Logement

  • Deux ans attente de plus pour obtenir un logement social à Genève

    Imprimer

    crise du logement.jpg.jpgMauvais coup de droite...

    La bouée de sauvetage offerte au MCG par la droite "bourgeoise" genevoise, qui a besoin de l'apport de ce parti en déshérence et qui confirme, s'il en était besoin où il campe politiquement, ne s'est donc pas dégonflée : La loi cantonale genevoise qui double le temps d'attente pour pouvoir s'inscrire sur la liste, d'attente elle aussi, d'obtention d'un logement social (HBM, HLM, HM) a été fort malencontreusement, à une majorité de 1500 voix (sur plus de 111'000 votantes et votants), acceptée  en votation, hier. Les villes de Genève (à 52 %, jusqu'à 61 % à la Jonction...) et de Carouge (à 53 %), ont voté contre, les Suisses de l'étranger aussi (ils sont directement visés par une mesure qui leur impose deux ans d'attente de plus pour pouvoir retrouver un logement à Genève), mais ce fut insuffisant :   les communes résidentielles de droite ayant massivement voté pour  la loi (plus de 66 % à Vandoeuvres...), le défaut de mobilisation de la gauche a fait le reste. A Genève, le taux de logement vacant est d'un misérable 0,5 %, et entre 7000 et 8000 demandes de logement social sont sur liste d'attente. Une attente qui dure en moyenne trois ans (sauf cas d'urgence, c'est-à-dire d'absence de logement) auxquels vont donc s'ajouter deux ans d'attente pour pouvoir s'inscrire sur une liste d'attente.  La droite prétendait que sa loi allait réduire la liste d'attente d'un logement ? Elle allongera encore celle des demandes d'aide sociale : "cette loi est antisociale parce qu'elle impacterait fortement des gens que nous accompagnons", résumait avant la votation le directeur du Centre social protestant. Le conditionnel n'est plus de mise, le futur s'impose : elle "impactera"...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Logement, votations 0 commentaire
  • Allez vous loger à Nyon ou Annemasse

    Imprimer

    vignette logement.jpgDeux ans de résidence de plus pour pouvoir s'inscrire sur une liste d'attente d'un logement social ?

    Entre les principales villes de Suisse, l'écart des loyers s'accroît, et désormais, pour louer un appartement de même type et de même surface, on paie deux fois plus à Genève qu'à Bienne ou Lugano : 3500 francs pour un quatre pièce et demi à Genève, 1700 francs à Lugano. Et le rapport est le même pour des appartements plus petits. Explication ? La crise du logement, c'est-à-dire une offre insuffisante de logements financièrement accessibles à la majorité de la population au regard de la demande croissante, vu que la asse !population augmente. Du coup, les loyers augmentent à Genève et baissent à Lugano, où l'offre est suffisante. Et le climat plus agréable, soit dit en passant. Et où un Genevois n'est pas trop dépaysé, vu qu'il y a aussi un lac et une frontière. Et des frontaliers. Et donc un MCG (la Lega). Bref, on résume : le même logement coûte deux fois plus cher à Genève qu'à Lugano. Et c'est le moment que choisit la droite genevoise pour proposer d'allonger le délai de résidence exigible pour pouvoir obtenir un logement subventionné, à loyer supportable (on vote là-dessus dans dix jours, au cas où vous l'auriez oublié). Ce sens de l'opportunité est ébouriffant. Mais explicable : la droite genevoise espère sans doute qu'on passe entre Genève et Lugano d'un écart de loyer du double à un écart du triple, avec le moins possible de logements sociaux, et la plus grosse part possible de loyers libres et de propriétés par étage. Quant à ceux qui ne pourront pas se loger, ils n'ont qu'à s'établir à Annemasse, devenir frontaliers suisses. La «Grande Genève» de la crise du logement, en somme.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Logement, votations 0 commentaire
  • Genève :  durcir les critères d'accès aux logements sociaux ?

    Imprimer

    Capture d’écran 2022-01-24 014233.jpgVictimes de la crise, victimes de la loi

    Dans le copieux menu des votations du 13 février, un objet cantonal risque fort d'échapper à la sagacité du Souverain de la Parvulissime République : une modification de la loi générale sur le logement et la protection des locataires, modification imposée par la droite (PLR, PDC, UDC, MCG), sur proposition du MCG, et combattue par l'ASLOCA, le Rassemblement pour une politique sociale du logement, Caritas, le Centre Social protestant, les syndicats et les partis de gauche, et même le Conseil d'Etat, parce que son objectif est inacceptable : réduire les possibilités d'accéder à un logement subventionné en doublant le temps de résidence à Genève exigible pour pouvoir s'inscrire sur la (longue) liste de demande d'un tel logement : ce délai passerait de deux ans continus pendant les cinq dernières années à quatre ans sur les huit dernières années. Une idée digne de son auteur (le MCG), et une mesure qui frapperait à la fois les nouvelles habitantes et les nouveaux habitants de Genève, venu.e.s de Suisse ou de l'étranger, mais aussi les Genevoises et les Genevois qui, partis vivre un temps hors du canton, voudraient y revenir et n'attendent pour le faire que d'y trouver un logement, et celles qui ceux qui ne sont pas considérés comme des "résidents" dans le canton où ils vivent depuis des années... mais sans logement et donc sans résidence... Victimes de la crise du logement, elles le seraient désormais aussi de la loi sur le logement...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Logement, votations 0 commentaire
  • Pour les 300 à 1000 sans-abris de Genève : Le logement, plus que l'hébergement

    Imprimer

    sdf geneve.jpgOn estime le nombre de sans-abris à de 300 à 1000 personnes à Genève, et une étude sur le "sans-abrisme" (ce barbarisme est récent)  va être lancée par la Ville pour en faire un état des lieux... La Ville assure leur hébergement d'urgence. Elle répond ainsi à une urgence sociale, mais cette réponse ne permet pas la réinsertion sociale des personnes concernées.  Nous (des conseillères et conseillers municipaux socialistes et du Parti du Travail) avons  donc déposé une motion demandant  au Conseil administratif de Genève d'étudier la mise en place egt le coût d'une politique de réinsertion sociale complémentaire et préventive de l'accueil d'urgence, de mise en place d'une structure d'hébergement et de prise en charge sociale personnalisée des sans-abris, ouverte toute l'année dans un bâtiment en surface, de création d'une équipe pluridisciplinaire pour l'accueil des sans-abris et d'établissement d'un programme pour prévenir la perte de leur logement par les personnes en situation de précarité.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Logement, pauvreté, exclusion 2 commentaires
  • Quand Genève veut des logements, mais pas les construire

    Imprimer

    Metropolis 01.jpgDensifier ou étaler ?

    Genève, terre de contrastes : on y vote massivement (comme dans les trois autres plus grandes villes de Suisse) pour construire plus de logements (d'utilité publique, certes, mais ils n'en sont pas pour autant sans emprise sur l'espace), et contre la densification d'une zone urbaine (à Cointrin) occupée par des villas. Les résultats de Meyrin et de Vernier, les communes où les deux déclassements soumis au vote étaient prévus, est exemplaire : 64 et 69 % pour l'initiative demandant plus de logements abordables, 64 et 60 % pour ne pas en construire dans la commune. Les deux projets de déclassement de zones villas à Cointrin ont été refusés à 55,7 et 55,3 %.  En Ville de Genève, qui a de peu refusé les deux projets de densification, ce sont les quartiers les plus friqués et les plus à droite (Champel, Florissant) qui ont fait pencher la balance pour le non, les quartiers populaires et de gauche votant en faveur des deux projets dans le même proportion que le canton les refusait. Résumé par le Conseiller d'Etat Antonio Hodgers, le résultat du vote genevois sur les deux projets de déclassement à Cointrin  sonne ainsi : "les électeurs ont accepté l'initiative de l'Asloca pour des logements abordables, mais ne veulent pas les construire" (il en était prévu 2400). Le choix, pourtant, est simple : la densification ou l'étalement urbain. Construire la ville en ville ou étendre la ville dans l'espace rurbain et rural. Mais si on accepte de densifier, il faut bien le faire là où la densité peut encore être accrue : on ne peut plus densifier aux Pâquis, on ne peut pas le faire en zone agricole, mais on peut encore le faire dans les zones villas. Mais pour cela, il faut les déclasser... Or commentant le résultat des votations de dimanche, Antonio Hodgers annonce que les déclassements prévus vont être suspendus, puisque "les Genevois ont choisi de renforcer la crise du logement".

     

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Logement, urbanisme 1 commentaire
  • Initiative pour des logements abordables : Un coup de collier nécessaire

    Imprimer

    bandeau logement.jpg

    Il y a cinq jours tombait un sondage Tamedia : l'initiative de l'Asloca pour des logements abordables ne recueillait plus, à dix jours du vote, que 48 % d'avis favorables au plan national (elle partait à 60 % de "oui"), et les sondeurs prévoyait son rejet final (avec 58 % de "non"), avec un gros clivage linguistique : les Romands l'accepteraient à 58 %, les Alémaniques ne seraient que 44 % et les Tessinois 47 % à l'approuver. Autre profond clivage, celui qui oppose les villes (qui approuveraient l'initiative à 58 %), les agglomérations (46 % de "oui") et les campagnes 42 % de "oui"). L'engagement massif de la droite, du patronat et des milieux immobiliers contre l'initiative n'est évidemment pas étranger à la baisse du soutien qui lui est apporté (selon les sondages). Une raison de plus pour faire un ultime effort pour renforcer ce soutien.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Logement, Suisse, votations 2 commentaires
  • 10 % de logements d'utilité publique, c'est "démesuré" ?

    Imprimer

    bandeau logement.jpg

    Le satanique droit au logement

    Le  9 février, on vote dans toute la Suisse  sur l'initiative de l'Asloca pour "davantage de logements abordables". L'initiative propose d'accorder dans toute la Suisse, aux cantons et aux communes, un droit de préemption qui est déjà en vigueur à Genève et dans le canton de Vaud : pouvoir acquérir des terrains auprès de privés ou de la Confédération et de ses entreprises (comme les CFF). Et elle pose un minimum de 10 % de logements d'utilité publique (en moyenne nationale) dans les nouvelles construction, de manière à soulager les villes-centre. Un pourcentage que le PDC Vincent Maître trouve "démesuré". Il doit être bien logé, le PDC Vincent Maître. Ou alors, il est logeur : "La Suisse est un pays de locataires... doté d'un parlement de bailleurs", résume la Conseillère aux Etats socialiste tessinoise Marina Carobbio. D'un parlement et d'un gouvernement : il existe "suffisamment de logements de qualité à des prix abordables", écrit le Conseil fédéral dans la brochure de votation. On ne doute pas qu'il existe suffisamment de logements à des prix abordables pour un Conseiller fédéral et une Conseillère fédérale, mais ce Conseiller fédéral et cette Conseillère fédérale pourraient au moins faire semblant d'avoir conscience de la difficulté pour une personne, un ménage, une famille à bas revenu d'en trouver un, de "logement à un prix abordable" (ce que sont, par définition, les logements d'utilité publique)... Quant aux coopératives d'habitation que l'initiative évoque  comme une moyen de faire échapper le logement à la dictature du marché, de la spéculation et du profit, sans doute le sont-elles -mais il ne faut pas non plus oublier qu'y accéder nécessite l'achat de parts hors de portée des plus démunis. En réalité sociale, les coopératives s'adressent précisément à cette fameuse "classe moyenne" dont l'invocation rituelle (surtout en période électorale) tient du moulin à prière tibétain, ici recyclé en goupillon d'exorcisme contre le satanique droit au logement.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Logement, Politique, Suisse, votations 3 commentaires
  • Un vote d'utilité publique

    Imprimer

    bandeau logement.jpg

    Soutenir l'initiative "Davantage de logements abordables"

    L'initiative populaire fédérale de l'Asloca pour "davantage de logements abordables", déposée  avec 125'000 signatures récoltées en un an., sera soumise au vote du peuple et des cantons le 9 février. Elle veut encourager la construction de logements à loyers modérés, en fixant un minimum de 10 % de logements d'utilité publique dans les logements nouvellement construits (soit une proportion double de l'actuelle, qu'aucune disposition légale ou constitutionnelle n'impose), par des maîtres d'ouvrages (collectivités publiques, coopératives) œuvrant précisément à la construction de logements d'utilité publique.  Ces 10 % représentent une proportion tout à fait atteignable : à Zurich, par exemple, l'objectif de la Ville est de 33 % de logements d'utilité publique sur son territoire. L'initiative propose aussi un droit de préemption des cantons et des communes, c'est-à-dire la possibilité pour elles d'acheter en priorité des terrains ou des immeubles mis en vente pour y construire, ou les affecter, à du logement "social", c'est-à-dire aux logements qui échappent à la spéculation, dont les loyers ne sont pas soumis à la loi du rendement maximum et à celle du profit à court terme. Le parlement fédéral et le gouvernement combattent (évidemment) l'initiative, mais selon un sondage Tamedia d'avant Noël, 63 % des Suissesses et des Suisses pourraient la soutenir . Une proportion encourageante, mais qu'il s'agit de maintenir jusqu'au moment du vote, face à une droite qui se met en ordre de bataille contre l'initiative.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Logement, Politique, Suisse, votations 2 commentaires
  • "Construisons des logements pour toutes et tous"

    Imprimer

    Bandeau logement.jpg

    En finir avec la pénurie

    Un vote chasse l'autre : dans dix jours, les urnes genevoises scelleront le destin de l'initiative populaire cantonale "Construisons des logements pour toutes et tous : une priorité en période de pénurie !". Lancée par la gauche, l'initiative propose de rendre obligatoire, tant que sévira une pénurie de logements (moins de 2 % de logements vacants) le recours à la zone de développement en cas de modification des limites de zones pour construire des logements. La droite, fidèle aux milieux immobiliers, combat l'initiative. Aux côtés de la gauche, les syndicats, les associations d'habitants, l'Asloca et la Cigüe (coopérative de logements pour étudiants) soutiennent l'initiative.
    Par ailleurs, un référendum a été lancé contre une modification de la loi sur les zones de développement, modification qui permettrait d'y construire 70 % de logements destinés à la vente alors que 80 % de la population n'a pas la possibilité financière de cette acquisition. Signez-le, et renvoyez la feuille de signature (téléchargeable sur https://www.fichier-pdf.fr/2019/11/14/referendum-asloca/) avant le 6 décembre.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Logement, votations 3 commentaires
  • Quand la Ville seule assume l'hébergement d'urgence

    Imprimer

    soupirail.jpgOtages sans-abris

    On avait plutôt pris l'habitude, et s'était fait sinon une raison, du moins une résignation, de ce que la droite du Conseil municipal de Genève ferraille contre toute tentative de la Ville de mener une politique sociale, et toute proposition du Conseil administratif de donner des moyens (financiers et humain) à une telle politique. La droite municipale s'était opposée à ce que la Ville accorde des allocations complémentaires aux allocations cantonales versées aux retraités et aux invalides les plus modestes. Elle s'était opposée à ce que la Ville accorde une allocations de rentrée scolaire aux familles les moins argentées -puis avait réussi à transformer cette allocation, versée sur un compte postal ou bancaire comme toute allocation, en octroi d'une carte de débit valable seulement dans certains commerces. On ne boudera donc pas notre soulagement à la voir se préoccuper du sort des sans-abris vivant dans les rues, sur les places, dans les sous-sols de la ville -et ils sont des centaines. Les prochaines élections municipales n'y sont pas pour rien ? Qu'importe : on votera (après l'avoir étudiée en commission) sa proposition d'un crédit de 1,8 million de francs. Reste que cet engagement supplémentaire de la Ville dans l'hébergement des sans-abris pose un problème politique : celui du désengagement des autres communes et du canton de cette responsabilité. Un désengagement qui fait de la Ville et des sans-abris les otages d'une non-répartition de la tâche de répondre à une urgence sociale.

    Lire la suite

  • Et PAV (dans la gueule) !

    Imprimer

    doigt pointillé.jpg

    "62 % de logements sociaux, c'est trop", qu'ils disaient, les arracheurs de dents. Et 62 % de "oui" au PAV, alors, vous les avez aimés ?
    A force de prétendre que le projet d'aménagement du PAV comportait "62 % de logements sociaux", les milieux immobiliers et les partis de droite ont réussi à mobiliser presque 62 % de votants en désir ou en besoin (insatisfait), et en tout cas en (longue) attente, de logements sociaux. Sauf que ces fameux "62 % de logements sociaux" brandis comme un épouvantail par la droite, c'était du flan, de l'enfumage. En revanche, les 61,4 % de votes en faveur du projet que la droite combattait sont bien réels, eux... Et ils n'aurait sans doute pas été atteints si la droite la plus bête de Suisse (pas du monde, quand même...) n'avait pas agité comme une menace ("trop de logements sociaux") ce qui est une revendication de la majorité de la population ("plus de logements sociaux". Amusant, non ? Réjouissant, même.

    Quelque chose comme la sanction morale d'un mensonge

    Il y aura donc, si tout va bien, Les 62 % de logements d'utilité publique sur les terrains du PAV en mains de l'Etat. 62 % de logements d'utilité publique, pas 62 % de logements sociaux. Les LUP, ce sont soit des HBM (habitations bon marché), c'est-à-dire de vrais logements sociaux, soit des HM (habitations mixtes), c'est-à-dire des logements destinés à la classe moyenne. Le projet soumis au vote permet 24 % de ces logements sociaux. C'est presque trois fois moins que ce que la droite proclamait sur ses affiches, dans ses tracts et ses annonces publicitaires. Et la limite supérieure pour pouvoir obtenir un HBM, c'est 102'500 francs par an pour une famille de quatre personnes, dans un cinq pièces (la règle, c'est une pièce de plus que le nombre de personnes), qu'elle devra quitter si son revenu dépasse ensuite 174'000 francs par an. Autrement dit, si elle rentre dans la classe moyenne, à qui les HBM ne sont en effet pas destinés, mais à qui sont destinés les HM, soit 38 % des logements prévus, avec une limite de revenu de 248'000 francs pour une famille de quatre personnes dans un cinq pièces. Qui pourra rester dans son logement (avec une augmentation de loyer) si son revenu dépasse cette limite. Et la classe moyenne aura en outre accès à deux autres types de logements prévus au PAV : ceux en loyer libre (26 % de tous les logements prévus sur les terrains en mains de l'Etat, plus ceux prévus sur les terrain s en mains privées) et les logements en propriété par étage en droit de superficie (12 % du total sur le périmètre public, plus ceux sur le périmètre privé). Ces chiffres, ces proportions, étaient évidemment connues des milieux immobiliers. En faisant campagne contre "trop de logements sociaux", ils ne se sont donc pas trompés, ils ont trompé. En clair, ils ont menti. Sciemment, forcément, puisqu'on ment toujours sciemment. De ce point de vue, et quelque critique qu'on puisse faire au projet soumis au vote par Antonio Hodgers (qui n'y était pas obligé), à la réduction de la proportion de logements d'utilité publique dans le total des logements réalisables, à l'intégration de la propriété par étage (fût-elle en droit de superficie) dans le périmètre en mains publiques, son approbation à presque deux contre un par le corps électoral a quelque chose d'une sanction morale d'un mensonge.

    Et maintenant, ce projet, adopté après que la droite immobilière ait réussi à faire croire qu'il comportait 62 % de ces logements sociaux dont les Genevois ont besoin, il va bien falloir avancer dans sa réalisation, sans cultiver l'illusion qu'à lui seul, il pourra résoudre la crise du logement à Genève.  Le président du Conseil d'Etat sortant, François Longchamp, était d'ailleurs inquiet : les Genevois qui se sont installés côté français de la frontière faute de pouvoir se loger correctement côté genevois, pourraient revenir, chassés de Gaule par divers changements légaux (assurance-maladie, droits de succession, imposition des plus-value). Et ils sont 20'000, ces exilés. Ce qui correspond grosso-modo à 10'000 logements. Un peu moins que le nombre de logements prévus au PAV -qui pourraient, si l'hypothèse se confirmait du retour massif des Genevois exilés côté français de la Grande Genève, n'être qu'un rattrapage de tout le retard accumulé dans la construction de logements accessibles à la majorité de la population. Il va donc y avoir d'autres projets d'aménagement à défendre parce qu'ils créent de tels logements, et qu'ils les créent en zone urbaine ou péri-urbaine, sans attenter ni aux espaces naturels, ni aux espaces agricoles.
    Mais là encore, il va falloir les imposer à la droite immobilière (et aux propriétaires de villas...), ces projets. Et nul doute qu'elle nous le resservira, le mythe de "trop de logements sociaux", et qu'elle nous en regratifiera, de l'invocation à la "classe moyenne".
    Parce qu'on ne change pas un discours qui perd.

     

    Lien permanent Catégories : Genève, Logement, urbanisme, votations 2 commentaires
  • Votation cantonale genevoise du 10 juin : Relancer le PAV, ou l'ensabler ?

    Imprimer

    ville-fantome.jpgOn saura dimanche à midi et des poussières ce que les Genevois et voises auront décidé quant au destin du projet d'aménagement du périmètre Praille-Acacias-Vernets (le PAV) : le statu quo, c'est-à-dire la loi issue en 2010 d'un accord entre tous les partis, les milieux immobiliers et ceux de défense des locataires, ou le projet de la modifier, en augmentant la proportion de logements, en diminuant celle de logements subventionnés (dits d'"utilité publique", dont un petite part de logements sociaux, et en introduisant la propriété par étage sur des terrains en mains de l'Etat. Si on reste au statu quo, tous les risques sont réunis d'un ensablement du projet. Si on accepte la proposition soumise au peuple, on pourra le relancer. Avec 2000 logements de plus que les milliers déjà prévus. Ce projet, le plus important projet d'aménagement urbain et de création de logements à Genève depuis cinquante ans, est stratégique, essentiel quantitativement et qualitativement. Quantitativement, par le nombre de logements nouveaux qu'il propose, qualitativement, parce qu'il construit réellement la ville en ville, dans un périmètre déjà urbain.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Logement, urbanisme, votations 0 commentaire
  • Sous le PAV, la rage ?

    Imprimer

    pavL'étrange campagne de la droite

    La droite genevoise appelle à voter NON à la modification de la loi sur le périmètres Praille-Acacias-Vernets (PAV), avec d'étranges arguments. Elle refuse la loi au prétexte qu'elle prévoit 62 % de "logements sociaux" et que "c'est trop". Sauf que si la modification est refusée, c'est la loi actuelle qui restera s'imposer. Et qu'elle prévoit 65 % de ce que la droite appelle des "logements sociaux". Le comité de droite reproche aussi à la modification de la loi de ne prévoir de propriété par étages qu'en droit de superficie. Sauf que si la modification de la loi est refusée, de la propriété par étage, il n'y en aura plus du tout. Donc le comité qui trouve que 62 % de "logements sociaux", c'est trop et que la propriété par étage telle que proposée est "restrictive", se bat en fait contre ses propres critères, pour plus de "logements sociaux" et pas de propriété par étage du tout. Et une densité de logements moindre, puisque le projet soumis au vote double la proportion de logements nouveaux par rapport à celle d'emplois nouveaux ou importés. En fait, il n'est pas un argument des opposants de droite au nouveau projet PAV qui ne se puisse être retourné contre ses auteurs. Et pas un, non plus, qui ne puisse s'expliquer par la rage des milieux immobiliers de ne pas maîtriser le plus ambitieux projet urbanistique de ce début de siècle.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Logement, Politique 0 commentaire
  • Le PAV en votation populaire le 10 juin : Un bon gros "oui" s'impose

    Imprimer

    PAV.jpgLe 10 juin, à Genève, en votation cantonale, on se prononcera sur une loi modifiant les limites de zone du quartier "Praille-Acacias-Vernets" (le fameux PAV), 130 hectares à cheval sur trois communes (Genève, Carouge, Lancy). Plus fondamentalement, il s'agit, en modifiant une loi de 2011, de savoir si on accepte ou non de doubler la part de nouveaux logements par rapport à celle de nouveaux emplois (1900 logements supplémentaires sont prévus, pour arriver à un total de 12'400 logements) et si on ouvre ou non la possibilité de réaliser des logements en propriété par étages, tout en maintenant la part de logements d'utilité publique et en augmentant le nombre de HBM (les logements sociaux aux loyers les plus bas). Toute la gauche (PS, Verts, Ensemble à Gauche, Egalité & Equité, PC, PRG, syndicats), plus le MCG, accepte le projet, toute la droite (PLR, PDC, UDC, Chambre de commerce, Syndicats patronaux, PBD, Verts libéraux -et même "AgriGenève, dont on se demande ce qu'elle vient foutre là-dedans) le refuse (quoique des personnalités de droite le soutiennent, comme Mark Muller, Claude Haegi, Pierre-François Unger, Michel Balestra), en proclamant que "62 % de logements sociaux, c'est trop" (alors que c'est 5 % de moins que dans la loi actuelle), qu'il n'y a "pas assez de PPE" et que celles qui sont possibles ne sont pas de "vraies PPE" (alors qu'il n'y en a pas du tout dans la loi actuelle)...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Logement, urbanisme, votations 3 commentaires
  • Politique (sociale) du logement de la Ville de Genève : Qui loger d'abord ?

    Imprimer

    soupirail.jpgQui loger d'abord ?

    On a beaucoup entendu parler hier soir, sans beaucoup de pertinence, de la politique du logement telle que menée par la Ville de Genève, et par sa Gérance Immobilière (la GIM). A une droite qui refuse une politique sociale du logement priorisant la satisfaction des besoins les plus urgents et les droits des moins aisés, et une "gauche de la gauche" qui dénonce les modalités pratiques d'une telle politique, entre invocations rituelles à une "classe moyenne" à géométrie variable et règlements de compte personnels, la question à se poser est bien celle posée par la Conseillère administrative Sandrine Salerno : "Est-ce que le parc de la GIM doit servir à loger tout le monde ou, comme aujourd'hui, les populations les plus précaires de Genève". Il y a bien là un choix de priorité (voire un choix de société), pour une Municipalité : qui loger d'abord ? Celles et ceux qui ne peuvent pas l'être sans qu'une collectivité publique les y aide, ou "tout le monde", y compris celles et ceux qui n'ont pas besoin d'une telle aide ? Celles et ceux qui n'ont pas de logement, juste un hébergement, ou celles et ceux qui en un qui ne leur convient pas ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Logement, Politique 0 commentaire
  • Genève : le spectre de la densification exorcisé deux fois sur trois

    Imprimer

    banlieue résidentielle.jpg

    La ville en ce jardin

    Contre l’avis d’un comité référendaire solidement ancré à droite pour s'opposer à toute modification de zone remettant en cause quelques privilèges et quelques conforts, les habitant-e-s de la Ville (sauf au Petit-Saconnex...) ont largement approuvé (à 60 %) le préavis positif sur un projet visant à densifier légèrement une zone villa au Petit-Saconnex. Même approbation, dans une proportion plus faible (53,5 %) à Bernex. A Chêne-Bougeries, en revanche, le préavis favorable à la construction d'immeubles sur une parcelle privée a été refusé  à 54,6 % des voix (mais le Conseil d'Etat a adopté un autre plan localisé de quartier prévoyant la construction de 205 logements, et sur lequel le Conseil municipal avait donné un préavis défavorable). Trois votations communales, donc, sur des préavis  d'aménagement combattus par référendum, et deux acceptations sur trois. "On pouvait s'attendre à plus de refus", commente le Conseiller d'Etat Antonio Hodgers, finalement assez satisfait du résultat : plusieurs centaines de logements pourront être construits dans un canton où le taux de vacances de logements ne dépasse pas 0.5% (il en faudrait quatre fois plus), et où la zone villa recouvre près de 60% des surfaces construites pour ne loger qu’environ 10% de la population. Et la commune (Chêne-Bougeries) qui a refusé d'accepter le déclassement d'une zone inconstructible en zone constructible est une commune privilégiée, éloignées des nuisances de l'autoroute et de celles de l'aéroport, avec une zone villas hégémonique et un des impôts municipaux les plus bas du canton.  Le projet était pourtant équilibré, mais il a été fort mal défendu par l'exécutif de la commune (et par le canton, ajoute le propriétaire du terrain...). Le mot d'ordre "pas dans mon jardin" (mais pourquoi pas dans celui du voisin ?) a été suivi à Chêne-Bougeries (et reste mobilisateur ailleurs), lors même (ou du fait même ?) qu'il n'exprime qu'une réflexion urbanistique d'un niveau proche du zéro. Dans "urbanisme" il y a "urbs", la ville. Et la ville, les samsuffistes ne l'aiment pas. Alors qu'objectivement, ils y sont -mais sans l'admettre.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Logement, urbanisme 4 commentaires
  • L'épouvantail de la "densification" plane sur les votations municipales

    Imprimer

    1602.jpgSamsuffisme ou résistance ?

    La "densification" serait-elle devenue (ou re-devenue) à Genève le monstre à abattre et le fléau à combattre ? Les trois votations municipales du 4 mars, portant sur des préavis municipaux concernant des projets de construction de 860 logement à Bernex, Chêne-Bougeries et au Petit-Saconnex, en Ville de Genève, font en tout cas largement usage de ce concept comme d'un épouvantail. Oui, on densifie. Oui Genève est la ville la plus dense de Suisse. Elle l'est d'ailleurs depuis qu'elle est suisse, et déjà auparavant, elle était plus dense que les autres villes de la région. Cela tient évidemment à sa faible superficie (avec plus de 200'000 habitants sur 16 km2, Genève est deux fois et demie moins étendue que Lausanne mais abrite 50 % de population en plus...)  Mais surtout, qu'est-ce que cela signifie, concrètement, la "densité" concrètement, dans la vie des gens (parce qu'une ville, figurez-vous, c'est des gens...) ? La densité de quoi, d'ailleurs ? de population ? de constructions ?  ? le "vieux Carouge", réputé pour sa qualité de vie, est aussi "dense" que les tours de Carouge, et le quartier résidentiel des Tranchées, en Ville de Genève aussi dense que la cité de Meyrin, avec ses grandes barres d'immeubles... L'indice de densité* du projet du Petit-Saconnex est de 1.4 ? La vieille ville de Genève à une densité qui peut dépasser 3.0, les Pâquis une densité qui peut dépasser 3,8... sont-ce des enfers ? Les trois projets combattus densifient, certes, mais fort modérément, dans des quartiers où c'est possible, en assurant des logements aux loyers accessibles et en ayant obtenu l'accord des conseils municipaux. Le résultat des votes municipaux du 4 mars ne sera pas décisif puisqu'il ne porte que sur des préavis et que la décision est en mains du Conseil d'Etat (qui a produit un plan directeur prévoyant la construction de 50'000 logements d'ici 2030) mais il témoignera de la force ou de la faiblesse du "samsuffisme" et de ses nostalgies villageoises.

    * Indice de densité (ID) = surface brute de plancher (SPB) divisé par la surface nette à bâtir (SNB), dans laquelle on ne tient compte ni des surfaces vouées à la circulation, ni de celles vouées aux équipements publics, ni de celles consistant en des mails des espaces verts.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Logement, urbanisme, votations 9 commentaires
  • Reprendre la rue pour le droit à la ville

    Imprimer

    Réchauffer l'été

    Affiche_Unitaire_Couleur.jpgUne grande manifestation sur le droit à la ville aura lieu à Genève le 1er juillet 2017 (14 heures 30, Place de la Navigation), à l'appel d'un front très large d’organisations et à l’initiative de la maison collective de Malagnou (en lutte contre son expulsion) :  un comité réunissant plus d’une trentaine de collectifs de lieux autogérés, d’associations de quartier, de défense des migrant.e.s, de la culture, de la paysannerie contractuelle, de syndicats et de partis politiques, qui ont décidé qu’il était temps de "reprendre la rue" pour "défendre des lieux d’habitation et de vie contre les attaques de politiques irresponsables de mise en compétition des précaires. C’est pourquoi nous refusons notamment l’opposition entre étudiant.e.s et personnes en exil". L'été commence, réchauffons-le.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Logement, urbanisme 2 commentaires
  • Politique sociale ou asociale du logement ?

    Imprimer

    masques.jpgLes masques tombent...

    Il faut remercier les gens qui nous font des cadeaux. Alors on remercie la droite municipale de nous en avoir fait hier soir deux, sous forme de propositions de démantèlement de la politique du logement menée par la commune. Peut-être même n'aurait-on pas dû les refuser, ces cadeaux politiques que nous faisait cette droite-là (sans le MCG). La première proposition voulait porter à 30 % (au lieu de 5 %)I la part des loyers libres dans le total des logements loués par la Ville. La seconde voulait confier à des régies privées la gestion de 10 % du parc immobilier de la Ville. Pouvait-on mieux dire qui la droite élargie défend, pour qui elle roule, ce qu'elle défend ? Et, a contrario, qui la gauche défend, pour qui elle se bat, et ce qu'elle défend ? Les masques tombent...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Logement, Politique 2 commentaires
  • Il n'y aura pas de retour des "congés-vente" à Genève

    Imprimer

    pas de victoire sans lutte.jpgOn ne gagne pas par hasard...

    Par 51,82 %, les Genevois et voises ont refusé un projet de loi des milieux immobiliers incarnés par le député MCG Ronald Zacharias, soutenu par toute la droite, du PDC au MCG en passant par le PLR et l'UDC, visant à "faciliter le rachat de leur appartement par les locataires" -doux euphémisme pour un retour possible des fameux "congés-vente", cette pratique relevant du chantage et qui se résumait en l'injonction "achetez ou partez" adressée par les propriétaire d'un logement à des locataires le plus souvent dans l'incapacité financière d'assumer le premier terme de cette fausse alternative. Un premier enseignement, en forme d'enfoncement d'une porte ouverte, peut être tiré de ce vote contre le projet de la droite : on ne gagne pas par hasard, même à l'arraché : on gagne quand on fait ce qu'il faut pour. Il convient de s'en souvenir, parce que d'autres combats du même genre contre d'autres projets de lois issus du même tonneau, ou pour des projets issus de notre propre barrique, se profilent, contre ou pour lesquels une même mobilisation va devoir se faire, et un même "front commun" se constituer, que ceux qui se sont imposés dimanche, pour au moins préserver le parc locatif, dans une période de pénurie déjà longue, et qui promet de ne pas s'achever à court terme. Pas plus que le conflit politique sur le logement.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Logement, Politique, votations 1 commentaire