Crise de la social-démocratie : Un théâtre d'ombres

Imprimer

Contemplons ce qui constitue aujourd'hui (et depuis au moins deux décennies) la base sociale des partis socialistes et sociaux-démocrates : les jeunes et les salariés du secteur privé y sont sous-représentés, les personnes en situation précaire en sont absentes et les exclus, exclus. Reste une base sociale de rentiers et de fonctionnaires, de cadres moyens et d'universitaires, d'hommes et de femmes aux niveaux de revenu, de fortune et de salaire supérieurs à la moyenne nationale. Qu'attendre d'une telle base sociale, progressiste in pectore et conservatrice (quand elle n'est pas réactionnaire) in facto, trop soucieuse de paraître ce qu'elle voudrait être et qu'elle n'est pas pour risquer de perdre même la possibilité de sa propre schizophrénie ? Qu'elle redéfinisse le contrat social ? Mais pourquoi diable le ferait-elle ? le contrat actuel est le sien, et sa redéfinition dans un sens socialiste ne pourrait se faire qu'au détriment de ses intérêts et de ses acquis... 

Le petit bourgeois en son miroir

La petite bourgeoise consacre une énergie et des ressources considérables à dresser entre sa réalité et ses illusions un rideau de scène la voilant à son propre regard : tournés vers eux-mêmes, le petit bourgeois et la petite bourgeoise n'ont qu'une crainte fondamentale : se donner à voir, et, pire, se voir tels qu'ils sont. La classe moyenne se joue comme au théâtre, au cinéma ou à la télévision, et, se jouant, elle surjoue pour remplir cet espace indistinct qu'elle occupe, entre un prolétariat dont elle nie l'existence (jusqu'à réussir, parfois, et pour un temps, à ce qu'il se nie lui-même), pour nier le risque qui constamment pèse sur elle de " retomber "  dans la " classe inférieure ", et une classe dominante dont elle singe les comportements (ou ce qu'elle en perçoit) sans disposer des ressources de ces comportements. Ne se voulant pas dominée, mais l'étant tout de même, et ne pouvant être dominante, mais se rêvant telle (et affirmant l'être par le nombre, quitte à tordre les statistiques), la classe moyenne pète toujours plus haut que son cul. Adhérant totalement au primat du signe social d'intégration, elle ne craint rien tant que perdre les signes extérieurs d'une richesse dont elle ne dispose pas et d'un pouvoir qu'elle ne détient pas. Le grand projet du petit bourgeois n'est pas de changer la société, mais de changer de place dans la société, ou à tout le moins de sauvegarder la place qu'il y occupe.  Et c'est faute de pouvoir le convaincre qu'ils sont capables de réaliser ce projet, et de sauvegarder cet acquis, que les partis socialistes et sociaux-démocrates voient leurs bases sociales et électorales petite-bourgeoises s'effriter, après que leur ancienne assise populaire se soit réduite à une survivance.

Lien permanent Catégories : Politique 18 commentaires

Commentaires

  • Camaraââââde!

    Tu as raison, les socialos sont devenus petits-bourgeois. D'ailleurs, y a qu'à voir Roth-Bernasconi, Brunier parmi tant d'autres... Plus ils sont bien sapés, moins qu'ils ont d'idées (à supposer qu'ils n'en n'aient jamais eu)...

    Ahhh que le grand soir est loin... le jour où pendra le dernier banquier avec les tripes du dernier capitaliste... et celui où on rasera gratis! Tout a disparu dans un océan de marchandises... Pire: les socialos sont devenus une marchandise, comme tous les autres. Le socialisme se dissous dans le spectacle.

    Mais... Attends... Mais oui! Il nous reste la lecture de l'Humanité Clandestine 1941-1943! Ca c'était de la révolution!

  • Si l'on retire du parti socialiste tous les fonctionnaires, ce parti n'existe plus ! Donc les sympathisants et autres adhérents à ce parti sont uniquement à la charge des salariés du privé !

  • Octave, t'es foncedé : si on retire aux partis bourgeois leurs financement par les banques et diverses transnationales ayant leur siège en suisse ... que restera-t-il ... toujours des idées de merdes, mais plus les moyens de nous les placarder dans les rues et les journaux !

  • L'immmmense problème de la social-démocratie, c'est qu'elle est dans l'incapacité absolue de répondre aux attentes de la classe ouvrière dans le domaine de la surpopulation allogène.

    Parce qu'évidemment, ce ne sont pas les "élites" de la mouvance qui subissent les conséquences d'une cohabitation permanente avec des gens frustes, arriérés et primitifs. Les seuls allogènes qu'elles connaissent, ces élites, sont des intellectuels ou des semi-intellectuels comme elles...

  • Sur la 1ere partie, assez d'accord. Le PS a depuis longtemps perdu la legitimité d'une base 'classe ouvrière'.

    Par contre tes considerations sur la 'classe moyenne' sont franchement ridicules. Comme j'en fait parti de cet classe moyenne, je texpliques:

    J'habite dans une villa parce que c'est mieux qu'un hlm.
    Je roule en grosse limo parce que c'est mieux que les tpg.
    Je vais en vacances sous les tropiques parce que c'est mieux que le bistro du coin.

    Tu peux appeler ça du theatre, mais pour moi c'est du concret. Non je ne suis pas endetté ni adepte de la surconsommation, oui je suis payé par des banques et pas par l'argent du contribuable. Non je n'ai rien herité de mes parents. Oui je suis content de ma situation et j'en suis fier, je ne consacre aucune energie a 'dresser un rideau de scène' pour me cacher.

    Faudra t'y faire, la nouvelle classe moyenne n'a pas de complexe et ne se sent pas redevable envers les branleurs. C'est plus la classe moyenne de tes grand-parents.

    CE

  • Djinius, je parle des fonctionnaires et du PS pas des banques et des partis prétendus bourgeois ! Au fait, as-tu déjà vu un élu socialo ailleur qu'au foyer du grand théatre en train de baffrer des petits fours et descendre du champ ? Moi pas ! Les bourges sont socialos ! les gens modestes votent UDC ou MCG ! Cherche pourquoi ! Moi, je pense que, lorsque les modéles socialos sont Erich Honecker et Nicolae Ceauscescu, on a déjà la réponse ! Santé !

  • PS,UDC, Libéraux, Radicaux, Verts... les partis classiques et même émergents sont tous en panne de gouvernance. Finalement que ce soit à Berne ou dans les Cantons, ce sont nos administrations 3 étoiles qui gèrent les affaires du pays car les fonctionnaires sont tous affiliés à des Partis, c'est la règle.

  • PS,UDC, Libéraux, Radicaux, Verts... les partis classiques et même émergents sont tous en panne de gouvernance. Finalement que ce soit à Berne ou dans les Cantons, ce sont nos administrations 3 étoiles qui gèrent les affaires du pays car les fonctionnaires sont tous affiliés à des Partis, c'est la règle.

  • Lausanne Calling to the faraway town... Ici c'est un "socialiste" qui est en charge des services sociaux... Un de ceux qui trouvent "inadmissible" ce qu'il voit à la première de "la forteresse" dans "sa ville"... Mais se tait et est invisible, inaccessible dans "sa forteresse lorsqu'il s'agit du traitement réservé aux chômeurs et RI-iste dans les locaux de l'ORP. Et devinez à quel parti appartient le responsable cantonal des assurances sociales... Celles qui menacent de sanctions ceux qui résistent à leur absurdité débile, stages, ETS, arnaques diverses d'entreprises privées, etc.? Oui, lui-même! Celui qui tel Mussolini (cadre socialiste dans sa jeunesse) aime "la lutte pour la lutte!"
    Edouard Berth dans son livre "guerre des états ou guerre des classes" publié en 1922, leur réglait déjà leur compte, et prédisait déjà ce que leur trahison allait produire, si la révolution n’avait pas lieu, ... 11 ans plus tard!
    Le programme du PS, Communal, Cantonal, Fédéral porte un titre "Kein Kampf!" Blague de mauvais goût?
    Même le réformisme, ils désertent: Partage du travail? Silence radio!
    Travailler 2 heures par jour? Utopiste!
    Revenu universel? Mauvais pour le marché! ...
    A war is declare a Battle came down...Lausanne calling...
    Ps(sic)
    @Eastwood : Pour reprendre un dialogue de film américain (et je les apprécie) adapté du romancier J.Lee Burke: "Lui, je ne lui pisserais même pas dessus si je le voyais brûler sur un trottoir" "tu" piges?
    Effectivement, comme "tu" l'écris la classe moyenne est un parti, et même un parti pris! Pris aux autres! Va "te" faire exploiter par ta banque et en vacances! Pérore dans les pays pauvres... Avec "ta" banque, vous avez payé les barbelés et autres miradors qui vous protègent pour l'instant!
    Sûr, man, t'es un tueur, un vrai! T'as des balloches! Un vrai fauve, un prédateur! Pour "toi" "l'homme est un loup pour l'homme"...
    Erreur mon petit coco, "certains hommes sont des loups pour l'homme", et "ta classe moyenne, c'est toujours le fascisme en germe!
    Et quelle épitaphe "tu" as prévu pour ta pierre tombale?
    Grr? Groumpf? Schtroumpf?

  • Bon dis donc, pour un socialo, celui-ci ne se prend pas pour la queue de la poire... Regarde-moi ce pseudo, "Coeurderoy"... et lausannois en plus. En résumé: L'égo légèrement gonflé (genre ballon-sonde évoluant dans la ionosphère) ET vaudois. Le bons sens à côté de chez toi...

    A part ça, il est comme tous les autres: donneur de leçons, pompeux et arrogant, du genre moi j'ai tout compris et toi t'es qu'un peigne-cul...

    "Ta classe moyenne, c'est toujours le fascime en germe"... Non mais attends un peu, tu te rappelles pas du Kremlin? De la révolution "culturelle"? Du Cambodge 1975-1980? Du KGB? De la Securitate ou de la Stasi? T'as la mémoire courte, sans parler des idées.

    Roy de coeur, tu ferais mieux, comme Holenweg, de réviser l'édition complète de l'Humanité Clandestine 1941-1943. Ca c'était la classe.

  • Coeurderoy est une typique merde parasitaire: Plus il profite des impôts des productifs de la société liberale, plus il mord la main nouricière !

    CE

    PS: Tu cites du clash parce que t'es un vieux con aigris de cette generation, ou parce que t'as rien trouvé tout seul ?

  • @ Eastwood: tes commentaires sont un plaisir à lire... Un peu de mordant dans le socialime cul-cul et béni oui-oui, voire agressif - tendance "Coeurderoy" (quel TDQ) - une joie indicible... Continue!

  • Génial, un p’tite provoc et les loups (et il ne s’agit pas là d’animaux) sortent du bois…
    @ Eastwood : Absolument! et pour vous priver du plaisir de l’écrire, un « UNTERMENSCH ».
    S’agissant de la main « nourricière », cette main appartient au corps qui de l’autre, retire le pain de la bouche des autres afin de mieux s’empiffrer!
    Quant aux« impôts des productifs de la société liberale », la majeure partie va aux infrastructures sur lesquelles vous vous flattez de rouler… Gratuitement !
    Et mettez une sourdine, parce qu’ils servent à renflouer (et par dizaines de milliards de francs !!!) les banques qui vous emploient, par un soi-disant prêt… Au fait, ces dernières, (aaah, satisfecit !), viennent de licencier 600 de vos collègues ! Si vous n'êtes pas le 599ème, j’espère que vous serez le 601ème ! cela vous confrontera à une réalité que vous semblez ignorer! Et on verra ce qui restera de votre sur adaptation au réel, après essorage…
    Ps sur votre Ps : Ouaip, vous avez tout juste, « Nous avons entamé une bataille pour prouver que le rock rebelle peut être énorme sans se renier, sans faire de compromis. Ça, c'est un combat qui vaut la peine ! […] Clash doit être une formation de combat, un commando… » (Joe Strummer). Ce n’est pas tout à fait la Star ac‘, ni l’autre là…
    Et je vais vous citer Shakespeare pour aggraver mon cas, n’ayant apparemment de valeur A VOS YEUX de consommateur moderniste, que la dernière nouveauté… « Achille. – Allons! tu vas lui remettre une lettre tout de suite.
    Thersite. -Faites m’en porter une autre pour son cheval ; car des deux, c’est l’animal le plus capable. » Pigé ?
    FINIS.

  • Au louveteau suiviste et fan d’ «eastwood » (non pas l’acteur/réalisateur, mais le commentateur tribun de guichet de banque), c’est à dire…
    @Cndavid53: Il manque un O entre le c et le n de la signature, brave toutou! Sera la réponse empruntée à votre style, du TDQ (c.f votre 2ème commentaire)…
    Maintenant on devrait bien arriver à 54, dans le style hipopip, genre guérilla de code postal, « rez-de-chaussée nik le 3ème étage »!….
    Bo! hé, titeuf53, je suis pas un socialo, et non je ne suis pas la queue de ta poire! Tu me tutoie, je te tutoie, hein, comme de vieux « camarade », alors que visiblement je ne suis pas ton pote! Quant a mon pseudo, il fait référence à quelqu’un dont je présume ton ignorance…
    Mais oui je me rappelle de tout ce que tu cite dans ton premier commentaire… Mais je n’y étais pas! Je ne l’ai pas soutenu !
    Et je me permets de te rappeler au passage, qu’il n’y a pas d’État qui n’ait pas son service secret ! Le P.I.D.E, le S.I.D, etc., mais il ne s’agit pas la d’une partie de Trivial Pursuit, galopin! Et jusqu’en Suisse, on fichait les gens de gauche et on continue d’ailleurs (que « l’affaire des fiches », divulguée par un conseiller fédéral, fut une manipulation de masse est un autre débat) ! Et le « gladio » les loges P2, P27, P31 disséminée à travers l’Europe à ton avis et à celui que tu admires tant, ton CE, elles avaient été crées pour quoi ?
    Et je ne te citerai même pas les nombreux massacres commis par le « libéralisme » au nom de ses profits, les uns ne justifiants aucunement les autres !
    Et si j’avoue ne pas connaître tes oeuvres complètes, ni « l’humanité clandestine 1941-1943 », s’il s’agit comme le titre le laisse à penser de membres d’une branche du FTP, je sens comme une confusion dans la pensée, et il ne s’agit là encore pas d’une fleur!

  • J'âââdore! Je suis un louveteau suiviste! Aaaah, j'en suis tout moite!

    Ce qu'il y a de génial avec les dadais de ton genre, Coeurderoy, c'est que dès qu'on les allume un peu et pouf! Ils explosent d'autojustifications humides et sulfureuses, d'éructations haineuses dignes du graffiti de porte de WC public.

    Y'a qu'à lire: "j'y étais pas", "j'en suis pas" (socialo), "y'en a d'autres qu'ont fauté", "les massacres commis par le libéralisme"... Un argumentaire au ras du PQ. Tu crois que ton salut vient de l'arithmétique... Un raisonnement très petit bourgeois finalement.

    Tu te crois emprunt de la mission de faire la leçon aux masses. Tu ne faits en réalité que les abrutir davantage par ton discours verbeux, ignorant et inutile. Tu es un freluquet et un puits sans fond de science imaginaire, un vide sidéral.

    T'es pas mon pote ça c'est sûr. Quant à l'Humanité Clandestine 1939-1944, je te recommande l'édition facsimilé publiée par les Editions Sociales (1975). En plus, y'en a deux tomes! A défaut de t'intéresser, c'est vrai tu y étais pas, tu pourras toujours apprendre que d'autres avant toi on peuplé le vide de la "pensée" de gauche.

    A tout prendre, j'aime mieux être un louveteau suiviste qu'un ringard prétentieux.

  • Ca doit être 50 ans de fumette qui ont porté coeurderoy a ce stade de conscience tout en reduisant sa vision peripherique:

    - A Geneve (puisqu'on est sur le site tdg) 3/4 du budget du canton va dans social, solidarité, santé et formation... J'avais pas remarqué que je roulais dessus.

    - C'est genial de voir que tu es très satisfait que les banques reduisent le nb d'employé. Parce que moins de cotisations et plus de beneficiaires des assurances sociales ça va pas être bon pour les cafards dans ton genre, mais pour s'en rendre compte faut un cerveau. Et si je suis le 601eme j'aurai au moins la satisfaction de ne plus payer pour ça.

    - Ce qui restera de mon adaptation au réel (???) parce qu'aujourd'hui je ne suis pas réel ? Bon, j'comprend que vu du fond du trou par un camé egocentrique qui se croit le nombrile du monde j'apparais probablement comme une réalité lointaine.

    - Je perore sur les plages des pays pauvres ? J'avais pas remarqué la pauvreté de Miami ou Waikiki, surtout que la bas les debiles comme toi font profile bas ou finissent illico au trou. Ca permet d'avoir des vacances vraiment relaxante avant de revenir dans cette banlieu de casablanca qu'est devenu Genève (grace au nivellement par le bas proné par tu sais qui).

    - J'aime bien ton commentaire sur les miradors. Mais faut pas que ça te fasse oublier que les losers restent des losers...même si ils arrivent parfois a faire tomber un miradors, ce n'est que pour se retrouver dans leur propre merdre qui in fine s'avère pire que celle qu'ils denonçaient (ref Zimbabwe).

    CE

  • L'Humanité 1939-1944
    [fac-similés]
    -Un exemplaire de cet ouvrage fut offert à Staline pour son 70ème anniversaire
    Cet ouvrage est en Français!!!!....!!!
    Editeur L'Humanité
    Lieu d'édition Paris
    Pays d'édition France
    Année 1949
    Autres renseignements sur l'édition 30 exemplaires numérotés, dont 4 exemplaires numérotés de I à IV : exemplaire n° I
    Description de la reliure Demi-reliure cuir rouge papier marbré rose
    Annotations dans cet ouvrage Sans annotations
    Dédicace Sans dédicace
    Notes complémentaires Cet ouvrage regroupe les fac-similés de 286 des 367 numéros de L'Humanité clandestine parus de 1939 à 1944. Un exemplaire de cet ouvrage fut offert à Staline pour son 70ème anniversaire
    Source :
    http://www.fonds-thorez.ivry94.fr/thorez_cin/bibliotheque-9744-maurice_thorez__l_humanite_1939_1944__fac_similes.html

Les commentaires sont fermés.