Mariage civil pour toutes et tous : De la marche au vote

Imprimer

mariage, mariage pour tous30'000 personnes ont défilé, joyeusement, à Genève samedi, dans le cadre de la "Marche des fiertés", tous drapeaux arc-en-ciel dehors (la Ville en avait pavoisé le pont du Mont-Blanc). La Marche de samedi était, l'agenda politique s'imposant, un formidable appel à soutenir le projet de "Mariage pour toutes et tous" soumis à votation dans dix jours. Tous les partisans du projet étaient là, ou représentés, même les Jeunes PLR (ils venaient de retourner leur veste et de décider de soutenir le "mariage pour toutes et tous" qu'ils avaient auparavant fait mine de vouloir combattre). Reste que le vote n'est pas gagné :  le premier parti de suisse, l'UDC, combat le projet avec une rhétorique explicitement homophobe. Et il n'est pas seul : avec les milieux religieux conservateurs, voire intégristes, il considère que la possibilité de conclure un partenariat enregistré suffit (on est tout de même surpris que ce partenariat plaise à ce point à ce milieu -il est vrai qu'on ne l'y soutient désormais que pour l'opposer au mariage, un peu comme si on considérait que droit au concubinage rendait inutile celui au mariage)... Or le partenariat n'offre pas les mêmes droits que le mariage, notamment s'agissant de l'adoption, de la procréation médicalement assistée et de la naturalisation. Il s'agit donc bien, avec le "mariage pour toutes et tous" d'établir une égalité entre les couples, qu'ils soient homo ou hétéros.

"Le 26 septembre, nous vivrons un moment historique"

La Suisse est, avec l'Italie, le dernier pays d'Europe occidentale à n'avoir pas accepté le "mariage pour tous", sous une forme ou une autre. Un clivage s'est dessiné en Europe sur cet enjeu : un Ouest plutôt libéral contre un Est conservateur, avec, à l'intérieur même des Etats conservateurs (ceux qui définissent le mariage comme ne pouvant être conclu qu'entre un homme et une femme), un clivage entre les villes libérales et les campagnes conservatrices, voire un clivage  intérieur comme en Pologne (est conservateur, ouest libéral). Dans un classement de la situation politique et sociétale des personnes LGBT par pays, établi par l'Association internationale lesbienne et gay, tous les Etats anciennement "communistes" du centre et de l'est de l'Europe obtiennent une valeur inférieure à 50 sur une échelle allant de 0 pour les violations systématiques des droits des personnes LGBT et les discriminations systématiques à leur encontre à 100 pour l'égalité complète. La Lettonie obtient la note la plus basse (17), précédée par la Pologne (20), la Bulgarie (20) et la Roumanie (21), et Malte obtient la note la plus haute (90), précédant la Belgique (73), le Luxembourg (70) et la Finlande. La Suisse, non membre de l'UE, ne figure pas dans ce classement, mais l'absence de droit au mariage entre personnes homosexuelles la mettrait sans doute à un niveau médiocre, autour de 50, comme l'Autriche.

 

Si le "mariage pour toutes et tous" est accepté par le peuple suisse, tous les couples mariés auront les mêmes droits et les mêmes devoirs, comme le résume la brochure officielle de présentation des enjeux de la votation  La loi proposée ne change rien à l'interdiction anonyme du don de sperme, car, explique la Conseillère fédérale Karin Keller-Sutter, "il est essentiel qu'un enfant puisse connaître son ascendance". Elle ne révoque pas non plus l'interdiction de la gestation pour autrui (il aurait fallu pour cela changer la constitution, et là, on ne change que la loi). Ainsi, les "mères porteuses" et le don de sperme anonyme resteront interdits, le droit aux origines sera garanti, l'époux étranger d'un Suisse et l'épouse étrangère d'une Suisses auront accès à la naturalisation facilitée. Et il n'y aura plus de nouveaux partenariats enregistrés (il s'en conclut environ 700 chaque année en Suisse) mais les anciens pourront subsister ou être changés en mariages.

Si le "oui" l'emporte, "le 26 septembre, nous vivrons un moment historique", résume Olga Baranova, coordinatrice de la campagne en faveur de la loi. Le genre de moments où par la volonté d'un peuple la loi reconnaît la réalité, et la rejoint.

Commentaires

  • Ce référendum est quelque part ridicule car le OUI va l'emporter haut la main. Il y a même des politiciens UDC favorables au mariage pour tous. Politiquement ça permettra à l'UDC de dire qu'ils étaient seuls contre tous et qu'ils ont obtenus un bon pourcentage. Pour information nous sommes effectivement un des derniers pays d'Europe à ne pas avoir une loi concernant le mariage pour tous, Mais nous serons le seul pays où la population (et pas seulement le parlement) aura accepté cette nouvelle loi ce qui donnera un "poids" important à cette nouvelle loi. Donc merci aux référendaires. C'est un peu l'arroseur arrosé.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel