multinationales

  • "Multinationales responsables" :  parlement irresponsable...

    Imprimer

    multinationales.jpgAux urnes de parler !

    Après presque trois ans de débats parlementaires sur l'initiative pour des "multinationales responsables de leurs actes, la « conférence de conciliation » des deux chambres a échoué à trouver un compromis entre les deux contre-projets adoptés respectivement par le Conseil national et le Conseil des Etats. Les grandes multinationales et leurs associations de lobbying se sont à nouveau imposées sur tous les plans lors de cette dernière étape. La majorité de droite a choisi le contre-projet le plus creux, le plus inoffensif, le plus insignifiant : celui du Conseil des Etats, qui ne prévoit pas pas de réglementation à l’égard de multinationales comme Glencore et Syngenta et ne leur impose pas de répondre  de leurs actes lorsqu’elles polluent des fleuves ou détruisent des régions entières. Le parlement n’ayant pas réussi à adopter une solution acceptable, l’initiative ne sera donc pas retirée, et sera donc soumise à votation devant le peuple suisse. Comme d'ailleurs l'initiative du GSsA contre le financement des producteurs de matériel de guerre (refusée aussi par le parlement, mais sans contre-projet, celle-là). Il y a décidément de la cohérence politique dans les votes du parlement, même renouvelé l'année dernière, mais c'est la cohérence d'une revendication d'irresponsabilité. A laquelle il n'est de réponse que celle des urnes, et le vote pour les initiatives.

    Lire la suite

  • Campagne pour des "multinationales responsables" : Chaude sera la fin de l'été

    Imprimer

    multinationales responsables.jpgLa coronapandémie a retardé le vote sur l'initiative populaire fédérale pour des "multinationales responsables", mais ne l'a pas annulé : on votera cet automne. Et si la coalition qui soutient l'initiative est prête à la campagne, le lobby des multinationales aussi. Il a agi au parlement fédéral pour couler un éventuel contre-projet qui ait quelque contenu, il va agir sur l'opinion publique pour essayer d'inverser la tendance favorable à l'initiative que révèlent les sondages. Soutenue par la gauche et 120 organisations non gouvernementales, l'initiative propose d'imposer dans la Constitution fédérale un devoir de diligence et une responsabilité juridique des multinationales en matière de droits de l'homme et de l'environnement dans toutes leurs activités et celles de leurs filiales à l'étranger. On se doute que cette perspective ne les enthousiasme guère. Leur lobby a donc commencé à faire campagne, surtout en Alémanie : elles vont, avec l'aide de l'agence de relations publiques proche de la multinationale Glencore, et la complicité du groupe de presse Tamedia  (que la coûteuse pub des multinationales nourrit) consacrer des millions (au moins huit) à tenter de convaincre le peuple (et les cantons) à les exonérer de toute responsabilité sociale et environnementale. La fin de l'été sera politiquement chaude...

    Lire la suite