ville de genève - Page 2

  • Nouvelle répartition des tâches entre le canton et les communes à Genève : Qui va "fabriquer du politique" ?

    Imprimer

    labyrinthe.jpgAprès l'action sociale (la loi répartissant les tâches entre les cantons et les communes dans ce domaine a été promulguée le 11 mai), après la politique culturelle, et avec le même manque d'ambition que dans ces deux champs d'action, le Conseil d'Etat genevois a engagé la réforme de la répartition des tâches entre le canton et les communes dans le domaine des transports et de la mobilité. Et là encore, on est dans le bricolage. "La montagne est en train d'accoucher d'une marmotte" et "rien n'est pensé pour fabriquer du politique à l'échelon communal", déplore le président de l'Association des communes genevoise, Thierry Apothéloz. A moins, ajouterons-nous, que tout ne soit au contraire pensé pour qu'on ne "fabrique pas du politique" au niveau des communes, que cette "fabrication" reste l'apanage du canton, que les communes ne soient toujours que des échelons d'exécution, constamment sous surveillance. Surtout les communes urbaines, surtout les villes (elles sont une douzaine dans le canton). "Nous avons fait une série de propositions, celles d'importance sont restées lettre morte", précise Apothéloz, qui ajoute : "Dès que nous proposons des compétences supplémentaires (pour les communes), le canton est pour le moins réticent". CQFD.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Politique 0 commentaire
  • Budget 2017 de la Ville de Genève : La droite retrouve le sens du ridicule

    Imprimer

    société secrète.JPG

    Le projet de budget 2017 de la Ville de Genève a été présenté par le Conseil administratif fin août. Il est équilibré (avec un boni de deux millions), les investissements (130 millions) sont autofinancés aux deux tiers.  La Conseillère administrative Sandrine Salerno, qui avait réuni les représentants des groupes au Conseil municipal afin de tenter un dialogue préalable plutôt qu'un recours systématique aux urnes pour réparer les conneries de la droite, n'en avait pas moins précisé que le projet de budget était préparé, conformément à la procédure habituelle (et à la loi) par le Conseil administratif et non "en amont" avec les groupes, fussent-ils majoritaires en s'étant agglutinés. L'année dernière, on s'en souvient, la droite dilatée (du PDC au MCG) s'était coagulée pour refuser d'entrer en matière sur le projet du Conseil administratif, ce qui avait rendu impossible son examen sérieux en commission, avait abouti à des coupes linéaires dans les subventions sociales et culturelles et dans les lignes finançant le fonctionnement même de l'administration municipale et des services publics, et assurant le respect du statut du personnel.  Et tout cela s'était terminé par un vote référendaire lors duquel les citoyens-contribuables avaient refusé ces coupes et adopté le projet de budget du Conseil administratif. La procédure était originale (faire adopter par le peuple un budget devant l'être par le Conseil municipal), mais on y avait perdu six mois. Cette année, à défaut de sens des responsabilités, la droite municipale genevoise genevoise semble avoir au moins retrouvé celui du ridicule : elle semble résignée à faire son travail et à étudier le projet de budget. Le budget de la Ville ne servira donc pas à rémunérer le refus de 42 conseiller-e-s municipaux et pales d'étudier le budget de la Ville. On risque donc de faire notre boulot ? Hosanna  !

    Lire la suite

  • La droite genevoise perd sur le budget de la Ville

    Imprimer

    Dugong contre les coupes.JPGDroite dilatée, droite coagulée, droite diluée

    Par plus de 60 % des suffrages, et avec une participation record pour une votation municipale, les Genevois et voises (de la Ville) ont donc poubellisé les coupes budgétaires opérées en décembre dernier, dans la culture, l'action sociale et les fournitures à la commune, par la droite élargie, dilatée, coagulée et depuis hier, un peu diluée, du PDC au MCG.  Sachant qu'elle allait le perdre, la droite avait tenté de faire annuler le scrutin au prétexte que l'information dispensée dans la brochure de votation était déséquilibrée, et que la Conseillère administrative socialiste Sandrine Salerno s'était exprimée dans la "Tribune de Genève" pour défendre la position du Conseil administratif (en même temps d'ailleurs que s'exprimait, sur la même page, une conseillère municipale PLR pour défendre la position du Conseil municipal). On ne s'offusquera pas de cette quérulence infantile -tout au plus en ricanerons-nous : à gauche aussi, on a parfois cédé à la tentation de compenser nos faiblesses politiques par le recours à un appareil judiciaire comme on recourt à une prothèse. On se contentera donc de savourer notre victoire (la victoire des acteurs de la culture et de la solidarité sociale, la victoire de la gauche municipale, mais surtout la victoire de la population de cette ville). Et de nous préparer à devoir peut-être rééditer l'exercice : on n'est pas convaincus que le coup de pied au cul reçu hier par la droite municipale lui ait appris grand chose. Son aigre communiqué commun d'après-défaite suggère d'ailleurs clairement que non.
    Pas même qu'à trop se dilater, on finit par se diluer ? Pas même.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, votations 0 commentaire
  • Coupes budgétaires en Ville de Genève : Un hors d'oeuvre ?

    Imprimer

    Il vous reste la journée d'aujourd'hui pour envoyer votre bulletin de vote par la poste (sinon, c'est dimanche matin de 10 heures à midi au bureau de vote) si vous ne vous résignez pas à l'opération de ratiboisage de quasiment toutes les subventions sociales et culturelles accordées par la Ville de Genève, opération montée par la droite municipale en décembre dernier et contre laquelle la gauche, les milieux culturelles et les associations et mouvements d'action sociale ont lancé un référendum. Des coupes aveugles, par ukase, sans concertation, sans évaluation ni des situations, ni des besoins. Qui va trinquer ? Tout le monde, ou presque (voir sous https://causetoujours.blog.tdg.ch/archive/2016/01/23/coupes-dans-les-subventions-culturelles-et-sociale-en-ville-273551.html)... Et ce n'est qu'un hors d'oeuvre : le plat de résistance, c'est une coupe de 50 millions dans le budget, pour absorber une perte de 50 millions préparée par les mêmes forces politiques qui annoncent la coupe. Au four et au moulin, la droite ? Alors aux votes, la gauche !

    Ville de Genève, budget

    Lire la suite

  • Les coupes budgétaires linéaires ? Une "solution de facilité"...

    Imprimer

    Quand la droite galère...

    Le Conseiller d'Etat (MCG, paraît-il) Mauro Poggia reconnait "volontiers" (dans la "Tribune de Genève" du 15 janvier) qu'une coupe linéaire "est une solution de facilité et mérite d'être rediscutée". Et ça tombe bien, en Ville de Genève, le 5 juin, on va précisément en "rediscuter". Et même en décider. Dans un vote populaire sur les coupes linéaires opérées par la droite coagulée (MCG compris) dans le budget municipal. Coupes que le parti de Poggia appelle donc à confirmer en votant "oui" à ce que Poggia qualifie de "solution de facilité". Heureusement que Gominator veut reprendre la barre du MCG, dites-donc, parce que la communication semble passer assez mal entre la barre et le banc de nage de cette galère...

    Lire la suite

  • Dans la rue le 28 mai, dans les urnes le 5 juin

    Imprimer

    bandeau coupes budgétaires3.jpg

    Comptes de printemps

    C'est le printemps : on fait  les comptes politiques d'un épisode navrant, lors duquel la droite municipale s'est attaquée à un budget excédentaire proposé par un Conseil administratif unanime, et donc aux prestations et aux activités qu'il finance, pour la seule raison qu'il lui fallait manifester son existence à elle : plus de 9500 signatures au bas du référendum contre les coupes dans les subventions et les fournitures municipales, et presque autant au bas du référendum contre la coupe dans les "fonds généraux" de la culture, ont été déposées au début de l'année. C'était au-delà du double du nombre de signatures requises. Ce soutien massif au double référendum, qui a donc doublement abouti, a été l'oeuvre d'une mobilisation commune des associations et des acteurs des champs social et culturel, des syndicats et des partis de gauche. On votera donc en Ville de Genève, dans un peu plus d'un mois, contre l'attaque stupide portée par la droite coagulée, sans aucune concertation avec qui que ce soit (elle s'est même fait engueuler par ses baillis cantonaux), au fonctionnement même de la commune, à son engagement social et culturel, à son soutien à la culture émergente. Et même à son fonds de lutte contre le chômage.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, votations 0 commentaire
  • Coupes dans les subventions culturelles et sociale en Ville de Genève : qui va trinquer ?

    Imprimer

    La Ville accorde un total de plus de 200 millions de francs de subventions (212 millions au projet de budget 2016, raboté par la droite).
    Sur ce total, le projet de budget 2016 prévoyait 131 millions de subventions par le département de la cohésion sociale et de la solidarité, 65 millions par le département de la culture et 11 millions par le département des Finances et du logement.

    La majorité de droite coagulée a décidé de couper 2 % dans toutes les subventions (sauf celles au sport et à la petite enfance, et celle au Grand Théâtre -en revanche, l'Orchestre attitré du GTG est frappé... Deux pourcent ça n'a l'air de rien, mais ça fait au total une coupe de plus de 4 millions de francs, dont plus de 2,5 millions dans la politique sociale, et plus d'un million dans la politique culturelle. D'autant que les fonds généraux de soutien à la création culturelle et à sa représentation sont, eux, amputés de 10 %, et que ces coupes s'ajoutent aux coupes cantonales, et à d'autres coupes municipales (dans les lignes de fournitures et dans les "fonds généraux").
    Voici, sauf erreurs ou omissions, par domaines, tous départements municipaux confondus, une longue liste (même pas exhaustive, et qui ne tient pas compte des subventions en nature) de victimes des coupes municipales dans les subventions (vous les trouverez aussi dans le projet de budget du Conseil Administratif, disponible sur le site internet de la Ville) : si ces victimes se réveillent, elles peuvent encore, en signant nos référendums*, repousser les ciseaux et les rabots de la droite coagulée... et en pousser une partie à repentance, comme le PDC semble s'y apprêter.
    Les indications suivies d'un astérisque concernent les coupes supérieures à 5'000 francs.
    Les indications suivie de deux astérisques concernent les coupes supérieures à 10'000 francs
    Les indications suivies de trois astérisques concernent les coupes supérieures à 20'000 francs, jusqu'à près de 200'000 francs (OSR)

     

    * Les feuilles de signatures pour les référendums peuvent être téléchargées sur http://www.fichier-pdf.fr/2015/12/23/feuille-de-signatures-re-fe-rendums-budget-ps-final/

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Associations, Culture, Genève 4 commentaires
  • Budget de la Ville de Genève : L'action sociale menacée comme la culture

    Imprimer

    La droite coagulée ne s'est pas attaquée qu'au seul budget culturel de la Ville de Genève, cette semaine,  si elle en a fait sa cible principale. S'attaquant à toutes les subventions, et toutes les lignes de fourniture, elle s'est aussi attaquée au budget de l'action sociale. Le CAPAS (collectif d'associations pour l'action sociale), qui regroupe 34 associations accordant à plus de 88'000 personnes des prestations de toute nature (de la distribution de seringues, la vaccination et les soins de santé primaire au repas et à la réinsertion professionnelle), sonne l'alarme : ces prestations sont en augmentation constante (comme le nombre de leurs bénéficiaires) depuis des années, sans que les subventions aient suivi. Mais maintenant, non seulement elles ne suivent plus l'augmentation des besoins, mais il faudrait qu'elles reculent ?  Qu'est-ce qui va en souffrir ? le soutien aux familles et aux adultes en situation précaire, les mesures d'insertion sociale et professionnelle, le soutien aux personnes atteintes dans leur santé psychique, le suivi des jeunes déscolarisés, l'intégration des migrants et des marginaux...

    budgets publics, Ville de Genève

    Lire la suite

  • Débat budgétaire en Ville de Genève : la droite coagulée innove

    Imprimer

    tract manif.jpg

    On touche le fond...

    On se résignerait facilement à passer deux jours et une nuit et demie à éplucher un projet de budget municipal, comme il nous est déjà arrivé de le faire, si c'était pour qu'au bout du compte la Ville ait un budget équilibré (et même en l'occurrence bénéficiaire) qui maintienne à la fois ses prestations à la population et les droits des quelques milliers de ses employés. Or la droite  dilatée, qui avait en Ville de Genève entamé l'exercice budgétaire par refuser de s'y livrer, ne s'y est finalement résolue qu'en proposant des coupes n'importe où, sur n'importe quelle ligne, n'importe quelle subvention, n'importe quelle allocation. Pour donner un signe de son existence.
    Il y a, dans une démocratie, deux moyens de prendre la place d'un exécutif : gagner les élections, ou réussir un putsch. La révolution est exorbitante de ce choix : elle bouleverse le cadre même de la société, et de toutes ses institutions. La droite municipale genevoise a évidemment usé du premier moyen, mais depuis vingt ans, elle se casse les dents sur une élection au scrutin majoritaire que la gauche emporte régulièrement haut la main. Quant au putsch, la droite municipale n'en a pas la force (ce qui explique qu'elle soit régulière tentée de faire appel au canton pour museler la commune...). Elle s'est donc mise à la recherche d'un nouveau moyen, et l'a trouvé : la prise d'otage de la politique sociale et culturelle. Une  prise d'otage budgétaire comme consolation de l'impuissance politique : on touche le fond, là...

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Culture, Genève, Politique 3 commentaires
  • La DEDD déforeste

    Imprimer

    Budget de la Ville de Genève : C'est reparti comme en  2011
     
    On a reçu notre ordre de marche : "Le Conseil municipal est convoqué en séances extraordinaires pour samedi 12 décembre 2015 à 8 h., 10h. 13h30, 16h15 et 20 heures et lundi 14 décembre 2015 à 17h et 20h30 et mardi 15 décembre 2015 à 0h, 2h. 4h., 6h. et 8h". Et tout ça pour voter (ou non) le budget 2016 de la Ville de Genève, à partir du rapport de la commission des finances chargée d'examiner le projet du Conseil administratif. A supposer que la commission des finances soit capable de produire un rapport que l'on puisse examiner. Il paraît que c'est le "grand moment" annuel du Conseil municipal. Expérience faite, c'est surtout le plus chiant. Mais on s'y résignerait, si c'était pour qu'au bout du compte la Ville ait un budget équilibré (voire, en l’occurrence, bénéficiaire) qui maintienne à la fois ses prestations à la population et les droits des quelques milliers de ses employés. Or la DEDD (la droite élargie, distendue et dilatée), qui avait entamé l'exercice budgétaire par refuser de s'y livrer, ne s'y est finalement résolue qu'en proposant des coupes n'importe où, sur n'importe quelle ligne, n'importe quelle subvention, n'importe quelle allocation. L'important, c'est de couper. De déforester, à la tronçonneuse. Pour donner un signe. Un signe de quoi ? De son existence, pardi... Elle nous avait déjà fait le coup en 2011, elle nous le refait cette année.  En 2011, elle avait reculé face à la mobilisation des victimes potentielles de son exercice de déforestation culturelle et sociale. Même exercice, même réponse. Mais sans doute avec un référendum en prime. Histoire de donner tout de même la parole aux victimes du massacre à la tronçonneuse.

    budget,ville de genève,finances publiques

    Lire la suite

  • Présidence du Conseil Municipal de la Ville : L'insoutenable prétention de proposer un choix...

    Imprimer

    Les conseillères et conseillers municipaux de la Ville de Genève choisiront cet après-midi leur présidente ou leur président. Choisiront, puisqu'ils auront le choix entre un candidat du MCG et une candidate du PS. Quoi de plus démocratique qu'un choix ? Il faut apparemment poser la question puisque dès qu'a été connue la décision du PS de présenter une candidate et de "contester" (ciel...) la candidature du MCG, s'est abattue sur le PS (et sa candidate) une averse de reproches indignés : quoi, vous osez remettre en cause le "tournus", l'"alternance", le "droit" du 1er vice-président à poser son séant sur le siège du président ? Vous osez nous contraindre à choisir ? Eh bien oui, on ose, sinon remettre en cause le "tournus", du moins remettre sa pratique actuelle, celle qui prive le parlement de tout choix. Nous avons l'insoutenable prétention d'offrir au Conseil Municipal un choix entre un candidat et une candidate à la présidence. Evidemment, la démocratie, ce serait plus simple avec des candidatures uniques, chaque parti à son tour, inlassablement. Une histoire cyclique à la grecque : on passerait ad aeternum d'un parti à un autre, sans jamais pouvoir se prononcer réellement ni sur ce parti, ni sur son candidat ou sa candidate. Le rêve, quoi. Dis Tonton, c'est où, la Corée du Nord ? A l'Hôtel-de-Ville, en face des canons... et ils servent à quoi, les canons ? A tirer sur les méchants qui veulent troubler les successions planifiées...

    Lire la suite

  • Nouvelle « législature » municipale genevoise : D'abord résister au recul... Puis avancer...

    Imprimer

    communes, Ville de GenèveDemain, le « nouveau » Conseil Municipal de Genève entre en fonction. Avec une nouvelle présidence dont on vous touchera quelques mots demain, promis. Mais la polémique née de l'impudence démocratique de socialistes osant présenter à cette présidence une (excellente) candidate contre un candidat MCG, a un peu fait oublier à quoi était voué ce parlement municipal dans lequel on va siéger pendant cinq ans. Avec beaucoup de pain sur la planche : les enjeux de la «législature municipale» qui s'ouvre sont considérables pour toutes les communes : des projets très concrets menacent leur capacité à maintenir les prestations qu'elles assurent à leur population, voire (s'agissant de la Ville et des villes, dans les domaine de la culture, des loisirs et du sport, mais aussi de la sécurité) à la population de tout le canton, et à financer les investissements nécessaires à la concrétisation des droits sociaux ), à la qualité de vie et à l'offre culturelle. Ainsi, la « réforme » fiscale voulue par la droite, abolissant la répartition de l'impôt municipal entre commune de résidence et commune de travail pour ne garder que l'imposition sur le lieu de résidence, coûtera très cher (au moins 120 millions par an) à la Ville de Genève, et mettra en péril les prestations qu'elle assure à tout le canton. Notre premier combat politique sera de résister à ces entreprises funestes... Notre premier combat, non le seul : d'abord résister au recul, puis avancer.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Politique 0 commentaire
  • Elections Municipales genevoises, suite et fin : Quand la gauche gagne...

    Imprimer

     

    ville de genève

    Au terme des élections municipales genevoises, on ne va pas bouder notre plaisir : En Ville de Genève, nos quatre candidates et candidats sont réélus, et sortent en tête, devant le candidat (sortant) de l'Entente (qui, déjà, n'avait dû son siège qu'au renoncement des partis de gauche à le lui contester, de sorte que si on avait cette fois présenté cinq candidates et candidats, on les aurait sans doute fait passer les cinq). De plus, dans toutes les villes où la gauche était présente, majoritairement ou non, dans les exécutifs, elle y a au minimum maintenu ses positions, et elle entre dans des exécutifs dont elle essayait depuis vingt, trente ou quarante ans de forcer (démocratiquement) la porte : à Bernex, au Grand Saconnex, à Versoix. Enfin, griotte sur le gâteau, le MCG est dans les choux à Onex (où Gominator perd son siège), dans les cardons à Lancy (où son luminescent président se traîne loin derrière les candidats de gauche) et dans les grobets à Carouge (où son candidat n'obtient pas même 1000 suffrages). Et vous voudriez qu'on cache notre joie ? Ben non : quand la gauche s'unit, elle gagne... A-t-on jamais écrit ici autre chose ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : élections, Genève 2 commentaires
  • Election de la Municipalité de Genève : désolés, on est rassemblés...

    Imprimer

    Le PS a fait dimanche en Ville de Genève son meilleur résultat depuis plus d'un demi-siècle (depuis 1963, très exactement, où, "effet Chavanne" aidant, il avait obtenu 25 % des suffrages et 21 sièges), mais la légère euphorie que cela peut susciter ne doit pas nous empêcher de passer à autre chose. Au "rassemblement des forces de gauche" -bref, à la liste commune de l'Alternative pour la Municipalité de Genève. Avec les quatre magistrats sortants. La "Tribune de Genève" et "Le Temps" avaient entendu que "dans les rangs socialiste, on susurre préférer travailler avec un libéral-radical plutôt qu'avec le franc-tireur Pagani, complètement imprévisible et a-collégial" ? ça devait pas "susurrer" assez clairement, alors, parce que c'est à l'unanimité que l'Assemblée générale du PS de la Ville a décidé de confirmer une position déjà prise depuis six mois, celle de la liste commune avec les Verts et "Ensemble à Gauche". Et donc avec Pagani... Désolés, on est unis.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : élections, Genève 0 commentaire
  • Elections Municipales genevoises : et d'un tour de passé. Ouf !

    Imprimer

    gauche,ville de genève,municipalesEt alors ? Et oualà !

    On ne s'était risqué à aucun pronostic sur le résultat du premier tour des Municipales genevoises : avec deux tiers d'abstentionnistes en Ville et dans les grandes communes, toute prévision tient de la prédiction cartomancienne... L'enjeu de ce premier tour des élections, en Ville de Genève, était d'abord de savoir si la gauche allait ou non regagner une majorité au Conseil Municipal : là encore, quand chaque siège gagné ou perdu l'est pour quelques bulletins et que la majorité se joue à un, deux ou trois sièges, une élection avec 35 % de participation se joue quasiment à pile ou face. Pile la gauche, face la droite... Aujourd'hui, c'est face : malgré la progression du PS, la gauche perd deux sièges du fait du recul des Verts et d'« Ensemble à Gauche », et la droite devient réellement majoritaire. Maintenant, place au deuxième tour de l'élection des exécutifs municipaux : dans le système genevois, ce sont eux, en réalité, qui détiennent l'essentiel du pouvoir local...

    Lire la suite

  • Objectif de la droite municipale genevoise : exister. Au moins un peu.

    Imprimer

    Le 18 décembre, le parlement cantonal genevois se prononcera sur le budget de la République pour 2015. Quelques jours après que le parlement municipal se soit prononcé (ce soir ou cette nuit) sur le budget de la Commune, après les quinze heures de débat de samedi. On avouait lors du débat notre perplexité face à la vingtaine d'amendements déposés in extremis (la peur des réactions qu'ils pouvaient susciter s'ils étaient annoncés plus tôt étant médiocre conseillère) par la droite municipale, et dont, à premier examen, certains ne pouvaient être expliqués que par d'excessives libations la veille de leur dépôt (ou une solide gueule de bois au moment leur rédaction). Un examen un peu plus approfondi nous a cependant convaincu que tous ces amendements, mêmes les plus absurdes (avec une mention spéciale pour ceux pondus par le PLR) avaient une motivation commune : faire exister politiquement, et médiatiquement, ne fût-ce qu'un moment fugace, leurs auteurs... A n'importe quel prix..

    Lire la suite

  • Vote du budget de la Ville de Genève : L'art d’accommoder les restes

    Imprimer

    On s'étaient préparés à trois jours de débats, on a bouclé l'exercice en six heures : le projet de budget présenté par le Conseil administratif de Genève a été adopté par 42 voix (la gauche et trois indépendants, issus de l'UDC, du PLR et du MCG) contre 37 (la droite et l'extrême-droite). L'addition du PDC, du PLR, de l'UDC et du MCG n'a pas suffi à faire accepter les propositions délirantes (suppression de fait du service de l'« Agenda 21 », réduction de moitié du budget des Unités d'action communautaire, exigences d'audits superfétatoires) de cette droite qui se croyait majoritaire parce que 41 personnes élues il y a deux ans et demi en étaient issues... Las ! L'Alternative est toujours majoritaire, même si elle ne l'est plus que relativement, et le Conseil Municipal n'a pas basculé. D'où grosse colère des porte-paroles de cette droite dont « l'élargissement » s'est trouvé rétréci par son incapacité à garder auprès d'elle une partie de ses élus. Des traîtres, pour le MCG. Des imposteurs pour le PLR et le PDC. Mais qui les a fait élire ?  qui les a exclus, ou déçus ? La gauche n'a eu, pour transformer sa majorité relative en majorité absolue, qu'exercer un très vieil art : celui d’accommoder les restes.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Politique 0 commentaire
  • Budget de la Ville de Genève : La droite en bloc. Et en vrac.

    Imprimer

    Samedi, toute la journée (et, si on n'a pas fini notre boulot, encore lundi toute la journée, et toute la nuit de lundi à mardi, parce que quand on aime on ne compte pas son temps -ni ses jetons de présence), le Conseil Municipal de la Ville de Genève se penchera, avec sa coutumière sagacité, sur le budget de la commune. Un budget d'un peu plus de 1,1 milliard de francs. Et un projet de budget équilibré (et même légèrement bonifié), mais dont la droite municipale ne veut pas, parce qu'il est présenté par une Municipalité de gauche. La droite municipale (PDC, PLR, UDC, MCG, en bloc et en vrac)  y propose donc des coupes. A la tête du client. Pour faire 20 millions d'économies sur un budget qui n'en a pas besoin puisqu'il est équilibré. Prix de l'opération : des suppressions de services, d'emplois, de prestations à la population. Pour le seul motif qu'il faut montrer que la droite municipale existe. Faut croire qu'elle en a besoin, de montrer qu'elle existe.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Politique 0 commentaire
  • Coupes budgétaires (même dans un budget équilibré...) : Mobilisations !

    Imprimer

    A La Chaux de Fonds, samedi, 600 manifestants, rassemblés pour dénoncer les mesures d'« austérité »  adoptées par le gouvernement (de gauche) pour équilibrer le budget, ont conspué le président (socialiste) du Conseil d'Etat. A Genève, la droite municipale a fait proposer par la commission des finances des mesures qui ne sont même pas d'«austérité », mais de pur élagage, sans même l'explication, ou l'alibi, d'un déficit budgétaire à effacer, puisque le budget attaqué était équilibré. Lundi prochain, 25 novembre, à 16 heures devant l'Hôtel-de-Ville, un rassemblement  devrait se tenir à l'appel, de la gauche, des syndicats, de la commission du personnel de la Ville et des associations visées par les coupes budgétaires proposées par la droite en Ville de Genève, pour lui dire son fait, à la droite municipale. Et c'est une bonne date pour cela, le 25 novembre  : dans le calendrier républicain, c'est le 5 Frimaire, jour du cochon.... celui qui ne veut pas se laisser saigner...

    Au parlement municipal, dans la rue... et dans les urnes ?

    A l'exception de Bâle, qui n'a pas de municipalité, et de Genève, dont la Municipalité a présenté un projet de budget équilibré (et même bénéficiaire, d'un poil, mais suffisamment gratteur, le poil, pour déchaîner les pulsions épilatrices), toutes les « grandes villes » de Suisse prévoient des déficits budgétaires pour 2014 : Lausanne prévoit un déficit de 31,4 millions, Zurich de 231,6 millions, Berne de 1,7 million, Winterthur de 1,3 million (malgré une hausse de l'impôt municipal), Saint-Gall de 5,2 millions... En 2014, la majorité des villes suisses, grandes, moyennes ou petites présenteront des budgets déficitaires. Et toujours pour les mêmes raisons : le report de charges cantonales sur les communes, la réduction ou le plafonnement des ressources fiscales à force de cadeaux faits (et projetés, telle l'abaissement à 15 % de l'imposition cantonale des bénéfices des entreprises) aux hauts revenus, grosses fortunes et entreprises multinationales, et l’accroissement des charges, en particulier dans le domaine de l'action et de la solidarité sociales.
    Les centres urbains dépensent entre 1000 et 2000 francs de plus par habitant que les communes périphériques. Et pas parce qu'ils ont envie de dépenser, ou qu'ils sont saisis d'une pulsion somptuaire irrépressible : parce que dans leur champ de compétence politiques, deux domaines sont « surinflationnistes » : la culture et la solidarité sociale.-les villes concentrent en effet les institutions culturelles publiques, et les populations les plus fragiles : personnes âgées, chômeurs, clandestins, marginaux, personnes sans domicile fixe... La raison des déficits des villes, elle est là : pas dans une « mauvaise gestion », mais dans un surcroît de charges que les cantons et la Confédération sont bien aises de reporter sur les communes et, d'entre elles, celles qui ont la «surface» financière et démographiquie suffisante pour qu'on les suppose capables d'absorber ces charges. Et de fait, elles sont parfaitement capables d'absorber des déficits, c'est-à-dire de les réduire pour peu qu'on leur en laisse le temps et les moyens.

    Des « grandes villes » suisses, Genève est donc la seule municipalité à avoir réussi à présenter un projet de budget équilibré, sans hausses d'impôts ni réduction de prestations. La droite municipale, qui n'avait cessé de couiner pendant des mois qu'elle refuserait tout budget déficitaire s'est ainsi retrouvée devant un projet de budget qu'elle n'avait plus aucune raison de refuser. Plus aucune, ou presque. Plus aucune, sauf une : l'urgent besoin de faire savoir qu'elle existe. Et qu'elle arrive, si elle s'unit du PDC au MCG à être majoritaire en commission. Alors, pour se sentir exister et faire sentir au bon peuple qu'elle existe, elle propose n'importe quoi, sans tenir aucun compte des besoins, ni même des logiques budgétaires : suppression des Unités d’action communautaire (UAC) et de l’« Agenda 21 »  (le service mettant en oeuvre la politique municipale de cohésion sociale, de développement durable et de lutte contre les discriminations). A quoi s'ajouteraient des réductions dans toutes les lignes budgétaires finançant le fonctionnement même des services publics et de l'administration municipales. Tout cela sans aucune raison raisonnable, pas même pour dégager un excédent de recettes utilisables.
    Contre un budget municipal qui ressemblerait à celui que la droitunie genevoise propose, une mobilisation s'impose. Elle passera par le travail que la gauche fera au Conseil Municipal, mais elle devra aussi s'appuyer sur une mobilisation dans la population et dans les services publics menacés de perdre des moyens (matériels et humains) indispensables à leur action, quand ils ne sont pas menacés de suppression pure et simple. Et puis, finalement, si ce travail et cette mobilisation ne suffisent pas, on en appellera « au peuple », puisqu'on en a la possibilité (en effet, si un référendum est exclu par l'art. 78 de la constitution contre le budget communal pris dans son ensemble, il est possible « contre les dispositions budgétaires qui introduisent une recette ou une dépense nouvelle ou qui modifient le taux d'un impôt ou le montant d'une dépense de l'exercice précédent ». Et on serait précisément dans ce cas là...

    Au parlement municipal, dans la rue et, éventuellement, dans les urnes, c'est donc un vrai débat qui s'annonce, sur ce que signifie un budget public, et un vrai choix politique qui sanctionnera ce vrai débat. Car il faut bien le dire clairement : mieux vaut pas de budget du tout qu'un budget aussi foireux que celui que nous propose l'attelage de la droite et de l'extrême-droite municipales genevoises.

    Lien permanent Catégories : Genève, Politique 0 commentaire
  • Projet de budget 2014 de la Ville de Genève (suite, et certainement pas fin)

    Imprimer

    On a oublié, vendredi, dans nos vitupérations contre les âneries budgétaires de la droite municipale, que celle-ci ne proposait pas seulement de supprimer le service "Agenda 21" et de virer une trentaine de travailleurs sociaux, mais aussi de couper dans toutes les "lignes 31" finançant le fonctionnement même de l'administration municipale. Or dans le seul domaine de la culture et du sport, ces coupes provoqueraient de gros dégâts : dans l'organisation des manifestations culturelles (Fête de la Musique, Nuit des Musées, Musiques en été, etc) et sportives (Urban Geneva, Jeux de Genève, VTT Trial, etc.), dans l'animation dans les bibliothèques municipales et leurs possibilités d'acquisition, dans la capacité d'entretien du matériel sportif courant, dans les possibilités d'expositions temporaires dans les musées etc... Mais bon, hein, tout ça, c'est de la culture (et un peu de sport), et on sait bien que la culture, c'est un truc de gauche... acheter des livres pour les bibliothèques, pis quoi encore ? Apprendre à lire ? Pis après, les gens, ils vont lire des trucs même pas écrits par des gens de chez nous ? ou des naturalisés genre Haldas ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Politique 0 commentaire