Banques

  • Les "vieilles histoires" des banques suisses

    Imprimer

    blanchiment.jpgDirty business as usual

    Les révélations de #SuisseSecrets ? Des "cas particuliers", quelques "cas problématiques" datant d'une "époque révolue" et qu'il était "difficile d'éviter", assure le patron de la banque genevoise Lombard & Odier (213 milliards de  francs de dépôts privés en 2021, 25 milliards de plus en un an, 358 milliards si on y ajoute les dépôts d'autres institutions financières) Patrick Odier, ancien président de l'Association suisse des banquiers. Qui ne voit aucune raison de changer quoi que ce soit à la loi qui menace de prison ceux qui rendraient publiques des informations comme celles de #SuisseSecrets. Crédit Suisse et la Fondation Genève Place Financière tiennent le même discours : circulez, y'a rien à voir que de vieilles histoires pas intéressantes. De vieilles histoires, vraiment ? En fait, Business as usual...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Banques, Suisse 0 commentaire
  • #SuisseSecrets de polichinelles

    Imprimer

    Suisse Secrets.jpgPublication de données fuitées sur les clients douteux du Crédit Suisse : pas une révélation, mais une confirmation

    Grâce à un collectif d’enquête international, autour de l' Organized Crime and Corruption Reporting Project, la disponibilité du Crédit Suisse à accueillir l'argent de criminels, de dictateurs, de patrons corrompus, a été confirmée par l'enquête #SuisseSecrets . Et nous disons bien "confirmée", pas "révélée". Parce que cela fait des décennies qu'on sait que les banques suisses sont bien plus tolérante qu'elles le disent à l'égard de l'argent sale. C'est peut-être alors le moment de ressortir du carton des vieux livres descendus à la cave celui de Jean Ziegler qui, il y a bientôt cinquante ans (il date de 1977), avait dénoncé "une Suisse au-dessus de tout soupçon". #SuisseSecrets est une enquête internationale de journalistes et de dizaines de journaux de plusieurs dizaines de pays. Mais pas de journalistes suisses, pas de journaux suisses : les journalistes et journaux suisses ont renoncé à y  participer pour éviter de se retrouver poursuivis du fait de l'existence dans le droit helvétique d'une disposition (l'article 47 de la loi sur les banques), imposée par le PLR, qui permet de condamner qui a publié des informations couvertes par le secret bancaire et obtenues illégalement. L'enquête internationale n'a donc pas eu seulement le mérite de confirmer la permanence du recel bancaire à la Suisse, mais aussi de mettre en cause l'instauration d'une censure construite sur un chantage pesant sur les media suisses : faites silence, ou  retrouvez-vous au tribunal. Voire en prison. Le PS exige  l'abrogation immédiate de l'article sur la censure, des lois plus strictes  et une meilleure surveillance contre la criminalité fiscale, des sanctions efficaces contre les banques fautives et la fin du secret bancaire dans notre pays. Ce serait la moindre des choses, mais la moindre des choses, c'est déjà beaucoup trop pour la majorité de droite du parlement fédéral (et du Conseil fédéral). Reste la voix populaire : donnez la vôtre sur https://suissesecrets.ch/fr/?mtm_campaign=nl&mtm_content=0222

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Banques, Suisse 0 commentaire