Demande udéciste de dissoudre Mesemrom : Une démarche idiote et minable

Imprimer

L'UDC genevoise demande au Conseil d'Etat de solliciter du procureur général (Jornot)  la dissolution de Mesemrom, l'association de défense des Rroms, coupable de contester, en toute légalité, les amendes infligées aux mendiants rroms au nom de la loi dont le même Jornot, alors député, fut l'un des fauteurs, et dont Mesemrom, aggravant son cas, demande par voie de pétition l'abrogation, compte tenu de son caractère discriminatoire et de son absolue inefficacité. A quoi rime au juste la démarche idiote et minable de l'UDC genevoise ?

Pour quelques centaines de suffrages à récupérer dans les poubelles de l'histoire

Confrontée à Genève à la rude concurrence du MCG, l'UDC tient aparemment à regagner au concours de la connerie la place de favorite qu'elle estime lui être due, même si elle s'est résignée à soutenir, dans une autre course, celle au Conseil d'Etat, le candidat de son concurrent. Une sorte de division du travail de réduction du discours politique à une chasse au bouc-émissaire se fait donc, entre les deux partis concurrents : au MCG, les frontaliers; à l'UDC, les Rroms. Et sans doute à l'unité d'action des deux, les Rroms frontaliers.


L'UDC demande donc la dissolution d'une association légale, Mesemrom, qui use de moyens légaux pour atteindre les buts légaux qui sont les siens : la défense des Rroms. Pas seulement leur défense contre les amendes qui pleuvent sur eux à Genève, mais aussi leur défense contre les conditions de vie désastreuses qui leur sont faites là d'où ils viennent. Car Mesemrom agit aussi en Roumanie, par exemple pour aider, matériellement, à l'équipement minimal des villages rroms... mais ce que Mesemrom fait pour les Rroms en Roumanie n'est d'aucun intérêt pour l'UDC : ce qui l'intéresse, l'UDC, c'est ce que Mesemrom fait pour les Rroms à Genève. Et ce qui la révulse, l'UDC, c'est que Mesemrom aide à Genève les Rroms à résister à un harcèlement policier indigne, engagé au nom de l'application d'une loi discriminatoire et absurde, votée par un parlement introuvable à l'intelligence politique mise aux abonnés absents depuis trois ans.


L'UDC demande au Conseil d'Etat de saisir le Procureur Général pour dissoudre Mesemrom, coupable de recourir contre les amendes infligées aux mendiants rroms, et, par ces recours, de démontrer l'absurdité de la loi « anti-mendiants« » (et anti-rroms). Ces recours, l'UDC les voit comme un acte subversif, comme un appel à se soustraire à la loi. Mais depuis quand est-ce un délit de contester des amendes dans les formes prévues par la loi ? L'UDC va-t-elle aussi demander la dissolution des instances judiciaires qui donnent raison à Mesemrom et annulent, ou réduisent, les amendes contestées ? La dissolution des partis politiques qui demandent, comme Mesemrom, l'abrogation de la loi antimendiants ? la dissolution du TCS, de l'ACS, de Feu verts ou du Parti des Automobilistes au cas où ces organisations aideraient d'une manière ou d'une autre des automobilistes amendés à contester leurs amendes ?

Mesemrom use, évidemment en toute légalité, d'un droit qui est accordé par la loi -d'un droit qui est même constitutif de la validité de la loi comme de toute loi dans un Etat de droit : celui de faire recours contre une décision de l'autorité. Mais allez faire comprendre cela à l'UDC; allez lui faire comprendre ce que trimballe de nauséabond l'acharnement genevois contre les mendiants rroms, et son propre appel à dissoudre une association qui combat cet acharnement. La piteuse prestation de la présidente de l'UDC-GE, sur le plateau de « Léman Bleu »,  mardi soir, devant un journaliste dont la compassion était plus cruelle que la contradiction, devrait d'ailleurs suffire à situer à son juste niveau la démarche de son parti...

L'UDC s'en prend aux Rroms ? Le miracle, ce serait que l'UDC, genevoise ou suisse, peu importe, s'en prenne pour une fois à des puissants d'ici plutôt qu'à des faibles d'ailleurs -mais non : le mendiant rrom est une cible bien plus à sa portée, et sa chasse est sans danger. Elle est aussi sans mémoire ? Certes... Mais si la méritoire tentative d'alphabétisation de l'UDC à laquelle se sont livrés sur leurs blogs respectifs* Pascal Décaillet et Jean-Noël Cunéod, le premier invitant à la lecture de Paul Célan et le second à se souvenir de Martin Niemoeller, témoigne de leur optimisme et de leur confiance en la nature humaine, elle pose aussi crûment cette question : que peuvent bien peser un Célan ou un Niemoeller en comparaison de quelques centaines de suffrages à récupérer dans les poubelles de l'histoire ?


*
http://pascaldecaillet.blog.tdg.ch/
http://jncuenod.blog.tdg.ch/

Lien permanent Catégories : Genève 4 commentaires

Commentaires

  • La verve de Pascal premier est au moins égale à la méchante connerie qu'il vilipende avec tant de justesse sur le fond et de causticité dans le ton. Quand donc serons-nous délivrés de cette démagogie sécuritaire ?
    Merci

  • Merci pour le "Pascal Premier" (que Décaillet me pardonne de me l'attribuer alors qu'il a réagi avant moi à l'étron de l'UDC), mais si athée que je sois je n'oublie pas que "les premiers seront les derniers..."... après tout, c'est l'invention du socialisme, là, quelque part, entre les Béatitudes et le Sermon sur la Montagne...

  • Merci pour cet article, merci beaucoup même, car le nombre de députés ou de conseillers municipaux (femmes ou hommes) qui sont intervenus dans les médias pour dénoncer cette ignominie ne sont pas légion. L’UDC et le MCG avec leurs travaux de sape ont réussis à banaliser le pire, ne l’acceptons pas.

  • et pendant ce temps la Scientologie continue d'oeuvrer en toute impunité,tandis que ces pauvres Roms eux, ne conduiront aucun humain au suicide

Les commentaires sont fermés.