Cause toujours - Page 4

  • Nos Pâques à nous : la Commune de Paris

    Imprimer

    Commune de ParisPassion, résurrection ?

    Dimanche dernier, il y avait 150 ans, jour pour jour, que la Commune de Paris était proclamée. Et dimanche prochain, ce sera la Pâque chrétienne, dans le calendrier grégorien. Trahison, procès, exécution, martyre... Vous parle-t-on alors, ici, de la Passion du Christ ou de celle des Communards ? Des deux, frères et soeurs... Et puisqu'après l'exécution, il y a la résurrection, et après la résurrection l'Ascension, et après l'Ascension la Pentecôte, on s'autorisera à une récupération politique parfaitement blasphématoire (mais nous tenons le droit au blasphème comme un droit fondamental) : la Commune de Paris, c'est nos Pâques à nous. Des Pâques de 72 jours. Sans résurrection ? Allez savoir... En tout cas, pas sa récupération : 498 rues et places et 190 écoles portent en France le nom de Louise Michel, qui avait si grande "hâte de s'échapper du vieux monde" , dont pourtant elle ne put pas même s'échapper en étant déportée en Nouvelle Calédonie, où ce vieux monde détruisait celui. plus vieux encore, de ses nouveaux amis, les Kanaks. Ce vieux monde, c'est toujours le nôtre...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Histoire, Politique 16 commentaires
  • Election partielle au Conseil d'Etat genevois : A dans deux ans !

    Imprimer

    Capture d’écran 2021-03-28 233124.jpg

    Genève, Lausanne, Yverdon, Nyon, Renens, Moutier, et même en Valais -et en plus, il faisait beau : on a passé un beau dimanche... Pour en revenir au centre du monde,contrairement aux craintes de beaucoup et aux espoirs de quelques uns, on n'a "pas peu" voté, à Genève, hier (42,74 % de participation). Et vu le résultat, on s'autorisera à ajouter qu'on a "bien voté", dans une élection qui, au terme d'une étrange campagne, et pour un étrange enjeu, a plus mobilisé qu'attendu.  Au premier tour de cette élection partielle au Conseil d'Etat, la participation avait déjà dépassé 48 %, un record depuis 25 ans -mais on se prononçait sur une palanquée d'objets, dont un objet fédéral (l'initiative "antiburqa") et un objet municipal (le parking de  Rive) mobilisateurs. Et lors de l'élection générale du Conseil d'Etat, en 2018, la participation n'avait été que de 35 % au second tour. Vendredi, on l'avait déjà dépassée...  On a donc repourvu par Fabienne Fischer le siège laissé vacant par la démission de Pierre Maudet, qui entendait bien s'y rasseoir. Mais on ne l'a repourvu que pour deux ans. Toutes les cartes de ce jeu de bataille seront rebattues en 2023, avec, aujourd'hui, une gauche à 41,8 % (mais à plus de 50 % dans ses bastions de la Ville, comme les Pâquis, la Jonction, Plainpalais, les Acacias, Saint-Gervais) et une droite à 58.2 % (toutes familles recomposées ensemble, mais les scores de Delphine Bachmann et d'Yves Nidegger sont presque anecdotiques...). Des trois majorités qui nous sont nécessaires pour pouvoir vraiment "changer les choses", on  en gagné une, la gouvernementale. Nous restent donc les deux autres à conquérir, dans les urnes et dans la rue : la parlementaire et, surtout, la populaire. A dans deux ans !

    Lire la suite

  • Réponses à l'urgence sociale et culturelle :  La Ville(et les villes)  à l’œuvre

    Imprimer

    Ballet.jpgPour répondre, à son niveau, à la situation d'urgence sociale et culturelle dans laquelle se trouvent artistes et activistes culturels, le Conseil municipal de Genève a accepté la proposition que lui faisait le Conseil administratif, de trois mesures concrètes (auxquelles s'ajoutent l'étude de plusieurs "pistes de travail", notamment s'agissant du statut  social des artistes). Des mesures qui s'ajoutent à celles que la Ville avait déjà prises et qu'ont prises le canton et la Confédération, les complètent -mais aussi suggèrent à ces deux niveaux institutionnels "supérieurs", s'agissant des soutiens à apporter au milieu culturel, d'aller un peu loin dans l'inventivité que ce dont ils se sont contentés jusqu'à présent. Les mesures proposées par le Département de la Culture et acceptées par le Conseil municipal, assorties du financement nécessaires (quatre millions), consistent  d'abord en la réalisation par une septantaine d'artistes d'oeuvres sur des emplacements d'affichage en Ville : ce fut fait en décembre dernier. Ensuite, des résidences musicales rémunérées sont proposées à des groupes, en partenariat avec l'Usine, la Cave12, l'Alhambra et l'AMR. Ces résidences devraient aboutir à des concerts. Enfin, des résidences d'artiste, elles aussi rémunérées, sont proposées à des artistes en partenariat avec les musées publics et les bibliothèques de la Ville.  (la "Tribune de Genève" d'hier a consacré une pleine page à la première concrétisation de cette expérience, où les artistes sont à la fois en résidence et devant le public des musées (le Museum, le MEG, l'Ariana, le Jardin Botanique, le Musée d'histoire des sciences) et des bibliothèques).

    Lire la suite

  • Le 21 mai, pour la justice climatique et sociale

    Imprimer

    Grève pour l'avenir.jpg

    Grève pour l'Avenir

    Le 21 mai 2021 aura lieu une grande journée d’action et de grève pour la justice climatique et sociale, la "Grève pour l'Avenir" En y invitant, le mouvement de la Grève du Climat lui donne pour objectif de "poser les bases d’un changement à long terme vers une société durable". Le 10 avril des assemblées populaires se tiendront dans toute la Suisse pour préparer la journée du 21 mai (on en trouvera le mode d'emploi sur https://grevepourlavenir.ch/participer/assemblees-populaires/).
    "On ne peut pas rattraper le temps perdu, mais on peut arrêter de perdre du temps",
    (banderole dans la Cité des 300 logements, à Bejaïa).

    Lire la suite

  • Le PS de la Ville de Genève soutient le projet de Cité de la Musique

    Imprimer

    Cité de lamusique.jpgQue se fasse le débat...

    Le référendum  lancé contre le préavis favorable donné il y a six mois par le Conseil Municipal de la Ville de Genève au plan localisé de quartier devant permettre la construction par la Fondation Wilsdorf d'une Cité de la Musique près de la place des Nations, ayant abouti, les habitantes et habitants adultes de la Ville se prononceront le 13 juin, sur ce préavis favorable à un projet que le PS a décidé hier soir de soutenir. Le référendum a été lancé  pour des raisons aussi diverses que les forces qui le soutiennent : associations de quartier, défenseurs des arbres (130 devraient être abattus et remplacés, les plus anciens étant préservés), défenseurs du patrimoine (la villa La Feuillantine, datant de la fin du XIXe siècle, serait détruite), artistes indépendants, partis politiques de droite (UDC) ou de gauche (SolidaritéS, Parti du Travail, Verts), les uns dénonçant le "gigantisme" du projet, d'autres l’abattage d'arbres et la destruction de la villa, d'autres encore le fait que cette Cité de la Musique sera surtout celle de deux institutions musicales, l'OSR et la Haute école de Musique, alors que d'autres formes de musique et d'autres musiciens auraient besoin d'un soutien accru, d'autres enfin craignent que les frais de fonctionnement de l'institution (au moins 14 millions par année) ne retombent sur les collectivités publiques (le vote favorable du Conseil municipal était d'ailleurs assorti d'une double recommandation, s'opposant à tout engagement financier de la Ville pour la Cité de la Musique et recommandant un soutien accru aux musiques de création). Le préavis du Conseil municipal étant consultatif, la votation le sera aussi. Ce qui ne la rend certainement pas inutile pour autant : le peuple de la Ville ne décidera pas, mais il donnera son avis. Et avant cela, un débat public  s'engagera sur les priorités de la politique culturelle genevoise, les moyens dont elle dispose, les rôles respectifs des privés et du public dans sa mise en oeuvre -et les choix de soutenir tel mode d'expression musicale plutôt que d'autres, les grandes institutions plutôt que les musiciens indépendants, les grosses structures plutôt que les petites... Que se fasse ce débat  : si consultatif qu'il soit, le scrutin municipal du 13 juin devrait le permettre... avant, sans doute, si le canton (le Conseil d'Etat, le Grand Conseil) adopte le projet, un vote cantonal après un référendum cantonal...

    Lire la suite

  • Nous avons voté pour Fabienne Fischer, sans aucune hésitation...

    Imprimer

    votez!.jpgEn principe, vous avez toutes et tous reçu (enfin) votre bulletin de vote. Il vous reste à en faire bon usage (jusqu'à jeudi soir par correspondance, dimanche matin au local de vote) pour participer à l'élection partielle au Conseil d'Etat. Vous avez le choix entre deux candidates et deux candidats au deuxième tour de l'élection partielle au Conseil d'Etat genevois. Avec une candidate verte,  Fabienne Fischer, soutenue par le PS, le Parti du Travail, le DAL, les Jeunes Verts, socialistes et Verts libéraux, ainsi que l'Avivo et Pro Velo (SolidaritéS appelle plus jésuitiquement à "faire barrage à la droite"). Derrière elle, à bonne distance au premier tour,  Pierre Maudet. Fabienne Fischer et Pierre Maudet sont sortis du premier tour avec une large avance sur leurs concurrents, dont il ne reste qu'Yves Nidegger, de l'UDC. A ces trois s'est ajoutée in extremis une candidate du PDC, qui au premier tour soutenait le candidat du PLR, mais profite de sa débandade pour faire au moins un tour de piste en espérant rallier à sa candidate, Delphine Bachmann, toutes celles et tous ceux qui à droite ne veulent ou ne peuvent se résoudre ni à voter pour Fabienne Fischer ou Yves Nidegger, ni à voter pour Pierre Maudet, "disqualifié pour exercer une fonction dans un collège gouvernemental". "Disqualifié" ? L'expression est étrange : "disqualifié" par qui ? Ce sont les électrices et les électeurs qui qualifient ou disqualifient une candidature. Ce sont donc eux qui diront dimanche ce qu'ils pensent de celle de Maudet. Espérons avoir fait comprendre ce que nous en pensons, nous, en ayant voté pour Fabienne Fischer, sans aucune hésitation...

    Lire la suite

  • Initiative 99 % : le peuple se prononcera, sans contre-projet

    Imprimer

    initiative, 99 %, Un seul texte, un seul "oui".

    La Jeunesse Socialiste a lancé et fait aboutir une initiative populaire fédérale, dite "99 %", pour taxer à 150 % les revenus du capital au-delà d'une certaine limite, fixée par le parlement, et d'affecter les ressources supplémentaires obtenues par cette taxation (entre cinq et dix milliards de francs) à une réduction de l'imposition des petits et moyens revenus tirés du travail, à des "transferts en faveur de la propriété sociale" ou au financement de prestations sociales (des crèches, des subsides à l'assurance maladie, des prestations complémentaires augmentées à l'AVS-AI) ou de la formation. On ne sera pas exagérément surpris que le Conseil des Etats et le Conseil national aient rejeté l'initiative, sans lui opposer de contre-projet. Les choses ainsi, seront claire, et les partisans d'une imposition plus forte des "super-riches" ne se diviseront pas entre deux textes : il n'y en a plus qu'un... un seul texte, un seul vote :

    www.99pourcent.ch

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Fiscalité, Suisse 4 commentaires
  • TOUT çA N'EMPÊCHE PAS, NICOLAS, QUE LA COMMUNE N'EST PAS MORTE...

    Imprimer

    Capture d’écran 2021-03-18 181626.jpg

    La Commune de Paris a 150 ans

    La Commune de Paris a 150 ans, et en ce mois de mars, et on la commémore ou la célèbre, selon que l'on continue à la haïr ou à s'en réclamer150 ans depuis sa proclamation le 28 mars, 150 ans depuis son écrasement le 23 mai au terme d'une Semaine Sanglante qui ne peut se comparer, avec ses 30'000 morts,  qu'à la Saint-Barthélémy. Elle ne vécut que deux mois de printemps. Ecrasée mais, chante Pottier, "pas morte".

    On l'a tuée à coups de Chassepot
    A coups de mitrailleuse
    Et roulée avec son drapeau
    Dans la terre argileuse
    Et la tourbe des bourreaux gras
    Se croyait la plus forte
    Tout ça n'empêche pas, Nicolas,
    Qu' la Commune n'est pas morte!
    (Eugène Pottier)

    (voir aussi : https://lecourrier.ch/2021/03/17/un-heritage-entre-avant-garde-et-mythe/)

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : commune, Histoire, Politique 11 commentaires
  • Répartition des tâches et des pouvoirs à Genève : "ça ne se présente pas bien"

    Imprimer

    répartition des tâchesDans son "programme de législature 2020-2025", le Conseil administratif de la Ville de Genève se donne pour objectif, ambitieux, d'obtenir "une plus grande autonomie légale de la Ville et un accroissement de ces compétences vis-à-vis du canton", accroissement qu'elle ne pourra d'ailleurs obtenir (et la Municipalité en est parfaitement consciente) que si toutes les autres communes du canton l'obtiennent aussi, la Ville n'ayant pas d'autre statut constitutionnel que celui d'une commune égale aux autres -même si elle est la commune centre, abrite 40 % de la population du canton, qui cultive à son égard méfiance aussi vieille que lui, au point d'avoir tenté de l'abolir purement et simplement en 1815 -elle sera rétablie par une révolution trente ans plus tard, une bonne partie de la droite cantonale rêvant toujours d'une ré-abolition.  Les négociations avec le canton sur la répartition des tâches entre lui et les communes, dont la Ville "ce sera la bataille de la législature" municipale (2020-2025), prévient le Maire de Genève, Sami Kanaan. Qui ajoute : "cela ne se présente pas bien. La réforme est en train de se faire sur le dos des villes avec une menace sur les prestations. Pour la Ville de Genève, les reports de charge pourraient représenter des dizaines de millions de francs", qui manqueront au financement des actions sociales, de la politique culturelle, de l'aménagement du cadre de vie. Si le canton ne revient pas sur ses envies de puiser dans les ressources des communes sans leur donner de compétences supplémentaires, un référendum est pratiquement inévitable. Ce ne sera pas un référendum de la Ville, mais des communes. Parce que la répartition des tâches, si elle n'est pas seulement un transfert des charges, est aussi un partage des pouvoirs.

    Lire la suite

  • Contre-réforme de droite de l'AVS : Faire payer les femmes

    Imprimer

    vignette AVS.jpgLa majorité de droite du Conseil des Etats a voté un report de l'âge de la retraite des femmes (le Conseil national doit encore se prononcer) de 64 à 65 ans, ce que lui proposait le Conseil fédéral, mais en a profité pour raboter (de 270 millions sur 700) les mesures de compensation que le gouvernement proposait pour rendre ce report acceptable par le peuple, qui l'a déjà refusé deux fois. En effet, le report de l'âge de la retraite des femmes provoque une réduction de leurs rentes, (un an de report leur fait évidemment perdre un an de rentes) alors qu'elles reçoivent déjà en moyenne un tiers de pension de 2e pilier en moins que les hommes, qu’elles effectuent aujourd’hui la majeure partie du travail de soins non rémunéré, et donc non constitutif de rente, et que leurs salaires en moyenne plus bas que ceux des hommes aboutissent  des rentes plus basses : la moitié des femmes ayant pris leur retraite en 2018 doivent se contenter de moins de 1754 francs de rente AVS par mois... L'Union Syndicale Suisse a lancé une pétition «  Pas touche aux rentes des femmes », qui a recueilli plus 300'000 signatures. Une bonne base pour, dans les mois à venir, faire pression au Parlement pour une véritable réforme, améliorer réellement les pensions de toute la population -et, le cas échéant, lancer un référendum contre une contre-réforme qui serait imposée par la droite pour faire payer aux femmes une amélioration temporaire (1,4 milliard de francs sur une masse financière de 47 milliards) de la situation financière de l'AVS.  En attendant quoi, on peut toujours signer l’initiative pour une 13e rente AVS. C'est par ici qu'on signe : https://www.avsx13.ch/initiative-ps-2/?src=sp-ps

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Politique, Retraites, AVS, AI, Suisse 5 commentaires
  • L'interdiction de la burqa en Suisse : Une "affaire de civilisation" et un vote sans conséquence directe

    Imprimer

    burqaL'étrange votation

    A un peu plus de 51 % des suffrages et 67'000 voix de différence, l'initiative populaire pour l'interdiction de se dissimuler le visage (dite initiative "antiburqa", puisque c'est autour de la dissimulation du visage des femmes qu'a tourné tout le débat, et le vote) a donc été acceptée, même si elle fait un résultat bien plus modeste que l'annonçaient les sondages, et de six points plus modeste que celui de l'initiative pour l'interdiction des minarets, lancée par le même comité crypto-udéciste. La campagne féministe et antiraciste menée contre l'initiative par des mouvements comme la Grève féministe et des femmes, le "Comité des femmes" ou les Foulards violets n'est pas étrangère à ce recul (les femmes ont majoritairement voté contre l'initiative, comme les y incitait ), et au rejet de l'initiative à Genève, et dans toutes les villes de plus de 100'000 habitants. Localement comme nationalement, le vote "oui" a été majoritairement un vote de droite et le vote "non", un vote de gauche.  A Genève, l'initiative n'a été acceptée que dans de petites communes de droite (à l'exception de Bernex et Chêne-Bourg), et refusée dans toutes les communes de gauche (à plus de 55 % en Ville de Genève, plus de 60 % aux Pâquis et à la Jonction). Ainsi a-t-on voté en Suisse sur des comportements moyen-orientaux et, comme le résume l'islamologue Andreas Tunger-Zanetti, cette initiative , sans effet concret mais avec une lourde charge symbolique, "en dit plus long sur la Suisse que sur les musulmans". Mais qu'en dit-elle vraiment, de la Suisse ? en tout cas, qu'il est infiniment plus facile d'interdire la burqa (les opposants et les opposantes à l'initiative ne la soutenaient pas, ils et elles soutenaient le droit des femmes à la porter si elles le choisissent librement) et de considérer les femmes musulmanes comme un groupe singulier, que de lutter, concrètement, contre le sexisme, le patriarcat, les inégalités entre les genres, ici et maintenant, avec et pour toutes les femmes. Ou de cesser de livrer des armes à l'Arabie Saoudite.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Femmes, Suisse, votations 3 commentaires
  • Les habits neufs du président Maudet

    Imprimer

    poster Mao.jpgQui va-t-on élire à Genève le 28 mars ?

    Dans la "Julie" de samedi, son ancien rédac'chef, Pierre Ruetschi titre sa chronique : "A Genève, la politique peut rendre fou"... Peut-être, en effet... et quand elle ne rend pas fou (ou folle, soyons inclusifs.ves), elle peut atout de même rendre idiot (ou idiote...), ce qui ne vaut guère mieux.  D'où, sinon, nous tomberait ou nous sourdrait ce besoin de chef, cette fascination de l'homme fort droit dans ses bottes, que trimballent le quarteron d'officiers en retraite et le chœur de groupies qui s'épanchent dans les media et les réseaux sociaux pour chanter les mérites de Pierre Maudet (qui se compare lui-même à un char d'assaut) en convoquant, qui Winkelried, qui Bonaparte au Pont d'Arcole, qui De Gaulle le 18 juin 1940 à Londres (on leur saura gré de nous avoir tout de même évité Achille, Hector, Attila, Gengis Khan, Guderian et Joukov, et préféré le Pont d'Arcole à celui de la Berezina), qui le capitaine dont on voit la grandeur dans la tempête (juste avant le naufrage) ? Et on ne vous parle même pas de la réintroduction par les maudétistes du délit de blasphème : s'en prendre à leur candidat équivaudrait à s'en prendre au Prophète... Mais qui diable élit-on dans deux semaines et pour deux ans ?  Un sauveur, un Grand Timonier ?  non : tout simplement, une Conseillère d'Etat ou un Conseiller d'Etat.. quelqu'un qui ne se prenne pas pour le centre du monde, ne considère pas qu'abaisser les autres soit un moyen de se grandir et refuse qu'en 2021, dans une démocratie, un Etat puisse encore fonctionner sur le mode du garde-à-vous, de l'injonction "alignez-couvert" et de l'ordre de marche. Les habits neufs du président Maudet ressemblent tout de même trop à d'anciens uniformes...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : élections, Genève, Politique 2 commentaires
  • Indemnisation des pertes de revenus lors de la première vague covidienne : C'est un beau mot, "solidarité"

    Imprimer

    vignette indemnisation.jpgLa loi d'indemnisation des pertes de revenus dues à la première vague du Covid a été massivement ratifiée, à plus de deux contre un, par les Genevois et voises, un résultat dont la netteté nous a surpris nous-mêmes, et a atterré ceux, le MCG et l'UDC, qui avaient lancé contre la loi un référendum dilatoire rendu possible par le refus de la droite d'accorder à cette loi la clause d'urgence qui lui aurait permis d'entrer en vigueur à l'automne dernier. La droite de la droite, PLR compris, avait fait de cette votation sur une mesure nécessaire, et urgente, de solidarité  un référendum sur le travail au noir, parce que la loi ne fait pas de différence entre ses potentiels bénéficiaires selon leur statut légal, ou son absence. "Vérité alternative" qui n'a pas trompé : toutes les personnes qui ont perdu leur revenu au printemps dernier du fait du confinement général pourront être indemnisées. Toutes. Mais plus tardivement qu'il aurait fallu. Il n'empêche : le vote genevois signifie bien que le mot de "solidarité" a pris, à la faveur de la crise sociale provoquée par la pandémie, une force nouvelle. C'est un beau mot, "solidarité", et là, il est aussi synonyme d'une reconnaissance de la dignité et des droits des travailleuses et des travailleurs les plus précarisés.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : pandémie, épidémie, covid 0 commentaire
  • Election partielle au Conseil d'Etat genevois : Façon puzzle ou bonneteau

    Imprimer

    Pierre Maudet se hissant à la deuxième place de l'élection partielle au gouvernement genevois, loin devant le candidat officiel de son ex-parti (le PLR), Cyrl Aellen (mais aussi loin derrière la candidate des Verts et du PS, Fabienne Fischer), ce fut la surprise de cette élection. La batterie de casseroles trimballées par Maudet n'a pas dissuadé une part considérable de l'électorat radelibe de continuer à voter pour lui, comme il le fait depuis quinze ans. Son succès, Maudet l'a en effet construit dans cet électorat et dans les communes et les arrondissements PLR : il cartonne à Cologny,  ou Vandoeuvres, pas  à la Jonction ou aux Pâquis. En face, Fabienne Fischer rassemble l'électorat du PS et des Verts et Morten Gisselbaek celui du Parti du Travail. Entre les deux, le vert libéral Michel Matter double le score de son parti, et sur la droite de tous les autres, l'UDC Yves Nidegger double aussi le score du sien. Au deuxième tour, le PLR et les Verts libéraux ne présentant ni ne soutenant plus personne, on va retrouver face à face Fabienne Fischer, pour qui le PdT a retiré son candidat, et Pierre Maudet, mais on va aussi retrouver Yves Nidegger, et trouver une candidate du PDC (qui était sensé soutenir le candidat du PLR ou premier tour, mais qui a peut-être plutôt soutenu le candidat des Verts libéraux), Delphine Bachmann. Orphelin de son candidat et de tout mot d'ordre, l'électorat du PLR va donc arbitrer, non sans doute l'élection elle-même, mais la course à la primature à droite. La course, ou le bonneteau. Car c'est bien à droite que campe Maudet... Une droite façon puzzle dont, encore sans parti, il est la plus grosse pièce...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : élections, Genève, Politique 3 commentaires
  • Clé-de-Rive : les habitants archivent le projet de parking

    Imprimer

    Rond-point de Rive.jpegR.I.P

    Le projet de parking "Clé-de-Rive", vendu comme un projet de zone piétonne, a été balayé (à deux contre un, aucun arrondissement de la Ville ne l'ayant soutenu) par les habitants de la Ville. C'est un message sans ambiguïté : nous voulons des zones piétonnes, nous soutenons la mobilité douce, les déplacements piétons, les parcours cyclables, les transports publics, nous ne voulons payer ni les unes, ni les autres, par de nouveaux silos à bagnoles. Le projet de parking Clé-de-Rive expédié aux archives par les habitants y attend désormais celui de traversée routière de la rade ou du Petit-lac. Et le quartier de Rive, lui, attend un nouveau projet. Il existe : c'est celui défendu par une initiative municipale qui a abouti : une vaste zone piétonne, sans parking supplémentaire, sans "hub" de transports publics. Bref, là encore, on peut reprendre le mot d'ordre d'Yvette Jaggi qu'on reprenait déjà hier à propos de l'élection partielle au Conseil d'Etat: "c'est pas le moment de mollir"...

    Lire la suite

  • Votations et élection  : Tous nos "non", tous nos "oui"

    Imprimer

    Bienvenue chez nous.jpgNous sommes le 8 mars. Et c'est la journée internationale de lutte pour les droits des femmes. Et c'est un lendemain de votations, qui ont produit des résultats pour le moins contrastés. De ces résultats, on glosera plus en détails dans les jours qui viennent, on se contentera aujourd'hui de se féliciter des votes cantonaux (y compris le prononcement sur les enjeux fédéraux) et du vote municipal genevois : c'est "non" à tout ce à quoi nous nous opposions, et "oui" à  ce que nous soutenions : "non " à l'initiative udéciste sur l'interdiction de se dissimuler le visage (dite "antiburqa"), à l'accord de libre-échange avec l'Indonésie, à la loi sur l'identité électronique et, massivement, au parking Clé-de-Rive. Et c'est un "oui" tout aussi massif à l'indemnisation sans discrimination des travailleurs et travailleuses précaires. Que du bonheur ? N'exagérons pas : nos orgasmes politiques sont plus genevois que suisses. On notera que la multiplicité des objets a sans doute contribué à gonfler la participation : à Genève, elle a dépassé les 50 % pour les objets fédéraux et cantonaux, et, sans y arriver pour l'objet municipal en Ville, y atteint un record pour une votation municipale... Cette hausse de la participation, assez inattendue en période covidienne, a certainement eu un effet sur les résultats -et sur chaque résultat, spécifiquement.  Deux résultats méritent en tout cas qu'on s'y attarde déjà un peu aujourd'hui, avant que d'y revenir : l'initiative dite "antiburqa", mollement acceptée au plan national et mollement refusée à Genève,  et le premier (bon) tour de l'élection partielle au Conseil d'Etat genevois.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : élections, Femmes, Politique, Suisse, votations 0 commentaire
  • Genève : 15 millions pour aider les plus précaires

    Imprimer

    vignette indemnisation.jpgMinimum vital...

    Il est trop tard pour voter par correspondance -si vous ne l'avez fait, et que vous ne renoncez pas à user de vos droits politiques, il vous faudra vous rendre au local de vote de votre commune ou de votre quartier dimanche matin. Pour, notamment, soutenir la proposition du Conseil d'Etat et du Grand Conseil de consacrer 15 petits millions (moins de deux pour mille du budget cantonal) à aider celles et ceux qui, lors de la première vague de la pandémie, n'ont reçu aucune aide pour compenser la réduction, voire la perte totale, de leur revenu. 660'000 personnes étaient déjà touchées par la pauvreté en Suisse avant la pandémie, rappelle Caritas. Et un rapport du Conseil d'Etat genevois annonçait en 2016 qu'un.e habitant.e du canton sur six vit dans une situation de pauvreté, et un sur quinze recourt à l'aide sociale. C'est ce à quoi la proposition soumise au vote populaire, parce que combattue par un référendum de l'UDC et du MCG (qui l'ont fait aboutir en payant les récolteurs de signatures) , veut contribuer à répondre. Elle aurait pu le faire déjà à la fin de l'année dernière, le référendum en a retardé la mise en oeuvre. Reste donc à l'assurer. Parce que la situation a encore empiré, que les demandes d'aide sociale ont continué à augmenté, que les dégâts de la première vague pandémique ne sont toujours pas réparés, que ces quinze millions ne sont qu'un minimum vital et qu'un référendum dilatoire ne résorbe aucune urgence.

    Lire la suite

  • "Clé de Rive" : un refus "dynamique et convivial"

    Imprimer

    vignette PS parking Rive.jpgVous avez jusqu'à ce soir pour voter, si vous habitez en Ville de Genève, sur le projet de parking "Clé-de-Rive". On a dit "projet de parking" ? Mille excuses : non, ce n'est pas un parking dont des privés veulent gratifier les abords du rond-point de Rive, sans avoir eu à se soumettre à une étude d'impact environnemental : c'est, insistent-ils dans toute leur campagne, un "hub de mobilité". De six-étages en sous-sol, pour 500 voitures et 400 deux-roues motorisés. C'est vrai qu'on pourrait confondre avec un parking... Mais  ce n'est pas un parking, c'est un "pôle de mobilité ultramoderne" grâce à  quoi "convivialité et animation seront au rendez-vous, avec la présence de terrasses et d'un marché permanent". Après des années de travaux, quand même, mais que sont des années de travaux quand on vous promet "une zone piétonne digne de ce nom". Digne de quel nom ? "Clé-de-Rive apportera dynamisme et convivialité" assurent ses promoteurs. Quoi de plus dynamique et convivial, en effet, qu'un parking ? Le refuser, certainement...

    Lire la suite

  • Loi fédérale sur les services d'identification électronique : Mauvaise ID

    Imprimer

    ID électronique.jpgCe n'est pas le thème du scrutin du 7 mars qui fait le plus débat (l'arbre de la burqa cache la forêt des autres enjeux), mais on votera sur l'instauration d'une clé virtuelle d'identité, un login certifiant l'identité de l'utilisateur d'un service en ligne, remplaçant tous ceux qu'on utilise, certifié par l'Etat mais fourni par des acteurs privés, agréés par une commission fédérale, mais poursuivant les buts qui sont ceux d'une entreprise privée, pas d'un service public. C'est précisément cette sous-traitance qui pose problème, et a justifié le référendum lancé par le Parti pirate, et soutenu par le PS et les Verts. Ce n'est pas sur le principe de la mise en place d'un système d'identification électronique unique que porte le désaccord à l'origine du référendum, mais sur les modalités de cette mise en place, et plus précisément la sous-traitance à des entreprises privées de la fourniture de l'identité électronique. Le risque est réel, quoi qu'en nie le Conseil fédéral, de l'utilisation des données par les entreprises prestataires, à des fins purement commerciales. Un sondage Tamedia donne le projet refusé à 56 % (et même 63 % en Romandie). Confirmons ce sondage par nos votes : telle que proposée par la loi fédérale, l'identité électronique est une fort mauvaise ID...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Suisse, votations 1 commentaire
  • Accord de libre-échange entre la Suisse et l'Indonésie : Un doigt dans un engrenage

    Imprimer

    huile de palme.jpgL'accord de libre-échange entre la Suisse et l'Indonésie, soumis au vote populaire le 7 mars (c'est la première fois qu'un tel accord est soumis à un vote populaire à la suite d'un référendum), et qu'un sondage Tamedia donne accepté à 52 % (mais avec 6 % d'indécis, et une marge d'erreur de 1,3 point), a un objectif : réduire au maximum, voire supprimer, les entraves tarifaires ou normatives aux échanges commerciaux entre les deux pays.  L'enjeu du vote est donc à la fois le principe même du libre-échange des marchandises, la nature des échanges entre la Suisse et l'Indonésie et la nature des productions indonésiennes et des productions et services suisses dont, respectivement, la Suisse et l'Indonésie deviendraient la destination. Contre cet accord, et en fonction de ces enjeux, le référendum avait été lancé par la Grève du Climat, Uniterre et Attac. Les Verts les ont rejoints au niveau national pour recommander aujourd'hui le "non" à l'accord, que recommande aussi, désormais le PS (l'Assemblée des délégués du parti suisse en a décidé ainsi, contre l'avis de la direction et du groupe parlementaire) et la "gauche de la gauche" . Toute la droite soutient en revanche l'accord. Le vote du 7 juin en annonce sans doute d'autres sur les mêmes enjeux, puisque d'autres accords de libre-échange sont en négociation, avec le Mercosur (Amérique du Sud), la Malaisie, l'Inde et les Etats-Unis (avec la Chine, c'est déjà fait, en 2014). Dans cet agenda, une acceptation de l'accord avec l'Indonésie créerait un précédent. Comme un doigt dans un engrenage. Huilé de palme.

    Lire la suite