Refus de l'interdiction en Suisse de l'expérimentation animale et humaine

Imprimer

expérimentation animaleRAPPORT AUX BETES

L'initiative pour une interdiction de l'expérimentation animale et humaine a été littéralement balayée (à 79 % des suffrages) par le peuple. Non par mépris des animaux, mais par crainte de ne plus pouvoir bénéficier des résultats médicaux de cette expérimentation : l'humain pense d'abord à lui-même avant que de penser aux animaux. L'échec cinglant de l'initiative est cependant trompeur, en ceci qu'il ne clôt nullement le débat fondamental sur le rapport que l'animal humain doit entretenir avec les autres animaux -"les "autres animaux", puisque si,  dans ce début de ce texte comme dans le langage courant, on utilise les mot "animaux" et"humains" en opposition, à tout le moins en distinction, de ce que l'un et l'autre désignent, on ne cède qu'à une commodité de langage, alors que les humains sont des animaux. Qui tiennent à se distinguer des autres animaux, mais n'en constituent pas pour autant un genre distinct -seulement une espèce spécifique : il y a bien une espèce humaine, mais pas de "genre humain" et fondamentalement, il n'y a pas plus de différence entre un humain et un chat qu'entre un chat et un chien, bien moins entre un humain et un chimpanzé (nous ne sommes après tout que des primates, comme eux, les gorilles, les orang-outangs et les bonobos) qu'entre un chimpanzé et un ouistiti... De différences entre animaux, la société humaine en fait quand elle accorde des statuts différents aux animaux de compagnie, de boucherie et de laboratoires : "jamais les animaux n'avaient été traités avec à a fois autant de violence et autant de bienveillance", note l'anthropologue Charles Stépanoff, qui ajoute que "ces deux modes sont en réalité complémentaires puisque nous nourrissons nos animaux de compagnie avec la viande que nous ne consommons pas des animaux que nous abattons"... 

Nous, humains, sommes nous autre chose des animaux parlant au nom des autres animaux... et votant sur leur destin et leurs droits ?

Statuant sur une expérimentation sur des primates, le Tribunal fédéral a estimé que la dignité des animaux n'est pas la même que celle des humains. Et la loi fédérale sur la protection des animaux prescrit (dans sa version française) qu'il y a "atteinte à la dignité de l'animal lorsque la contrainte qui lui est imposée ne peut être justifiée par des intérêts prépondérants", intérêts "prépondérants" qui ne sauraient être qu'humains. On a donc une pesée d'intérêts et de droits : d'une part l'intérêt de l'animal humain à se servir des autres animaux, d'autre part le droit de tous les animaux à ne pas souffrir, mais ces intérêts comme ces droits, ces normes, ces principes sont définis par des humains -ce sont donc des humains qui décident de leur respect ou des exceptions à ce respect, des humains qui définissent les droits des autres animaux : l'éthique animale est une éthique humaine. Qui nous vient du même âge "moderne" (et "occidental") qui a inventé l'utilisation massive d'animaux de laboratoire pour tester ce qui pourrait convenir à l'animal humain, en même temps que les abattoirs industriels.

Nous ne savons plus vraiment ce qu'est un animal (un autre animal que l'humain...), et ce que signifie tuer un animal pour le consommer (ce que les autres  animaux prédateurs, eux, savent). Le boeuf, le lapin, le poulet, le mouton qu'on mange, on ne l'a pas tué nous-mêmes, ni vu tuer. Et on ne le voit pas dans ce que l'on consomme de lui, ces morceaux emballés sous plastique :  "Nous avons transformé les animaux en marchandise, et pour que cela passe bien auprès des consommateurs, nous avons accompagné ce processus d'une "désanimalisation" complète", observe le généticien Denis Duboule. Ce qui sort d'un abattoir industriel est bien de la viande, mais ce qui y est entré n'est rien qu'une matière première. Dont on fera une marchandise. Qu'on surgèlera. Qu'on emballera sous plastique. Qu'on vendra comme n'importe quelle autre marchandise : du papier-cul, du dentifrice, de l'herbe à chat... Il n'est en outre pas inutile de rappeler, en ces temps d'inquiétudes climatiques (justifiées, pour le moins) que la production d'un kilo de bœuf pèse 12 à 13 kg d'équivalent CO2 et nécessite 15'000 litres d'eau. Pour que les citadins puissent se souvenir de ce qu'il mangent quand ils mangent de la viande, il faudrait rétablir les abattoirs au cœur des villes, avec des rigoles de sang à côté des rues et des abats sur le trottoir. Et des animaux vaquant dans les cours et les rues, au lieu que d'être entassés dans des élevages du genre de ceux où des porcs d'un quintal n'ont droit qu'à un mètre carré (un mètre trente en élevage bio...)...

On peut certes poser comme principe l'égalité de principe de tous les animaux, humains compris, mais par quoi ce principe se traduit-il, sinon par l'autoproclamation de certains humains comme représentants des autres animaux, sans évidemment n'avoir jamais été pour cela mandatés par eux ? A Bâle, le même jour de votation où la Suisse refusait d'interdire toute expérimentation animale ou humaine, un texte proposant d'accorder aux autres primates des droits fondamentaux que les humains se sont accordés à eux-mêmes, a été massivement rejeté par les primates disposant du droit de vote et l'exerçant: car nous, humains, sommes des animaux parlant au nom des autres animaux... et votant sur leur destin et leurs droits.

Commentaires

  • " la production d'un kilo de bœuf pèse 12 à 13 kg d'équivalent CO2 et nécessite 15'000 litres d'eau." Ce n'est pas un bon argument. Dans cette quantité d'eau, la grande partie vient des pluies qui arrosent les prairies. Qui en altitude ne produiraient de toute façon pas des céréales, ou alors dans des conditions dont plus personne ne veut. Nos ancêtres ont développé l'élevage pour des raisons très rationnelles...
    Quant au reste, je continue de penser que si les hommes sont des animaux, ils sont omnivores... Comme l'ours et beaucoup d'autres.

  • Eh oui, la vie est injuste. Le fait est qu'on est pas herbivore et que la viande à été source du développement de notre cerveau.
    La seule chose qui est nécessaire, c'est le respect pour les animaux qui nous nourrissent. En attendant la science qui nous nourrira avec des cellules souches, on reste comme on a été fabriqué, c'est-à-dire des prédateurs par nécessité.
    On peut manger vegan et ajouter des compléments fabriqués exprès pour, ça n'a rien de naturel.

    La seule chose où je peux imaginer une autre évolution, c'est de ne plus manger de mammifères. La raison est qu'il ne sont pas dénués d'émotions. La volaille ou les poissons,eux, sont très limités.

  • Le résultat de la dernière votation nous montre que 80% des électeurs sont pour la maltraitance des animaux ! Ils sortent leur chien, caressent leur chat mais ce sont des faux-culs puisqu'ils soutiennent les pseudos médecins de laboratoire ! Dans le fond, les tueurs des abattoirs font leur sinistre boulot en quelques secondes mais ces toubibs font crever ces animaux en plusieurs mois ou années pour, soit-disant, chercher des médicaments ! Ce sont des Mengele en puissance ! Foutage de gueule !!

Les commentaires sont fermés.