A l'ost, rien de nouveau

Imprimer

Dissoudre l'armée ou la laisser moisir ?

Un petit morceau de l'armée suisse va probablement être dissout : le DRA-10 (détachement de reconnaissance de l'armée, composé de 40 hommes), dont le sort était suspendu à la décision des Chambres fédérales de lui donner pour mission de participer à la mission " Atalante " (la protection des navires dans la zone de piraterie au large de la Somalie). Or le Conseil National a refusé, par une majorité hétérogène (UDC, Verts, une partie des socialistes -contre Micheline Calmy-Rey) d'autoriser l'envoi des soldats professionnels du DRA-10 dans ces eaux dangereuses. Pour les opposants de droite (UDC), l'armée suisse n'a rien à faire à l'étranger. Pour les opposants de gauche, elle a mieux à faire des moyens financiers dont elle dispose pour des opérations dans l'est africain (ou le sud arabique) que les consacrer à financer une opération de police internationale : ces moyens, elle doit les consacrer à l'appui humanitaire, économique et politique aux populations. Du coup, le Conseiller fédéral Ueli Maurer, pour qui l'existence même d'une troupe comme le DRA-10 est contestable, devrait le dissoudre, ou le fusionner avec le détachement ad hoc de la police militaire. Et un petit morceau d'armée en moins, un…


Peu importe la gamelle, pourvu qu'on ait le rata
Le Conseiller fédéral UDC Ueli Maurer, en charge de notre glorieuse armée, réclame un demi-milliard (en plus de ce qu'elle reçoit déjà) pour cette armée, afin de la maintenir en vie. Parce qu'il a un rêve, pour l'armée suisse, le brave soldat Maurer : il veut en faire " la meilleure armée du monde " (après la Garde Suisse du Vatican et les Vieux Grenadiers, évidemment). Et il a du boulot : non seulement un lourd doute plane sur l'utilité même de l'ost helvétique, mais l'état des forces est calamiteux : seuls cinq bataillons sur vingt sont correctement équipés. En revanche, alors que les effectifs de la troupe étaient réduits à 120'000 soldats, les effectifs des états-majors ont augmenté de 40 %. Ce qui fait de l'armée suisse la petite sœur de l'armée mexicaine de la grande époque, qui comptait autant de colonels et de généraux que de soldats en état de combattre. Peu importe, d'ailleurs, puisque selon Ueli der Soldat lui-même, l'armée suisse est dans une situation pire que celle de l'armée française en juin 1940 (avant ou après l'armistice ?) : " des bâtiments tombent en ruine, de nombreux véhicules, trop utilisés, arrivent à bout de souffle (...) il manque même du matériel pour équiper la troupe (...) certaines compagnies de 270 personnes ne disposent de matériel que pour 140 (...) la moitié des gens n'a rien à faire (...) la planification a été défaillante (...) nos systèmes informatiques coûtent beaucoup plus que prévu "... Bref, l'armée suisse serait tout simplement en train de mourir de sa belle mort, dans son lit, de vieillesse… Bah... peut nous chaut que l'armée soit dissoute en bloc comme le propose le GSSA, par morceaux ou par épuisement de son matériel, de ses forces et de son utilité.

Lien permanent Catégories : Suisse 1 commentaire

Commentaires

  • il faudre supprimer tout

Les commentaires sont fermés.