Le droit de parler et l'envie de faire taire

Imprimer

De la liberté d'expression :


Oskar Freysinger, qu'on avait pris l'habitude d'entendre glapir à la " liberté d'expression " lorsque les campagnes ordurières de l'UDC suscitaient des plaintes ou des demandes d'interdiction d'affichage, n'a pas aimé être caricaturé aux côtés de Hitler avec comme légende " Autrichiens : on a déjà donné ", dans le journal radical valaisan " Le Confédéré ", qui voulait ainsi répondre aux campagnes de l'UDC par les mêmes méthodes que l'UDC. Et donc, le génie des alpages a porté plainte contre le redac'chef du " Confédéré ", Alphonse Ribordy,  et l'a fait condamner pour diffamation à 120 heures de travail d'intérêt général, avec sursis. L'épisode a quelque chose d'exemplaire : ce que l'UDC et ses porte-paroles revendiquent pour eux-mêmes, et pratiquent assidûment, ils ne l'acceptent pas lorsque leurs adversaires en usent. Alphonse Ribordy n'a finalement été condamné que pour avoir fait ce qu'Oskar Freysinger fait à longueur d'année. Il y a ainsi des gens qui ne revendiquent pour eux-mêmes le droit de parler qu'en y ajoutant le devoir pour les autres de se taire.

Tout dire, tout écrire
Dans une société où la diversité des opinions est telle qu'il est impossible de les approuver toutes, on doit partir du principe que leur expression doit être possible a priori, la responsabilité de ceux qui s'expriment s'affirmant par le risque qu'ils prennent quand ils s'expriment à visage découvert. Ce risque est le prix de leur liberté et la mesure de leurs contradictions :  Céline est un immense écrivain qui a écrit d'immenses saloperies. Heidegger est un grand philosophe qui a été nazi. Godard est un cinéaste de génie qui a dit des conneries. Pour être tenu pleinement responsables de ce que nous disons, ou écrivons, il faut bien que nous ayons le droit premier de le dire ou de l'écrire. Que Freysinger fasse un procès à Ribordy parce que Ribordy a utilisé pour évoquer Freysinger la rhétorique que Freysinger utilise pour évoquer les musulmans, n'illustre que l'absolue hypocrisie des discours de l'extrême-droite sur la liberté d'expression, réduite à sa propre liberté de dire, d'écrire et d'afficher n'importe quoi, à propos de n'importe qui.  Or il ne peut y avoir deux poids, deux mesures, dans le combat pour la liberté d'expression. Noam Chomsyky relevait à propos de l'affaire Faurisson qu'on rend un triste hommage aux victimes de l'holocauste en adoptant la conviction de leurs bourreaux, qu'il appartient à l'État de déterminer ce qu'on a le droit et ce qu'on a pas le droit de dire. On requiert un an de prison (avec sursis) contre Dieudonné pour un sketch imbécile et insultant, mais que l'année de prison requise ne rendra ni moins imbécile ni moins insultant... Chaque restriction de la liberté d'expression légitime toutes les autres. Quand certains d'entre nous réclament l'interdiction des affiches ordurières de l'UDC, non seulement ils font à ces affiches et à l'UDC une publicité inutile, mais ils légitiment par avance les démarches visant à réduire notre propre liberté d'expression. Dans ce jeu de dupes, ce sont toujours les plus puissants et les plus riches qui gagnent. Et nous ne sommes ni les plus puissants, ni les plus riches. Si le souci de la cohérence libertaire ne suffisait pas à nous dissuader d'user de  l'appareil répressif d'Etat pour faire taire nos adversaires, un peu de mémoire historique, et le souci de nos propres droits, devrait y suppléer. Et puis, que les salauds parlent, à visage découvert et à identité vérifiable, nous évite au moins l'effort d'aller les débusquer.

Lien permanent Catégories : Culture 9 commentaires

Commentaires

  • Bonjour à toutes et à tous,

    Bonjour M. Holenweg,

    je prends le pari, si demain je travaillais une image, vous place à côté d'Hitler, et met en légende : les merveilles de la pensée unique. A moins que vous ne préfériez figurer aux côtés de Staline, auquel cas, je placerais une autre légende : juifs et opposants, le goulag vous attend.

    Pas sûr que vous apprécieriez.

    Campagnes ordurières de l'UDC, les seuls à avoir des propos orduriers ce sont les opposants de l'UDC. Ce phénomène se nomme projection. De mémoire, il ne me semble pas avoir entendu des UDC tenir des propos orduriers.

    A moins que lorsque certains opposants à l'UDC nous assimilent à cette substance brunâtre odorante que l'on retrouve dans les égouts... sympathisants, membres, élus... de l'UDC que nous sommes.

    Pourtant, l'Histoire récente nous apprend, que ce genre d'odeurs est facilement assimilable à celle des cadavres en décomposition et à ce titre, il est vrai que lorsque l'on y pense : le national socialisme et le communisme possèdent toutes deux ce relan olfactif.

    Projection disais-je, car les idées de l'UDC n'ont, quant à elles, jamais tué personne.

    Bien à vous,

    Stéphane

  • À part vomir sur l'UDC, vous avez un programme?

    Je constate que l'éducation, l'instruction et le respect ne se trouve pas "du côté du coeur" MDR.

    Nazi, l'UDC? Vous sembles ignorer les réalités du nazisme et QUI étaient venus en renfort de ce cher Adolf!
    Les alliances et troupes recrutées par le Grand Mufti de Jérusalem etc...

    Fachos? Savez-vous au moins la signification de ce mot?

    Sexistes?

    Je préfére des "sexistes" à des lapidateurs, mais je suis certaines que vous allez m'expliquer que je me trompe, non?

    http://www.iran-resist.org/media1126

    http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/lapidation-publique-d-une-jeune-46904

    http://images.google.com/images?q=lapidation&um=1&ie=UTF-8&ei=0u8ES6vENJagmQOGhcXCCg&sa=X&oi=image_result_group&ct=title&resnum=4&ved=0CB8QsAQwAw


    En attendant que l'Islam sépare la foi de la loi islamique (charia)je préfère prendre mes distances.

    Au vu de "l'incident" au Petit-Saconnes le 03 avril dernier, où des collègiennes d'une quinzaine d'année se sont fait traiter de "sales blanches" et autres insultes portant atteinte à leur honneur et liberté...nous ne sommes pas devant une situation tendant à la modération de l'islam.

    Les réactions d'un groupe d'écoliers musulmans, à Yverdon l'an dernier, caillassant une maman venue chercher son fils car il y avait des tensions à l'école, n'est pas signe de modération de la part des jeunes.

    Bref: bonne journée

  • Je cite "Céline est un immense écrivain qui a écrit d'immenses saloperies. Heidegger est un grand philosophe qui a été nazi. Godard est un cinéaste de génie qui a dit des conneries"...

    J'ajoute: Pascalou Holenweg est un petit chroniqueur de banlieue, tout imbu de lui-même, sourd à la société et qui, très souvent, écrit des conneries. Le pire c'est qu'il en est convaincu.

  • L'impartialité des juges devrait être de mise! En Valais, Adolphe Ribordy a déjà été condamné par la justice valaisanne lorsqu'il avait dénoncé les malversations faites dans l'affaire DORSAZ. Nous connaissons la suite.

    Après des années de lutte pour prouver le bien-fondé de ses allégations, Adolphe Ribordy a été blanchi et Dorsaz est reconnu coupable.

    Dans le cas Freysinger, le petit juge de Martigny a tranché en condamnant Adolphe Ribordy. Il n'a pas retenu le fait que le rédacteur en chef voulait donner une leçon aux poseurs d'affiches (UDC) en pratiquant le même procédé. Et il était bien mentionné qu'il s'agissait d'un pastiche.

    Comme quoi, la justice valaisanne comme celle en France doit se remettre en question. La politique des petits copains est exécrable!

  • @Déblogueur...

    je n'est pas pour habitude de défendre quiconque sur cette plateforme..mais là, vous dépassez les bornes...déblogueur...!!
    celui qui pond des conneries à longueur de journée, c'est bien vous et votre blog stupide ¨¨...
    Et pour ce qui est de la proximité de "Pascalou"avec les citoyens...je vous confirme que ce politologue émérite est très accessible...Vous pouvez le rencontrer dans tous les grands rassemblements populaires et syndicaux ! toi débloguer...tu n'est rien, ni personne...ton avis, tes aspirations et tes critiques n'interressent que toi...malheureux !!

    alors oust, du balai...avec tes petites phrases au rabais !!

  • @ MUR: votre vulgarité n'a d'égale que votre prétention ridicule et vaine... Quant au "politologue émérite", on le rencontre souvent, la clope ou la pipe au bec,dans divers débits de boisson...

    Ce n'est, si j'ose dire, pas ma tasse de thé.

  • Merci pour lui, Pascal. Ribordy devrait faire appel et aller au TF, afin de mettre les points sur les i. L'UDC joue sur les mots et pratique l'amalgame habile et le rapprochement crapuleux depuis des années, avec les moutons de couleur foncée qu'il faut flanquer dehors, les corbeaux bulgares qui nous pillent, ou encore les minarets lance-missiles... ou la racaille voisine !!!
    Il serait bon de savoir s'il y a deux poids deux mesures en matière de justice dans ce pays... Et Stéphane, je suis intimement persuadé que tous les UDC ne sont pas des fachos racistes, vous en êtes l'exemple vivant. Mais certaines des attitudes et des campagnes de votre parti - incarnées par certains de vos leaders, donnent exactement l'impression contraire... Alors faites le ménage, au lieu de les défendre contre l'évidence.

  • @déblogueur
    Sauf à ne pas parler la même langue, je ne vois RIEN de vulgaire dans les propos de MUR.Juste un brin de colère compréhensible.

    Dans les vôtres, par contre, je ne distingue pas une once de... distinction.

    Mais il en va de même pour l'autrUchien qui ose se comparer à Brassens:
    il ne suffit pas de s'affirmer artiste pour l'être.
    Et dans ce domaine, je prétends être compétent.
    En un seul mot.
    L'oscar, lui, ne sait l'écrire qu'en deux mots...

  • Etant français, je ne sais pas si l'UDC tient des propos orduriers, mais il est de fait qu'autant il me paraît insensé d'interdire leurs affiches, autant je ne comprends pas comment un tribunal peut condamner un rédacteur en chef parce qu'il a publié une caricature d'un membre de l'UDC telle que vous la décrivez. Il n'y a pas mort d'homme !

    Par contre, je mettrais un gros bémol au sujet de Louis-Ferdinand Céline (qui reste un immense écrivain) : il ne s'est pas contenté d'exprimer des idées, il a dénoncé publiquement dans ses articles des personnes comme étant juives, à une époque où être connu comme juif comportait un risque physique évident. Voilà à mon avis où s'arrête la liberté d'expression : là où commence la mise en danger physique. Comme par exemple, les prèches des imams encourageant au jihad, qui ne ressortent plus de la liberté d'expression mais de l'incitation à la violence et au meurtre.

    Reste le cas de la diffamation, qui ressort plus à mon avis du droit privé, mais je ne pense pas que caricaturer, même lourdement comme dans le cas présent, soit diffamer. Apparemment, le tribunal n'a pas fait le distinguo, c'est un peu dommage...

Les commentaires sont fermés.