clairement rejetée par le peuple (à 58 % des personnes interrogées, contre 35 % qui soutiennent l'initiative). La prudence, nourrie de l'expérience, restant cependant de mise. L'initiative prétend donner à la Suisse les moyens de gérer l'immigration de manière autonome, et sans contrainte. Dès lors, la libre circulation des personnes entre l'Union Européenne et la Suisse devrait être abolie. Le Conseil fédéral, les syndicats et les organisations patronales ont lancé, ensemble, le 22 juin, la campagne contre l'initiative et hier, les cantons romands, unanimes, ont appelé à refuser l'initiative. Le souvenir  de la campagne de 2014, contre l'initiative (déjà de l'UDC) contre l'"immigration de masse", perdue faute d'engagement commun du gouvernement et des "partenaires sociaux" a enseigné : cette fois, syndicats, patrons partis (sauf l'UDC)  et Conseil fédéral vont faire campagne ensemble. quoique sur des partitions différentes -leur choeur est polyphonique. La Conseillère fédérale Karin Keller-Sutter met l'accent sur le risque de voir "tous les accords bilatéraux avec l'union européenne", premier partenaire économique de la Suisse sombrer; Hans-Ulrich Bigler, de l'Union suisse des arts et métiers (USAM), pourtant habituellement proche de l'UDC, annonce que l'initiative udéciste "est un danger pour la place économique"; Valentin Vogt, de l'Union patronale, rappelle que le pays qui profite le plus du marché de l'Union européenne, c'est la Suisse; Pierre-Yves Maillard, de 'Union Syndicale, affirme que la libre circulation a permis de réguler l'immigration et de combattre le dumping salarial grâce aux mesures d'accompagnement, dont l'abolition "est le but non avoué de l'UDC"; Adrian Wütrich, de Travail Suisse, ajoute que le marché suisse du travail n'a jamais été aussi contrôlé que depuis l'entrée en vigueur de la libre circulation. La démarche udéciste est si nuisible à la Suisse et aux Suisses que même un élu du MCG, le Conseiller d'Etat genevois Mauro Poggia, la combat et appelle à la refuser le 27 septembre : "Il n'y a pas d'alternative crédible à la voie actuelle" (les bilatérales et la libre-circulation des personnes) et aux avantages considérables que la Suisse en retire. Si l'initiative est acceptée, "Genève va à la catastrophe", tocsinne le Conseil d'Etat. Même Dies Irae chanté d'ailleurs par le patronat face à l'initiative cantonale pour un salaire minimum.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Europe, Immigration, Suisse, votations 5 commentaires
  • Achat de nouveaux avions de combat : Que faire avec 24 milliards ?

    Imprimer

    combat aérien 14-18.jpgA en croire les derniers sondages publiés sur les votations fédérales du 27 septembre, les Suisses et les Suissesses accepteraient l'achat de nouveaux avions de combat (sans savoir quels avions acheter), avec d'assez fortes variations dans le soutien (et a contrario l'opposition) à la proposition entre Romandie et Alémanie, femmes et hommes, jeunes et vieux. La coronapandémie est certainement passée par là, avec ce qu'elle trimballe de désir de sécurité dans tous les domaines -celui-là comme dans les autres. Il nous reste un mois avant de faire mentir les sondages. En attendant quoi, on s'interroge : le virus vote-t-il ? Un avion de combat est-il de quelque utilité dans la lutte contre une pandémie ? Et après de nouveaux avions de combat, nous proposera-t-on l'achat de frégates pour patrouiller sur le Léman le Bodensee et le Ceresio ? Et avec les 24 milliards que coûteront finalement les nouveaux joujoux de notre Luftwaffe fédérale, n'aurait-on pas, en temps de crise sociale et sanitaire, quelque chose de plus utile à faire que se prendre pour une grande puissance aérienne ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Suisse, votations 2 commentaires
  • Le retour du sézoune ?

    Imprimer

    baraque de saisonnier.jpgLe 27 septembre nous sera servi un copieux menu de votations fédérales et cantonales. Rien que pour les fédérales, on aura à se prononcer sur l'achat fort dispendieux de nouveaux avions de combat fort inutiles, un modeste congé paternité combattu par un référendum qui n'a abouti qu'à force de mensonges, et sur une initiative vindicative de l'UDC, (dite "de limitation") contre la libre-circulation des personnes . C'est de cet objet là qu'il s'agit ici. Parce que l'enjeu est considérable : l'UDC s'attaque non pas tant à l'immigration elle-même qu'au dispositif assurant l'égalité des salaires entre les travailleurs immigrants et les travailleurs suisses et étrangers résidents. Elle a un rêve, l'UDC : le retour du statut du saisonnier. Des immigrants contingentés, privés du droit au regroupement familial, sans droit de séjour et moins encore de résidence, payés en dessous de tout minimum conventionnel et privés de la plupart des droits sociaux accordés aux autres travailleurs du pays.  C'est cela que propose, au fond, l'initiative udéciste. Et c'est cela qu'il importe de repousser, aussi massivement que possible, le 27 septembre prochain.

    Lire la suite

  • Manifestations joyeuses et combattives contre le racisme

    Imprimer

    races humaines.jpg

    L'aube de la rue

    Plus de 10'000, peut-être 12'000 manifestants contre le racisme (ce sont les chiffres de la police), à Genève mardi dernier, après trois mois de semi-confinement. Pour la troisième fois en un an, après les mobilisations climatiques et la grève des femmes, la rue s'est emplie d'un refus massif.
    Dix ou douze mille 12'000 personnes manifestaient mardi, trois s'en aigrissaient le lendemain sur Léman Bleu... Sans doute auraient-elles voulu que la manif' fût interdite et dispersée... riche idée : lancer la police contre dix ou douze mille personnes qui manifestent contre les violences policières. Ou alors, faire appel à l'armée et tirer dans le tas ? Comme il aurait fallu tirer dans le tas des 2000 cyclistes tournant autour de la plaine de Plainpalais le mois dernier ? ou des femmes manifestant sur la Plaine aujourd'hui ? Pour l'urgence climatique, pour l'égalité des droits, contre le racisme, ces manifestations à la fois joyeuses et combattives furent de grands moments, auxquels les quelques aigreurs exhalées dans quelques media ne peuvent attenter... L'aube de la rue concourt à dissoudre les monstres du racisme, et c'est tout ce qui nous importe.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Suisse 7 commentaires
  • 14 juin, un an après

    Imprimer

    Grève féministe.jpgNe rien lâcher

    Un an après la Grève de 2019, le plus grand mouvement social que la Suisse ait connu depuis la Grève générale de 1918, on ne peut même pas dire que le combat féministe reprend : il continue. Et dimanche, une multitude d'événements sont organisés en Suisse -respectueux des normes de déconfinement encore en vigueur. Avec comme mot d'ordre celui d'une sortie féministe de crise. Car la crise sanitaire à été, du point de vue de l'égalité des droits entre femmes et hommes,du statut et de la situation des femmes, un moment de retour en arrière. Majoritaires dans les secteurs du nettoyage et des soins, les femmes étaient en première ligne du combat contre le virus et la menace de la contamination. Le confinement en a ramené de nombreuses autres "au foyer", au travail domestique, à la garde des enfants, avec ou sans télétravail à côté ou en entrelacs des tâches familiales. Les violences domestiques ont sans doute augmenté, comme de toute évidence (leur présence dans les files de distribution de nourriture en témoigne) la précarité des femmes sans statut légal et des employées domestiques. Le mouvement pour la grève féministe appelle d'ailleurs les femmes à faire dimanche la grève du travail domestique. A Genève, après une déambulation entre seize points de rencontre et une alerte en musique à Plainpalais à 15heures24 (l'heure à partir de laquelle les femmes ne sont plus payées), le rendez.-vous est donné à 17 heures sur la Plaine de Plainpalais. Vous en saurez plus là : https://www.facebook.com/GFgeneve/

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Femmes, Suisse 0 commentaire
  • "Multinationales responsables" :  parlement irresponsable...

    Imprimer

    multinationales.jpgAux urnes de parler !

    Après presque trois ans de débats parlementaires sur l'initiative pour des "multinationales responsables de leurs actes, la « conférence de conciliation » des deux chambres a échoué à trouver un compromis entre les deux contre-projets adoptés respectivement par le Conseil national et le Conseil des Etats. Les grandes multinationales et leurs associations de lobbying se sont à nouveau imposées sur tous les plans lors de cette dernière étape. La majorité de droite a choisi le contre-projet le plus creux, le plus inoffensif, le plus insignifiant : celui du Conseil des Etats, qui ne prévoit pas pas de réglementation à l’égard de multinationales comme Glencore et Syngenta et ne leur impose pas de répondre  de leurs actes lorsqu’elles polluent des fleuves ou détruisent des régions entières. Le parlement n’ayant pas réussi à adopter une solution acceptable, l’initiative ne sera donc pas retirée, et sera donc soumise à votation devant le peuple suisse. Comme d'ailleurs l'initiative du GSsA contre le financement des producteurs de matériel de guerre (refusée aussi par le parlement, mais sans contre-projet, celle-là). Il y a décidément de la cohérence politique dans les votes du parlement, même renouvelé l'année dernière, mais c'est la cohérence d'une revendication d'irresponsabilité. A laquelle il n'est de réponse que celle des urnes, et le vote pour les initiatives.

    Lire la suite

  • Déconfinement du 6 juin : Le jour le plus soûlon?

    Imprimer

    Pangolin au CM.jpgQuatre mois après l'annonce publique du premier cas de Covid-19 hors de Chine, on lève donc les mesures prises pour enrayer, puis maîtriser la pandémie. Et qui l'ont en effet, dans bien des pays dont la Suisse, réussi à l'enrayer et à la maîtriser. Sans évidemment faire disparaître un virus avec lequel nous venons seulement de commencer à apprendre à vivre -comme nous avons appris à vivre avec celui de la grippe. On déconfine, donc. Avec quel projet ? avec quelle place laissée aux urgences sociales et climatiques ? A l'inventivité politique ? Au volontarisme collectif ? Les Etats, les régions, les communes avaient pour un temps pris un pouvoir dont les dogmes d'avant le covid assuraient qu'ils étaient incapables de l'exercer. Qu'il ne fallait surtout pas faire de politique -que faire de la bonne politique, c'était refuser d'en faire et laisser les commandes à l'"économie", au marché, aux entreprises. On a d'ailleurs commencé à déconfiner pour que l'"économie" reparte, pas pour que la société se retisse... et moins encore pour que l'écosystème que le confinement avait ragaillardi (moins de bruit, moins de pollution, moins d'émissions réchauffant le climat) continue à se refaire une santé : dès que des autorités prennent des mesures, même provisoires, pour engager une ville, un canton, le pays, dans une autre voie que celle du retour à l'anormalité d'avant, on entend hurler les nostalgiques de ce monde qu'on espérait défunt, mais qui ne l'est qu'à la manière des zombies -en témoignent les clameurs outrées du PLR et du MCG à Genève après que le canton et la Ville ait tracé des bandes cyclables provisoires sur les voies de circulation, en les prenant sur celles auparavant réservées aux bagnoles et sur des places de stationnement. On a beaucoup titré, dans les media, sur le déconfinement annoncé pour le 6 juin en usant de la référence au débarquement du 6 juin 1944 en Normandie... On a eu droit au "Jour J" sous toutes ses formes... Le plus long ou le plus soûlon" ?

    Lire la suite

  • Campagne pour des "multinationales responsables" : Chaude sera la fin de l'été

    Imprimer

    multinationales responsables.jpgLa coronapandémie a retardé le vote sur l'initiative populaire fédérale pour des "multinationales responsables", mais ne l'a pas annulé : on votera cet automne. Et si la coalition qui soutient l'initiative est prête à la campagne, le lobby des multinationales aussi. Il a agi au parlement fédéral pour couler un éventuel contre-projet qui ait quelque contenu, il va agir sur l'opinion publique pour essayer d'inverser la tendance favorable à l'initiative que révèlent les sondages. Soutenue par la gauche et 120 organisations non gouvernementales, l'initiative propose d'imposer dans la Constitution fédérale un devoir de diligence et une responsabilité juridique des multinationales en matière de droits de l'homme et de l'environnement dans toutes leurs activités et celles de leurs filiales à l'étranger. On se doute que cette perspective ne les enthousiasme guère. Leur lobby a donc commencé à faire campagne, surtout en Alémanie : elles vont, avec l'aide de l'agence de relations publiques proche de la multinationale Glencore, et la complicité du groupe de presse Tamedia  (que la coûteuse pub des multinationales nourrit) consacrer des millions (au moins huit) à tenter de convaincre le peuple (et les cantons) à les exonérer de toute responsabilité sociale et environnementale. La fin de l'été sera politiquement chaude...

    Lire la suite

  • Coronavirus : faire comme les zautorités disent qu'on doit faire

    Imprimer

    Magdalena Blocher.jpgJ'embrasse pas

     

    Monsieur Alain Berset,

    je vous fais une lettre

    que vous lirez peut-être

    si votre temps le permet

    Je viens de recevoir

    mes consignes sanitaires

    de ne plus prendre  l'air

    du matin jusqu'au soir...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Santé, médecine, Suisse 10 commentaires
  • Dimanche 8 mars , grève féministe

    Imprimer

    Grève féministe2.jpgJour du Sabbat

    Dimanche, alerte épidémique ou pas, les femmes de Suisse sont invitées à (re)faire grève "Pour que (leur) corps, (leur) temps, (leur) travail, (leur) vie soient respectés! Evidemment, les mesures de "précaution" contre la propagation du coronavirus s'imposant, les grandes manifs ont été interdites -mais de multiples actions collectives, décentralisées, seront tout de même organisées dans l'espace public (on en trouvera, pour Genève, une liste exhaustive sur www.grevefeministe-ge.ch et, pour partout, sur https://www.facebook.com/grevefeministe/). Et puis n'oublions pas que jusqu'à dimanche, c'est en Ville de Genève une Semaine de l'Egalité (www.semaine-egalite.ch), qui ne pouvait être mieux conclue que par une grève pour l'égalité et l'émancipation. D'ailleurs, le 8 mars, dans le calendrier pataphysique, c'est le jour du Sabbat. Quel meilleur jour pour les sorcières ?

    Pour le reste, et même un peu plus, voyez par là : https://www.ps-geneve.ch/wp/wp-content/uploads/2020/02/CC54.pdf

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Femmes, Suisse 2 commentaires
  • L'"Affaire Crypto", la neutralité suisse et la guerre froide

    Imprimer

    guerre froide.jpgNeutralité neutralisée

    La presse a longuement évoqué ces dernières semaines l'"affaire Crypto", cette sombre histoire d'appareils de codage de fabrication suisse, piratés par la CIA et son équivalent allemand, le BND, au vu et au su, et sans doute avec l'accord, des autorités politiques de notre neutre pays. On ne reviendra pas ici sur les détails (assez croustillants) de l'"affaire", mais il vaut la peine de la replacer dans son contexte historique : dans "Le Courrier", l'historien Matthieu Leimgruber rappelle que la neutralité suisse, pendant toute la guerre froide (de 1948 à 1989), n'était une vaste mystification et que la Suisse était clairement et profondément ancrée dans le "camp occidental", même si elle n'était pas membre de l'OTAN : elle respectait l'embargo technologique frappant les Etats communistes (embargo duquel les machines à crypter avait été exclues, puisqu'il, était utile que des Etats communistes en soient équipées puisqu'elles étaient vérolées, exportait des armes vers les Etats de l'OTAN, prenait "nettement position contre le communisme", pour reprendre les mots de l'époque du Conseiller fédéral Max Petitpierre. Emil Bührle, qui fournissait l'Allemagne nazie pendant la Guerre Mondiale, a fourni les Etats Unis ensuite, l'industrie horlogère fournissait des détonateurs aux Américains engagés au Vietnam, Kudelski a produit une version miniature de son Nagra pour la CIA, les PTT puis Swisscom acceptaient de travailler pour les services occidentaux... "Nous perdons nos illusions", déprime le chroniqueur du "Temps", Yves Petignat. Quelles illusions ? celles d'une Suisse absolument neutre, telle que feint de la rêver l'UDC ? Mais qui y croit encore, à cette neutralité ?

    Lire la suite

  • Remontées de remugles homophobes avant le vote du 9 février

    Imprimer

    Coronavirus.jpgLe déconovirus sévit

    Il fallait s'y attendre et nous nous y attendions -sans pour autant nous y résigner : comme en d'autres occasions données par des scrutins nationaux se sont exprimées des détestations xénophobes, racistes, le scrutin de dimanche sur la fin de l'impunité des insultes homophobes suscite précisément l'expression hargneuse de l'homophobie. Le scrutin libère une homophobie sortie du même tonneau que le racisme. Derniers feux avant que le projet d'étendre la loi antiracisme à l'homophobie soit accepté ? On sait bien que le bas ventre restera fécond d'où nous sourd cette merde. Une raison de plus de voter "oui" (si ce n'est déjà fait), même en sachant que ce "oui" et cette loi ne feront que dire que désormais, la société dans laquelle couinent les homophobes n'accepte plus qu'ils sévissent publiquement -qu'ils le fassent entre eux, chez eux, cela les regarde. Qu'ils le fassent dans la presse et sur les rézosocios, cela regarde tout le monde. Comme contenir un virus qui nous viendrait de Chine regarde tout le monde.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : moeurs, Suisse, votations 7 commentaires
  • Initiative pour des logements abordables : Un coup de collier nécessaire

    Imprimer

    bandeau logement.jpg

    Il y a cinq jours tombait un sondage Tamedia : l'initiative de l'Asloca pour des logements abordables ne recueillait plus, à dix jours du vote, que 48 % d'avis favorables au plan national (elle partait à 60 % de "oui"), et les sondeurs prévoyait son rejet final (avec 58 % de "non"), avec un gros clivage linguistique : les Romands l'accepteraient à 58 %, les Alémaniques ne seraient que 44 % et les Tessinois 47 % à l'approuver. Autre profond clivage, celui qui oppose les villes (qui approuveraient l'initiative à 58 %), les agglomérations (46 % de "oui") et les campagnes 42 % de "oui"). L'engagement massif de la droite, du patronat et des milieux immobiliers contre l'initiative n'est évidemment pas étranger à la baisse du soutien qui lui est apporté (selon les sondages). Une raison de plus pour faire un ultime effort pour renforcer ce soutien.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Logement, Suisse, votations 2 commentaires
  • Deux fois deux candidatures à la présidence du PS suisse

    Imprimer

    mots socialistes.jpgLes sociaux et les sociétaux ?

    A trois semaines de la date limite pour déposer les candidatures à la présidence du Parti socialiste suisse pour succéder à Christian Levrat, deux duos paritaires se présentent à sa co-présidence : Mattea Meyer et Cedric Wermuth, Priska Seiler Graf et Mathias Reynard. Toutes et tous siègent au Conseil national.
    Pour Carlo Sommaruga, "Mathias incerne l'énergie du renouveau en Suisse romande". La présidente du PS vaudois soutient également la paire "complémentaire et combattive" Seiler Graf-Reynard. Un duo qui considère que "l'enjeu majeur pour les socialistes n'est pas de réinventer leur programme ni de changer leurs principes". Au fond, tous critères d'images oubliés, la paire Meyer-Wermuth ne dit pas autre chose, si elle le dit différemment : "il faut un renouveau à gauche pour un projet d'avenir. Pour une idée progressiste qui crée à nouveau de l'espoir" (avouons qu'on ne s'attendait pas à ce qu'une candidate et un candidat à la présidence du principal parti de la gauche suisse, deuxième parti national, se présentent comme porteurs d'un "immobilisme à droite pour un projet  réactionnaire qui crée de la désespérance"). Cette mise en concurrence de deux "tickets" révèle-t-elle un conflit de ligne ? Pas vraiment. Peut-être le duo alémanique a-t-il un profil, une image, "plus à gauche" (les deux sont issus de la JS -mais Reynard aussi), cependant il ne s'agit sans doute là que d'une image, et Reynard. lui aussi profilé sur la gauche du parti, se dit "très proche des positions de Mattea Meyer et Cedric Wermuth". On n'a donc pas affaire à un combat gauche-droite au sein du PS.

    Dans l'annonce de leur candidature, Priska Seiler Graf et Mathias Reynard écrivent que "le PS a une pensée unie, mais pas unique" : c'est joliment dit, mais à lire ce que les media ont publié des intentions des deux binômes. on croit tout de même distinguer des accents mis sur des priorités stratégiques différentes, mais pas exclusives les unes des autres (on parle de priorités, pas d'obsessions) : sociétales pour le "ticket" Meyer-Wemuth, sociales pour Seiler-Graf Reynard.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Politique, PS, Suisse 1 commentaire
  • Un référendum contre un "libre-échangisme" ravageur

    Imprimer

    libre-échange, Indonésie, multinationales, huile de palme

    La palme des ravages

    Un comité a lancé le référendum contre un accord de libre-échange (accepté par les Chambres fédérales) passé entre l'Indonésie et l'Association européenne de libre échange, dont la Suisse est membre. Les référendaires (Uniterre, SolidaritéS, les Jeunes Verts, Longo Maï, Solidarité sans frontières, le parti Nouveau Radical, SolidaritéS) font de ce référendum un moment de la lutte contre un "libre-échangisme" des marchandises sans critères sérieux de respect de l'environnement et des droits humains -car après l'accord avec l'Indonésie se profilent d'autres accords sortis du même tonneau libéral, avecla Malaisie et le Mercosur sud-américain. Tous accords qui cautionnent des conditions de travail calamiteuses et concourent à la destruction de la forêt tropicale Dans le cas de l'Indonésie, c'est sous le slogan "Stop à l'huile de palme" que le référendum est lancé : la production de l'huile de palme cumule en effet toutes les tares des produits dont des accords de libre-échange comme celui qui devrait être passé avec l'Indonésie favorisent la production et l'exportation : un désastre environnemental à la production, un autre au transport intercontinental, un désastre social pour les travailleurs dans le pays exportateur et les paysans dans le pays importateur. Alors on signe le référendum (ultime délai : le 9 avril), parce que la seule palme que mérite l'accord qu'il conteste mérite, c'est celle de l'aveuglement.

    *On peut télécharger les feuilles de signatures sur https://nein-zum-freihandel.ch/fr/home-2/

    Lire la suite

  • 10 % de logements d'utilité publique, c'est "démesuré" ?

    Imprimer

    bandeau logement.jpg

    Le satanique droit au logement

    Le  9 février, on vote dans toute la Suisse  sur l'initiative de l'Asloca pour "davantage de logements abordables". L'initiative propose d'accorder dans toute la Suisse, aux cantons et aux communes, un droit de préemption qui est déjà en vigueur à Genève et dans le canton de Vaud : pouvoir acquérir des terrains auprès de privés ou de la Confédération et de ses entreprises (comme les CFF). Et elle pose un minimum de 10 % de logements d'utilité publique (en moyenne nationale) dans les nouvelles construction, de manière à soulager les villes-centre. Un pourcentage que le PDC Vincent Maître trouve "démesuré". Il doit être bien logé, le PDC Vincent Maître. Ou alors, il est logeur : "La Suisse est un pays de locataires... doté d'un parlement de bailleurs", résume la Conseillère aux Etats socialiste tessinoise Marina Carobbio. D'un parlement et d'un gouvernement : il existe "suffisamment de logements de qualité à des prix abordables", écrit le Conseil fédéral dans la brochure de votation. On ne doute pas qu'il existe suffisamment de logements à des prix abordables pour un Conseiller fédéral et une Conseillère fédérale, mais ce Conseiller fédéral et cette Conseillère fédérale pourraient au moins faire semblant d'avoir conscience de la difficulté pour une personne, un ménage, une famille à bas revenu d'en trouver un, de "logement à un prix abordable" (ce que sont, par définition, les logements d'utilité publique)... Quant aux coopératives d'habitation que l'initiative évoque  comme une moyen de faire échapper le logement à la dictature du marché, de la spéculation et du profit, sans doute le sont-elles -mais il ne faut pas non plus oublier qu'y accéder nécessite l'achat de parts hors de portée des plus démunis. En réalité sociale, les coopératives s'adressent précisément à cette fameuse "classe moyenne" dont l'invocation rituelle (surtout en période électorale) tient du moulin à prière tibétain, ici recyclé en goupillon d'exorcisme contre le satanique droit au logement.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Logement, Politique, Suisse, votations 3 commentaires
  • Un chèque en blanc (et en zinc) de six milliards

    Imprimer

    avions de combatAvions très furtifs

    Il y a six ans, le peuple suisse refusait de dépenser trois milliards de francs pour acheter 22 avions de combat (des Saab Gripen). Et aujourd'hui, le Conseil fédéral et les Chambres fédérales lui proposent d'en claquer au moins deux, voire trois fois plus, pour acheter un nombre imprécisé (jusqu'à une trentaine) d'avions de combat d'un modèle pas plus précisé, puisque le choix se fera après le vote populaire (le référendum est lancé, et il aboutira), entre cinq modèles hauts de gamme et de prix. Un chèque en blanc et en zinc pour un achat excédant les besoins de la Suisse. C'est sans doute ce qu'on appelle des avions furtifs. Cest en tout cas un achat la tête dans le sac ou la boîte noire -un achat contre lequel un référendum a été lancé. Pour provoquer un vote populaire on signe et fait signer le référendum (on peut télécharger le formulaire de signatures sur https://www.fichier-pdf.fr/2020/01/09/referendum-avions-de-combat/)

    Lire la suite