Deuxième tour de la présidentielle française : Un pari pascalien

Imprimer

Blaise Pascal.jpgQu'est-ce que le débat Macron-Le Pen a changé au prononcement probable des Françaises et des Français dimanche ? Sans doute pas grand-chose, sinon rien. On avoue d'ailleurs ne pas l'avoir suivi, préférant voir et entendre l'entretien avec Edgar Morin, 100 ans aux fraises, programmé au même moment sur la 5, mais comme on a été bassinés à jet continu d'extraits du débat dès sa fin et jusqu'au moment où on écrit par d'extraits de ce débat, on a l'impression de l'avoir subi en entier. De toute façon, le politologue Jean Garrigues juge limité l'impact de ce genre de confrontations ultra-codifiées, de la distance entre les protagonistes jusqu'à la température de la clim' : "c'est toujours celui qui est en position de favori qui remporte le débat"... Il paraît que tel a été le cas mercredi soir -c'est en tout cas ce qu'assurent les sondages, qui donnent Macron vainqueur du duel télévisé et en progression, à 55,5 %, dans les intentions de vote. Et alors ? Alors, rien. Sinon la version électorale d'un pari théologique, celui de Pascal. Vous ne voyez pas le rapport ? vous avez tort -Pascal, comme Montaigne, comme Debord, c'est bon pour tout, même pour l'improbable.

Credo quia absurdum ? voto quia prudentum !

Le Pen a voulu faire du deuxième tour un référendum anti-Macron, et Macron un référendum anti-Le Pen (et Mélenchon du troisième tour un référendum pro-Mélenchon), mais les Français se retrouvent à devoir faire dimanche une sorte de pari pascalien : voter pour le moindre mal (Macron) sans y croire, mais en mesurant le risque de ne pas le faire et en le trouvant plus grand que celui de le faire.

Pascal se confrontait à la question de l'existence ou non de Dieu. Il ne cherchait pas à la "prouver", cette preuve étant impossible à fournir, comme d'ailleurs la preuve de son inexistence :  nous ne pouvons connaître "ni l'existence ni la nature de Dieu, parce qu'Il n'a ni étendue ni borne". Il n'y a que par la foi en Lui que nous pouvons le connaître. Ou bien Dieu est, ou bien Il n'est pas. Comment choisir, puisque nous ne pouvons savoir s'Il est ou non ? "Il se joue un jeu (...) où il arrivera croix ou pile" (face ou pile) : "que gagerez-vous ?" C'est le pari que fait Pascal : on ne peut répondre à la question de l'existence ou non de Dieu en faisant usage de la raison, mais il faut tout de même y répondre, à cette question à laquelle on ne peut répondre... il faut donc parier, et donc risquer de perdre ce qu'on a gagé : "vous avez deux choses à perdre : le vrai et le bien". De ce que vous engagez, seule la béatitude compte. Or selon que vous pariez sur l'existence de Dieu ou son inexistence, vous pouvez gagner ou non la béatitude éternelle, être ou non du nombre des élus, ou risquer de payer votre pari de votre damnation. Si vous pariez sur l'existence de Dieu mais que Dieu n'existe pas, au pire, vous passez pour un con, mais vous n'avez rien perdu à part peut-être un peu d'amour-propre : vous vous êtes seulement trompé. En revanche, si vous pariez sur l'inexistence de Dieu mais que Dieu existe, vous payez ce parti perdu de la damnation éternelle. Ce risque est trop grand pour le courir : pariez donc sur l'existence de Dieu : s'Il existe, vous gagnez peut-être (s'Il le veut) la béatitude (Calvin ajouterait que de toute façon, il a décidé de toute éternité de votre salut ou de votre damnation...). Risque pour risque, mieux vaut celui de passer pour un con que celui d'être damné pour l'éternité. La traduction électorale française, c'est le "Canard Enchaîné" de cette semaine qui nous la donne, en titrant "Ni Le Pen, ni Marine !" (en 2017, il titrait "ni Marine, ni e Pen"...) et en résumant : mettre Macron et Le Pen "sur le même pied, c'est confondre le risque et le danger". Car "une fois dans la place, l'extrême-droite s’incruste, verrouille la com', coupe le sifflet à l'opposition, balance chaque jour sa propagande, fait dans le clientélisme, installe des capos dans les bureaux"... Risque pour risque, mieux vaut alors supporter Macron encore pendant cinq ans (il ne peut plus être candidat une troisième fois), que Le Pen pendant on ne sait pas combien de temps, avec le programme(d'extrême-droite) qui est le sien. Il n'y a pas beaucoup de place pour la foi, là-dedans, pas plus que dans le pari de Pascal... Ce n'est pas le "je crois parce que c'est absurde" de Tertullien, c'est "je vote Macron parce que c'est plus prudent". D'autant que les urnes vont encore parler : Absent du deuxième tour de la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon a lancé la campagne pour le troisième tour, les législatives. Et il veut les gagner. Et en faire l'élection d'un Premier ministre : lui-même. N'avait-il pas lancé, au soir d'une "défaite honorable" qui ressemblait presque à une victoire : "la seule tâche qu'on a à se donner, c'est celle qu'accomplit le mythe de Sisyphe. La pierre retombe en bas du ravin ? Eh bien, on la remonte"...

Il en dirait quoi, Pascal ? Ceci, peut-être (Pensée 529bis) : "notre nature est dans le mouvement, le repos entier est la mort"... Ou, en Mélenchon dans le texte dominical : "tant que la vie continue, le combat continue"...

En attendant quoi, entre ceux de Pascal et de Mélenchon, un message d'outre-tombe s'impose aux abstentionnistes de gauche au deuxième tour de la présidentielle française, aux "ninistes" de gauche, aux votants blanc ou nul, de gauche :
"il faut accorder très peu d'importance à ceux qui condamnent quelque chose, et n'ont pas fait tout ce qu'il fallait pour l'anéantir; et à défaut pour s'y montrer toujours aussi étranger que l'on a encore effectivement une possibilité de l'être"
(Guy Debord)

 

Lien permanent Catégories : élections, France, Politique 1 commentaire

Commentaires

  • Dans les législatives, le PS va dépasser la LFI parce que ce parti est une coquille vide qui ne sert qu'à Mélenchon.
    Le vote utile s'est déplacé chez Mélenchon au nom de la gauche, il y en aura pas aux législatives.
    Les Verts sans son boulet de la gauche radicale qui lui à fait perdre des sympathies, peut s'allier avec le reste du PS, pour construire une gauche de gouvernement qui puisse convaincre. Mélenchon et son parti provoquent plus d'animosité que le RN. Le LFI sera toujours le parti des perdants.
    Il y a 5 ans pour construire une gauche plus sérieuse que le LFI. 5 ans pour que le PS cesse son arrogance et se fonde dans les Verts pragmatiques.
    Mélenchon n'est pas la solution mais le croque-mort de la gauche.

Les commentaires sont fermés.