On ne sera pas président du PS genevois...

Imprimer

Pascal+Romain.jpgOuf !

On était donc candidat à la présidence du PS genevois. Toute candidature  à une fonction de ce genre a des motivations avouables et quelques motivations inavouables. Par définition, les motivations inavouables ne seront pas avouées, à la seule exception peut-être d'une seule : faire regretter amèrement la présidence de Gérard Deshusses. Pour le reste, c'était une drôle d'idée, que celle de se présenter à une fonction sans grand pouvoir -à une fonction qui est surtout un titre. Et de ne se présenter qu'à cette seule fonction, sans autre ambition ni plan de carrière.  Il ne faudrait  pas se faire d'illusion sur ce à quoi on postule   :  A la présidence du PS on n'est chef de rien, et cette présidence n'est un tremplin pour rien.  Mais ça n'empêche pas la présidence de donner des impulsions,un rythme, faire des propositions, ouvrir et animer des débats, faire autre chose, en somme, que courir après l'actualité et l'agenda politique institutionnel. Finalement, on n'a pas été élu. On n'aura donc pas à se lever à l'aube (midi) pour défendre des positions politiques officielles avec lesquelles on n'est pas d'accord. On n'ambitionnait pas de sauver le parti, mais on a au moins sauvé notre petit confort... Et puis, quoi ? Obtenir près de 40 % des voix après avoir appelé le parti à lâcher la "classe moyenne" pour devenir le parti du sous-prolétariat, c'est pas si mal, non ?

Pour que le PS devienne, ou redevienne un groupe à risque politique

De quoi, aujourd'hui, le PS genevois, comme le PS suisse, comme tous les Parti socialistes et sociaux-dàémocrates d'Europe, a-t-il besoin ? D'une chefferie ? Ou d'une ligne politique, d'un ancrage social, d'alliances solides, d'un fonctionnement le plus démocratique possible.

Nous ne sommes pas condamnés à la médiocrité. Nous ne sommes pas condamnés à Genève à n'être qu'un millier de membres, nous ne sommes pas condamnés à ne peser que 15 % des suffrages au plan cantonal  : nous pesons bien plus dans les villes et avec nos alliés, nous sommes majoritaires dans des communes qui abritent la majorité de la population du canton ...

 

Pour autant, nous ne serons jamais majoritaires tout seuls. Nous ne l'avons jamais été, nous ne le serons jamais. Or nous avons besoin de trois majorités pour faire bouger les lignes, pour changer les choses : une majorité gouvernementale, au Conseil d'Etat, reposant sur une majorité parlementaire, au Grand Conseil, reposant elle-même sur une majorité populaire, dans les urnes et dans la rue. Et de ces trois majorités, c'est la troisième qui est la première, la plus importante : la majorité populaire. Parce que sans elle, les deux autres sont impuissantes.

Nous avons donc besoin de constituer, avec nos alliés de gauche, avec les syndicats, avec les mouvements de grève pour le climat et de grève féministe, une coalition aussi large que possible, pour porter des propositions de changement aussi radicales que possible (la réduction du temps de travail, l'internalisation dans le services public des services sous-traités au privé, la gratuité des transports publics, le revenu minimum inconditionnel, l'extension des droits politiques aux étrangers, la municipalisation du sol urbain). Il n'y a pas de majorité populaire pour de tels projets ? On s'en fout. Une majorité populaire, ça se construit dans le temps. Il n'y avait pas de majorité populaire masculine pour accorder les droits politiques aux femmes quand le PS et les syndicats ont inscrit cette revendication dans le cahier de revendication de la Grève Générale, en 1918.

Nous devons retrouver notre propre source, défendre des projets qui nous ressemblent, et ne ressemblent qu'à nous. Pour que nous-mêmes ne ressemblions pas seulement à un parti bourgeois un peu plus à gauche que les autres. Or nous incarnons aujourd'hui le système politique tel qu'il est, et même sans doute le système économique dont on nous dit qu'il est le seul possible, et que les socialistes et sociaux-démocrates se sont résignées à ne plus que ravaler la façade.

Il y a urgence à nous émanciper des agendas institutionnels. A faire, ou refaire, du parti socialiste autre chose qu'un appareil institutionnel, autre chose qu'un parti de gestion améliorée de la réalité telle qu'elle est.

Nous sommes sur les mouvements sociaux comme un bouchon sur l'eau : ils nous portent, ils nous agitent, ils nous nourrissent -mais il n'y a pas de réciproque. Et eux-mêmes ne sont pas loin de nous tenir (et de tenir le reste de la gauche) pour des récupérateurs, voire des parasites.On dira évidemment hautement, ici, que c'est une accusation profondément injuste. Mais sommes nous, sincèrement, convaincus qu'elle soit sans fondement ? Nous sommes un parti d'élus. Une sorte de grand comité électoral, de coordination corporatiste, d'office de placement dans la haute fonction publique, le pouvoir judiciaire et les conseils des grandes régies, entreprises, fondations publiques et parapubliques. Nous devons être bien plus et bien mieux que cela. Nous avons besoin d'un Parti socialiste imprévisible, incontrôlable, ingérable par d'autres que par lui-même, cultivant le débat, le pluralisme des positions politiques, l'ancrage au plus près du "terrain", l'imagination, la capacité de ne pas s'en tenir à la réalité donnée. Et le fonctionnement le plus démocratique, le plus horizontal, le moins clanique possible. Le plus rousseauiste possible, en somme. Pour faire, ou refaire, du Parti socialiste genevois une force capable de troubler le jeu politique genevois au lieu que de se contenter d'y être un acteur comme un autre. Pour que le PS devienne, ou redevienne un groupe à risque politique. Parce que nous ne nous résignons pas à ce qu'un parti socialiste soit un acteur politique comme un autre.

Et si d'autres s'y résignent, tant pis pour eux.

 

Lien permanent Catégories : autobiographie, Genève, PS 5 commentaires

Commentaires

  • Si la gauche radicale, le fameux bouchon, était plébiscité, ça se saurait dans les urnes.
    La gauche radicale n'a pas d'influence, faute d'électeurs.
    Le PS peut se gauchiser, les Verts remplaceront le PS comme première force. Parce que les électeurs ne sont pas des moutons qui vont suivre le PS à l'aveugle dans sa radicalité.

    Les électeurs choisissent un parti en fonction de leurs opinions, ce n'est pas le parti qui forme l'opinion des électeurs, et comme le suisse n'est pas extrémiste.
    Et concernant le temps, et bien, les communismes européens ont attendu, puis disparu. Parce que le temps bouleverse la société et l'idéologie inadaptée disparaît avec.

    Les peuples européens repoussent la radicalité (Grèce, Espagne, ...), pourquoi donc ?
    Quant au succès de la radicalité, sans exceptions, elle ne fonctionne que temporairement et que dans les sociétés en crise.

    Contrairement à l'Amérique latine, ici, l'idéologie n'est pas le moteur de la majorité des électeurs.
    Pour les Verts et PDC, oui le PS doit se radicaliser.....

  • Vous avez le meme probleme que les autres partis traditionnels: vous vous etes tout simplement ringardisés. Pour un parti, cela signifie perdre de l`électorat, il n`y a pas de miracle. Mais vous avez aussi un autre probleme: les Verts... De plus en plus de jeunes qui sinon voteraient socialiste malgré tout, votent maintenant écolo. Désormais, voter rose c`est out, voter vert c`est in, Comme dirait Jauni, tout passe, tout lasse, tout casse.

  • Lisez donc "Les Ogres du Gange" de Philippe Cavalier (Livre de Poche). Coté lendemains qui chantent vous ne serez pas plus avancé, mais ca vous réconciliera peut-etre un peu avec la tiede fadeur de notre épocopaque.

  • Mais c'est qu'il serait ambitieux le bonhomme !
    Et il plane pas mal, ce qui n'est pas pour me déplaire.
    Etait-ce un gag ? Une façon de faire savoir son propos tout en sachant pertinemment qu'il n'avait aucune chance ?
    Ou alors serait-il plus con qu'il en à l'air ?
    Un peu comme moi lorsque je me suis présenté à l'élection au CE.

  • Avec le recul j'ai aussi poussé un "ouf " de soulagement. Mais franchement, président d'un parti, faut être complètement maso ou alors planer sec sur la fonction qui n'est que de la représentation, des serrage de mains, des cocktails, du boulot administratif. Un peu comme le 33e degré chez les maçons.

Les commentaires sont fermés.