Journée internationale des Rroms : une verbeuse indifférence

Imprimer

Vous en êtes-vous aperçus, en avez-vous ewntendu parler ? jeudi dernier, 8 avril, c'était la « Journée internationale des Rroms ». Une journée pour douze millions de Manouches, de Tziganes, de Gitans, de Romanichels, de Bohémiens -bref, une journée pour Esmeralda et ses frères. Et ce jour là, à Cordoue, s'ouvrait un « sommet européen », le deuxième du genre, consacré aux Rroms européens. Un sommet bidon, réunissant des seconds couteaux accouchant d'une déclaration creuse, ne contenant aucun engagement concret. Fallait-il seulement s'attendre à autre chose qu'à cette indifférence verbeuse ? Simple curiosité : à Genève, où la Ville et le canton semblent mener deux politiques diamétralement opposées à l'égard des Rroms, la première s'attachant à les héberger, le second à les pourchasser, combien de Rroms ont été interpellés, amendés, rackettés, ce jeudi 8 avril, « journée internationale des Rroms » ? Pour eux, sans doute, une journée comme toutes les autres, à Genève comme ailleurs...

Haro sur le Rrom !

On les stigmatisait comme « voleurs de poules » ou « voleurs d'enfants »,  on les stigmatise désormais comme mendiants ou abuseurs d'aide sociale, et on continue à les désigner comme des « gens du voyage »  alors que l'écrasante majorité d'entre eux sont sédentarisés : boucs émissaires de la crise économique et du sentiment général d'insécurité, victimes de préjugés séculaires sur lesquels tablent et jouent les extrême-droites européennes (en Hongrie, la droite et l'extrême-droite ont gagné les élections, ce week-end, en faisant notamment campagne, et campagne ouvertement raciste, contre les Rroms), cibles de gesticulations politiciennes, puis policières, et par exemple, à Genève, d'un véritable racket légal sur les aumônes qui leur sont librement accordées, les Rroms sont en outre de plus en plus fréquemment l'objet de violences homicides. On n'en est pas encore aux pogroms, mais on n'en est plus bien loin -lorsqu'on y sera arrivé, on aura probablement, et fort opportunément, oublié qu'eux aussi furent victimes du génocide entrepris par le nazisme. Il y a des mémoires encombrantes, qu'il convient d'effacer : un rapport du Conseil de l'Europe a dénoncé, à l'occasion de la « Journée internationale des Rroms », « l'aggravation d'une tendance à l'anti-tsiganisme de la pire espèce ». Et de s'interroger sur les raisons de l'échec systématique de tous les efforts entrepris (ou du moins annoncés) depuis deux décennies pour venir à bout du racisme anti-rrom, autant que des conditions calamiteuses d'existence des Rroms, dont la situation, reconnaît la vice-présidente de la Commission Européenne, Viviane Reding, s'est encore détériorée.  Sommet européensur les Rroms il y eut donc à Cordoue, les 8 et 9 avril. Qu'en est-il sorti ? Rien, sinon l'expression vague de la vague intention de « donner une impulsion pour parvenir à des améliorations substantielles dans l'intégration sociale et économique de la communauté rom ». Voilà, c'est tout.  Et c'est le ministre d'un gouvernement de droite, le Français Pierre Lellouche, Secrétaire d'Etat à l'Union Européenne, qui a dû rappeler aux Européens que « douze millions de citoyens de seconde zone attendent de l'action », et pas des mots. Il risquent d'en attendre encore longtemps, de l'action. Ou, pire, de ne constater, en fait « d'action », que la poursuite et le renforcement de toutes celles entreprises contre eux dans toute l'Europe, y compris en Suisse. Pourquoi s'en étonner ? Quand on tient un bouc émissaire, on le ne relâche pas avant de l'avoir chargé de tous les maux du moment. Alors, quand on tient douze millions..
.

Lien permanent Catégories : Solidarité 7 commentaires

Commentaires

  • Mais pourquoi tant d'aveuglement unilateral ?

    Quand tu abordes le sujets du soi-disant "racisme anti-roms", commence par t'interresser aux Roms eux même pour savoir de quoi tu parles.

  • "Quand on tient un bouc émissaire, on le ne relâche pas avant de l'avoir chargé de tous les maux du moment. Alors, quand on tient douze millions..."

    C'est complètement débile comme affirmation !!!

    De quels "maux du moment" sont accusés les Roms en Suisse, par exemple ? De faire chenil et crade dans les rues de nos villes. Point barre, comme disent ceux qui causent moderne modernes !

    Ce n'est une marque d'intelligence que de ne pouvoir sortir de ses petits schémas catéchistiques et de les mettre à toutes les sauces.

    P.S. - Plutôt que de ne rechercher que la lourdaude et bruyante approbation des vôtres, vous devriez essayer de trouver aussi des arguments réfléchis qui soient susceptibles d'emporter l'approbation des gens normaux...

  • Qu'ai-je à faire de l"approbation des gens normaux" ? Les "gens normaux" ayant largement prouvé qu'ils étaient capables d'approuver n'importe quoi, leur approbation est aussi insignifiante que la normalité elle-même...

  • Scipion a écrit:*P.S. - Plutôt que de ne rechercher que la lourdaude et bruyante approbation des vôtres, vous devriez essayer de trouver aussi des arguments réfléchis qui soient susceptibles d'emporter l'approbation des gens normaux...*

    Si être normal, c'est tergiverser sur cette saleté, alors je suis fier d'être anormal.
    Ollec

  • Aujourd'hui, dans "Le matin" (la première gaffe c'est de se lever) C'est aux Nigériens qu'ils s'en prennent.
    C'est dégueulasse.
    La manipulation de l'esprit des péquins par la peur. Il y a des couteaux dans le luQuème qui se perdent.
    Il y a peu, rue de Carouge, 2 pandores s'en prenaient a une Rom, femme d'environ 60 ans. Un trou rouge a la place de son oeil de verre. A voir la femme, brrr. avec ça qu'on peut supposer qu'elle est amenée plus ou moins de force et contre son gré, et qu'on peut aussi supposer dans ce monde créé par un BON dieu, si son oeil lui aurait pas été arraché pour que ça rapporte.
    A gerber.Quand le peuple va t'il s'attaquer aux vrais coupables ? Ceux-ci par exemple? :
    http://www.dailymotion.com/video/x7nolb_michel-collon-israel-l-etat-le-plus_webcam

    Mais le peuple aime sa Tauto, sa télébidon, et pour cela vote, dans cette belle démocratie directe, pour l'autorisation de vente d'armes a des démocraties totalitaire dollardo libéralistes.
    A gerber toute cette lâcheté, toute cette hypocrisie, cette dégueulasserie.
    Ollec.

  • Bien, PH n'aime pas le "peuple commun". Mais il me semble me souvenir d'un temps où les socialistes se vantaient d'avoir l'onction du peuple. C'est toutefois sous la réserve que le peuple aurait de bonnes manières, et qu'il s'incline devant les lubies bobos de leurs dirigeants. Mauvaise nouvelle, le peuple est mal élevé.

  • en passant de "Scipion" à "Caton", et avant sans doute d'aboutir à Caligula, on n'a guère gagné en capacité de compréhension : quelqu'un pourrait-il expliquer, avec des mots simples, à l'un ou l'autre de ces augustes anonymes (à moins que l'un soit l'autre) la légère différence qu'il y a entre les "gens normaux", c'est-à-dire les gens qui se plient aux normes, et le "peuple commun" ?

Les commentaires sont fermés.