Révision de l'assurance-chômage : Aux armes référendaires, citoyens !

Imprimer

Chômdur, dur...

Le Parlement a approuvé la 4eme révision de l'assurance chômage, faite sur le dos des chômeurs, malgré les appels au report du projet, lancés par une partie de la droite (les jeunes libéraux-radicaux, par exemple) qui craint un rejet en votation populaire, ou les grognements de l'UDC, qui estime qu'on ne va pas assez loin dans le démantèlement du droit à l'indemnisation. Le comité national référendaire contre la révision de l'Assurance Chômage préparait depuis des mois le referendum, il a donc lancé celui-ci, avec le soutien du PS et des syndicats. Sur ce dossier aussi,  « le peuple de gauche doit défaire l'aristocratie radicale » , comme le proclamait Christian Levrat devant l'Assemblée des délégués du PS, fin février...  « Aristocratie radicale » épaulée en l'occurrence par la cléricature démo-chrétienne pour faire payer la crise de l'emploi à ses victimes. Ah, ça ira, ça ira, ça ira !

télécharger la feuille de signature pour le référendum :
http://www.facebook.com/l/002bd;www.non-dlaci.ch/signature_feuilles.html

Bonus pour les managers, malus pour les chômeurs

C'est la crise et elle va durer, malgré les signes de reprises : cette porte ouverte a été vigoureusement enfoncée le 29 mars par le Conseiller d'Etat radelibe genevois François Longchamp, lors de la présentation du programme d'action de son département pour 2010 et 2011. Car il en a un, de programme, Longchamp : améliorer les statistiques du chômage. On dit bien « les statistiques », pas  la situation des chômeurs. Ce programme, c'est précisément celui de la majorité de droite des Chambres fédérales, qui a confirmé sa volonté d'opérer des coupes sévères dans le droit des chômeurs à être indemnisés. Augmentation de la durée de cotisation, réduction de la durée d'indemnisation, suppression de la possibilité pour les cantons les plus durement frappés par le chômage d'obtenir des prolongations temporaires de l'indemnisation, suppression de la possibilité de prolonger la durée du chômage partiel, obligation pour les chômeurs de moins de 30 ans d'accepter un emploi sans lien avec leur formation...  Incidemment (ou est-ce l'un de ses buts ?) la réduction des prestations fédérales a un effet de vase communiquant : ce qu'elles n'assumeraient plus, les cantons et les communes l'assumeraient sur leurs budgets d'aide sociale, ce qui a conduit l'Union des villes suisses à s'opposer au projet de la droite. La fonction de l'assurance-chômage est d'indemniser les chômeurs ? Pour la droite, sa fonction est de les faire sortir le plus vite possible des statistiques du chômage. Quitte à les faire entrer dans celles de la charité publique. A Genève, l'Hospice Général prévoit un afflux de chômeurs en fin de droits, condamnés à solliciter l'aide sociale (le nombre de dossiers financiers a déjà augmenté de 13 % en un an). Et les épiceries Caritas, qui proposent aliments et produits de première nécessité à des personnes démunies titulaires d'une carte d'achat (une sorte de « partente de pauvre », quoi)  délivrée par les services sociaux, les paroisses et les associations d'entraide annoncent une affluence massive et un chiffre d'affaire national en hausse de 14 % entre 2008 et 2009. La crise actuelle a été provoquée par les pratiques délirantes du système financier. Pour en atténuer les effets sur le système financier lui-même, et sur l'ensemble de l'économie, il a été massivement fait appel à l'Etat et aux banques nationales. Mais les dirigeants des banques, les managers, les spéculateurs, continuent de recevoir des bonus somptueux et somptuaires, comme si de rien n'était. Et ce sont les victimes de la crise qui doivent passer à la caisse. C'est ce type de raisonnement dont témoigne la révision de la loi sur le chômage. Et c'est ce type de raisonnement qu'il s'agit de refuser, en signant massivement le référendum contre cette révision.

télécharger la feuille de signature pour le référendum : http://www.facebook.com/l/002bd;www.non-dlaci.ch/signature_feuilles.html

Lien permanent Catégories : Suisse 11 commentaires

Commentaires

  • Bravo, je ne manquerai pas de la signer

  • Bonjour Pascal,
    Ça me fait plaisir de te voir continuer le combat au travers de ce blog et ailleurs. Je suis presque toujours d'accord avec toi. J'ai un tout petit reproche à te faire cependant ; je ne suis pas inscrit à Facebook et je n'ai pas l'intention de m'inscrire. Alors, aurais-tu peut-être une autre adresse pour obtenir ou télécharger cette feuille de signature ?
    Merci d'avance et bonne soirée. (BGM)*

  • on peut obtenir des feuilles de signatures à l'adresse web suivante, et sur les sites du PS, des Verts, du Parti du Travail, de Travail Suisse... :

    www.sgb.ch/.../12_LAMPART_ZIMMERMANN_LACI_Referendum.pdf

  • Pourquoi ne pas vous être alliés aux autres forces populaires qui ont pourtant été à la pointe de la lutte ici à Genève et grâce auxquelles le gouvernement de droite à dû plier sur les 120 jours ?

    Pour faire accroire au Peuple que vous le défendez?

    C'est une maigre consolation que vous lui offrez-là, c'est surtout un trompe l'oeil!

    Bien à vous,
    P.Dimier
    Constituant

  • "Pourquoi ne pas vous être alliés aux autres forces populaires qui ont pourtant été à la pointe de la lutte ici à Genève et grâce auxquelles le gouvernement de droite à dû plier sur les 120 jours ?" ? Vous avez dû sauter un épisode (et confondre les feuilletons) : nous avons dès le début été partie prenante. bien avant que le MCG ne saute dans le wagon de queue, du mouvement lancé par les syndicats pour que le Conseil d'Etat (c'est-à-dire Longchamp)demande la prolongation des indemnités chômage. Prolongation que par ailleurs la révision de la loi fédérale que nous combattons par référendum rendrait désormais impossible.

  • "A Genève, l'Hospice Général prévoit un afflux de chômeurs en fin de droits, condamnés à solliciter l'aide sociale (le nombre de dossiers financiers a déjà augmenté de 13 % en un an)..." Les cantons suisses allemands comme St Gall ou Winterthur ont lancé un projet social de remise au travail de 1 mois obligatoire dans des travaux collectifs pour chaque personne demandant l'aide sociale. Sur 300 cas, 200 personnes ont répondu à l'appel et donc le canton a pu constater que les 100 qui n'avaient pas pu participer à ce travail avec des horaires réguliers, avaient soit retrouvé un travail, soit n'avaient pas besoin de cette aide. Genève devrait faire cette expérience innovante qui remet les gens dans des circuits où un rythme de travail existe et surtout supprime les cas de personnes qui abusent l'Hospice Général.

  • Les pratiques que vous évoquez sont tout à fait conformes à celle, générale, qui consiste à "nettoyer les statistiques" pour faire plaisir aux politiciens qui les brandissent : outre que vos chiffres sont pour le moins douteux, et vos sources étranges (c'est où, le canton de Winterthur ?, cela ne signifierait que deux choses : le passage de la charité publique à la charité privée (après le passage des statistiques du chômage à celles de l'aide sociale), et le changement de canton pour continuer à bénéficier de l'aide sociale (après le passage de l'aide fédérale à l'aide cantonale).

  • "soit n'avaient pas besoin de cette aide."

    C'est beau les conclusion hâtive et la novlangue ... ca me rappelle le sophisme qui consiste à demander à une personne "Depuis quand avez vous arrêtez de battre votre femme".

  • Mille excuses...La ville de Winterthur dans le canton de Zurich.... a suivi cette politique qui favorise la réinsertion sociale et à travers cela, peut mieux suivre les chômeurs demandant l'aide sociale pour mieux les orienter dans un travail futur. Il s'agit d'un programme cantonal qui n'a rien de charitable et qui favorise effectivement une meilleure gestion des ressources sociales cantonales : 1) redonner des repères d'horaires de travail pendant 1 mois, 8 heures par jour (se lever tous les matins, se rendre au travail, éviter l'isolement social...) 2) connaître les besoins professionnels des personnes demandant l'aide sociale en faisant un bilan professionnel, de motivation et d'aptitude 3) contrôler que les personnes n'aient pas de revenus déclarés ou non déclarées, bénéficieraient d'une aide étatique non justifiée. C'est un programme mis en place dans plusieurs cantons bien sûr pour éviter les abus mais surtout pour remettre les personnes sur les rails. Genève croulent sur les demandes d' aides sociales qui doivent être temporaires et ce genre de programme va dans le sens d'une réinsertion sociale certes un peu forcée mais bénéfique pour les prestataires.

  • Est ce qu'on a le droit de récolter des signatures dans un club de sport ou école? je sais par expérience que nous n'avons pas le droit de les récolter dans les trains.

    Merci pour votre réponse

  • Sauf erreur, on ne peut pas récolter de signatures DANS une école, mais on peut à l'entrée de l'école, sur l'espace public. Et on peut récolter des signatures dans un club de sport (ou dans tout autre lieu privé) avec l'accord du propriétaire ou du responsable du club, mais pas sans son accord... Mais j'ignorais qu'on ne pouvait pas le faire dans les trains...

Les commentaires sont fermés.