Campagne contre l'initiative xénophobe de l'UDC : Tocsin et Dies Irae

Imprimer

exorciste.jpgSelon un premier sondage effectué avant noël 2019, l'initiative de l'UDC "pour une immigration modérée", dite "initiative de limitation" (de l'immigration), soumise au peuple le 27 septembre prochain, serait clairement rejetée par le peuple (à 58 % des personnes interrogées, contre 35 % qui soutiennent l'initiative). La prudence, nourrie de l'expérience, restant cependant de mise. L'initiative prétend donner à la Suisse les moyens de gérer l'immigration de manière autonome, et sans contrainte. Dès lors, la libre circulation des personnes entre l'Union Européenne et la Suisse devrait être abolie. Le Conseil fédéral, les syndicats et les organisations patronales ont lancé, ensemble, le 22 juin, la campagne contre l'initiative et hier, les cantons romands, unanimes, ont appelé à refuser l'initiative. Le souvenir  de la campagne de 2014, contre l'initiative (déjà de l'UDC) contre l'"immigration de masse", perdue faute d'engagement commun du gouvernement et des "partenaires sociaux" a enseigné : cette fois, syndicats, patrons partis (sauf l'UDC)  et Conseil fédéral vont faire campagne ensemble. quoique sur des partitions différentes -leur choeur est polyphonique. La Conseillère fédérale Karin Keller-Sutter met l'accent sur le risque de voir "tous les accords bilatéraux avec l'union européenne", premier partenaire économique de la Suisse sombrer; Hans-Ulrich Bigler, de l'Union suisse des arts et métiers (USAM), pourtant habituellement proche de l'UDC, annonce que l'initiative udéciste "est un danger pour la place économique"; Valentin Vogt, de l'Union patronale, rappelle que le pays qui profite le plus du marché de l'Union européenne, c'est la Suisse; Pierre-Yves Maillard, de 'Union Syndicale, affirme que la libre circulation a permis de réguler l'immigration et de combattre le dumping salarial grâce aux mesures d'accompagnement, dont l'abolition "est le but non avoué de l'UDC"; Adrian Wütrich, de Travail Suisse, ajoute que le marché suisse du travail n'a jamais été aussi contrôlé que depuis l'entrée en vigueur de la libre circulation. La démarche udéciste est si nuisible à la Suisse et aux Suisses que même un élu du MCG, le Conseiller d'Etat genevois Mauro Poggia, la combat et appelle à la refuser le 27 septembre : "Il n'y a pas d'alternative crédible à la voie actuelle" (les bilatérales et la libre-circulation des personnes) et aux avantages considérables que la Suisse en retire. Si l'initiative est acceptée, "Genève va à la catastrophe", tocsinne le Conseil d'Etat. Même Dies Irae chanté d'ailleurs par le patronat face à l'initiative cantonale pour un salaire minimum.

Eviter de prendre des vessies patronales pour des lanternes syndicales.

Que penser de la belle unanimité de gauche, de droite, du patronat, des syndicats et des gouvernements romands,  sur le mot d'ordre de refus de l'initiative udéciste contre la libre-circulation des personnes ? Qu'elle s'explique par la peur d'une réédition de la cacade de 2014.  Pour repousser ce spectre,  on n'hésite pas à enjoliver la réalité présente pour proclamer que si l'initiative passe, ce serait la fin des haricots, de la prospérité, de l'économie, des droits sociaux et du contrôle des salaires. Même l'Union Syndicale Suisse s'y met, dans un "tous ménages" tiré à deux millions d'exemplaires : elle combat l'initiative, mais elle combat aussi l'accord-cadre avec l'Union Européenne. Et elle défend l'accord sur la libre-circulation parce que la protection des salaires, si insuffisante qu'elle soit, lui est indissolublement liée : si cet accord est rompu, cette protection tombe. C'est précisément ce que cherche l'UDC, aussi "libérale" économiquement qu'elle est réactionnaire socialement et culturellement : c'est elle qui est au cœur de l'opposition à une "rente-pont" pour les chômeurs de plus de  60 ans et à un petit congé-paternité (même si elle vient d'être rejointe dans cette opposition par le PLR suisse).

Notre opposition à l'initiative udéciste est radicale, absolue, définitive. Mais elle n'est ni aveuglée ni aveuglante sur la situation présente : le panégyrique de la situation actuelle, accompagné de quelques exorcismes, fait bon marché de la réalité. Les mesures d'accompagnement sont insuffisantes, le dumping salarial est permanent lors même que 40'000 entreprises sont contrôlées chaque année grâce aux mesures d'accompagnement, et que ces contrôles sont souvent fait par des syndicalistes. Mais 50 % des travailleuses et des travailleurs. qu'ils soient indigènes ou immigrés, ne sont pas couverts par une convention collective garantissant leurs droits,

L'initiative est inacceptable parce qu'elle est, fondamentalement, xénophobe, et la libre-circulation doit être défendue parce qu'elle est un droit fondamental, dont les Suisses eux-mêmes bénéficient et doivent pouvoir continuer à bénéficier, comme les résidents étrangers en Suisse, et qui ne peut dès lors être refusée aux candidates et candidats à l'immigration en Suisse : il n'y a de droit fondamental que réciproque, et ceux que nous revendiquons pour nous, nous ne sommes légitimés à les revendiquer que si nous les revendiquons aussi pour les autres (et réciproquement). Ces raisons de s'opposer à l'initiative nous suffisent -et ne nous conduisent pas à nier que le statu quo n'est défendable que comme un moindre mal : une faible protection des droits des travailleuses et des travailleurs vaut mieux que pas de protection du tout... Ce qui n'a rien d'enthousiasmant, mais nous évite au moins de prendre des vessies patronales pour des lanternes syndicales.

Lien permanent Catégories : Europe, Immigration, Suisse, votations 5 commentaires

Commentaires

  • C’etait avant.... Aujourd’hui la donne est différente! Elle n’est pas xénophobie. L’UE? n’a plus sa raison d’être en l’état.... autoritarisme, argent des contribuables englouti pour ses besoin.... le solde jeté en cadeau par les fenêtres . La Suisse n’a rien à faire avec l’UE! L’UDC aura ma voix! J’ai décidé .et ce depuis un moment, de ne pas suivre le Conseil fédéral qui joue sur « la peur » des Suisse: Hier c’etait La LAMAL, manque d’argent pou l’AVS.... Aujourd’hui :UE .... « Premier partenaire de la Suisse sombrer » et le spectre de la « catastrophe » du « danger » etc...

    La vision catastrophique et le danger pour la Suisse, c’est d’être entourée de ces personnes qui ne pensent qu’a leur tirelire!

    Un grand OUI pour le 27 septembre!

  • C'est ça, si l'initiative est acceptée, la Suisse ne sera plus entourée d'Etats membres de l'UE, il n'y aura plus des centaines de milliers de ressortissants de l'UE résidant et travaillant en Suisse, et 200'000 y travaillant sans y résider... en fait, tout ce que ça changera, c'est que l'immigration européenne légale sera remplacée par une immigration (européenne ou non) illégale, sans statut, sans droits sociaux et avec de vrais salaires de dumping...

  • Un Grand NON le 27 septembre 2020,

    En lisant l excellent article-chapeau ci dessus, ceci me réconforte à voter un Grand Non à l initiative de l'UDC "pour une immigration modérée", dite "initiative de limitation" (de l'immigration), soumise au peuple le 27 septembre prochain. Bien que le Status quo n est pas défendable qu en moindre mal (comme dit à la fin de cet article ) sauf si on favoriserait l embauche des milliers de Helvètes et des Résidents Etrangers qui crament et qui dépriment de ne pas être embauchés sur sol suisse où ils habitent.Selon le SECO, en février 2020, leschiffres absolus disent que le nombre de nouveaux chômeurs inscrits est de 150'289 personnes, soit une avancée de 53'067 personnes (+54,6%) sur un an. Le nombres de jeunes inscrits a quant à lui progressé plus de 77% (+7555 personnes) sur cette période ....

    En passant, l UDC n est il pas un parti "très très écologique", je m explique puis qu il recycle les mêmes idées depuis de longues années sans avancer le schmilblick d un iota voire même qu il voudrait nous faire marcher en avant mais tout en reculant .

    Alors un grand Non!

    Bien à Vous M. Pascal Holenweg.
    Charles 05

  • "Une faible protection des travailleurs vaux mieux que pas de protection". Si c'est tout ce que la gauche a à proposer, il ne faut pas qu'elle s'étonne que les gens se jettent dans les bras de la droite souverainiste, et capitaliste, comme vous dites.

  • Ben.... me suis pas relue. Désolée ! Aussi je passe corriger les fautes d’orthographe du Mac . :(

    Lire: xénophobe - Elle n’a... - ses besoins - des Suisses - Ouf! Merci La Silhouette de ne pas me laisser mourir idiote :)

Les commentaires sont fermés.