Le raisonnement du bon docteur Guillotin

Imprimer

A République moderne, technologie de pointe, le progrès est en marche, nos chasse-gueux ont l'électricité et la maison Taser une jolie référence dans ses dossiers : la police genevoise va être branchée sur 50'000 volts. Le Conseil d'Etat a validé un " ordre de service interne " dotant le groupe d'intervention de la gendarmerie de trois pistolets à électrochoc (" Taser "), pour une utilisation dont le gouvernement et la police promettent qu'elle sera restrictive (seuls les membres du groupe d'intervention pourront s'en servir), très ciblée (mais la cible est large : forcenés, suicidaires, déments, détenus agités...), réglementée (validation préalable de l'usage du machin par un officier de police, échelon d'appui sanitaire, rapport ultérieur) et même filmée. Laurent Moutinot assure que le but de l'introduction du Taser " n'est pas d'aggraver les moyens de contrôle dont dispose la police, mais d'éviter l'usage de l'arme à feu ou de la force physique ". L'électrochoc comme alternative au coup de feu, c'est un argument qui a sa logique : celle du bon docteur Guillotin, présentant sa machine à couper le crime comme le moyen d'éviter la décapitation à la hache, la pendaison, le garrot et autres pratiques salissantes, inesthétiques et peu fiables. Le condamné ne sentira " qu'un léger souffle sur le cou ", assurait le bon docteur. Et une décharge de 50'000 volts ne fait pas mal, poursuivent ses disciples genevois.

Messieurs 50'000 volts
En présentant le Taser comme une alternative au flingue, la police et le gouvernement genevois se livrent à une curieuse arithmétique : trois Tasers de plus, ça ne fait pas trois flingues de moins; ça fait seulement trois Tasers de plus. Et cet arme de " neutralisation momentanée " semble déjà avoir neutralisé, mais durablement, le sens critique des autorités politiques de contrôle des désirs gadgetophiles de nos glorieux policiers. C'est promis, juré, le Taser ne sera pas utilisé lors d'expulsions d'étrangers (encore heureux…), ni à l'égard d'une personne qui ne représente pas un " danger immédiat "... mais qui évalue l'immédiateté du danger ? Le détenteur du Taser que l'envie de l'utiliser démange ? Avec ce type d'armes, le risque d'abus et de dérapage est constant, et d'autant plus important qu'on a passé son temps à dire que finalement, les effets de ses 50'000 volts sur leur cible humaine ne sont pas si graves qu'Amnesty International le dit. Pas si graves ? 330 personnes sont mortes dans les seuls USA entre 2001 et 2008 après avoir été électrocutées par les fléchettes d'un Taser. Amnesty préconisait un moratoire sur le Taser; l'organisation regrette aujourd'hui le " mauvais signal " donné par le gouvernement de la capitale des droits de l'Homme. Des signaux, ce sémaphore (de centre-gauche) en donne de bien étranges, depuis quelque temps. Nous nous interrogions il y a peu sur l'utilité d'élire un gouvernement " de gauche " pour que lui soient confiée des tâches aussi exaltantes que la chasse aux Rroms, la construction d'une nouvelle prison, l'éradication des squats ou le confinement de la culture alternative… à ce bilan, il nous faut désormais ajouter le Tasera. On pourra se présenter cet automne, lors de l'élection du Conseil d'Etat, le front haut et le regard fier : un bon gouvernement de gauche, ça change tout..

Lien permanent Catégories : Genève 4 commentaires

Commentaires

  • Le Taser ça se discute, par contre j'aime beaucoup votre liste prioritaire des tâches qui ne seraient pas "de gauche":

    1) la chasse aux Rroms: Non rien...vous ne devez jamais passer au carrefour du Bouchet, vous pourriez y receuillir de symphatique specimen...

    2) la construction d'une nouvelle prison: Allez donc expliquer a la proportion de plus en plus large de la population qui s'est fait "zizouter" son porte monnaie ou voler le sac a main ou cambrioler par toujkours les mêmes multirecidivistes que pour la gauche la place des petites frappes n'est pas en prison mais dans la rue a molester les citoyens.

    3) L'éradication des squats ou le confinement de la culture alternative: Vous faite bien de mettre ces deux points ensemble, le 1er est de l'appropriation de bien privé par la violence, le 2eme de l'appropriation de fond publique par une bande de punks qui n'interressent qu'eux même.

    Merci pour cette liste, c'est tellement mieux quand "la gauche" offre le baton pour la rosser.

    CE

  • Monsieur Holenweg,

    Le raisonnement tranchant du bon Docteur Guillotin est du même tonneau que le raisonnement vire-VOLT-ant de l'Avocat Laurent Moutinot qui, dit en passant, fait partie du même Parti Socialiste que vous.
    Alors, pourquoi ne pas l'avoir mentionné dans votre billet? Une pudeur de jeune vierge? Un honteux secret de famille? Un moyen de ne pas effaroucher la partie la moins à droite du parti qui pourrait s'en détourner? (c'est plus fort que moi, il m'est impossible d'écrire "plus à gauche").

    Sachant que tous les lecteurs ne sont pas Genevois (mais au fait, même pour eux) et dans chacun des cas, cette information manquante est une lacune qui pourrait en dire long!

    Mais vous allez nous expliquer, nous mettre au courant par l'intermédiaire d'Internet qui utilise un voltage très inférieur au TASER.

    Vous pouvez, si le coeur vous en dit, vous faire une idée de ce que je pense de cette arme "non létale" (sic) sur:
    http://peresiffleur.blog.24heures.ch/archive/2009/04/22/taquine-arme-electrique-rigolote.html

  • Que Moutinot et moi soyions du même parti n'est pas une découverte telle que je me sois senti tenu de la confirmer.
    Par ailleurs, nous sommes aussi tous deux du même parti que Jean Ziegler.

  • Comment avez-vous eu l'idee d'ecrire a ce sujet? Je vais devoir attendre pour de tels articles de vous.

Les commentaires sont fermés.