14 juillet : la France en clair-obscur

Imprimer

bastille.jpgL'histoire tel que l'Etat la conte...

On connaît la phrase de Gramsci (on la connaît même si bien qu'on la sert à toutes les sauces, mais la comprend-on ?) : "Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître, et dans ce clair-obscur surgissent les monstres". Gramsci parle de son temps et de son monstre : celui du fascisme. Nous sommes sans doute, à nouveau, dans un "clair obscur", entre chien et loup -mais qui sont nos monstres ? Poutine ? trop commode... Et, puisque nous sommes le 14 juillet, qui fut un jour révolutionnaire avant que d'être dévalué en fête nationale par une république bourgeoise, quelle Bastille prendre pour qu'un peu de lumière dissolve les monstres ? Des deux tours de sa présidentielle aux deux tours de ses législatives, et avant son défilé militaire rituel de jeudi, la France n'a, ces derniers temps, guère donné d'une telle lumière, lors même qu'elle aime à se voir comme un pays de révolutions et les Français comme un peuple indocile. L'Etat a d'ailleurs fait d'une insurrection la fête nationale -autrement dit : la fête de la Nation, comme si cette insurrection, celle du 14 juillet 1789, n'avait pas été, précisément, une insurrection de la Nation contre l'Etat lui-même, ou plus précisément encore, pour parler comme Pierre Clastres, de la société contre l'Etat ? Politiquement, l'histoire est toujours un conte quand elle est écrite par les pouvoirs en place...

Contestation partout, révolution nulle part...

Les élections législatives françaises ont accouché d'un parlement sans majorité absolue pour l'un ou l'autre des camps en présence. Le président Macron, réélu un mois avant que son camp perde la majorité absolue dont il disposait, y voit un "fait nouveau", d'autres parlent de crise. Admettons, mais en prenant le mot crise en son sens originel, hippocratique, que rappelle la philosophe Myriam Revault d'Allonnes : le moment d'une maladie où on en guérit ou on en meurt. Le moment politique, donc, ou une situation conflictuelle se résout et instaure une autre situation politique, ou aboutit à une catastrophe -comme en Allemagne, en 1933. Myriam Revault d'Allonnes rappelle aussi, tout aussi pertinemment, que la démocratie est un régime qui non seulement admet le conflit, mais même le présuppose : il n'y a pas de démocratie sans clivages et sans désaccords, pas de régime démocratique sans forces politiques adversaires. Sans doute négocie-t-on, propose-t-on des synthèses, des compromis, des contre-projets, et arrive-t-on souvent à les faire accepter, mais jamais cette acceptation ne fait disparaître le conflit, puisque la démocratie s'en nourrit, parce qu'il est au coeur de la politique, qu'il n'y a pas de politique sans conflit, et que le refus d'assumer le conflit est un refus d'admettre l'existence d'un champ politique autonome du champ économique et du champ social

Revenons donc à la France, comme exemple de conflictualité politique : "Quand la moitié de l'opinion s'abstient ou vote pour des antisystèmes, il faut réviser la Constitution", déclare dans "Le Monde" (du 29 avril) la constitutionnaliste Marie-Anne Cohendet, qui se prononce pour la mise en place d'un référendum d'initiative citoyenne", le référendum étant "l'expression directe de la volonté du peuple", "la procédure la plus démocratique qui soit, en particulier lorsqu'il s'agit d'une initiative populaire, mais à condition qu'elle ne remette pas en cause les droits de l'homme et en particulier la liberté et l'égalité", et qu'elle ne résume pas à un plébiscite (littéralement, décision de la plèbe) imposé et manipulé d'en haut, comme les deux plébiscites bonapartistes de 1799 et 1852.  "La France n'est pas prête pour la démocratie directe" estimait en revanche, le 8 mars dans "Le Temps" le ministre des Relations avec le parlement, Marc Fesneau : les référendums doivent être réservés "aux sujets engageant la souveraineté nationale ou à la modification des grands équilibres constitutionnels". La France n'est pas la Suisse : elle est trop grande et trop "binaire", trop conflictuelle en politique pour être "au point pour la démocratie directe". Est-elle alors "au point" pour un bon vieux parlementarisme ? A entendre nombre de commentateurs tous plus sagaces les uns que les autres, pas vraiment : ils s'effraient d'un retour au parlementarisme que tous ses voisins pratiquent, et qu'elle-même a pratiqué pendant la 1ère, la troisième et la quatrième de ses cinq Républiques -la première ne pratiquant même que cela, avec un parlement souverain -la Convention. Les élections législatives ont-elles accouchées d'une "crise" ? Si on en veut une, peut-être, mais sinon elles n'ont accouché que d'un parlement plus représentatif du paysage politique réel que tous les parlements précédents, et notamment de celui élu en 2017, où trois partis (France Insoumise, Front National, Verts) représentant ensemble plus de 40 % des électeurs actifs n'avaient obtenu que 4,5% des sièges. Le politologue Loïc Blondeau résume, avec pertinence : "qu'Emmanuel Macron n'ait pas une Assemblée à sa main, qu'il soit obligé de construire une majorité composite -voire qu'il soit confronté à une majorité hostile, cela nous ramènerait aux origines de la Ve République", quand De Gaulle, d'abord Premier ministre, puis président, n'avait pas à sa botte de parti de majorité absolue au parlement. Macron, réélu président, peut continuer à présider -mais sans majorité absolue au parlement, il ne peut plus régner. La France serait-elle redevenue une République ?

La Constitution de la Ve République semble être la grande méconnue de ce débat : elle a certes été conçue par Michel Debré pour être à la main de De Gaulle, mais elle est beaucoup moins rigide qu'on croit, et multiplie les garde-fous institutionnels. Cette constitution est un couteau suisse, elle a toutes les lames nécessaires pour éviter à la fois, même si elles font du président le personnage central du système, le présidentialisme sans contrôle (les dernière législatives le prouvent, qui ont ramené Macron sur terre) et le parlementarisme sans limite. Le président est, théoriquement, un arbitre qui ne gouverne pas, même s'il nomme le chef du gouvernement. Quant au gouvernement, il dispose de l'article 49.3 de la Constitution, qui permet de soumettre à l'Assemblée, une fois par session, et pour le budget, un projet dans un vote sans débat, et le président dispose du droit de provoquer un référendum, et de dissoudre l'assemblée et de convoquer de nouvelles élections. Ces trois instruments, toutefois, sont fortement contestés et leur usage même n'est pas sans danger : si le projet soumis au vote selon l'article 49.3 est refusé, le gouvernement tombe, si le référendum aboutit à un refus de ce que propose le président, celui-ci est considérablement affaibli (De Gaulle avait démissionné après le référendum perdu de 1969) et la réelection de l'Assemblée après dissolution peut aboutir à une défaite électorale de la coalition présidentielle (c'est ce qui était arrivé à Jacques Chirac).

Mais ce qui vient d'être décrit, c'est seulement le cadre institutionnel. Le cadre social et politique est beaucoup plus large, et contient plus de radicalités -mais beaucoup d'entre elles sont impuissantes...  "Macron, démission !", clamaient les "Gilets Jaunes". Mais que changerait la démission de Macron au système qui a produit Macron ? La rue aurait fait chuter un président, mais pas ce dont il est le représentant, comme d'ailleurs la majorité du parlement si on additionne les élus macronistes et ceux de la droite traditionnelle : Emmanuel Macron est le chantre d'une pensée moderniste, et déjà obsolète, dépassée  -celle qui célèbre le progrès, l'innovation, la technologie, le libre-échangisme, la mondialisation. Et fait totalement l'impasse sur le culture. En temps d'urgences climatiques et sociales, les premières toutes nouvelles, les secondes ressurgissant du passé, le fétichisme technologique et le culte de l'innovation sont le comble de l'obsolescence idéologique. Une sorte de resucée d'Auguste Comte.

Que les classes populaires retirent-elles de la mondialisation capitaliste ? Elles en retirent leur éloignement, social et géographique, leur mise à l'écart de "là où ça se passe" (pour reprendre l'expression du géographe Christophe Guilluy), de là où sont les pouvoirs réels -politiques, économiques, sociaux, culturels : "la première carte des rond-points des "gilets jaunes (était) un copier-coller de la France périphérique". Mais Guilluy parle des "classes populaires", pas de cette hypothétique, fumeuse, indistincte "classe moyenne", qui après tout ne renvoie qu'à l'intégration à la machine économique quand elle intégrait, qu'elle "faisait société". Les nouvelles classes populaires sont précisément celles que la machine économique n'intègre plus, celles qui sont aux franges, à la marge de la société, sans en être encore exclues mais craignant plus que tout de l'être et que la société n'ait plus besoin d'elles. Celles et ceux qui en font partie ne demandent pas un changement de société, mais de pouvoir rester dans la société existante. Dès un mouvement comme celui des "gilets jaunes" aurait pu rester être durable : "les "gilets jaunes, nous avons pour cent ans", prophétisait Guilluy. Comme on a eu pour plus de cent ans avec le mouvement ouvrier "traditionnel", et pour la même raison : la volonté d'intégration sociale. Volonté satisfaite par l'action du mouvement ouvrier, de ses syndicats, de ses partis. Or  les syndicats et les "gilets jaune" ne se sont jamais vraiment rencontrés : dès ses débuts, le mouvement a rencontré la méfiance des syndicats, d'autant qu'il mobilisait des gens qui n'avaient le plus souvent jamais pris part aux luttes syndicales, et que s'y côtoyaient salariés et petits patrons, et qu'on y entendait des propos xénophobes voire racistes, homophobes, sexistes. Pour autant, le mouvement ne s'y résumait pas, et il semblait naturel qu'une alliance se fasse entre lui et les syndicats, même s'il s'agissait d'une alliance entre des organisations structurées et un mouvement spontané. Cette alliance, on le sait, ne se fit pas. Et ce sont les syndicats qui y perdirent le plus : dans (ou derrière, le soutenant) le mouvement des "gilets jaunes", il y avait des catégories sociales qui avaient déserté le mouvement syndical et auquel il était devenu aussi étranger qu'elles leur étaient devenues étrangères, à lui : les chômeurs, les précaires, les petits indépendants...

Cela posé, les syndicats et les "gilets jaunes" ne se sont jamais vraiment rencontrés, les "Gilets jaunes" et les intellectuels n'ont pas fait mieux, et les premiers ont dû se contenter, à quelques exceptions intellos près (comme Michel Onfray ou Jean-Claude Michéa) de Franck Dubosc, de Brigitte Bardot, de Pierre Perret,de Patrick Sebastien et de Michel Polnareff. Il est vrai que le prestige des intellectuels n'est plus ce qu'il était du temps des Sartre, Foucault, Barthes...

Le mouvement s'est d'ailleurs essoufflé dans le même temps où il s'est fragmenté, éparpillé, chaque catégorie et, dans la fonction publique, chaque corporation, se mobilisant pour elle seule -jusqu'à ce que la pandémie dissolve toutes les mobilisations, et que Macron lance un "grand Débat national" et une "Convention citoyenne sur le climat", qui auraient pu être des espaces nouveaux de participation citoyenne, et de débat hors du cadre parlementaire, mais dont il a fait un usage d'écran de fumée. Le mouvement des Gilets jaunes n'attendaient d'ailleurs pas de réponses de ce genre : ce fut, à l'origine,un mouvement du monde rural et suburbain (les "territoires" sans réseaux efficaces de transports publics, à forte densité d'habitats individuels, et donc particulièrement frappés, désavantageusement, par la hausse des textes sur les carburants). Au fil des semaines, le mouvement a essaimé dans les petites et moyennes villes, sur fond de colères multiformes, et avec une base sociale essentiellement formée de la "classe moyenne inférieure". Ce mouvement s'inscrit dans un paysage national creusé de profondes inégalités territoriales et sociales, les unes aggravant encore les autres.

Il n'y avait pas de potentialité révolutionnaire dans le mouvement des "gilets jaunes", et il n'y a en pas non plus dans la nouvelle alliance de gauche, la NUPES, qui a pris ses aises dans les ors institutionnels -quitte à déposer une motion de censure qui n'est guère qu'une motion de posture, et a été massivement rejetée par un parlement où pourtant le gouvernement est minoritaire. Il y a cependant, partout en France, de la colère, un refus des réformes imposées d'en haut, des lois dictées par la présidence. La contestation est partout, si la révolution n'est nulle part, et cette contestation manifeste une énergie et une volonté politiques collectives qui finiront bien par trouver un chemin, ou le tracer s'il n'existe pas encore -et c'est peut-être là le seul point commun du juillet 1789 et du juin 2020. De toute façon, les premiers à être surpris par une révolution, ne sont-ce pas les révolutionnaires eux-mêmes ?

Lien permanent Catégories : France, Politique 1 commentaire

Commentaires

  • La révolution est plus le résultat de l'incapacité des tenants du pouvoir à se remettre en question que celui de la capacité des nouveaux chefs de faire mieux qu'eux.

Les commentaires sont fermés.