asile, réfugiés

  • Quand à la peur des migrants s'est ajoutée la peur d'être sortis de l'espace Schengen

    Imprimer

    Frontex vote.jpgFrontex : le combat continue

    Comme on pouvait s'y attendre (au point qu'on ne le craignait même plus), l'augmentation de la participation de la Suisse au financement de l'agence de garde-frontières et garde-forteresse européennes Frontex a été largement (à 71,5 %) approuvée par le peuple suisse, habituellement bien plus critique à l'égard des institutions et des instances européennes. Les arguments sécuritaires et de confort semblent bien avoir été déterminants dans ce prononcement populaire. En gros, les Suisses ont accepté de payer plus pour Frontex pour que Frontex continue à refouler les métèques, ou à les laisser crever, hors de portée de notre vue, mais sur la fin de la campagne, on avait l'impression qu'on ne votait plus sur Frontex mais sur Schengen, tant les partisans du soutien à Frontex insistaient sur le risque pour la Suisse d'être exclue de Schengen si elle refusait de financer Frontex... On était à deux auriculaires de la Fékniouze, mais ça a marché. Les Suisses pourront donc continuer à prendre l'avion pour Lesbos sans avoir à faire la queue à l'aéroport dans la file "hors Schengen" et la Suisse a fait un pas vers sa réconciliation avec l'Europe. Un pas en piétinant les migrants.

    Lire la suite

  • Frontex : des enquêtes et une démission plus tard, un NON conforté

    Imprimer

    frontexLa teneur d’une enquête de l’Office européen de lutte anti-fraude (Olaf), pas encore publiée, a poussé Fabrice Leggeri, directeur de l'agence de garde-frontières européens Frontex, à démissionner. Deux enquêtes ont en fait été menées en parallèle. La première porte sur des refoulements illégaux aux frontières extérieures de l’Union européenne (notamment la frontière greco-turque) et de violations des droits fondamentaux, la seconde sur des cas supposés de harcèlement de travailleurs de l’agence. Elle tombe mal, cette démission, pour les partisans de l'augmentation de la contribution suisse à Frontex, soumise au vote dimanche, mais elle illustre bien ce qu'est réellement cette "agence européenne". Plusieurs autres  enquêtes, dont une du "Monde", du "Spiegel" et des suisses SRF et Republik*, ont confirmé que cette agence couvrait des refoulements illégaux de migrants entre la Turquie et la Grèce : des bateaux de migrants sont interceptés dans les eaux grecques puis refoulés dans les eaux turques (la Turquie servant de silo de stockage des migrants, comme d'ailleurs la Libye), voire même interpellés alors qu'ils ont réussi à débarquer en Grèce, mis dans des bateaux de garde-côtes grecs, puis dans des canots de sauvetage et repoussés dans les eaux turques. Une pratique totalement illégale... mais conforme aux obsessions des Etats de l'"Espace Schengen" : rendre l'immigration en Europe la plus difficile, voire la plus périlleuse, possible. Les enquêtes sur Frontex et la démission de son directeur confortent en tout cas notre NON au renforcement de la contribution suisse à une agence détournée de sa mission officielle pour complaire à la paranoïa xénophobe régnante.

    *on trouvera plus de détails sur sur l'enquête sur https://www.infomigrants.net/en/post/40166/des-documents-internes-de-frontex-revele-lampleur-des-renvois-en-mer-egee, et, si on est abonné, sur https://www.lemonde.fr/international/article/2022/04/27/refoulements-en-mer-egee-les-recensements-errones-ou-mensongers-de-frontex_6123944_3210.html

    Lire la suite

  • Mieux aider l'Europe à refouler les gueux ?

    Imprimer

    Frontex manif.jpgNo Frontex !

    A l'automne de l'année dernière, les Chambres fédérales ont voté (par 88 voix contre 80 et 28 abstentions) le presque triplement du financement suisse de Frontex, l'agence de garde-côtes et de gardes-frontières (pour ne pas écrire la milice antimigrants) de l'Union Européenne, qui passerait donc de 24 à 61 millions de francs par an. Pour aider Frontex à recruter 10'000 agent.e.s de plus, les armer, leur fournir des équipements de repérage des migrant. Pour mieux les refouler vers la Libye, la Turquie, le Maroc, ou n'importe où ailleurs que sur le territoire de l'Union. Car telle est, en réalité, la mission de Frontex : les traquer et les refouler.  Arraisonner leurs esquifs, mais pas pour les sauver et les accueillir : pour les empêcher de déposer une demande d'asile et les remettre aux garde-côtes des Etats auxquels l'Union a sous-traité l'hébergement des migrants. Et qui ont eux-même sous-traité avec des milices crapuleuses. Contre le financement de Frontex par la Suisse, une coalition de petites organisations, soutenue par la gauche, a lancé un référendum. Qui a abouti. On votera le 15 mai. Le 5 février, le PS suisse a décidé d'appeler à voter "non". On le suit, même si selon le plus récent sondage d'avant vote, 59 % des sympathisants socialistes voteraient "oui". Nous, on votera "non", parce que nous ne voulons pas mieux aider l'Europe à refouler les gueux.

    Lire la suite

  • Plus de 55 000 signatures contre le financement de Frontex

    Imprimer

    Capture d’écran 2022-01-19 230829.jpgNON à la forteresse Europe !

    "Malgré la distance sociale, le froid hivernal et les vents politiques contraires", plus de 55 000 signatures ont été récoltées pour le "référendum contre le financement de l'agence de contrôle des frontières Frontex". Ce résultat, c'est celui de la mobilisation de petites organisations de base, et de personnes motivées par un enjeu qui va bien au-delà des 61 millions que la Suisse officielle veut accorder à la milice anti-migrants de l'Union Européenne. Ce résultat, acquis dans les derniers jours du délai légal,  exprime un refus de la politique migratoire de l'Europe (au sens large, puisque la Suisse en est), une affirmation du droit d'asile et de la liberté de circulation des humains.  Aujourd'hui, les signatures seront remises à la Chancellerie fédérale à Berne aile ouest du Palais fédéral, 17h00 (rendez-vous à 16h30 sur la Place fédérale). 

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : asile, réfugiés, Immigration, Suisse 2 commentaires
  • Il reste encore quelques jours pour faire front à Frontex

    Imprimer

    migrants naufragés.jpgIl ne reste que quelques jours (jusqu'au 19 janvier) pour qu'aboutisse le référendum contre le renforcement du financement de la Suisse à l'agence européenne de gardes-frontières et de gardes-côtes Frontex, lancé par une coalition d'organisations d'aide aux réfugiés, soutenu (trop mollement) par la gauche. Frontex, c'est l'instrument dont l'Europe s'est dotée pour repousser les migrants y cherchant refuge. Et quand on dit "l'Europe", on ne fait pas référence à la seule Union Européenne, puisque la Suisse (notamment) fait de Frontex le même usage que les Etats membres de l'UE. 

    On signe ici, contre Frontex, jusqu'au 17 janvier : https://frontex-referendum.ch/fr/

    Lire la suite

  • La Suisse va-t-elle subventionner pour 61 millions une police européenne anti-migrants ?

    Imprimer

    Frontex: la honte de l'Europe

    Je laisse aujourd'hui la parole à mon vieux camarade Jean Ziegler, auteur du livre (entre bien d'autres) "Lesbos, la honte de l'Europe" (éditions Points-Seuil, 2021), qui nous appelle à soutenir le référendum lancé contre l'augmentation de la contribution financière de la Suisse à la milice européenne anti-migrants, Frontex, fondée en 2005 avec siège à Varsovie : "Ses bateaux d’interception rapides, armés de mitrailleuses lourdes, ses avions, ses drones et son équipement technologique sophistiqué (radars, détecteurs laser, etc.) constituent le bras armé d’une stratégie criminelle ; celle qui est mise en œuvre par la Commission européenne pour empêcher le plus grand nombre possible de réfugiés d’atteindre notre continent et d’y déposer une demande d’asile. La Méditerranée devient "un cimetière froid sans pierres tombales", la "mer des souvenirs (devient) la mer de l'oubli" et nous assistons à un "naufrage de la civilisation", et l'Europe, qui devrait être un "moteur de solidarité", est "déchirée par les égoïsmes nationaux" -mais cela, ce n'est pas Jean (Ziegler) qui le dit, c'est François. Pape de son état. 
    On télécharge le référendum ici : https://www.fichier-pdf.fr/2021/12/07/referendum-non-au-financement-de-lagence-de-garde-frontieres-fro/

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : asile, réfugiés, Immigration, Suisse 2 commentaires
  • Une "Cité de l'immigration" à Genève : Mise en abyme ?

    Imprimer

    Cesar et le pont de Genève.jpgNous (la gauche : PS, Verts, Ensemble à Gauche) avons proposé et fait accepter hier par le Conseil municipal de Genève d'étudier la possibilité d'ouvrir dans la ville un lieu permanent, et central, mettant en perspective, en débat, en visibilité, l'apport pour le moins décisif de l'immigration dans l'histoire genevoise, et, au-delà, dans celles de toutes les villes et toutes les sociétés modernes. Ce lieu, nous l'avons appelé une "Cité de l'immigration",  ce qui pourrait paraître un truisme, ou une mise en abyme, puisque Genève EST elle-même une Cité de l'Immigration. Car si nous avons usé du mot "migration" dans le texte de la proposition, c'est bien de l'immigration dont il s'agit, parce que c'est bien l'immigration qui, aujourd'hui comme hier, ici comme chez nos voisins fait débat. Certes, des centaines de milliers de Suisses ont émigré, jusque dans les années vingt et trente du siècle dernier, en Amérique du Sud, en Afrique du Sud, en Afrique du nord (notamment en Algérie) -mais même alors, ce n'est pas d'eux qui partaient dont ont faisait polémique, mais des immigrants qui arrivaient. Notamment, à l'époque, des immigrants juifs d'Europe centrale et orientale. On a eu beau remplacer ces dernières années le juif par le musulman comme bouc émissaire, le shtetl par le douar comme lieu d'origine de la menace, on est bien resté dans la même paranoïa raciste. Et que tout ce qui peut en réduire l'emprise doit être tenté, même si on peut douter de son éradication définitive. A chaque pays son Zemmour, en somme.

    Lire la suite

  • Rapport sur l'usage de la contrainte dans les Centres fédéraux d'asile : Systématique ou systémique ?

    Imprimer

    Tell.jpgL'ancien juge fédéral Niklaus Oberholzer a rendu son rapport sur l'usage de la contrainte dans les Centres fédéraux d'asile, après la publication de témoignages de vigiles privés employés dans ces centres, et faisant état d'une banalisation de la violence à l'encontre des requérants, de conditions de travail calamiteuses et d'un manque de formation du personnel. Même la Commission nationale de prévention de la torture avait dénoncé un usage trop fréquent, par le personnel de sécurité, de moyens de contrainte disproportionnés. Le rapport Oberholzer confirme des cas de telles réactions disproportionnées, et "peut-être même illicites", à des situations de conflit, mais considère qu'il n'y a pas "d'indice de violation systématique des droits des requérants d'asile ni d'une partialité générale de la part des collaborateurs des services de sécurité". Il n'en fait pas moins plusieurs recommandations : une meilleure formation des vigiles, la présence de collaborateurs du Secrétariat d'Etat aux migrations au sein des centres fédéraux d'asile, une définition plus claire des règles d'usage de mesures disciplinaires, une révision des bases légales portant sur l'usage de la contrainte et de mesures policières. Il y avait donc, sur tous ces thèmes, des problèmes graves à résoudre d'urgence, comme le relève l'Organisation suisse d'aide aux réfugiés (OSAR) : "ce rapport démontre que l'externalisation de tâches de sécurité à des acteurs privés est problématique"; et l'OSAR demande la mise en place rapide d'un bureau indépendant de gestion des plaintes.  Solidarité sans frontières est plus rude dans sa réaction :"les cas de violence des centres fédéraux ne sont que révélateurs d'un phénomène plus large : le système d'asile suisse veut dissuader plutôt que protéger et tant que les centres d'asile seront conçus comme des lieux d'exclusion plutôt que d'accueil, la violence y sera toujours présente", quelles que soient les mesures prises, sur recommandation du rapport Obertholzer. Peut-être ne sont-elles pas "systématiques", mais sûrement sont-elles "systémiques", en ce sens qu'elles sont produites par un système : celui dont la Suisse s'est dotée pour confiner les requérants d'asile dans des centres les plus éloignés possible des villes.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : asile, réfugiés, Immigration 0 commentaire
  • Rapport d'Amnesty International sur les centre fédéraux d'asile suisses : "Que les requérants d'asile soient traités comme des êtres humains" :

    Imprimer

    Capture d’écran 2021-05-21 012929.jpgSous-traitance de la maltraitance

    "Que les requérants d'asile soient traités comme des êtres humains" : Amnesty International ne demande pas la lune en conclusion de son rapport sur les violations des droits humains dans les centres pour réfugié.e.s en Suisse. Le rapport est accablant : il dénonce des pratiques dont les pires "pourraient être assimilés à de la torture" : des coups, des contraintes physiques provoquant l'étouffement (et dans un cas, une crise d'épilepsie), l'utilisation de spray au poivre, l'enfermement dans un container (un requérant y a été victime d'une crise d'hypothermie, et a dû être hospitalisé)... Les requérants victimes de ces pratiques (dont des mineurs non accompagnés)  renoncent le plus souvent à les dénoncer (encore faudrait-il qu'ils sachent à qui les dénoncer...), de peur de faire l'objet d'une décision de renvoi. Le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM) avait déjà été contraint, par de précédentes révélations sur les pratiques dénoncées par Amnesty, de suspendre quatorze  agents de sécurité sévissant  dans les centres de rétention de requérants d'asile, dont huit dans le centre neuchâtelois de Boudry. Ces agents avaient eux-mêmes rédigé les "rapports d'incidents" sur les faits (chaque année, plus d'un millier d'incidents sont enregistrés dans les quatorze centres fédéraux de rétention de requérants d'asile, où sont affectés 350 agents de sécurité), et alourdi ceux reprochés aux requérants pour justifier les violences exercées contre eux, et être couverts par leur hiérarchie. Le SEM a ouvert des procédures pénales, chargé l'ancien juge fédéral Niklaus Oberholzer d'enquêter sur des cas d'usage excessif de la force, veut revoir le recrutement et la formation du personnel de sécurité et créer un bureau externe chargé de recueillir les plaintes des requérants. C'est un petit pas dans la bonne direction -mais un pas insuffisant. Il conviendrait d'en faire un autre : renoncer à sous-traiter à des privés la gestion des centre fédéraux de rétention des requérants d'asile -des centres qu'il faudrait d'ailleurs fermer purement et simplement. Et, comme le demande Amnesty, "prendre des mesures pour prévenir les mauvais traitements, éliminer le racisme et protéger les droits des personnes" dans ces centres. Le Secrétariat d'Etat aux migrations répond que "les éventuelles défaillances sont continuellement corrigées" (il vaudrait toutefois mieux les prévenir qu'attendre qu'elles se produisent pour les "corriger"), mais refuse d'être placé sur le même plan que la Biélorussie ou la Libye et nie que "des douleurs ou des souffrances seraient délibérément infligées aux requérants d'asile afin de leur extorquer des informations ou de les punir", ce qui serait effectivement de la torture. Mais ce faisant, et ce niant, il ne répond pas vraiment aux dénonciations de maltraitances... comme s'il admettait qu'il était inévitable qu'elles puissent se produire... et sans doute d'autant plus inévitable que la gestion de ces centres est sous-traitées à des entreprises privées.

    Lire la suite

  • Pingre accueil de jeunes réfugiés en Suisse

    Imprimer

    Lesbos.jpg L'asile au compte-goutte

    20 jeunes rescapés de l'incendie du camp de réfugiés de Miria, sur l'île de Lesbos, ont été admis en Suisse juste avant Noël, avec 16 autres mineurs venant eux aussi de camps de réfugiés des îles grecques et ayant pour la plupart d'entre eux de la famille en Suisse. Tous ont été sélectionnés par les autorités grecques, en collaboration avec le HCR et des ONG,  pour leur vulnérabilité auront un statut de requérants d'asile et devront suivre la procédure idoine, en étant "relocalisés" -autrement dit, séparés les uns des autres. Le HCR et les villes suisses attendent plus de la Suisse que cet accueil au compte-goutte (qui n'exclut même pas les expulsions et les retours forcés des requérants déboutés vers les pays qu'ils fuyaient) : des milliers de mineurs sans famille sont entassés dans les camps grecs, et à fin décembre, la Suisse n'en avait accueillis que moins d'une centaine (ceux de Noël compris). Cet pingrerie de l'accueil tient d'une tradition assez récente : En près de cinquante ans (1968-2016), la Suisse n'aura accordé l'asile ou une admission provisoire qu'à 300'000 personnes, alors que dans les années cinquante des centaines de milliers de réfugiés, notamment hongrois se sont parfaitement intégrés à la population, fondus dans le décor helvétique, leurs enfants devenant des Suisses et des Suissesses comme les autres. O tempora, o mores...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : asile, réfugiés, Immigration, Suisse 1 commentaire
  • Après l'incendie du camp de Moria (Lesbos) : Le compte-goutte suisse

    Imprimer

    camp de Moria.jpgLe 8 septembre, sur l'île grecque de Lesbos, un incendie a complètement détruit le camp de stockage des migrants de Moria, où 13'000 personnes, dont 4000 enfants. étaient entassées dans une infrastructure prévue pour 2000 personnes. La Covid et les mesures prises pour tenter d'en freiner la propagation dans le camp (couvre-feu) y avait rendu les conditions de vie  encore plus insupportables. Neuf villes suisses, dont Zurich, Genève, Lausanne, Delémont, Fribourg, ont annoncé qu'elles étaient prêtes à accueillir des réfugiés en provenance de Lesbos. Les Maires socialistes de Genève et Lausanne, Sami Kanaan et Grégoire Junod, plaident pour un "engagement plus important de notre pays pour l'accueil de réfugié.e.s", le magistrat popiste (du Parti du Travail, donc) lausannois David Payot ajoute que l'objectif des villes est "que la Confédération organise dans les plus brefs délais une conférence nationale urgente sur le sujet" pour "coordonner les acteurs plutôt que de diluer les responsabilités". Et en face, en haut, au Conseil fédéral, on dit quoi, on fait quoi ? La Conseillère fédérale Keller-Sutter a annoncé que la Suisse ne pouvait accueillir, au compte-goutte, que 20 jeunes migrants, mineurs et non-accompagnés (MNA). A comparer aux 1500 personnes, plus 150 MNA, que la chancelière allemande Merkel a annoncé vouloir accueillir, la France se déclarant prête à en faire autant. Et à comparer aussi aux 14'000 demandes d'asile déposée en Suisse en 2019, presque trois fois moins qu'en 2015.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : asile, réfugiés, Immigration, Suisse 0 commentaire
  • Journée mondiale des réfugiés ou de l'oubli des réfugiés ?

    Imprimer

    geneve_cite_refuge.jpg

    A l'urgence climatique, à l'urgence sociale, à l'urgence sanitaire, s'ajoute une urgence humanitaire et solidaire

    Demain, 2 Messidor, nous célébrerons la journée mondiale des réfugiés. Des réfugiés ou de l'oubli des réfugiés ? "La situation humanitaire est, en ce mois de juin 2020, toujours aussi tragique dans les camps de réfugié∙e∙s des îles grecque", rappelle Amnesty International : 32'500 demandeurs d'asile y sont entassés dans des conditions précaire, pour une capacité cinq fois moindre. Et le gouvernement conservateur, qui a choisi une ligne dure (aux migrants), veut en fermer plusieurs.  Amnesty invite la Suisse et l'Europe à prendre des mesures urgentes et à mettre en œuvre une solution européenne fondée sur la solidarité, et les autorités suisses  à prendre, dès maintenant, les mesures nécessaires pour qu'un large contingent de personnes en quête de protection puisse être admis le plus rapidement possible en Suisse. Le 23 juin, Amnesty International, l’appel de Pâques et la Charte de la migration remettront conjointement deux appels et une pétition, demandant à la Suisse d’accueillir des réfugié∙e∙s provenant des camps grecs. A l'urgence climatique, à l'urgence sociale, à l'urgence sanitaire, s'ajoute une urgence humanitaire et solidaire. Plus d'infos ici : https://extranet.amnesty.ch/fr/sengager/autres-actions/action-journee-mondiale-des-refugie-es-2020

    Lire la suite

  • Erdogan, maître-chanteur

    Imprimer

    frontière turco-syrienne.jpg

    Prise turque d'otages syriens avec rançon européenne

    La Turquie d'Erdogan a ouvert ses frontières avec l'Europe et y a poussé des milliers, peut-être des dizaines de milliers, de migrants. Pour s'en débarrasser si l'Europe refuse de payer pour que la Turquie les reprenne,  mais surtout pour tenter de contraindre l'Europe, en la menaçant d'y envoyer "des millions" de migrants, à soutenir "sans discrimination et sans poser de conditions politiques", l'opération turque en Syrie -un conflit qui a poussé un million de personnes à se masser à la frontière turco-syrienne. L'Union Européenne et la Turquie avaient conclu en 2016 un accord par lequel l'UE payait la Turquie pour qu'elle stocke chez elle les migrants dont l'Europe ne veut pas. Cet accord a donné à la Turquie une arme contre l'Europe, et aujourd'hui la Turquie s'en sert. Un chantage ignoble, sans doute, mais rationnel. Et la Grèce, désormais gouvernée par la droite, est en première ligne d'une offensive turque dont les troupes, désarmées, sont des femmes, des enfants, des hommes prêts à tout pour gagner une terre plus sûre que la Turquie ou la Syrie. Et qui se retrouvent victimes dans les îles égéennes des pogroms lancés contre eux par les milices de l'extrême-droite grecque. Le haut-représentant de l'UE pour les affaires extérieures, Josep Borrel, lance aux migrants un désespéré (et désespérant) "N'allez pas à la frontière (gréco-turque). La frontière n'est pas ouverte. (...) Evitez de vous déplacer vers une porte fermée".  Fermée par l'Europe.  Angela Merkel déclare aujourd'hui qu'il est "inacceptable que le président Erdogan et son gouvernement expriment leur mécontentement (...) sur le dos des réfugiés" ? C'était elle qui avait négocié l'accord passé entre l'Union Européenne et la Turquie. Sur le dos des réfugiés, précisément... L'Europe est-elle arroseuse arrosée ou pompière pyromane ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : asile, réfugiés, Europe 4 commentaires
  • Derrière la progression de la droite populiste, toujours la peur de l'immigration...

    Imprimer

    Manif identitaire.jpg

    Histoires de racines

    Les élections européennes de fin mai ont été marquées par une double progression : celle des Verts et celle des populismes de droite. Cette dernière progression, moins forte que prédite, a été largement expliquée par la peur de l'immigration et l'exigence d'un renforcement, contre elle, des frontières. Or les politiques migratoires restent pour l'essentiel des politiques nationales.-et l'Union européenne, en tout cas, a clairement montré qu'elle n'était ni capable, ni désireuse d'en mener une à leur place, ou au-dessus d'elles. De toute façon, "maîtriser l'immigration" par un renforcement des frontières nationales ou continentales relève de l'illusion : aucune frontière n'arrêtera jamais un migrant près à tout pour la franchir. Et toute l'histoire de l'humanité est une histoire de migration. Et tous les êtres humains vivant aujourd'hui sont migrants, enfants de migrants, descendants de migrants. Quant aux migrants proprement dit, ils ne pèsent pas plus de 3 % de la population mondiale. Qu'est-ce en effet qu'un migrant ou une migrante ? Rien d'autre qu'une personne vivant dans un autre pays que celui où elle est née (il n'y a pas d'autre définition de ce qu'est un migrant ou une migrante)... Un Suisse "de souche" établi en France est un migrant, ce que ne sont pas un Kosovar, un Kurde ou un Tamoul de la deuxième génération, né en Suisse... histoires de racines, de souches, de tronc, de branches, de feuilles...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : asile, réfugiés, Immigration, Suisse 1 commentaire
  • "Déli de solidarité" : un pasteur jugé à Neuchâtel

    Imprimer


    geneve_cite_refuge.jpgGrüninger, Herrou, Valley, Lucano : Respect !

    La pénalisation de la solidarité envers les migrants frappe aussi la Suisse : le pasteur Valley comparaît en justice ce matin à Neuchâtel pour avoir nourri et logé un Togolais menacé d’expulsion. On ne peut pourtant pas dire qu'on soit envahis: 15'255 demandes d’asile ont été déposées en 2018 en Suisse -c'est 15,7% de moins qu’en 2017 et le chiffre le plus bas enregistré depuis 2007. Mais cela ne change rien : le «délit de solidarité» fait surface aussi chez nous -notre pays étant par ailleurs le dépositaire de la Convention de Genève sur le droit d'asile, ce qui n'empêche pas la «justice» d'y poursuivre celles et ceux qui, tels Anni Lanz, Norbert Valley. ou Lisa Bosia Mirra viennent en aide à des réfugiés ou à des migrants. Comme en son temps le fit Paul Grüninger, à Saint-Gall, lorsque, chef de la police, il fit entrer illégalement en Suisse des juifs fuyant l'Autriche annexée par l'Allemagne nazie. Lui aussi fut condamné, dégradé, révoqué. Avant, quarante ans plus tard, d'être réhabilité et honoré.

    Lire la suite

  • Un Pacte international sur les migrations sans la signature suisse ?

    Imprimer

    terre-capote.jpgCoïtus interruptus

    La Suisse ne signera pas (du moins pas pour le moment, pas avant que les Chambres fédérales en aient débattu) le Pacte sur les migrations de l'ONU. Le Conseil fédéral, qui se dit pourtant convaincu que ce pacte "correspond aux intérêts de la Suisse", puisqu'il vise à diminuer la migration "irrégulière" en organisant une migration "ordonnée", a donc courageusement décidé de ne pas décider. Après avoir annoncé qu'il signerait un texte à la rédaction duquel il avait fait participer son ambassadeur auprès de l'ONU.  La Suisse était donc absente à la signature du pacte, lundi 10 dernier à Marrakech. Comme les gouvernements "populistes" (qu'on nous pardonne cet oxymore -comme si on pouvait être "populiste" en étant au pouvoir...) des USA, de Hongrie, d'Autriche, d'Australie, de la République Tchèque, d'Israël et de Pologne. Le texte du Pacte est pourtant purement déclamatoire et sans conséquence impérative ni effet juridique : chaque Etat signataire en fait rigoureusement ce qu'il veut. S'il vise à définir des critères pour une politique mondiale ordonnant la migration, renforçant la lutte contre la traite des êtres humains et le trafic des migrants, sécurisant les frontières, veillant au respect des droits humains, organisant le rapatriement et la réintégration des migrants "irréguliers" dans leur pays d'origine et l'intégration des migrants "réguliers" dans leur pays d'accueil, il le fait en reprenant des principes déjà exprimés dans les grands textes internationaux proclamant les droits fondamentaux de la personne, et dans la plupart des constitutions nationales. Et il ne créée nullement un "droit à la migration" (comme s'il fallait créer un tel droit, alors que la migration est un  fait millénaire qui se contrefout de toute espèce de droit). Seulement voilà : parler de "migration", même "ordonnée", sans la qualifier a priori de menace et d'invasion, c'est agiter un chiffon rouge (ou jaune ?) sous le mufle des xénophobes. Et à moins d'un an des élections fédérales, la majorité de droite du Conseil fédéral, à commencer par l'acratopège ministre des Affaires Etrangères a eu peur des réactions du bestiau. D'où ce pitoyable coïtus interruptus.

    Lire la suite

  • Allègement de la pression migratoire, pas de la chasse aux migrants

    Imprimer

    Manif identitaire.jpgUn ventre encore fécond...

    La pression migratoire sur l'Europe (y compris la Suisse) s'est considérablement allégée : un nombre record de migrants débarquent en Espagne plutôt qu'en Italie (en bloquant une route, on ne fait qu'en ouvrir une autre, a constaté le ministre espagnol des Affaires Etrangères, Josep Borrell) : l'Italie ferme ses ports, les migrants passent par l'Espagne (qui, elle, ne les refuse pas -elle a accepté l'accostage du navire de sauvetage "Aquarius" et le débarquement de ses 630 passagers, à qui l'Italie avait fermé ses ports) et la route de l'Espagne vers les pays où ils veulent aller (l'Allemagne, la Grande-Bretagne, la Scandinavie) ne passe pas vers la Suisse.En 2017 déjà, le nombre de demandes d'asile déposées en Europe avait chuté de 44 % par rapport à 2016, et le recul se poursuit : à fin juillet, et depuis le début de l'année, le nombre de migrants arrivés par la mer (55'000) avait diminué de moitié par rapport à 2017 et des trois quarts par rapport à 2016, et les débarquements ont triplé en Espagne pendant qu'ils baissaient de 80 % en Italie. Cette année la Suisse a enregistré au premier semestre le nombre le plus bas de demande d'asile (7820) depuis 2010, et les garde-frontières ont enregistré un tiers de moins de séjours illégaux en Suisse. Et notre paradis sur terre n'est qu'en 11ème position dans le classement des pays destinataires de demandes d'asile. On se dit que ça devrait calmer nos xénophobes (et ceux des autres pays) ? Mais non, c'est trop d'optimisme : Pourquoi le feraient-ils, d'ailleurs ? Ceux qui les écoutent se foutent de la réalité...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : asile, réfugiés 11 commentaires
  • Miasmes xénophobes : Gros vents et petites brises

    Imprimer

    Manif identitaire.jpg

    Les vents politiques nous semblent souffler depuis les lieux des miasmes xénophobes ? Sans doute. Mais tout le monde ne se comporte pas en girouettes : en France, le Conseil constitutionnel a consacré, contre le ministère de l'Intérieur, et en faveur de Cedric Herrou le "principe de fraternité" en affirmant qu'une aide désintéressée à des étrangers en situation irrégulière ne saurait être passible de poursuite. Ainsi, le principe de solidarité affirmé par l'agriculteur des Hautes Alpes a-t-il été affirmé contre le "délit de solidarité" qui valait à Cédric Herrou d'être poursuivi pour l'aide qu'il apportait à des immigrants venus d'Italie. La plus haute juridiction française a rappelé que la Fraternité était proclamée, avec la Liberté et l'Egalité, par la devise de la République, et que la Constitution s'y référait comme à un "idéal commun".  Quelques jours plus tard, le philosophe Etienne Balibar publiait dans "Le Monde" (daté du 17 juillet) une tribune en appelant à l'instauration d'un "droit international de l'hospitalité", face au "retournement du droit de l'asile" en "obsession pour le refoulement de l'immigration  dite clandestine et l'identification des "faux réfugiés" : en usant de critères "extraordinairement restrictifs" pour "disjoindre l'obtention du statut de réfugié et le droit de circulation" et soustraire la souveraineté des Etats à toute véritable contestation, on ne fait plus place, comme motifs d'asile, aux "conditions de guerre civile ou de guerre économique, dictature ou restriction de la démocratie, catastrophe environnementale". Les Etats transforment ainsi "des masses de migrants en réfugiés sans refuge". De gros vents mauvais soufflent de Hongrie et d'Italie (entre autres contrées) ? Quelques brises moins pestilentielles permettent encore de respirer...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : asile, réfugiés, France, Italie, Politique 1 commentaire
  • Deux fois moins de réfugiés en Europe en six mois : A quel prix ?

    Imprimer

    migrants Libye.jpg

    En 2017, 18 088 nouvelles demandes d’asile ont été déposées en Suisse. C’est un tiers de moins qu’en 2016. Parmi celles-ci, 885 ont été attribuées au canton de Genève. C'est moitié moins qu'en 2016, et c'est le chiffre le plus bas enregistré depuis 2010. A Genève, les personnes ayant déposé une demande d'asile sont principalement originaires d'Erythrée (182), de Syrie (110), d'Irak (54), d'Afghanistan (45), du Nigéria (40), de Guinée (39) et du Sri Lanka (39). Fin 2017, 4 155 personnes étaient à Genève  dans le processus « asile », dont 1 471 ont déposé une demande d'asile(elles disposent d’un permis N). Les 2 684 autres personnes ont vu leur demande d'asile refusée, mais bénéficient d'une admission provisoire (permis F). 2 990 personnes ont été reconnues comme réfugiées et sont sorties du processus d'asile, en ayant obtenu un permis B ou C. Depuis six mois, le nombre de migrants traversant la Méditerranée pour rejoindre l'Europe a diminué de moitié. Parce que les raisons de fuir leurs pays ont elles aussi diminué de moitié ? Non : parce que l'Europe paie ce qui tient lieu d'autorités libyennes pour qu'elles stockent, dans des conditions abominables dont l'Europe se contrefout, les milliers de réfugiés que les Européens ne veulent pas voir arriver chez eux.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : asile, réfugiés 2 commentaires
  • Hébergement des requérants d'asile : Post Tenebras Lux ?

    Imprimer

    Après les ténèbres du sous-sol, les lumières du jour ? "Plus aucun requérant d'asile ne dort sous terre", se félicitaient fin janvier l'Hospice Général et son ministre de tutelle, Mauro Poggia, en annonçant la fermeture du dernier abri de Protection Civile utilisé pour l'hébergement des requérants, l'abri des Coudriers. Et deux semaines plus tard, ils ouvraient  à la campagne Rigot, à deux pas du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés, le chantier d'un centre d'hébergement de 370 places, dont l'ouverture est prévue en 2019 etg qui devrait fonctionner pendant dix ans. L'Hospice clame son espoir de ne plus avoir besoin de recourir aux abris de protection civile pour héberger des requérants d'asile, une tâche à laquelle il ne peut se soustraire et qu'il espère pouvoir assumer en recourant à des centres, pérennes ou provisoires, pouvant assurer des conditions d'hébergement plus dignes que celles du stockage souterrain pratiqué dès octobre 2014 dans l'abri PC de Châtelaine. Ce qui était présenté alors comme une mesure provisoire rendue nécessaire par l'urgence aura duré trois ans, et aura mobilisé jusqu'à neuf abris PC. Le directeur de l'Hospice Général et son ministre reconnaissaient que cette "solution" n'en était pas une, qu'elle atteignait à la dignité de celles et ceux à qui on l'appliquait, et qu'elle coûtait en outre fort cher, mais protestaient de l'impossibilité de faire autrement, faute de lieux plus adaptés. Mauro Poggia s'engageait alors à fermer tous les abris PC d'ici fin 2016, début 2017 -à deux mois près, le délai est tenu. Mais il aura fallu pour cela trouver des terrains où implanter des hébergements provisoires, et donc faire face aux oppositions des riverains, voire des communes, comme à Thônex. Et il aura aussi fallu que le nombre d'arrivées de requérants baisse (on n'en a comptabilisé que 885 à Genève en 2017, soit deux fois moins qu'en 2016, et les nouvelles requêtes d'asile ont diminué de moitié au plan suisse), non parce que les causes de leur exil ont disparu, mais parce qu'on a multiplié les entraves et les barrières à leur migration vers l'Europe, et à leurs mouvements en Europe. Post Tenebras Lux : il n'y a plus de requérants d'asile en sous-sol de Genève. Mais il y en a toujours des milliers qui finissent au fond de la Méditerranée.

    Lire la suite