Politique

  • L'étrange procès de Monsieur Maudet

    Imprimer

    MaudetLe jury délibère encore

    C'est une invention genevoise (en tudesque : une Genferei) devant laquelle comparaissait Pierre Maudet : un tribunal de police avec jury populaire et deux verdicts successifs, l'un, judiciaire, aujourd'hui, et l'autre, politique, dans deux semaines, nul ne pouvant préjuger de l'impact du premier sur le second, ni les soutiens ni les adversaires de Maudet n'étant prêts à modifier leur verdict politique (nombre d'entre eux ayant de toute façon déjà voté) une fois le verdict judiciaire connu. Le Procureur avait requis 14 mois avec sursis contre Maudet, la juge l'a condamné à 300 jours-amende à 400 fr./jour, et au remboursement d'une créance compensatrice de 50'000 francs. Et il va faire appel.   Reste la genevoiserie :  le véritable verdict, de condamnation ou d'acquittement de Maudet, sera rendu par le peuple actif (les votantes et les votants) le 7 (ou le 28) mars prochain, lors de l'élection partielle au Conseil d'Etat à laquelle Pierre Maudet se présente, à sa propre succession. Le Tribunal de police lui était donc tribune électorale, et les relations par les media de ses interventions en tant que prévenu, et de celles de ses avocats, étaient autant d'actes de présence d'un candidat et de ses soutiens que de défense d'un accusé, par lui-même ou ses conseils.  En prononçant son jugement, la présidente du Tribunal, juge unique de l'étrange procès de Pierre Maudet (et consorts) envoie un message : on ne peut pas faire ni accepter n'importe quoi quand on est Conseiller d'Etat. A ce message, Maudet répond par le sien : seul le peuple qui m'a élu peut me condamner., en ne me réélisant pas. Et ce jury délibère encore.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : élections, Genève, Politique 11 commentaires
  • Procès Maudet : Juger un homme plutôt qu'un système ?

    Imprimer

    Maudet.jpgUn Conseiller d'Etat en procès, deux semaines avant le premier tour d'une élection où il est candidat à sa propre succession ? c'est sans doute une première suisse -il était logique qu'elle soit genevoise : le procès de Pierre Maudet (et de quatre comparses) s'ouvre aujourd'hui devant le Tribunal de Police. Maudet est accusé d'acceptation d'avantages (un voyage à Abu Dhabi et un sondage). Ses avocats plaideront l'acquittement. Depuis bientôt trois ans, à la faveur des révélations successives dans les media, on a jaugé Maudet, et la semaine prochaine on va le juger. Mais on va juger un homme quand on devrait juger un système, celui qui l'a produit et que décrit en ces (justes) termes l'édito du "Courrier" de vendredi (on pourrait citer la "Tribune de Genève", mais on préfère citer un quotidien qui n'a jamais porté Maudet aux nues avant de le vouer aux Gémonies) : "tout un système fait de réseautage, de connivences et de cadeaux plus ou moins intéressés". Un système dont Pierre Maudet n'est de loin pas le seul à être à la fois le produit et l'acteur. Mais le seul acteur politique important à devoir répondre devant un tribunal.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Justice, Politique 4 commentaires
  • Un fantôme : Donald Trump

    Imprimer

    TrumpDeux semaines plus tard...

    Reclus volontaire dans un club de golf de Floride, privé de Twitter et de Facebook, abandonné par une grande partie de ses avocats et de ses anciens collaborateurs,  indésirable même dans son club de Mar-a-Lago (ses voisins lui contestent le droit d'y séjourner à l'année), de son Trump Palace de New-York (les résidents ont entamé une procédure pour faire retirer son nom du pied de la tour) et d'Atlanta (la municipalité va faire dynamiter le Trump Plaza, à l'abandon depuis 2014), on se plait à  croire que deux semaines après l'intronisation de Joe Biden, Donald Trump ait totalement disparu du paysage des USA. Sauf que son fantôme y rôde encore, même en traînant à ses basques tellement de casseroles qu'il pourrait ouvrir une quincaillerie : six banqueroutes, une trentaine d'accusations d'inconduites sexuelles et de versements occultes auprès d'anciennes relations sexuelles pour les dissuader de porter plainte, près de 4000 plaintes liées à ces affaires -sans compter une procédure avortée de destitution, et une autre dont les initiants ne savent plus très bien quoi faire, un lourd soupçon d'avoir bénéficié d'ingérences russes dans l'élection de 2016 puis entravé la justice qui entravait sur ces accusations, des accusations de financement illégal de campagne (cinq de ses proches ont été condamnés pour cela) et de soustraction et de fraude fiscales (le milliardaire n'a payé que quelques centaines de dollars d'impôts en dix ans...). 

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Politique, USA 3 commentaires
  • Guéguerres dans la "gauche de la gauche" genevoise

    Imprimer

    masques.jpgTragicomique de répétition

    A Genève, une «lettre ouverte aux électeurs-trices d'Ensemble à Gauche» tire à vue et en rafales sur la décision de ce qui reste de la coalition de ne présenter aucune candidature à l'élection partielle au Conseil d'Etat, provoquée par la démission-candidature de Pierre Maudet. Signée par une centaine de partisanes et partisans de la refondation d'Ensemble à Gauche sous forme d'un «grand parti populaire de la gauche radicale» dont la majorité de la population genevoise est supposée avoir besoin, la lettre ouverte dénonce la «faute politique majeure» que constituerait la «désertion» d'EàG dans l'élection complémentaire présentée comme un moment politique majeur et assurent que cette absence dans la «bataille politique qui s'annonce» est «incompréhensible». Moins «incompréhensible», toutefois, que l'oubli soigneusement cultivé par la lettre ouverte que même si EàG n'a présenté aucune candidature, une autre formation de la «gauche de la gauche» a fait exactement ce que la «lettre ouverte» reproche à EàG de ne pas avoir fait : le Parti du Travail présente en effet la candidature de l'ancien Conseiller municipal de la Ville de Genève Morten Gisselbaek. Passé, certes, de SolidaritéS au Parti du Travail, mais siégeant tout de même, jusqu'aux dernières élections municipales, au sein du groupe d'Ensemble à Gauche. Ce qui de toute évidence ne suffit pas aux signataires de la lettre ouverte pour le soutenir en tant que représentant de la «gauche combattive», désormais réduite par les auteurs de la lettre eux-mêmes, à eux-mêmes.

    Lire la suite

  • Le troll tourne les talons ? Une bonne chose de faite.

    Imprimer

    trump,bidenSous protection de 25'000 policiers et militaires en armes, Joseph Robinette Biden a prêté serment, mercredi, comme 46e Président des Etats-Unis. Pour un seul mandat de quatre ans, si rien ne vient l'interrompre. Avec Kamala Harris comme vice-présidente (première femme et première "personne de couleur" à ce poste), pour, le cas échant, le remplacer ou lui succéder : il a tout de même 78 ans, et est le président le plus âgé de l'histoire étasunienne (mais si elle recule depuis quelques années, l'espérance de vie des Américains a tout de même progressé depuis 250 ans...) Trump a finalement quitté de lui-même la Maison-Blanche après avoir gracié 73 personnes dont son ancien Conseiller et idéologue Steve Bannon (qui avait détourné des fonds destinés à la construction du fameux mur avec le Mexique), et a gagné la Floride sans assister à l'investiture de son successeur, en chantant ses propres mérites et en assurant qu'il reviendra "d'une manière ou d'une autre". Il est vrai que dans la mythologie scandinave,  les trolls, s'ils sont idiots, sont quasiment indestructibles... Le troll tourne les talons, et c'est une bonne chose de faite. Reste à faire... tout le reste.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : élections, Politique, USA 2 commentaires
  • Soutenir ceux que la Confédération laisse tomber : L'unanimité, vraiment ?

    Imprimer

    pas de victoire sans lutte.jpgLe groupe socialiste propose aujourd'hui au Conseil municipal de Genève un projet de résolution (déjà soutenu par les Verts et Ensemble à Gauche) appelant au soutien de ceux que la Confédération laisse tomber, ou ne soutient qu'insuffisamment. Le traitement en urgence de ce texte a été accepté à l'unanimité du parlement de la Ville. Ce qui signifie que toute la droite l'a soutenu. On en est un peu désorienté. Un peu, seulement. Parce que ce qui qualifie une proposition politique, c'est aussi son caractère distinctif, sa différence, et qu'une proposition acceptée à l'unanimité pourrait, à quelques esprit chagrins, passer pour un truisme, une évidence, un lieu commun. Sauf que cette unanimité peut être factice, résignée, ou opportuniste. Qu'une proposition peut n'être soutenue que parce qu'on ne pense pas pouvoir la combattre, lors même qu'on aimerait bien le faire, ou qu'elle ne mérite pas d'être combattue Et qu'il revient alors à ceux qui la font de la défendre pour ce qui la distingue. Demander, comme nous allons le faire, que le Conseil fédéral "développe rapidement et massivement les aides nécessaires aux secteurs les plus fragilisés par la crise (...) et établisse les procédures les plus simples possibles pour l’obtention de ces aides", que la Ville de Genève soutienne "les demandes faites, de toutes parts, à la Banque nationale pour qu’elle redistribue aux cantons une part plus importante, compte tenu de leurs besoins, de ses bénéfices" et attendre du canton "qu’il redistribue une part suffisante de cette aide aux communes, et en particulier aux villes", est-ce aller assez loin, quand en une sorte de Pentecôte avant terme, des langues de feu keynésiennes semble avoir converti presque toute la droite aux vertus d'une relance par l'Etat ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Economie, Genève, Politique 0 commentaire
  • Election partielle au Conseil d'Etat genevois : Fabienne et les sept...

    Imprimer

    Blanche Neige.jpg

    On sait donc qui sont candidats (sept) et candidate (une seule) à l'élection partielle au gouvernement de Piogre : A droite, l'ex-PLR Pierre Maudet, le PLR Cyril Aellen, le Vert libéral Michel Matter, l'UDC Yves Nidegger (sous l'étiquette "Genève autrement") et le PBD Yann Testa.  Si avec tout ce monde à droite, Pierre Maudet n'arrive pas à se hisser au deuxième tour, c'est vraiment qu'il l'aura fait exprès... A gauche, les Verts présenteront Fabienne Fischer, qui sera également soutenue par les socialistes puisqu'ils disposent déjà de deux sièges et n'en revendiquent pas un troisième, et le Parti du Travail fera un petit (premier) tour de piste (SolidaritéS y a renoncé), avec Morten Gisselbaek, avant sans doute de se rallier à la candidate verte au second tour en ayant peut-être, empêché son élection au premier.  Le huitième candidat s'appelle Olivier Pahud, magicien professionnel et promoteur de jeux. Des qualifications en effet idéales pour siéger au gouvernement genevois. En fait, les seuls enjeu du premier tour de cette élection (un éventuel deuxième tour aurait lieu le 28 février) pourraient bien être l'élection ou non de Fabienne Fischer au premier tour, le score de Pierre Maudet et son maintien ou non au second tour... après qu'il soit passé devant le tribunal de police pour le procès de ses errements divers et variés.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : élections, Genève, Politique 0 commentaire
  • Le référendum pétrolo-bagnolard contre la loi CO2 a abouti

    Imprimer

    temps.jpgFaire perdre du temps au temps

    Le référendum lancé par la Grève du Climat (du moins sa part romande) contre la loi fédérale CO2 n'a été déposé lundi qu'avec 7000 signatures, alors qu'il en faut au moins 50'000 pour provoquer un vote populaire. Mais ce vote aura tout de même lieu : l'autre comité référendaire, celui des lobbies du pétrole et de l'automobile, soutenus par l'UDC, a déposé son propre référendum aujourd'hui, avec 110'000 signatures. La disproportion des soutiens à chacun de ces deux référendum dit bien le rapport des forces entre eux, et entre les forces qui les ont lancé. Elle dit donc d'où vient, et ce que signifie, l'opposition réelle à la loi fédérale : maintenir le plus longtemps possible la dépendance de la Suisse au pétrole et des Suisses à la bagnole, pour continuer à en vendre le plus possible. La votation aura lieu en juin. La loi doit entrer en vigueur en 2022. Si  elle est refusée en votation populaire, elle n'entrera pas en vigueur. Ni en 2022, ni plus tard. Si elle est acceptée, il nous reviendra ensuite, dès son adoption, de nous mobiliser pour aller plus loin et plus fort qu'elle. Et le plus vite possible. Parce que le temps est compté. Et que le but du référendum pétrolo-bagnolard est précisément celui de nous le faire perdre. Quant à celui des grévistes du climat, il n'était ni criminel, ni irresponsable. Seulement idiot.

    Lire la suite

  • Lundi, c'est la rentrée scolaire. Mais pas la rentrée culturelle.

    Imprimer

    culture.jpgUn accessoire : la culture

    Un manifeste de 450 acteurs culturels indépendants, soutenus par des personnalités politiques (Mathias Reynard, Micheline Calmy-Rey, Pascal Couchepin), les grands festivals et l'infectiologue Didier Pittet demande que les indépendants du secteur culturel, "injustement exclus de la société au fur et à mesure des décisions prises au niveau fédéral ou cantonal pour combattre l'épidémie",  soient "défendus avec la même ardeur que celle employée pour les autres secteurs de l'économie", et indemnisés au même titre que l'est le personnel des grandes institutions du secteur. Ce serait en effet le moins que l'Etat puisse faire s'il tient à justifier son existence : après tout (et cela vaut aussi pour la restauration), c'est lui qui a contraint les lieux culturels à fermer et les acteurs culturels à attendre la Saint Glinglin pour pouvoir retrouver un public, c'est donc à lui  d'indemniser leurs pertes, de réparer leurs absences. Mais il ne s'agit pas que de cela : il s'agit aussi, surtout, de la place de la culture dans la société -dans la constitution même d'une société qui soit autre chose qu'un agrégat aléatoire d'individus, ou de tribus. Il y a donc bien quelque signification plus profonde que celle de l'urgence elle-même, à ce que les théâtres, les cinémas, les musées, les lieux de concerts, qui tous avaient mis en place des dispositifs particulièrement exigeants contre la propagation du coronavirus, dont aucun n'a été un foyer de contamination, soient fermés (ce qui les innocente au surplus de toute responsabilité dans la reprise de l'épidémie) quand les grands magasins restent ouvert, et que l'on se satisfasse de ce que les créateurs culturels ne puissent rien montrer de leur création à un public. On ne sait si c'est sciemment que les autorités politiques font ce choix -on sait seulement qu'il dit quelque chose de la place qu'elles accordent à la culture : congrue, accessoire, décorative. Si, comme l'écrit Thierry Apothéloz, la culture "c'est ce qui donne un sens à ce qui n'en a pas", quel sens donne la fermeture des lieux de culture à la société et au pouvoir qui les ferment ?

    Lire la suite

  • Un Trump, ça ose tout, c'est même à ça qu'on le reconnaît...

    Imprimer

    Capture d’écran 2021-01-07 002607.jpgNaufrage de Trump. Et du trumpisme ?

    Quoi qu'en puissent suggérer les images de cette nuit de Grand Guignol à Washington (qui nous rappellent celles de la tentative de putsch du colonel Tejero, en Espagne, en 1981),  le Congrès des Etats-Unis va ratifier l'élection de Joe Biden à la présidence, mais après avoir été attaqué pour la première fois depuis 1812 (mais c'était alors par les Anglais -cette fois c'est par des Américains persuadés d'être les seuls vrais Américains) . A l'heure où on écrit, la séance, interrompue pour quelques heures après quelques flibustes parlementaires de retardement et une tentative d'intrusion violente des trumpistes dans le bâtiment du Congrès, a repris, alors qu'en Géorgie, le deuxième tour de l'élection sénatoriale aboutissait à une double victoire démocrate, scellant un équilibre parfait des forces à la Chambre haute (50 démocrates et 50 républicains), la vice-présidente Kamala Harris se voyant confier le pouvoir de départager les votes égaux. Les jeux sont-ils faits pour Trump ? Institutionnellement, sans aucun doute : le 20 janvier, il ne sera plus président des USA et le camp républicain est en capilotade (d'où sa défaite historique en Géorgie). Mais politiquement, c'est une autre histoire. Trump et les siens ont déjà en ligne de mire l'élection présidentielle de 2024 et ils ont beau vivre, imperméable à la raison et insensible à la réalité des fait,  comme une secte dans une sorte de monde parallèle, on peut  compter sur eux pour animer ces quatre prochaines années. Mais pour quel résultat ? Assurer l'élection de la vice-présidente de Biden, Kamala Harris, à la présidence ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Politique, USA 9 commentaires
  • L'Union Européenne s'émancipe de la Grande-Bretagne (mais pas encore l'Ecosse de l'Angleterre)

    Imprimer

    frontière écossaise.jpgBrexciting

    Ouf ! le Brexit, c'est fait : un accord a finalement été signé entre le Royaume-Uni et l'Union Européenne pour sa mise en oeuvre. Un accord sans vainqueur, chacune des parties devant abandonner des revendications initiales. Reste évidemment à assumer, de part et d'autre de la Manche, les conséquences d'une rupture dont la plupart des partisans ne mesuraient précisément pas les conséquences. L'accord ne satisfait peut-être personne (même pas, quoi qu'il en joue, Boris Johnson) mais soulage tout le monde, y compris, en Grande-Bretagne, les partisans du maintien dans l'Union (un mauvais accord valant mieux, pour eux, qu'un "no deal") et, au sein de l'Union, les partisans de son renforcement politique, social et environnemental, à quoi précisément le Royaume-Uni s'était opposé depuis son entrée dans la communauté européenne -au point qu'on se dit (comme De Gaulle le disait) qu'il n'y était entré que pour cela : l'entraver. Finalement, de l'Union Européenne et de la Grande-Bretagne, celle qui s'émancipe de l'autre n'est sans doute pas celle qui le clame le plus fort. Et qui, en quittant l'Union, laisse son vieil adversaire historique, devenu allié et partenaire, la France, en être désormais le seul Etat  à siéger au Conseil de Sécurité de l'ONU, à disposer d'une force nucléaire et à avoir l'ambition d'une politique extérieure autonome de celle des Etats-Unis, même si elle n'a pas à elle seule les moyens de cette ambition -d'où sa volonté d'en doter l'Europe. Parce que c'est désormais  à ce seul niveau qu'il est possible de tenir tête aux USA et à la Chine.

    Hier, Boris Johnson a annoncé le reconfinement presque total des Britanniques...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Europe, Politique 1 commentaire
  • Plomberie budgétaire et débat politique : La Ballade des perclus

    Imprimer

    Demain, ou peut-être lundi soir, ou peut-être toute la nuit de lundi à mardi, le Conseil municipal de la Ville de Genève va plancher sur le budget de la commune. Le débat budgétaire municipal, à Genève est encadré par des lois cantonales qui contraignent les communes à respecter des prescriptions que le canton ne s'applique pas à lui même, ça se fait en trois débats successifs où on peut reprendre au troisième tout ce qu'on avait fini par voter à la fCapture d’écran 2020-12-11 020606.jpgin du deuxième, ça se fait en examinant un à un des amendements qui, lorsqu'ils proposent d'augmenter une subvention, doivent obligatoirement proposer d'en diminuer une autre ou d'augmenter les impôts ou les taxes,  ça commencera demain matin à huit heures et ça pourrait durer jusqu'à mardi matin à huit heures (comme ce fut le cas plusieurs fois ces dix dernières années, même si on compte bien échapper à cette purge), voire rependre à zéro si le Conseil municipal refuse le projet de budget qui lui est présenté... c'est cela, le débat sur le budget municipal de la Ville de Genève pour l'année à venir. Une ballade des perclus. Frères humains qui avec nous vivez, n'ayez les cœurs contre nous endurcis, mais si pitié de nous, pauvres, avez, la Ville en aura plutôt de vous mercy...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : budgets publics, Genève, Politique 1 commentaire
  • Trump sait qu'il a perdu. Cette manche.

    Imprimer

    lobotomie.jpg"Trop, c'est trop"

    Hier, tous les Etats des USA ont confirmé les résultats de l'élection présidentielle. 49 plaintes avaient été déposées par les trumpistes (cornaqués pare l'avocat de Trump, Rudy Giuliani, autrement dit par Trump lui-même) pour tenter d'inverser les résultats dans quelques Etats-clés, ceux qui ont donné à Biden une victoire qui, additionnée aux autres, en a fait le président élu des USA (sauf retournement de veste d'une trentaine de ses grands électeurs). Aucune de ces plaintes n'a abouti, pas même celles qui étaient traitées par des juges républicains, y compris des juges nommés par Trump lui-même, comme le juge fédéral Batten, en Géorgie, qui n'a mis qu'une heure pour débouter les plaignants trumpistes. Leur plainte était précisément la 49ème (sur 49) à échouer, faute de la moindre preuve de fraude : "trop, c'est trop", a soupiré le juge... Lundi prochain, le collège électoral élu en novembre se réunira pour désigner le prochain président. Sauf retournement de veste d'une trentaine de grands électeurs de Biden passant à Trump, Joe Biden sera désigné. Les trumpistes ont certes déjà annoncés qu'il feront recours contre la décision du collège, mais c'est sans espoir. De toute façon, leur ambition n'est plus de faire réélire Trump cette année... mais peut-être en 2024, en bétonnant sa base électorale actuelle, considérable (et en progression depuis 2026...), et d'ici là, de faire tout ce qui est possible pour empêcher Biden de faire ce qu'il a promis qu'il ferait... Car Trump, quoi qu'il en soit de ses gesticulations, sait pertinemment qu'il a perdu la présidentielle. Et ses adversaires savent qu'il n'a par pour autant disparu du paysage politique étasunien. On ne saurait à ce propos que vous recommander la lecture du dossier que "Le Monde Diplomatique" de décembre a consacré à la présidentielle américaine (le journal est dans les kiosques et sur https://www.monde-diplomatique.fr)...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : élections, Politique, USA 2 commentaires
  • Votations fédérales :  Pas déçus en bien...

    Imprimer

    Capture d’écran 2020-11-29 203024.jpgAprès une campagne qui fut celle d'une mobilisation jamais vues depuis longtemps, la déception est au rendez-vous : on aurait bien aimé être surpris d'un résultat démentant nos prévisions, on ne sera pas "déçus en bien"  puisque l'initiative pour des entreprises responsables, acceptée (comme espéré) par une petite majorité (40'000 voix d'avance) du peuple suisse, a été refusée (comme prévisible) par une majorité des cantons, l'initiative contre le financement des armes de guerre étant refusée par le peuple suisse et les cantons (mais acceptée à Genève, dans le Jura, à Bâle-Ville et à Neuchâtel). On reviendra un de ces jours sur la seconde initiative, on s'en tiendra ici à la première : l'initiative pour des entreprises responsables ayant succombé à la vieille règle confédérale de la double majorité du peuple et des cantons, le contre-projet indirect entrera en vigueur, sans avoir été soumis au vote. Ce contre-projet est une tartufferie, un semblant de tout petit pas qui n'aurait même pas pu être fait si l'initiative n'avait exercé une pression et suscité une crainte suffisante pour que la droite parlementaire, et les multinationales elles-même, se résolvent à le proposer. Voilà donc la Suisse dotée d'une loi qu'il va falloir renforcer. Beaucoup renforcer. Sous pression européenne, puisque l'Union européenne va se doter d'une directive sur la responsabilité des multinationales, qui ressemblera beaucoup à ce que proposait l'initiative, ce qui nuance notre déception d'un soupçon de ricanement : que la Suisse ne soit pas membre de l'Union européenne n'exemptera pas "nos" multinationales des obligations posées par cette directive, puisqu'elle s'appliquera à toutes les entreprises actives dans l'Union Européenne -y compris, donc, des entreprises suisses ayant leur siège en Suisse... qui hurlaient à la mort à l'idée de devoir se retrouver devant des tribunaux suisses mais qui pourront être accusées devant des tribunaux européens... Amusant, non ?

    Lire la suite

  • Initiatives populaires soumise au vote dimanche : Partie gagnée ou partie remise ?

    Imprimer

    Bandeau multinationales.jpg

    La procédure constitutionnelle encadrant le droit d'initiative est telle que l'acceptation d'un texte proposé dans ce cadre n'est qu'exceptionnellement accepté : la double majorité du peuple et des cantons est un obstacle considérable. Les derniers sondages sur les intentions de vote lors du scrutin de dimanche laissent supposer qu'aucune des deux initiatives populaire que nous soutenons n'obtiendra cette double majorité (à nous de les faire mentir, ces sondages), mais que toutes deux pourraient obtenir celle qui nous importe le plus, celle du peuple (à nous de les confirmer sur ce point, ces sondages). Si tel devait être le cas, elles ne seraient évidemment pas acceptées, mais elle seraient constitutives d'un nouveau rapport de forces pour un contrôle plus réel des actes des entreprises et de ceux des investisseurs. De sorte que, même si la partie ne devait pas être gagnée, elle ne serait alors que remise. Car nous sommes constants et endurants. Récidivistes et relapses.

    Lire la suite

  • Illibéralisme, démocrature et démocratie : Courber le Droit

    Imprimer

    armalamaison.jpgL'Union Européenne doit faire face au refus des gouvernements de la Pologne, de la Hongrie et de la Slovénie d'accepter que le respect de l'"Etat de droit" soit une condition pour pouvoir bénéficier du plan de relance de750 milliards d'euros prévu par l'UE pour répondre aux conséquences sociales et économiques de la crise covidienne -un plan dont pourtant ces Etats réfractaires seraient d'entre les principaux bénéficiaires. Ce qui pose deux questions : qu'est-ce donc que cet "Etat de droit" dont ces régimes, dits par eux-mêmes "illibéraux", refusent de garantir le respect, et pourquoi s'y refusent-ils ? Et ces deux questions en contiennent une troisième : ces régimes se disent "illibéraux", dont réfracaires au "libéralisme"... mais à quel "libéralisme" ? le politique ? le social ? l'économique ? L'Etat de Droit, dans sa définition la plus simple, c'est un Etat qui respecte le Droit. Or comme dans notre monde, le Droit, c'est toujours le Droit de l'Etat (ou de ses subdivisions régionales ou locales), ou des Etats définissant ensemble le droit international, l'Etat de Droit, ce n'est que l'Etat qui respecte son propre Droit (c'est le moins que l'on puisse exiger de lui tant qu'on n'a pas renoncer à l'abolir), et les principes de sa constitution : la séparation des pouvoirs, le pluralisme politique, l'indépendance de la justice, la liberté de la presse, les libertés individuelles, et même, si possible, la laïcité et le droit d'asile... L'"illibéralisme", ou la "démocrature", c'est un Etat qui veut courber son droit...

    Lire la suite

  • Le véritable contre-projet des multinationales à l'initiative pour des "entreprises responsables" : "C'est pas moi, c'est l'autre"

    Imprimer

    3singes2.jpg

    Syngenta exporte des pesticides très toxiques,interdits en Suisse et dans l'Union Européenne. LafargeHolcim exploite au Nigeria une cimenterie qui pollue l'air et les sols  et empoisonne les voisins. Glencore contrôle des mines qui font travailler des enfants. Mais dans une pleine page achetée au "Matin Dimanche", Glencore se défend, sur le mode de "c'est pas moi, c'est l'autre" : ce n'est pas moi, Glencore, qui "pollue l'eau, empoisonne les enfants et encourage le travail des enfants", ce sont les "coopératives minières locales (...) soumises au contrôle de la société minière d'Etat" et pas à celui de Glencore, qui ne peut "pas décider du lieu où les coopératives opèrent, ni de leurs conditions de travail".  Et Glencore ne peut pas contrôler si les coopératives font ou non travailler des enfants, "elles sont indépendantes". D'ailleurs, c'est à peine si Glencore les connaît. La multinationale n'est même pas "responsable, pas coupable", elle n'est ni responsable, ni coupable, totalement étrangère à ce qui se passe sur le terrain, et de ce que font les entités qui travaillent pour elles. C'est cela, le contre-projet des multinationales à l'initiative pour des "entreprises responsables" de leurs actes : des multinationales irresponsables des actes de leurs sous-traitants locaux...

    Lire la suite

  • La culture indépendante sinistrée par la pandémie

    Imprimer

    musée en ruine.jpgRésister au (co)vide cuturel

    Lieux de création, de représentation, d'exposition, de concerts fermés, tournées annulées, festivals suspendus, artistes indépendants privés de revenus et sans possibilité de toucher le chômage partiel ni les allocations pour perte de gains : le secteur culturel, qui pèse 5 % du PIB suisse, 7 % de celui des centres urbain et autour de 10 % de celui d'un canton comme Genève, a sans doute été le plus touché par les mesures de lutte contre la coronapandémie -plus touchés encore que que ceux de l'hôtellerie et de la restauration, et du petit commerce. Et au sein de ce secteur, si les grandes institutions ont les reins assez solides pour passer cette sale période, et des subventions assurées par les collectivités publiques, les petits acteurs culturels, et plus encore les créateurs indépendants, se retrouvent les plus durement précarisés. Ce n'est pas que les aides fédérales, cantonales, municipales aient été inexistantes -c'est qu'elles n'ont pas atteint ceux qui en avaient le plus besoin. Et que parfois, il ne s'agit que de prêts, ou d'aide accordées comme des dons avant qu'on en demande le remboursement, comme Suisseculture sociale l'a fait pour 104 des 1903 aides qu'elle avait accordée entre mars et septembre (dont la moitié à des musiciens).

    Lire la suite

  • Biden et Harris élus, Trump et Pence battus, une bonne chose de faite ?

    Imprimer

    Capture d’écran 2020-11-08 184756.jpgEvacuation pour Restauration

    Comme d'habitude aux USA (et dans la quasi totalité des démocratie électives), ce sont les media qui ont annoncé le vainqueur de l'élection présidentielle américaine, des jours, peut-être des semaines, avant que soient tombés, Etat après Etat, les résultats définitifs et officiels. Entre l'annonce médiatique et la confirmation officielle, le temps est plus long aux Etats Unis qu'ailleurs, mais la première précède toujours et partout la seconde : en France, on connaît le nom du président élu à 20 heures, alors que le dépouillement n'a même pas encore commencé... Il est vrai qu'en Chine le problème ne se pose pas... Donc, avec (toujours selon les media) 75 millions de votes populaires et au moins 290 "grands électeurs", Joe Biden est président élu des Etats-Unis, contre Donald Trump (71 millions de votes populaires et 220 "grands électeurs"), alors qu'il reste quatre Etats où le résultat est incertain. L'élection annoncée du candidat démocrate et de sa colistière a suscité des scènes de liesses dans les rues des grandes villes, qui ont fait leur élection, pendant que le président sortant se confinait dans son bunker politique et le déni de sa défaite. Partons donc de l'hypothèse que Joe Biden sera effectivement le 46e Président des USA. Pour faire quoi ? lui-même l'a dit : pour restaurer le "rêve américain", le prestige des USA, la démocratie américaine, autoproclamée comme la plus grande du monde. L'évacuation de Trump de la Maison-Blanche n'est donc pas une révolution, mais une restauration. Même si, dans le sillage de Joe Biden, l'élection de Kamala Harris, première femme vice-présidente, est sans doute plus significative des changements sociaux (et donc politiques) en cours aux USA : des centaines de milliers d'électrices et d'électeurs ont probablement voté pour Biden pour pouvoir voter pour elle... en attendant peut-être de voter une fois encore pour elle en 2024 -mais à la présidence, cette fois...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : élections, Politique, USA 7 commentaires
  • USA, trois jours avant le 18 Brumaire...

    Imprimer

    dindon.jpgQui est le dindon de la farce ?

    Nous sommes, aujourd'hui, dans le calendrier républicain, le 15 Brumaire. Naguère, ce fut trois jours avant un coup d'Etat. Et le 15 Brumaire, c'est le jour du dindon. Pas la dinde du Thanksgiving, le dindon d'une farce électorale. On a toutefois encore un doute sur l'identité du dindon : Trump ou Biden ? Avec une participation bien plus importante (67 %) que lors des précédentes scrutins, le résultat final du vote pourra difficilement être délégitimé, mais on ne le connaîtra sans doute que le 8 décembre. En attendant quoi, on constate que les résultats par Etats ont reproduit en gros la carte traditionnelle des votes, sans la "vague bleue" qu'espéraient les Démocrates. Au final, si Biden devait, comme cela semble l'hypothèse la plus probable, vaincre, ce sera sans triomphe, et sans déroute pour Trump. Et si le candidat démocrate aura rassemblé son camp, ce fut moins derrière lui que contre Trump, qui sans la pandémie aurait sans doute été nettement réélu . La campagne en demi-teinte, en quart de teinte, de Joe Biden ne fut pas à la hauteur des espérances de ses partisans, malgré l'entrée en scène de Barack Obama. L'"antitrumpisme" n'a donc pas suffi pour creuser un écart définitif en faveur du candidat démocrate, non plus que la mise en valeur de la stature "présidentielle" de Biden, par contraste avec Trump, dont Obama dit qu'il ne s'est "pas élevé à la hauteur de la fonction" présidentielle "parce qu'il ne le peut pas". Ce diagnostic, les partisans de Trump ne l'entendaient pas, ne pouvaient pas l'entendre, n'acceptaient pas de l'entendre...  pas plus qu'ils n'acceptent l'hypothèse même d'une défaite de leur prophète...

    Le trumpisme survivra à Trump

    "Pour la première fois de notre histoire, une élection va se transformer en référendum sur l'attachement de notre nation à la démocratie", annonçait l'ancienne procureure générale du Michigan Barbara McQuade. La démocratie à l'américaine, Trump et son gang l'ont réduite à un simulacre : c'est ainsi que le Sénat s'est retrouvé muselé et réduit à la servilité par sa majorité républicaine. Et les Etats, qui sont maîtres chez eux de l'organisation des scrutins fédéraux ont, quand ils sont aux mains des républicains, multiplié les entraves à l'exercice du droit de vote par les "classes dangereuses" : suppression de bureaux de vote, purges des listes électorales, empêchement du décompte anticipé des bulletins de vote par correspondance. A quoi s'ajoutent les tentattives d'intimidation des  électeurs par des groupes d'électeurs de Trump, armés et postés près des locaux de vote,comme en Arkansas. Couronnement de ce processus : le refus, de plus en plus explicite au fur et à mesure qu'on s'approchait du jour du vote, de Trump de garantir qu'il respectera le verdict des urnes, jusqu'à ce que hier il annonce carrément que s'il devait être battu, il demanderait à la Cour Suprême de le désigner tout de même comme élu. Parce qu'il lui est inconcevable de ne pas l'être, d'être battu par un Joe Biden.

    Joe Biden ? Tout le contraire de Trump : un "type bien" qui pourra "réparer l'Amérique", pour son biographe français, Jean-Eric Branaa, qui rappelle que Biden est né dans un milieu défavorisé et s'est fait tout seul, à l'inverse de Trump, héritier de la fortune de son père. Biden est sans doute tout à fait acceptable pour les républicains traditionnels : c'est lui qui avait prononcé l'éloge funèbre de John McCain, l'adversaire républicain d'Obama, et il pourrait nommer des républicains dans son gouvernement. Même son âge a fini par être un atout, alors qu'au début de sa campagne il était un handicap (même si après tout, il n'a que quelques années de plus que Trump), une sorte de gage de sagesse. Et une sorte de promesse de transition : il serait président pendant quatre ans, avant de laisser, éventuellement, place à sa vice-présidente, Kamala Harris.

    Car s'ils devaient finalement perdre cette élection présidentielle, les Démocrates ont le temps pour eux. S'il devait être réélu, Trump pourrait encore sévir, et faire des dégâts, pendant quatre ans, mais pas un jour de plus. Et l'évolution démographique, celle de la structure de la population, va dans le sens des démocrates, pas dans celui de la base électorale de Trump et de celle du parti républicain (ou de ce que le trumpisme a fait du parti républicain) : il y aura aux USA toujours plus de latinos, plus de cathos, plus de musulmans, et le poids, au moins quantitatif, des "wasp" (anglo-saxons blancs et protestants) continuera de s'allèger...

    En quatre ans de présidence trumpienne, les USA se sont divisés (ils l'étaient déjà, mais pas au point où ils le sont aujourd'hui) entre démocrates et républicains, entre urbains et ruraux, entre les côtes et le centre du pays, entre "blancs" et "noirs", entre résidents et immigrants, entre cols blancs et cols bleus, entre croyants fondamentalistes et croyants "libéraux", athées et agnostiques (et on en passe, de ces divisions). En quatre ans, l'Union américaine pour les libertés civiques (ACLU) a intenté près de 400 procès (237 plaintes, 160 autres actions en justice) au gouvernement fédéral, parce que selon son directeur, "les attaques contre les libertés et les droits civiques n'ont jamais été aussi importantes dans l'histoire moderne des Etats-Unis". La majorité des plaintes concerne les droits des immigrants et le droit d'asile, les autres aux droits des homosexuels et des minorités "raciales". Toutes les actions de l'ACLU n'ont cependant pas été victorieuses : l'interdiction d'entrée aux USA de ressortissants de certains pays musulmans a été validée, après avoir été modifiée, comme l'interdiction des transgenres dans les forces armées. L'action de l'ACLU contre Trump et son gouvernement a dopé l'association : le nombre de ses membres a plus que quadruplé, pour atteindre 1,8 million de membres, le montant des donations dont elle a bénéficié a atteint 175 millions de dollars après l'élection de 2016, et le nombre de salariés de l'association est passé de 386 à 605 en quatre ans, dont 122 juristes...

    Dans quelques jours, ou quelques semaines, Trump aura peut-être officiellement perdu l'élection présidentielle. Mais un "trumpisme" sans Trump est parfaitement concevable  : le "trumpisme" n'est pas un accident, il existe déjà en version européenne avec un Orban en Hongrie, un Kaczynski en Pologne. La spécialiste des Etats-Unis Maya Kandel estime que même si Trump devait être battu, aux USA aussi "le trumpisme a un avenir indépendant de Trump, et (que) cet avenir est nationaliste, religieux et antilibéral", conforme à la base électorale de Trump, "blanche, rurale et non éduquée". Et imperméable à toute information qui remettrait en cause ses certitudes : "républicains et démocrates vivent dans des environnements informationnels si différents qu'ils n'ont plus guère de perception commune de la réalité" (60 % des républicains ont Fox News comme première, voire seule source d'information). Et puis, Trump a fait des petits et des disciples ailleurs qu'en Amérique : que seraient, que feraient, les Bolsonaro, Modi, Erdogan, s'il ne leur avait pas montré la voie ? Et que feront d'autres, tel Netanyahu, sans leur parrain ?  ils en chercheront un autre ? 

    Lien permanent Catégories : élections, Politique, USA 3 commentaires