Z'avez bien le bonjour de Mouhammar

Imprimer

Il est très colère, le Conseil fédéral : il a l'impression, parfaitement justifiée, de s'être fait avoir jusqu'au trognon par les Bédouins : le mardi 21 octobre, c'est-à-dire à la date d'entrée en vigueur théorique de l'accord signé, à genoux et à Tripoli, par Hans-Rudolf Merz avec la Libye pour mettre un terme au conflit né de l'arrestation à Genève d'Hannibal Kadhafi et de son épouse, non seulement la Libye n'a pas laissé repartir les deux ressortissants suisses qu'elle retient depuis des mois, mais le clan Kadhafi les a même kidnappés et les séquestre désormais dans un lieu inconnu. Et la Suisse de découvrir que Kadhafi n'est pas un démocrate, que la Libye n'est pas un Etat de droit, que les promesses n'engagent que ceux qui les reçoivent et que présenter piteusement à Tripoli les excuses de la Suisse parce que la police genevoise avait fait son boulot n'a finalement abouti qu'à une chose : conforter le clan Kadhafi dans sa conviction, parfaitement justifiée, que c'est lui qui tenait le tire-bouchon du couteau suisse par le manche.

Seule au monde
Dans son conflit avec la Libye, la Suisse aux bras noueux n'a jusqu'à présent montré sa détermination qu'à l'égard des immigrants et réfugiés africains stockés en Libye pour les empêcher de passer en Europe : la Confédération avait décidé d'interrompre son soutien aux activités du HCR en faveur de ces migrants et réfugiés africains. C'est vrai qu'il est infiniment plus facile de s'en prendre aux harragas dérivant en mer ou aux clandestins subsahariens paumés dans le désert que de s'en prendre à la famille du chef. Et donc quand la Libye retient, puis fait disparaître, deux Suisses pour punir la police genevoise d'avoir attenté à la dignité d'un rejeton du chef de clan régnant, pour punir la Libye d'avoir touché à des Suisses, la Suisse coupe les vivres… au HCR. Et maintenant, on fait quoi ? La Suisse n'a guère qu'une arme à sa disposition : l'internationalisation du conflit, et l'ouverture de poursuites internationales pour " disparition forcée " (celle des deux Suisses) -un crime que le droit international rend de fait imprescriptible tant que ses victimes n'ont pas réapparu, ce qui justifie des actions pénales, nationales et internationales contre toutes les personnes suspectes de l'avoir ordonné, commis ou couvert, et qui justifierait aussi le séquestre des avoirs libyens en Suisse -de tous les avoirs libyens, dès lors qu'il est évident que ne peuvent en détenir en Suisse que des libyens fortunés, membres ou proches du régime. Cette arme, l'internationalisation du conflit, est à peu près la seule dont la Suisse dispose : le boycott des produits libyens, et en particulier du pétrole ? La Libye s'en fout, elle a bien assez de clients ailleurs pour compenser un boycott suisse... le refus d'octroi par la Suisse de visas aux ressortissants libyens ? ça ne pourrait frapper que ceux qui ne viennent pas en Suisse avec un passeport diplomatique, dans le cadre des activités des organisations internationales... la rupture des relations diplomatiques ? la Suisse se fait un honneur d'avoir des relations avec tout le monde... une action militaire ? on se marre...Et on se dit que si la Suisse était membre de l'Union européenne, elle obtiendrait dans son bras de fer avec la Libye bien plus de soutiens que ceux, maigrichons et rhétoriques, dont elle dispose aujourd'hui.

Lien permanent Catégories : Suisse 16 commentaires

Commentaires

  • Bravo, c'est une bonne critique dont le but inavoué est?
    Que la Suisse fasse partie à part entière, et non partielle, de l'Europe.
    Tu es inscrit dans quel parti politique?
    Blague à part, qu'a t il fait Berlusconi pour stopper les émigrants libyens le long des côtes italiennes?
    Il a offert à Kadhafi un séjour gratuit, nourri, logé et blanchi, flatté et adulé, dans la parlement italien, ce dont il ne s'est pas gêné de snober, même si il a préféré camper dans une pelouse romaine, embarassé par la clim, afin que le le libyen accepte de fermer ses frontières.
    Tous les moyens sont bons lorsque on a de l'inventive et que l'on veut conserver sa place , de 1er, je parle de Berlusconi, bien entendu.
    slim

  • Ce qu'il reste ä faire, dans le cas particulier, c'est de passer les deux Suisses captifs par pertes et profits, côté pertes bien entendu, et se souvenir de quelques notions élémentaires de psychologie familières à n'importe quel loufiat dans une boîte huppée, ou à n'importe quel joueur d'échecs: Avant d'entreprendre une action quelconque, on s'efforce de comprendre la mentalitö de la personne qui vous fait face. De se demander si l'on a à faire à une personne capable, ou à une personne capable de tout. Et l'on agît en conséquence.
    Le Gouvernement suisse devait savoir que nos règles d'éthique et de conduite ne servent à rien dans le cas de ces sauvages. Il devait donc s'adapter à la mentalité de la partie adverse pour gagner.
    Tous les acteurs suisses dans cette pitoyable affaire se sont conduits comme des manches, à commencer par l'hôtelier genevois qui n'aurait jamais dû recevoir un numéro pareil dans son établissement. En suivant la police, qui débarque en force. etc... jusqu'à la nausée

  • La police a fait son boulot ... ce n'est pas l'avis de cet avocat spécialisé dans le domaine des abus policiers. Je dois dire que la lecture de son article est intéressante pour le moins. Bien évidemment elle n'excuse en rien le comportement des oligarques de cette dictature.

    http://www.lecourrier.ch/index.php?name=NewsPaper&file=article&sid=443452

  • "Il est très colère, le Conseil fédéral..."

    Et on sent bien, qu'il jubile, M'sieur Holenweg... La Suisse humiliée par un barbaresque timbré. C'est un peu sa revanche à lui, militant de la préférence étrangère et xénolâtre contrarié.

    Et après, ça s'étonne d'être commis à une figuration électorale même pas intelligente :o)

    "Blague à part, qu'a t il fait Berlusconi pour stopper les émigrants libyens le long des côtes italiennes?"

    Libyens ? On estime à au moins 600'000 les Subsahariens et Africains orientaux qui sont dans les starting-blocks chez le Fou de Tripoli. Et qu'il peut lâcher à n'importe quel moment, quitte à payer lui-même les propriétaires de barcasses et zodiacs...

  • "http://www.lecourrier.ch/index.php?name=NewPaper&file=article&sid=443452"

    Quand on parle de xénolâtres ! *mdr*

  • Dis-voir le brun, il marche pas ton lien.

  • Je viens de me rendre compte, qu'en plus d'être raciste et brun jusqu'à l'os, il ne sait même pas utiliser la fonction couper/coller d'un ordinateur ...

    Un grand homme, brillant.

    Sinon, un petit avis sur le fond : à savoir que l'intervention de la police genevoise ne respectait pas le principe de proportionalité ?

  • "Dis-voir le brun, il marche pas ton lien."

    Normal, "Le Courrier" étant un torchon, j'ai sucré exprès le "s" de "NewsPaper".

    Merci de me faire savoir que quelqu'un est tombé dedans.

    *Ecroulé de rire* de chez *Ecroulé de rire* !

  • Dans cette affaire, rappeler des bourdes avérées ou supposées - arrestation de Hannibal, acte de contrition de la Suisse, etc. - c'est bien, mais peu utile et surtout ça ne fait pas avancer les choses, étant entendu qu'on ne peut revenir sur le passé !

    Or seul le futur a de l'avenir !

    Alors qu'est-ce qu'on fait maintenant ?

    Tout le reste n'est que prose, balivernes et propos de Café du Commerce !

    Bon dimanche quand même !

  • Qu'est-ce qu'on fait maintenant ?
    On essaye d'apprendre afin que de telles conneries ne se reproduisent pas...
    Une telle situation est susceptible de se reproduire à n'importe quel moment avec de tels tordus. Est-on capable d'apprendre quelque chose des désastres passés ?
    Les fonds juifs en déshérence, le désastre Swissair, l?UBS aux El.U.s, l'affaire Tinner, l'affaire Paul à ski, pour n'en citer que quelques unes, ça ne vous dit rien ?
    Qu'est-ce que c'est, l'expérience ? C'est le souvenir de toutes les conneries que l'on a faites, et peut-être de queques succès
    Qu'est-ce que c'est, l'intelligence ? C'est la faculté de ne pas commettre deux fois la même faute.
    A en juger par le niveau de la politique nationale de ces dernières années, on a à faire avec une sacrée bande d'incapables à Berne.
    Si on avait eu la même équipe au Gouvernement dans les années 30 et 40, on aurait été la première colonie du 3. Reich, encore avant l'Autriche...

  • @ J.C. Simonin :

    " Qu'est-ce que c'est, l'intelligence ? C'est la faculté de ne pas commettre deux fois la même faute.
    A en juger par le niveau de la politique nationale de ces dernières années, on a à faire avec une sacrée bande d'incapables à Berne. "

    Bien d'accord avec vous concernant la définition de l'intelligence, quant à pointer la "bande d'incapables de Berne", je suis pour ma part beaucoup plus mesuré, car persuadé que ce sont avant tout nos institutions qui ne sont plus adaptées à l'environnement géopolitique et économique actuel.

    Toutes les casseroles que vous énumérez résonnent parfaitement à mes oreilles, mais toutes ne sont pas imputables aux mêmes personnes, alors qu'elles le sont toutes au même modèle institutionnel ...
    Nos institutions fonctionnent très bien par beau temps, beaucoup moins bien par gros temps, et ne parlons même pas de la tempête. Alors imaginez le meilleur équipage sur le "Radeau de la Méduse", sans GPS, sans boussole, ni sextant, sans voile, ni rames, contraint de naviguer à vue ...

    Je pense qu'il serait temps de faire le point, d'organiser un grand débat national interpartis sur notre avenir, temps de nous poser des questions fondamentales et de définir des objectifs, sans tabous ni craintes ...

    Bien à vous !

  • J.d"Hotaux@ "je pense qu'il serait temps de faire le point, d'organiser..... c'est bien la premiere fois que je lis une proposition qui a de l'allure, Bravo Mr.J.d'H....
    j'espere que votre proposition trouvera l'echo necessaire,


    et je reaffirme mon soutient a cette proposition!

  • Au risque de vous contredire tous les deux, je pense au contraire que les pincipe de nos institutions sont sains et logiques xmais que la manière de les utiliser devient de plus en plus désastreuse.
    Ainsi que le disait mon ami von Bismark, Chancelier du Reich sous Guillaume II :
    "Avec de mauvaises lois et de bons fonctionnaires, il est possible de diriger un pays, mais lorsque le contraire se passe - de bonnes lois appliquées par des mauvais fonctionnaires - la décadence n'est plus très loin."
    J'ai eu durant mes années d'activité en tant que restaurateur passableemnt à faire avec la Loi et les fonctionnaires et ne peux que donner entièrement raison à von Bismarck. La somme d'arrogance, d'incompétence crasse, de stupidité, l'incapacité de résoudre les problèmes même les plus simplesen temps utile, est tout simplement effarante dans ce pays dit civilisé.
    la Déclaration Européenne des Droits de l'Homme, signée et ratifiée par la Suisse, précise par exemple que chacun a droit à un procès équitable mené DANS UN DÉLAI RAISONNABLE. Je pourrais raconter d'une inculpation non précédée d'un semblant d'investigation, et d'un délai de QUATRE ANS entre l'inculpation et le procès, qui a abouti à un non-lieu. je pourrais raconter comment des lois concernant les devoirs du bailleur - CO - valent autant que le papier sur lequel elles sont imprimées. L'abus de plus en plus généralisé de la psychiatrie dans les affaires pénales. Etc, etc, etc...
    J'ai toujours rèvé d'avoir une fois un entretien avec un magistrat, dont il sortirait quelque chose de tangible. Mais LLEE ne parlent pas la même langue que le commun des mortels.le commun es mortels cherche le contact avec la magistrature, mais la magistrature ne communique qu'avec Dieu...

  • Personne pour parler de l'article de Garbade ?

  • "Blague à part, qu'a t il fait Berlusconi pour stopper les émigrants libyens le long des côtes italiennes? Il a offert à Kadhafi un séjour gratuit, nourri, logé et blanchi, flatté et adulé, dans la parlement italien, ce dont il ne s'est pas gêné de snober, même si il a préféré camper dans une pelouse romaine, embarassé par la clim, afin que le le libyen accepte de fermer ses frontières."

    Slim,

    Blague à part, Berlusconi n’a pas bloqué le immigrés qui, depuis les côtes libyennes, tentent d’arriver en Europe. Kadhafi, pour quelques milliards travaux, à fait filmer la police libyenne côtière bastonner des individus comme caution morale à Berlusconi auprès des italiens.

    Je me demande si ce n’est le moyen que Berlusconi à trouvé pour donner des juteux contrats à ses amis entrepreneurs pendent des années. Tous cela payés par les impôts des italiens. En particulier des pensionnés et salariés. Les entreprises ont depuis longtemps soustrait leur bénéfice de l’appétit du fisc grâce et des lois très particulières. Il n’y a qu’en Italie que les gains des professions libérales (par exemple des médecins ou avocats), ainsi que les propriétaires de PME, sont moyennement inferieur à une secrétaire ou un employé de la voire.

    Il faut savoir que les malheureux qui tentent de rejoindre les côtes italienne le font principalement du printemps jusqu’en automne. En hivers, la traversée de la Méditerranée est plus problématique. Dès le printemps 2010 cela va repartir. L’Apollon italien pourra de toute manière museler les médias afin de cacher l’évidence le plus longtemps possible.

  • " L’Apollon italien pourra de toute manière museler les médias afin de cacher l’évidence le plus longtemps possible."

    Tout spécialement "Repubblica", "L'Espresso", "Il Fatto quotidiano" et "Annozero" ! :o)

    On est encore tombé sur un(e) italianologue averti qui en vaut donc deux.

    Et peut-être même trois comme je peux voir les choses.

    P.S. - Dites, Cali, comme vous me paraissez expert(e), vous expliquez comment que Santoro et Travaglio n'aient pas encore eu droit à leur topette d'huile de ricin ? Ouaaah ! le buzz sur YouTube !!!!

Les commentaires sont fermés.