Genève

  • Un printemps genevois de la mobilité douce ?

    Imprimer

    manifavélo.jpg

    Prise de conscience

    Mardi soir, au Conseil municipal, on a adopté trois propositions qui, toutes trois, participent du soutien à la mobilité douce et à la libération de la ville de l'emprise de l'automobile. Trois votes acquis au grand déplaisir de la droite (MCG, UDC, PLR) qui a presque tout tenté pour les éviter et qui, n'ayant pu les éviter, a quitté la salle très fâchée, et plus vexée encore. Trois propositions acceptées, donc : une proposition d'"Ensemble à Gauche" d'accorder un crédit de 500'000 francs pour subventionner l'achat ou la réparation de vélos par les habitants, une demande socialiste de négocier avec le canton la fermeture des quais à la circulation automobile (mais seulement le samedi et le dimanche et seulement jusqu'au 20 septembre), et une résolution proposée par les Verts, et s'opposant au projet de parking "Clé-de-Rive", soumis au vote populaire. Ces votes municipaux s'ajoutent à trois votes cantonaux, au Grand Conseil, début juin : une motion du MCG et une résolution du PLR qui demandaient le retrait des aménagements cyclables installés par la ville ont été refusées, et une résolution d'"Ensemble à Gauche" qui demandait non seulement leur maintien mais leur pérennisation et leur renforcement a été acceptée. Y'a des mois, comme ça, où on a l'impression que les vieux réflexes laissent place à quelque chose comme une prise de conscience : celle qu'il est temps de penser la ville sans la bagnole.

    Lire la suite

  • Le Conseil municipal de la Ville vote un crédit de 6,9 millions pour l'hébergement d'urgence...

    Imprimer

    Et le canton ?

    Un crédit exceptionnel de 6’879’505 francs pour l'hébergement d'urgence a été voté "sur le siège" (sans passage en commission) lundi soir par une très nette majorité du Conseil municipal de la Ville de Genève (seule l'UDC a voté contre). Le Conseil a ainsi suivi une proposition de la Conseillère administrative socialiste Christina Kitsos de prolonger durant l’été le dispositif d’urgence provisoire pour l’accueil des personnes sans-abri dans la caserne des Vernets. Pour Christina Kitsos, « il était fondamental de répondre à l’urgence sociale et de diminuer le risque de foyers infectieux en continuant d’accueillir les personnes sans-abri. En parallèle, il s’agit de trouver des solutions pérennes et en surface avec les communes, l’Etat et les associations ; le logement étant la condition préalable à toute réinsertion sociale. » Le  vote à plus des deux tiers du plénum de la clause d’urgence, qui soustrait ce crédit au référendum,  est le signe de la prise de conscience du Conseil municipal de l'urgence d'apporter une réponse concrète à l'aggravation de la précarisation d'une part croissante de la population. Le crédit voté a été assorti, par un amendement des Verts, d'une demande de partage des responsabilités et des charges de l'hébergement des sans abris entre la Ville, les autres communes... et le canton, l'objectif de la Ville étant celui de "zéro sans abris". Un objectif ambitieux, si la Ville devait le poursuivre seule, même à force précisément d'assumer à peu près seule l'hébergement des sans abri, et donc des plus pauvres d'entre les pauvres, la Ville est porteuse, dans le soutien aux plus précaires, d'une expérience dont ni le canton ni les autres communes ne disposent -le canton ayant même trouvé le moyen de perturber les premières distributions de nourriture en s'en prenant aux bénévoles de la Caravane de la Solidarité.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, pauvreté, exclusion, Politique 1 commentaire
  • Un "nouveau" parti pour la "gauche de la gauche" ?

    Imprimer

    Kolkhozianos.jpgLa nostalgie, camarades

    Ah, les années septante du gauchisme scissipare, avec ses dizaines de groupes concurrents et parfois adversaires (pour finir par devenir franchement ennemis), les maos d'un côté, les troskos dans un autre, mais tous s'attelant à créer le futur grand parti d'avant-garde de la classe ouvrière -on n'aura évidemment garde d'oublier le Parti du Travail dans son pré carré, et les anars partout et nulle part à la fois, comme d'hab'... Alors, une grosse bouffée de douce nostalgie nous a submergé en apprenant qu'un groupe de membres de SolidaritéS proposait de dissoudre la formation de la "gauchedelagauche" (en un mot) au profit d'une nouvelle formation, un "parti unique" (ses partisans mesurent-ils le poids symbolique d'une telle expression ?) de la "gauchedelagauche" (toujours en un mot) mieux implanté dans les quartiers et les couches populaires. Comme si dans l'espace politique se situant lui-même à la gauche du PS et des Verts, un "parti unique" était concevable. Comme si toutes les formations présentes dans cet espace allaient en rangs serrés se fondre dans ce "parti unique". Et comme si cette tentative de le créer était la première du genre et que, si même elle aboutissait, elle allait renouveler en quoi que ce soit le paysage de la gauche, ne fût-elle que de la gauche -et que genevoise.

    Lire la suite

  • On peut donc vider les prisons...

    Imprimer

    Champ-Dollon.jpgChamp Dolent

    Il y eut confinement dans le confinement : pendant deux ou trois mois, les 7000 détenus des prisons suisses ont vu leurs contacts avec le monde "extérieur" encore raréfiés au nom de l'urgence sanitaire : suspension des visites, des congés, des activité sportives, des ateliers, des cours (avec des différences selon les établissements) et les prisonniers devaient donc rester plus longtemps enfermés dans leurs cellules. Les prisons, il est vrai, risquaient d'être des "clusters" ravageurs. Certains cantons, comme Genève, ont en outre fait sortir de prison une partie des détenus (une centaine sont ainsi sortis de Champ-Dollon, la prison la plus surpeuplée de Suisse), en les faisant bénéficier de mesures alternatives à la détention : assignation à résidence (confinement "normal", en somme), bracelet électronique, obligation de signature, ou en renonçant à incarcérer les condamnés à des peines légères. Il est donc possible de vider les prisons, du moins en partie. Merci, camarade coronavirus, d'avoir sans doute d'avoir lu Foucault et Livrozet. en attendant sur une chauve-souris récidiviste d'être embarqué sur un pangolin libertaire.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Justice, prison 1 commentaire
  • "Contre l'extrême précarisation : l'urgente régularisation"

    Imprimer

    file d'attente.jpgDire l'évidence

    Le Conseil municipal de Genève a voté hier, à une forte majorité, contre l'opposition de la nouvelle alliance de droite (le MCG, l'UDC, le PLR) une résolution socialiste ("Contre l'extrême précarisation : l'urgente régularisation") demandant la régularisation de toutes les personnes sans statut légal (dites "sans papiers"). Il y avait à l'origine de cette proposition une image, un constat, un engagement. L'image, c'est celle des files aux Vernets lors de la distribution de sacs de nourriture. L'image des invisibles devenus visibles. Et gênants. Le constat, c'est celui fait par les enquêtes effectuées par Médecins sans frontières auprès des personnes présentes dans ces files : 65 % d'entre elles sont sans statut légal. Et donc sans droit à l'aide sociale. L'engagement, c'est celui que la Ville demande au canton, à la Confédération de prendre : les régulariser, leur donner un statut, et des droits. La Ville ne peut accorder un statut légal à ces personnes : c'est une compétence fédérale. Mais nous pouvons dire qu'elles en ont besoin, et qu'elle soutiendra toutes les mesures qui seront prises pour le leur accorder. A l'ouverture de toutes les séances du Conseil municipal, ses membres sont exhortés à travailler "pour le bien de la cité". Nous n'y avons ajouté que "toute la cité, tous ses habitants". Qu'ils aient ou non un statut légal. Parce qu'ils sont là. Rien que parce qu'ils sont là.

    Lire la suite

  • Mobilité : C'est parti comme en 14

    Imprimer

    tranchées.jpgGuéguerre de tranchées

    Un peu partout dans le monde (et donc, forcément, à  Genève, qui en est la capitale), dès les premières mesures de déconfinement, il est apparu nécessaire, d'abord pour des raisons sanitaires, puis pour des raisons de partage de l'espace public -et de réduction de l'emprise de l'automobile sur les voies de circulation, et enfin pour réduire les émissions de CO2, de développer à la fois les voies réservées aux vélos et les espaces réservés aux piétons. "Ne laissons pas la voiture reprend la place" qu'elle occupait avant la crise, plaide la ministre française de la "transition économique et solidaire", Elisabeth Borne. A Genève, le canton et la Ville, sous l'impulsion conjointe du Conseiller d'Etat PDC Serge Dal Busco et du Conseiller administratif de SolidaritéS Rémy Pagani, ont saisi l'occasion pour pratiquer ce qui était plutôt l'apanage des militants de la mobilité douce : un "urbanisme tactique" consistant à profiter de la libération d'un espace pour l'affecter à autre chose que ce à quoi il était voué. Ainsi sont nées des bandes cyclables prises sur les voies de circulation automobile et les places de stationnement des bagnoles. C'était pragmatique, opportun, et intelligent. Mais ces aménagements ont été placés sur fonds de polémique hargneuse. Parce qu'on est à Genève. Et qu'on a beau être la capitale mondiale du monde mondial, on a des traditions, des réflexes, une normalité quoi, à laquelle on ne va pas renoncer sous le futile prétexte qu'on sort d'une pandémie. Il est bon que dans un monde instable des permanences résistent, et rassurent. Comme une bonne vieille guerre de tranchées entre bagnolomaniaques et "cycloterroristes" (et on a choisi notre camp...)

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Transports 0 commentaire
  • Nouvelle Municipalité et urgence sociale : Passage de témoin

    Imprimer

    Bienvenue chez nous.jpgHier, les nouveaux exécutifs municipaux ont prêté serment. La semaine prochaine, ce sera au tour des nouveaux délibératifs, les Conseils municipaux. De nouvelles municipalités, donc, confrontées à la même urgence sociale comme enjeu prioritaire : la prise en charge des plus démunis. En Ville de Genève, ce fut le mandat d'Esther Alder, ce sera désormais celui de Christina Kitsos que de répondre à l'urgence sociale mise en pleine lumière par les files d'attente du samedi aux Vernets. Christina Kitsos hérite du bilan extrêmement positif d'Esther Alder, mais elle en hérite dans une situation particulièrement difficile. Ce bilan, c'est, pour s'en tenir à la lutte contre l'extrême précarité (sans oublier le reste : les crèches, les logements relais, les allocations sociales), deux fois plus de places d'accueil des sdf en hiver et l'ouverture de places en abri l'été, et, depuis des semaines, le soutien à l'action de la caravane du coeur). Toujours majoritaire au Conseil administratif, la gauche l'est à nouveau au Conseil municipal : elle y sera aussi jugée sur la réponse qu'elle donnera à l'urgence sociale. Une urgence qui ne s'impose d'ailleurs pas qu'en Ville de Genève, même si, forcément, la ville-centre la concentre.

    Lire la suite

  • Fin de "législature municipale" : Ouf !

    Imprimer

    chute de mots.jpgUn nouveau Conseil municipal va entrer en fonction dans toutes les communes genevoises, le 2 juin. Et demain, le Conseil municipal de Genève élu il y a cinq ans tiendra sa dernière séance. Et rendra «hommage» à celles et ceux de ses membres qui ne se représentaient pas ou n'ont pas été réélus. Et aux Conseillères administratives et aux Conseillers administratifs qui ne se sont pas représentés. Et dont on va entendre chanter les louanges après avoir entendu le pire à leur sujet pendant cinq ans. Un grand bal des hypocrisies va s'ouvrir, les hommages vont pleuvoir sur la tête des partants comme la vérole sur le bas-clergé breton.  Quant au Conseil municipal qui tire sa révérence, on ne voit pas pourquoi on lui rendrait hommage. Parce que ses cinq ans de mandature ont été marquées par un fonctionnement si calamiteux qu'on n'a qu'une envie : les oublier. Et oublier la majorité de droite élargie, distendue, écartelée, qui y a sévi, en interrompant les débats par des motions d'ordre, en faisant procéder à des votes sans discussion, en suspendant les séances au prétexte que le Conseil administratif n'y assistait pas, et en prenant des décisions formellement ineptes et annulées ensuite par la surveillance cantonale des communes. Bref, on est bien contents de pouvoir tirer la chasse. Et de passer à autre chose. Et si possible à mieux.

    Lire la suite

  • Après 75 ans de présence, le Parti du Travail quitte le Conseil municipal de Genève

    Imprimer

    cartes de membre PdT.jpgCinq ans de vacances ?

    Ce que vous allez (peut-être) lire aurait pu être dit lors de la dernière séance du Conseil municipal sortant, mais ne pourra l'être -faute à la restriction des possibilités d'intervention à l'"heure des hommages" (tous sincères, évidemment ) aux conseillères municipales et conseillers municipaux (toutes et tous méritantes et méritants, évidemment) qui quittent cet auguste cénacle. Je le publie ici à la première personne, en abandonnant pour l'occasion, le pluriel de majesté ou l'impersonnel d'humilité auquel je suis accoutumé. Parce que s'il y a un peu d'histoire dans tout cela, c'est que dans cette histoire, il y en a un peu de familiale. Donc de personnelle : il n'y a d'histoire que vécue par des gens. Et quand ces gens nous sont proches, leur histoire est aussi, forcément, la nôtre.  Donc la mienne : si je suis là, c'est que mes parents ont procréé juste avant de quitter le Parti du Travail. Si j'ai une soeur, c'est qu'ils ont récidivé, juste après avoir quitté le Parti du Travail. Et si j'ai un frère, c'est qu'ils ont encore récidivé, juste après que le Parti progressiste, scission du Parti du Travail opérée par Léon Nicole, ait échoué à le remplacer... On a, à gauche, un rythme quasi biologique, lancinant : au moins une scission par génération. Et là, le mot génération prend tout son sens...

    Lire la suite

  • Applaudir les petites mains ne suffit pas

    Imprimer

    balayeuse.jpgLa pandémie de Covid-19 et les mesures prises pour la combattre ont mis en évidence le rôle central joué par les travailleuses et travailleurs du secteur du nettoyage dans le maintien d'un cadre de vie, de travail et de relations sociales sain. Ce rôle est assumé majoritairement par des femmes occupées à des tâches  pénibles et mal rémunérées, et qui ont été "externalisées", remise à des sociétés privées, c'est-à-dire privatisées.

    Cette externalisation a entraîné, inévitablement, un dumping salarial et social : il s'agit pour les entreprises soumissionnaires, en concurrence les unes contre les autres, de réduire au maximum les coûts de leurs prestations pour pouvoir faire des offres concurrentielles. Des économies ont ainsi été faites sur le dos des travailleuses, qui ont subi baisses de salaire, réduction de temps de travail avec réduction mécanique de la rémunération, pertes de temps de vacances, péjoration de leurs conditions de retraite, la perte  congé maternité...

    En outre, le secteur du nettoyage est marqué par les inégalités de genre. Les temps partiels sont accordés aux femmes alors que les rares postes à plein-temps sont réservés aux hommes, les femmes sont le plus souvent en charge du nettoyage d'entretien, moins bien rémunéré et moins reconnu que le nettoyage de chantier et le nettoyage spécifique. Ces inégalités se traduisent par de grandes différences de salaire et de retraite entre les nettoyeuses et les nettoyeurs.

    Lire la suite

  • Pangolin fait du vélo

    Imprimer

    pangolin à vélo.jpgDu bon usage d'un temps de crise

    Un crédit est proposé au Conseil municipal actuel (qui devrait en débattre lors de sa dernière session ) par le Conseil administratif, à l'initiative de Rémy Pagani, pour subventionner l'achat et la réparation de vélos par les habitants de la Ville. En même temps, la Ville (le Conseil administratif) a obtenu du canton (le Conseil d'Etat) son soutien dans la création d'une dizaine de kilomètres de bandes cyclables, prises sur les voies de circulation dévolues aux bagnoles et, sans compensation ailleurs, sur une cinquantaine de places de stationnement pour bagnoles et une trentaine pour motos. Il était donc possible à Genève de mettre en oeuvre sans barguigner des mesures incitant à la mobilité douce... Le moment est bien choisi : celui de la "reprise" de l'activité économique, qu'on ne veut pas voir forcément se traduire par une reprise de l'encombrement automobile -les transports publics ne pouvant fonctionner jusqu'à la rentrée de septembre qu'à 40 % de leur capacité (sièges condamnés, distances de sécurité à respecter...), il convient d'éviter que leurs usagers se reportent sur le mode de déplacement urbain le plus absurde : la bagnole, précisément. Mais à peine dessinées, les nouvelles bandes cyclables, pourtant provisoires, font l'objet de la hargne de la droite et du lobby bagnolard, qui enjoignent le gouvernement cantonal et son petit frère municipal de freiner en torpédo, comme sur les vieux vélos militaires. Il convient donc, même si ce n'est pas forcément notre premier réflexe politique, de le soutenir, notre brave gouvernement cantonal, et de soutenir aussi, ce qui nous est plus spontané)notre au moins aussi brave gouvernement municipal. Et de les soutenir, en signant la pétition idoine (sur https://act.campax.org/petitions/oui-aux-nouvelles-bandes-cyclables-a-geneve) et en pédalant sur une de ces nouvelles bandes cyclables. Par exemple au croisement de l'avenue du Mail et de la rue de l'Ecole de Médecine, ce soir, lundi,à 18 heures... en gardant évidemment nos distances. Mais en prenant un pangolin sur le porte-bagage. Après tout, il y est pour quelque chose, dans la naissance de ces bandes cyclables...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Transports 1 commentaire
  • "Grève nationale pour l'avenir" : changement de forme, pas de fond...

    Imprimer

    sirène d'alarme.jpgAlarme, citoyens !

    Aujourd'hui devrait être un jour de grève pour le climat (une "grève pour le futur", si on traduit en français le titre anglais, comme si on pouvait faire grève pour le passé...). Mais aujourd'hui ne sera pas un jour de grève -ou alors virtuelle. Il est vrai que le coronavirus a plus fait pour le climat, dans l'immédiat, que toute grève de ce genre (mais le "déconfinement" va déconfire ce bénéfice transitoire). La trêve se terminant, le retour à l'anormale se dessinant, le combat pour la justice climatique va devoir reprendre, en même temps que le combat pour la justice sociale. Les transports sont la principale source d'émissions de gaz à effet de serre de la Suisse" rappelle l'ATE. La mobilisation pour  "le développement d'une mobilité durable, libérée de l'essence et du diesel" ne revêt pas moins d'urgence qu'il y a trois mois. La grève qui se justifiait avant l'arrivée du virus se justifie donc autant après, si elle va forcément devoir prendre d'autres formes que celles prévues. Mais on peut aussi sortir dans la rue et manifester, même si c'est interdit, en traçant autour de soi un carré de 2 mètres de côté, histoire de reprendre nos droits démocratiques, et pas seulement nos pulsions consuméristes. Pour toutes les autres initiatives à l'ordre du jour, actions décentralisées "symboliques et créatives", actions "surprise" et pour la webradio de la grève, c'est par là : www.challengeforfuture.ch

    Lire la suite

  • Fin de "législature" municipale genevoise : Cohérence de la foirade

    Imprimer

    Bosch- nef des fous.jpgLa "législature" municipale genevoise se clôt donc comme elle a commencé et s'est poursuivie pendant cinq ans : dans la foirade. Le Conseil municipal de la capitale mondiale du monde mondial avait déjà produit une quarantaine de décisions annulées ou dévaluées par le bailli cantonal (à chaque fois pour des raisons formelles, puisque prises sans vérifier si elles étaient conformes au cadre légal...), il achève son mandat en bouquet final avec une session entière annulée avant même d'avoir pu commencer. Chapeau ! Chapeau du bailli, même, comme dans Guillaume Tell. D'ailleurs, il conviendra, pour la "législature" qui va s'ouvrir, de placer à l'entrée de la salle des séances un grand portrait du Conseiller d'Etat en charge des bailliages communaux, afin que nous ne puissions entrer dans les lieux de nos (d)ébats qu'en passant, humbles, sous lui. Il eût été en effet navrant qu'en ces temps de confinement, le respect de l'autorité se perdît.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : commune, Genève, Politique 0 commentaire
  • Du bon usage de deux mois de "confinement"

    Imprimer

    plan piéton Genève.jpgA pied dans Genève

    On a mieux respiré à Genève, ces dernières semaines. Et on s'y est mieux déplacé, malgré le confinement relatif auquel nous nous sommes soumis, et la réduction de l'offre des transports publics : marcher sans entrave et se déplacer à vélo sans risque fut l'étrange privilège de ce temps suspendu... Il ne faudrait pas que le "retour à la normalité" soit le retour à une situation où personne ne peut se déplacer librement  en ville, où les déplacements à pied sont constamment entravés par des ruptures de parcours (feux piétons aux rythmes absurdes, trottoirs obstrués par des deux roues ou des voitures etc...), où les déplacements cyclistes sont dangereux, où les automobiles s'embouteillent les unes les autres et où les transports publics sont piégés dans ces embouteillages... On pourrait mettre à profit l'expérience de ces deux derniers mois pour accélérer (autre paradoxe ?) le passage à la "mobilité douce" : en Ville de Genève, la nouvelle configuration du Conseil municipal, le renforcement des Verts, la solidité du PS (et même la sensibilité de la nouvelle conseillère administrative PDC, et du Conseiller d'Etat PDC dont elle était la collaboratrice...) le laissent espérer...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Transports 1 commentaire
  • Déjà pauvres, désormais démunis

    Imprimer

    caraL'image qui rend visible la pauvreté invisible

    2000 personnes faisant des heures de queue pour recevoir un sac de produits de première nécessité, dans une des villes les plus riches du monde : c'était à Genève samedi et l'image qui a rendu visible la pauvreté invisible a fait le tour de la Suisse -et au-delà. Depuis le début de la pandémie, la Caravane de la Solidarité distribue de la nourriture et des articles d'hygiène à de plus en plus de personnes qui en ont de plus en plus besoin. La Ville de Genève lui apporte son aide, et Médecins sans frontières était là, samedi. A Genève, pas dans un désert, une savane ou un bidonville. Ce ne sont pas ceux qui crient le plus fort qu'il faut que tout reparte "comme avant" qui sont les premières victimes de la crise sociale collatérale de la crise sanitaire : ce sont ceux pour qui "comme avant", c'était déjà la pauvreté, sans aucune possibilité de supporter une baisse, à plus forte raison une perte, de revenu. Invisibles, ils étaient déjà pauvres, les voilà démunis. Mais visibles.

    Lire la suite

  • Nouvelle "législature" municipale : Interrègne confiné

    Imprimer

    pangolin de faced.jpgLes élections passées, leurs résultats validés, les instances politiques municipales devraient être en état de marche -celles qui terminent leur mandat le 31 mai, celles qui commencent le leur le 1er juin. Mais le 18 mars, le Conseil d'Etat avait demandé (ou plutôt imposé...) aux conseils municipaux de suspendre leurs travaux, tant en plénière qu'en commissions, et placé la gestion des affaires communales sous la seule responsabilité des exécutifs -conseils administratifs, maires et adjoints. Depuis, les Conseils municipaux trépignent, veulent se réunir à nouveau, fût-ce virtuellement, sans savoir si des décisions prises dans de telles conditions seraient juridiquement valides,  ni quelles décisions prises par eux sont réellement indispensables et ne peuvent être reportées en mai. Pendant quoi les élues et les élus dans les conseils administratifs négocient entre eux la répartition des dicastères et les partis politiques s'occupent comme ils peuvent à préparer la transition d'un délibératif en fin de course à un délibératif qui n'a pas encore prêté serment et ils alignent les fonctions comme des noix sur un bâton (qui présidera, vice-présidera, le futur Conseil municipal ? c'est le tour de quel parti ? de quelle élue ou de quel élu ? et puisqu'il paraît qu'il en faut un ou une, qui sera chef-fe du groupe parlementaire municipal ? et qui va dans quelle commission)... Etrange interrègne confiné, temps institutionnel un peu suspendu, qui devrait être propice à des réflexions sur les choix politiques fondamentaux plutôt que sur les titres et les postes, non ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : commune, élections, Genève, Politique 0 commentaire
  • Deuxième tour des Municipales genevoises : A gauche, les villes!

    Imprimer

    2eme tour.jpgBon, c'est fait (sous réserve évidemment de recours possibles des perdants) : les 21 dernières communes genevoises à n'avoir pas élu, activement ou tacitement, leurs exécutifs l'ont fait. A un taux de participation à quelques points en dessous de la norme déjà médiocre, les 5 % habituels de vote au local s'étant réduits à un petit pourcent avec la réduction de tous les locaux de vote à une boîte  unique pour tout le canton -ce qui nous rappelle de vieux souvenirs de nos premiers vote, lorsqu'un local unique pour tout le canton s'ouvrait au Collège Calvin le mercredi et le jeudi avant les locaux de quartier et de commune, le vendredi, le samedi et le dimanche (c'était avant l'introduction du vote par correspondance). Au passage, il nous semble que les conditions particulières de ces élections municipales coronapositives devraient suggérer à nos Magnifiques Seigneurs de réintroduire le vote par internet. Tout cela dit, on est très satisfait des résultats de ces élections (malgré la disparition du Parti du Travail du Conseil municipal de la Ville, où il siégeait depuis 70 ans, et de la gauche de la gauche du Conseil administratif, où elle siégeait depuis 50 ans) , avec des majorités de gauche en Ville de Genève, à Meyrin, Onex, Vernier, Lancy, Carouge, Versoix, Chêne-Bourg, Chêne-Bougeries, et au Grand Saconnex.  Onex et Carouge ont même des exécutifs totalement féminins...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : élections, Genève, Politique 4 commentaires
  • Genève, terre de contrastes électoraux communaux

    Imprimer

    funambule.jpgMosaïque d'alliances

    Il vous reste deux jours, citoyennes et citoyens, pour voter au deuxième tour des Municipales genevoises. C'est court si on a attendu aujourd'hui pour s'apercevoir qu'il y a des élections, mais c'est  suffisant si on le savait et qu'on est prêt-e à déposer ou à faire déposer son enveloppe dans la boîte aux lettre du Service des votations et élections (25 Rte des Acacias, de 8 heurs à midi et de 14 à 16 heures).  La Cour de Justice ayant repoussé la demande de SolidaritéS et du MCG d'annuler le deuxième tour, et le taux de participation s'annonçant comme bien moins mauvais qu'on le pouvait craindre, on saura mardi soir qui composera les exécutifs des communes, et d'entre elles des villes, et d'entre elles celle de Genève : ces mêmes exécutifs qui auront dès le 1er juin à prendre les décisions nécessaires pour amortir les conséquences sociales et économiques de la crise sanitaire... En attendant quoi on constate  que Genève est une belle terre de contrastes électoraux communaux : en Ville, le MCG et l'UDC appellent à voter PLR mais à Vernier, c'est la gauche qui appelle à voter PLR. En Ville et à Chêne-Bougeries, les Verts libéraux soutiennent la candidate et les candidats du PDC et des Verts et à Onex la gauche appelle à voter pour la candidate du PDC. Et si en Ville les partis de gauche n'appellent à voter que pour leurs candidates et candidats, nombre de militantes et de militants socialistes et vert-e-s appellent à y ajouter, pour le cinquième siège à pourvoir, soit pour la candidate du PDC, soit (avec la Jeunesse Socialiste) pour celle du Parti du Travail, soit, plus discrètement, pour le candidat de SolidaritéS. Avouez que ça aurait été serait dommage d'annuler des élections aux alliances si foisonnantes...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : élections, Genève, Politique 1 commentaire
  • Elections municipales genevoises : Qu'on en finisse !

    Imprimer

    carte JS.jpgAinsi, la décision du Conseil d'Etat de maintenir le deuxième tour des Municipales genevoises fait toujours débat (et le recours lancé contre elle n'est toujours pas tranché, alors que depuis vendredi on compte déjà 2 % de participation chaque jour). Pourtant, "la campagne s'est surtout déroulée avant le premier tour. Les gens ont déjà eu l'occasion de se faire une opinion", observe la présidente du nouveau parti de droite onésien ECHO, l'ex-PLR Nathalie Keller (candidate au Conseil administratif). A Lancy, la candidate socialiste Salima Moyard ne dit pas autre chose : "la vraie campagne s'est déroulée avant le premier tour déjà. Nos arguments n'ont pas changé en trois semaines". En Ville aussi, où le seul enjeu réel semble bien être l'attribution du "cinquième siège" (celui de Guillaume Barazzone, celui que la gauche réserve à la droite) que se disputent la PDC Marie Barbey et le PLR Simon Brandt (avec, en embuscade, mais assez loin du terrain de jeu, le candidat UDC, les candidats MCG, la candidate du Parti du Travail et le candidat de SolidaritéS), tout a été dit, écrit, et fait au premier tour. Alors qu'on  en finisse : on a autre chose à faire pendant les mois qui viennent que mener une campagne interminable pour un deuxième tour de l'élection d'exécutifs municipaux de qui on a tout de même à attendre (pas trop longtemps) qu'ils puissent faire le boulot qu'on condescend à leur confier.

    Lire la suite

  • Elections municipales genevoises : Qu'on en finisse !

    Imprimer

    carte JS.jpgAinsi, la décision du Conseil d'Etat de maintenir le deuxième tour des Municipales genevoises fait toujours débat (et le recours lancé contre elle n'est toujours pas tranché, alors que depuis vendredi on compte déjà 2 % de participation chaque jour). Pourtant, "la campagne s'est surtout déroulée avant le premier tour. Les gens ont déjà eu l'occasion de se faire une opinion", observe la présidente du nouveau parti de droite onésien ECHO, l'ex-PLR Nathalie Keller (candidate au Conseil administratif). A Lancy, la candidate socialiste Salima Moyard ne dit pas autre chose : "la vraie campagne s'est déroulée avant le premier tour déjà. Nos arguments n'ont pas changé en trois semaines". En Ville aussi, où le seul enjeu réel semble bien être l'attribution du "cinquième siège" (celui de Guillaume Barazzone, celui que la gauche réserve à la droite) que se disputent la PDC Marie Barbey et le PLR Simon Brandt (avec, en embuscade, mais assez loin du terrain de jeu, le candidat UDC, les candidats MCG, la candidate du Parti du Travail et le candidat de SolidaritéS), tout a été dit, écrit, et fait au premier tour. Alors qu'on  en finisse : on a autre chose à faire pendant les mois qui viennent que mener une campagne interminable pour un deuxième tour de l'élection d'exécutifs municipaux de qui on a tout de même à attendre (pas trop longtemps) qu'ils puissent faire le boulot qu'on condescend à leur confier.

    Lire la suite