One FM ? Buzz FM ? Boum-boum FM ? Bla-bla FM ?

Imprimer

L'autorité fédérale qui attribue les concessions radio a donc décidé d'en attribuer une au projet de Stéphane Barbier-Mueller, " Buzz FM ", au détriment d'une radio existante, " One FM ". Une radio chasse l'autre, et alors ? C'est le jeu des " concessions " : il n'y a qu'au cimetière des Rois qu'elles sont éternelles. Et encore. Et nous voilà avec un ordre de marche : on nous somme de nous mobiliser pour la défense de One FM. Pourquoi devrait-on le faire ? Avec un choix musical tout à fait convenu et le minimum syndical en matière d'information (une quinzaine de flash par jour), One FM mérite-elle la mobilisation de toute la République ? Quant à la défendre au prétexte qu'elle serait la radio privée " la plus écoutée ", on s'autorisera à considérer comme bien piètre l'argument de l'audimat : ceux qui écoutent cette radio (ou qui l'entendent en arrière fond, mais que les statistiques d'audience comptabilisent comme des " auditeurs ") en écouteraient toute autre du même genre -et que cette autre soit genevoise, vaudoise ou française nous importe peu : leurs soupes se valent.

Beaucoup de bruit pour rien

Le seul motif que nous pourrions avoir de nous mobiliser pour One FM serait le maintien des quarante emplois de cette radio commerciale. Pour le reste, le " scandale " dénoncé dans la fin de la concession accordée à la radio n'en est pas un, et le tintouin organisé autour de cette péripétie n'est que beaucoup de bruit pour pas grand chose, ce qui est moins assez cohérent avec les programme de ladite radio*. On se permettra donc de ricaner en entendant Michel Chevrolet dénoncer un " diktat stalinien ", Viviane Jutheau de Witt évoquer un " massacre " (le génocide était hors de portée ?) et Daniel Zappelli soutenir One FM au nom de la " justice "... Un peu de sérieux ne nuirait pas au débat qui doit s'engager sur les critères de sélection des concessions radio et TV, pas seulement à Genève (puisque des décisions du même genre ont été prises à Zurich) On n'est pas dans un combat pour la liberté d'expression, ou le pluralisme des media , ou la lutte contre l'arbitraire bureaucratique de Mutti Helvetia : One FM aurait-elle été choisie plutôt que Buzz FM, ce choix n'aurait pas été moins arbitraire que celui qui est dénoncé aujourd'hui, la liberté d'expression et le pluralisme des media n'y auraient rien gagné, ni perdu. Ce qui est en cause, ce sont les critères de la loi fédérale, que le département fédéral a appliqué, et les contenus des appels d'offre auxquels il s'est tenu. Si l'on veut contester quelque chose, ce sont ces critères et ce contenu, ou le numerus clausus médiatique qui n'accorde à Genève qu'un nombre insuffisant de concessions (dont une est d'ailleurs accordée à une radio lausannoise, Radio-Lac). pas le choix qui en découle...
* écoutez plutôt Radio Zones (FM 93.8)

Lien permanent Catégories : Médias 19 commentaires

Commentaires

  • Voilà qui fait plaisir: quelqu'un qui garde la tête sur les épaules dans cette histoire. En effet, hormis le fait de défendre 40 emplois, on ne voit pas très bien où la liberté est en jeu dans cette affaire.
    Cela me rappelle les foules parisiennes qui descendaient dans la rue pour défendre NRJ. Laquelle, et cela s'est confirmé par la suite, n'est qu'une grosse machine commerciale qui se moque comme guigne de ses auditeurs (vous savez, ces fameux médias qui s'attachent à fournir des minutes de cerveau disponible). Pour autant, je comprends la légitime colère de ceux qui écoutaient régulièrement One FM. C'est un peu comme MacDonald's: ce n'est pas parce que je considère ça comme mauvais que les autres doivent s'en priver.

  • C`est vrai que la disparition de One FM ne se ressentira pas dans le panorama audio-visuel genevois , la qualité et le contenu de ses programmes est si mauvaise , l`intervention des présentateurs ( trices )surtout le matin laissent beaucoup à désirer , enfim RIEN A PERDRE . L`intervention des politiens .....me laissem de marbre ,ce sont des opportunistes qui ne font pas leur travail , GOUVERNER, c`est dit !! BONNE JOURNEE A TOUS.

  • Quelles pertes d'emplois ?
    Avec quelques petites mains travaillera Buzz ?

    Et si seul Michel C. devrait rester grâce à ses soutiens politiques, dommage !

  • Lionel, vous parlez de 40 emplois mais, pour une radio "locale", il faut préciser que le 75% des employés sont frontaliers ! C'est effectivement une radio très locale !

  • Octave ou l'art de détester tout ce qui n'est pas pur suisse...

    40emplois (frontaliers ou pas) c'est quand même 40 personnes (je sais que pour vous c'est dur à concevoir....mais les frontaliers SONT AUSSI DES ETRES HUMAINS..au même titre que vous....ça me fait mal de le dire...) donc 40 personnes se retrouvant sans emplois (vous suivez toujours?) et comme le dit très justement l'auteur de ce blog... c'est pour ça qu'il faut se battre...

    Au fait... franchement des animateurs avec l'accent suisse... ça me dit vrmt pas des masses... déjà qu'en dehors d'Infrarouge j'arrive pas à me résoudre à regarder les émissions suisses (même pas les nouvelles... c'est dire!!!) mais alors si en plus je dois écouter ma radio tous les matins et entendre un accent niais me présenter le quotidien des genevois.... ça me barbe... manquerait plus qu'ils nous passent de la musique suisse...

  • Au fait, quelle orientation politique pour radio bla-bla ? Gauche ? Droite ? Extrême gauche ? Extrême droite ? Pas d'orientation ???

    Question sans aucun intérêt ? Ah bon !

  • Il me semble avoir entendu sur les ondes de la RSR que le patron de BuzzFM engagera les employés licenciés de OneFm. Peut-être aussi Radio Cité, qui va toucher une partie de la redevance, pourrait engager plus de monde ? Donc, à terme probablement aucun emploi perdu.
    Quant à savoir si les radio privées genevoises engageront des Genevois au chômage en lieu et place des frontaliers, c'est pas certain. A suivre.

    @boo : c'est quoi pour vous la "musique suisse" ? OneFM ne diffuse que de la musique de groupes français ? Les artistes et musiciens suisses n'auraient-ils pas droit à être diffusés sur les radios commerciales ? Encore faudrait-il que les animateurs les connaissent et laissent tomber leurs préjugés vis-à-vis des artistes d'autres pays. Mais sans doute n'est-ce pas là le soucis des radios commerciales à la OneFm.

  • Bonjour Boo, alors comme ça vous faites dans le racisme anti-suisse ? Moi, j'apprécie la musique suisse, les présentateurs suisses. Si vous n'aimez pas, c'est pas grave, écoutez One FM, c'est franchouillard !

  • @ Tatage ... la musique suisse... c'est du yodel... et franchement trop vieillot pour intéresser qui que ce soit qui écoute la radio (allez allez Ocatve c'est à vous...) et en dehors de ça.Niet. Vous connaissez des groupes suisses? Pas moi...
    Non pas uniquement française.. américaine, anglaise, ils passent même des groupes allemands et suédois... parfois même on entend des musiques de personnes arabes ou africaines (pour dire qu'en matière de musique on est vraiment des pives nous autres suisses...)

    Octave... je ne vois pas pourquoi je ferais du racisme anti-suisse alors que c'est mon pays... vous me parleriez de chocolat, de montres de banques ou autres je serais d'accord avec vous... mais en matière de musique et d'émissions télé on est franchement vieux jeu et pas à la page!! Et je connais PLEIN de suisses qui se moquent de leur propre accent... mais pour vous tout ce qui est suisse est parfait, et tout ce qui vient de l'extérieur est mauvais... l'auto-critique c'est pas votre fort... l'objectivité non plus.

  • "la musique suisse... c'est du yodel... "
    Et bien faut vous réveiller, parce qu'à part la musique folklorique, il y a plein de musiciens suisses et genevois d'aujourd'hui qui produisent de la bonne musique, dans plein de styles différents et très éloignés du yodel.

    Les musiciens et groupes suisses ont beaucoup de difficultés à diffuser leurs oeuvres, justement parce que sur les radios locales et nationales, on préfère diffuser les musiques de France et d'ailleurs, plutôt que des groupes locaux. C'est peut-être un créneau à prendre par une radio locale de qualité, si les animateurs laissaient tomber leurs préjugés.

    A part ça, il serait peut-être intéressant de s'intéresser aux critères de sélection des projets soumis à l'OFCOM. On a pu lire que le dossier OneFm était insuffisant, que celui de BuzzFm était meilleur. Pourquoi ne pas demander la publication des deux dossiers et du cahier des charges sur le web, histoire de comprendre le choix et baser son soutien à l'un ou à l'autre des projets en connaissance de cause.

  • Boo, j'ai eu l'avantage de bien connaître Me. Ernest Ansermet. Lors de l'Exposition Universelle de Bruxelles, cet homme s'est installé dans une salle de concert où se produisait un groupe de musiciens folkloriques suisses (accordéons schwytzois, clarinette et contrebasse).Pendant le prestation de cet orchestre, des musiciens de l'OSR discutaient entre eux. Me. Ansermet s'est retourné et leur a demandé soit de sortir soit de la fermer car il estimait que toutes les musiques sont respectables et un musicien amateur est aussi passionné, sinon plus, qu'un musicien professionnel. Ne faites pas une fixation contre la musique suisse car elle a de formidables lettres de noblesses. Mais, pour vous, la musique est certainement que les groupes anglophones et composés, la plupart du temps, de personnes qui ne savent pas lire la musique.

  • Boo, vous exagérez un tantinet: il y a des formations musicales helvétiques tout à fait honorables (The Young Gods, Stephan Eicher, Nour, Polar, Jean Bart autrefois, etc.) Quant à leur absence de notoriété, c'est plus un problème de structures efficaces et de distribution que de diffusion sur les ondes.
    Là où je vous rejoint, c'est que 40 personnes qui perdent leur emploi, qu'elles soient de Suisse, de Petahouchnock ou d'ailleurs, c'est la même galère. Mais peut-être que si ONE FM avait réservé une place dans sa grille au yodel, elle aurait vu sa concession prolongée...

  • @ Octave... j'ai pas compris le but de votre histoire.. vous voulez un pin's???
    Si c'était pour étayer le fait que vous respectiez la musique suisse... JE NE DIS PAS LE CONTRAIRE... juste que c'est pas...hmmm.. in, hype, dans le move.. enfin tout ce que vous voulez, ce n'est pas à la mode, et pour qu'une radio marche il faut des trucs commerciaux... c'est comme ça...

    @Lionel

    Je ne dis pas qu'il n'y en as pas... juste que je ne les connais pas... et je pense être assez représentative de la jeunesse d'aujourd'hui (et encore je suis bien plus ouverte, fan de l'opéra ,de Mozart Brahms Schubert et autres compositeurs classiques donc p-e pas tant que ça...)
    Peut-être qu'en suisse-alémanique les auteurs compositeurs suisses ont la côte.. c'est pas le cas en suisse-romande... donc je ne dis pas que ce n'est pas honorable... juste que c'est condamner la radio à la mort de vouloir de la diffusion de musique uniquement suisse...

  • Aux nazes qui pensent que la music Suisse se limite au yodel, n'oubliez pas Krokus (quand même des 1ere parties de AC-DC, Motorhead et Def Lepard etc...), Gothard et surtout l'innommables et excellent groupe Genevois "ça va chier" !

    Du yodel qu'ils disaient...

    AF

  • @ Alain Fernal

    Je sais pas quoi dire... vous m'avez sciée... en tout cas pour une blague, c'est une bonne blague!!!

  • @Tatage... et tous ceux qui sont curieux, voici le lien qui permet de consulter chaque dossier de candidature.

    http://www.bakom.admin.ch/themen/radio_tv/marktuebersicht/02006/02125/index.html?lang=fr

  • @link : Merci pour le lien.
    Le Courrier a publié hier une interview de l'Ofcom :
    http://tinyurl.com/6g7c8z

  • moi, je n'ecoute pas la radio meme si je passe beaucoup de temps en route. Je prefere avoir mes propre disque avec ma musique preferee. Mais vous savez que c'est pas vraiment la question a discuter de perdre 40 personnes.

  • Il est toujours difficile de savoir où se trouve la manipulation, et où se trouve la vérité. Dans ce sens, il est bon de savoir si on soutient l'emploi, ou non.

Les commentaires sont fermés.