gauche - Page 5

  • Gauche de la gauche : Les Noces de Schaffhouse ?

    Imprimer

    Les " Noces de Soleure ", ce fut, en (1901) la création du Parti socialiste suisse, sous sa forme (mais non plus son fond) actuelle, par la fusion du premier PSS avec le vieux " Grütliverein ". Les " Noces de Schaffhouse ", en le premier jour du mois révolutionnaire de frimaire, seront-elles celles de la naissance, sous quelque forme que ce soit, d'une " gauche de gauche " remédiant à sa propre fragmentation et surmontant ses propres divisions ? C'est à Schaffhouse que se tient ce samedi le congrès fondateur de " La Gauche - Linke Alternative - La Sinistra " (noms pas encore définitifs), avec pour objectifs " de mettre en place un processus de rencontres avec toutes les forces anti-capitalistes et écosocialistes du pays, dans la perspective d'unifier et de créer à terme un parti ou mouvement commun démocratique avec droit de tendances ". On n'a pas encore rompu avec la belle langue de bois de gauche, mais une belle dynamique existe, et c'est en soi une bonne nouvelle : la " gauche de la gauche " veut rompre avec ce qui aujourd'hui l'empêche de jouer le rôle qui pourrait être le sien : sa propre impuissance à s'unir. Bons vents, camarades !

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Suisse 3 commentaires
  • Election du Conbseil d'Etat : M'en fous, j'ai la peau dure, ça fait pas mal…

    Imprimer

    Genève était gratifiée d'un gouvernement de " centre-gauche " avec un parlement très, très à droite. C'était une originalité, une spécialité locale, quelque chose entre la longeole et la marmite de l'Escalade. Pour quatre ans, on est retombé dans la normalité. La question était de savoir qui, des Verts ou des socialistes, allait en faire les frais et perdre, au profit de la droite, le siège qui allait donner la majorité au camp majoritaire. Ce siège perdu au profit des libéraux est un siège socialiste, alors même que le PS a obtenu plus de bulletins que le parti libéral, mais au final, ça s'est joué à 1200 suffrages. Une paille… Ce qui a fait la différence, ce sont les alliances : aux bulletins libéraux se sont ajoutés les bulletins PDC et radicaux, qui présentaient également les deux candidatures libérales, alors qu'aux bulletins socialistes ne se sont ajoutés que les bulletins verts, en l'absence de bulletins de solidaritéS ou du PdT, et d'une recommandation de vote des communistes. Pris en tenaille entre la progression des verts et la division de la " gauche de la gauche ", le PS était la victime toute désignée de la normalisation politique genevoise. Il n'y aurait échappé qu'en la faisant payer aux Verts, dans un jeu à somme nulle : si le siège gagné par les libéraux n'avait pas été celui revendiqué par Véronique Pürro, c'est Michèle Künzler qui aurait fait les frais du basculement de majorité. Il fallait bien que quelqu'un paie l'addition du changement de majorité : c'est le PS qui casque, et ça n'est pas une surprise.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 4 commentaires
  • Election du Conseil d'Etat : Ouf, et bof…

    Imprimer

    Et oualà, c'est fait, on a un nouveau Conseil d'Etat, on va maintenant pouvoir passer aux choses sérieuses -et elles ne manquent pas. " Ouf " et " bof ", donc... " Ouf " parce que le MCG n'est pas entré au Conseil d'Etat. On ne s'attendait d'ailleurs pas vraiment à ce qu'il y soit : dans une élection au système majoritaire, à deux tours, face à deux coalitions représentant chacune un tiers des électeurs, un parti solitaire, qu'il soit de gauche ou de droite, n'a pas grande chance. Les deux candidats MCG obtiennent toutefois un résultat remarquable, bien supérieur à celui de leur seul parti. Quant à l'UDC, son candidat n'a même pas réussi à jouer les utilités -sinon celle, dont il convient de lui être reconnaissant, de priver le MCG des quelques milliers de suffrages qui auraient permis à Mauro Poggia d'être élu à la place de Michèle Künzler. " Ouf ", donc. Et puis, " bof ", puisqu'on est mollement retombé dans la normalité : la majorité de l'électorat actif a voté à droite, la majorité du parlement est à droite, la majorité du gouvernement sera à droite comme elle l'est constamment depuis plus d'un siècle, à deux législatures près. Aucun mouvement n'a bougé les lignes et malgré une participation en hausse, le gouvernement de la République n'a une fois de plus été élu que par une minorité d'un corps électoral qui n'est lui-même qu'une minorité de la population : le mieux élu de nos ministres n'a obtenu le soutien que d'un-e habitant-e de Genève sur neuf et à peine 1200 suffrages séparent la plus mal élue de la meilleure non élue.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 1 commentaire
  • " Noces de Schaffhouse ", le 21 novembre : Repenser la gauche, et après ?

    Imprimer

    " La sinistra in Europa non è da rinnovare, o da ricostruire, o da ripensare, o da ricomporre, ma da inventare. Radicalmente e dacapo " : cela fait plus de vingt ans que le philosophe italien Paolo Flores d'Arcais convoquait " la gauche " au rendez-vous de sa réinvention. Et vingt ans après, nous en sommes toujours au même point. Le 21 novembre prochain, à Schaffhouse, des militantes et militants qui ne se résignent pas à cette situation se rencontreront pour créer une nouvelle " entité politique nationale ", provisoirement baptisée " La gauche - Die Linke Alternative - La Sinistra ". Mais quelle entité ? Un mouvement, un parti, un réseau ? Les débats autour de cette initiative manifestent une attente, et une volonté. Quelle que soit l'issue de la rencontre schaffhousoise, cette attente et cette volonté sont déjà un acquis. Reste en en tirer cette réinvention de la gauche à laquelle Flores d'Arcais appelait il y a vingt ans. Putain, vingt ans…

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Politique 6 commentaires
  • Elections : Si l'abstention était subversive, le vote serait obligatoire...

    Imprimer

    Le parlement genevois sortant était déjà le plus à droite que la République ait supporté depuis près de septante ans (depuis 1941, très exactement), mais il ne faut pas désespérer de la capacité de la gauche de la gauche à jeter son électorat au lac : elle pèse 15 % des suffrages, elle n'en a rien fait il y a quatre ans, et elle serait tout à fait capable de n'en rien faire à nouveau, à moins d'un petit coup de pouce de notre part -notre désintéressement étant sans autre limites que celles, iréniques, de notre patience. Laquelle commence cependant à ressembler dangereusement à de la résignation. Ou à du masochisme.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 2 commentaires
  • La gauche de la gauche toujours aussi gauche

    Imprimer

    Le 11 octobre prochain, Genève renouvellera son parlement. Et un mois plus tard, son gouvernement. Les fronts politiques se sont constitués, les partis se sont apparentés, Entente contre Alternative, la politique routinière haïssant les mouvements qui déplacent les lignes. Quoique... A gauche de la gauche, si SolidaritéS et le Parti du Travail font liste commune, les Indépendants font liste à part. Tellement Indépendants, d'ailleurs, qu'ils sont désormais indépendants de la gauche elle-même : la liste N° 8 (" Défense des aînés, des locataires, de l'emploi et du social ") ne se définit même plus comme une liste de gauche, et n'a donc, fort logiquement, sollicité aucun apparentement avec les autres forces politiques de son vivier originel.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 2 commentaires
  • L'arithmétique au secours de la politique

    Imprimer

    Ainsi donc, SolidaritéS et le Parti du Travail, ayant fait leurs comptes et refait leurs mécomptes, en sont arrivés à la seule conclusion sensée : présenter une liste commune à l'élection du Grand Conseil, leurs forces séparées ne leur permettant pas le passage au-dessus de la barre du quorum. Pour l'ensemble de la gauche, et pas seulement pour celle qui se proclame " à la gauche du PS et des Verts ", performance politique d'ailleurs toute relative, c'est une bonne nouvelle, parce que personne, à gauche, n'a le moindre intérêt à ce que se reproduise l'exercice calamiteux d'il y a quatre ans, lorsque 14 % des suffrages exprimés ont été perdus pour s'être dispersés sur trois listes. Il reste bien sûr à agréger à la liste commune SolidaritéS-PdT les groupes et les individualités qui ne se retrouvent dans aucune de ces deux organisations (les Communistes, les indépendants de gauche), mais le premier pas est fait -et on aura assez dit et écrit, ici ou ailleurs, qu'il était nécessaire de le faire pour pouvoir s'autoriser à le saluer.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 1 commentaire