La servitude en temps de pandémie

Imprimer

Sindomestico.jpgSolidarité avec les travailleuses domestiques

Le SOLIFONDS n'a pas renoncé à mener, comme chaque Premier Mai, une action de solidarité avec des travailleurs et des travailleuses engagés dans une lutte inégale pour la défense de leurs droits. Cette année, cette action est de solidarité avec les employées de maison brésiliennes. Et le Covid-19 n'y est pas pour rien : dans le pays de Bolsonaro et des évangélistes négateurs de l'épidémie elle-même, son impact risque d'être dévastateur, et les employées de maison, sans droits, sans accès au système de santé, menacées à tout moment d'être licenciées, victimes de violences sexuelles, comptent parmi les personnes les plus menacées d'être à la fois victimes et propagatrices du coronavirus.

SOLIFONDS, mail@solifonds.ch, www.solifonds.ch, compte postal 80-7761-7

Pourquoi le confinement des corps serait-il celui des consciences ?

Huit millions de brésiliennes, le plus souvent noires et toujours pauvres, travaillent comme domestiques dans les ménages de la classe "moyenne" et des couches sociales supérieures. Beaucoup d'entre elles, venues de la campagne, accomplissent cette tâche depuis l'enfance. Par les tâches qu'elles accomplissent, elles permettent à leurs employeuses et leurs employeurs d'exercer ou de renforcer leurs activités professionnelles.  Aucun contrôle du respect de leurs droits légaux n'est effectué, un tiers seulement d'entre elles ont un contrat de travail conforme à la loi, innombrables sont celles qui sont victimes de violences, y compris de violences sexuelles, toutes sont exploitées et sous-payées. Et leur situation s'est encore aggravée depuis l'arrivée au pouvoir du président Bolsonaro et de son gouvernement : le démantèlement du droit du travail et du système de retraite les frappe de plein fouet, alors qu'elles ont aussi des enfants à charge.

Les travailleuses domestiques brésiliennes ne renoncent pourtant pas à défendre leurs droits. Il y a trente ans, à Bahia, elles ont fondé un syndicat, Sindoméstico, qui a inspiré la création de syndicats comparables au Bénin, au Sénégal, au Burkina Faso, en Côte d'Ivoire, en Guinée et au Togo.  C'est ce syndicat, aux tâches immenses et aux moyens réduits (beaucoup de ses membres n'ont pas les moyens de payer la moindre cotisation, et les tâches syndicales sont en grande partie assumées par des bénévoles) que le SOLIFONDS appelle à soutenir à l'occasion du Premier Mai.

SOLIFONDS, mail@solifonds.ch, www.solifonds.ch, compte postal 80-7761-7

Commentaires

  • Le débat. Toujours le débat.! N’ayant pu l’engager sur le programme esquissé pour la double majorité de de gauche en Ville de Genève, je me suis dit que, nouveau venu sur FB, je n’avais pas su m’y prendre. J’espère que là, je vais y arriver. Merci.

  • L’envie de débattre, camarade!

Les commentaires sont fermés.