Le PS de la Ville de Genève soutient le projet de Cité de la Musique (mercredi, 24 mars 2021)

Cité de lamusique.jpgQue se fasse le débat...

Le référendum  lancé contre le préavis favorable donné il y a six mois par le Conseil Municipal de la Ville de Genève au plan localisé de quartier devant permettre la construction par la Fondation Wilsdorf d'une Cité de la Musique près de la place des Nations, ayant abouti, les habitantes et habitants adultes de la Ville se prononceront le 13 juin, sur ce préavis favorable à un projet que le PS a décidé hier soir de soutenir. Le référendum a été lancé  pour des raisons aussi diverses que les forces qui le soutiennent : associations de quartier, défenseurs des arbres (130 devraient être abattus et remplacés, les plus anciens étant préservés), défenseurs du patrimoine (la villa La Feuillantine, datant de la fin du XIXe siècle, serait détruite), artistes indépendants, partis politiques de droite (UDC) ou de gauche (SolidaritéS, Parti du Travail, Verts), les uns dénonçant le "gigantisme" du projet, d'autres l’abattage d'arbres et la destruction de la villa, d'autres encore le fait que cette Cité de la Musique sera surtout celle de deux institutions musicales, l'OSR et la Haute école de Musique, alors que d'autres formes de musique et d'autres musiciens auraient besoin d'un soutien accru, d'autres enfin craignent que les frais de fonctionnement de l'institution (au moins 14 millions par année) ne retombent sur les collectivités publiques (le vote favorable du Conseil municipal était d'ailleurs assorti d'une double recommandation, s'opposant à tout engagement financier de la Ville pour la Cité de la Musique et recommandant un soutien accru aux musiques de création). Le préavis du Conseil municipal étant consultatif, la votation le sera aussi. Ce qui ne la rend certainement pas inutile pour autant : le peuple de la Ville ne décidera pas, mais il donnera son avis. Et avant cela, un débat public  s'engagera sur les priorités de la politique culturelle genevoise, les moyens dont elle dispose, les rôles respectifs des privés et du public dans sa mise en oeuvre -et les choix de soutenir tel mode d'expression musicale plutôt que d'autres, les grandes institutions plutôt que les musiciens indépendants, les grosses structures plutôt que les petites... Que se fasse ce débat  : si consultatif qu'il soit, le scrutin municipal du 13 juin devrait le permettre... avant, sans doute, si le canton (le Conseil d'Etat, le Grand Conseil) adopte le projet, un vote cantonal après un référendum cantonal...

Question de priorités, plus que de principe, d'arbres ou d'architecture

Il faudrait sur un projet comme celui de la Cité de la Musique, procéder méthodiquement, rationnellement, en passant d'une question à une autre, chaque réponse à chaque question engageant ou dégageant à répondre à la suivante, la première question étant de savoir si Genève a besoin (et pas seulement envie) d'une Cité de la Musique telle que proposée comme un "campus musical" accueillant en un même lieu la HEM et l'OSR. Si la réponse devait être "non", la recommandation de vote, logiquement, devrait se résumer en le même "non". Si la réponse devait être "oui", alors c'est sur la matérialité du projet que porterait le débat.

L'essentiel est donc la réponse à la première question, celle du contenu même du projet, avant que de se pencher sur sa forme. Ce n'est que si les prémices du projet, c'est-à-dire son contenu culturel, ont été posées que le débat peut ensuite porter, si ces prémices sont approuvées, sur sa matérialité : son architecture, son implantation (sur un site actuellement fermé au public, et sur la rive droite, dépourvue de grands lieux culturels), ses prolongements (il est notamment prévu un parc public et un restaurant) son financement. De toute évidence, même si la Cité de la Musique offrirait, avec ses quatre salles, des espaces pour d'autres musiques que patrimoniales, ce sont bien ces musiques qui sont le coeur d'un projet, que les référendaires (du moins ceux qui accordent quelque importance à son contenu culturel) qualifient d'"élitiste" et renvoient à la comparaison avec le projet Nouvel de rénovation du Musée d'Art et d'Histoire, finalement repoussé en votation populaire, faute d'avoir réussi à convaincre de sa nécessité.  Dans les milieux culturels indépendants, on note précisément que ce sont deux institutions culturelles parmi les mieux dotées de la République, l'OSR (et donc indirectement le Grand Théâtre, dont l'OSR est l'orchestre préféré) et le Conservatoire (la HEM) qui vont bénéficier le plus de la Cité de la Musique.

Et si, finalement, la Cité de la Musique devait se faire, elle devrait s'ouvrir en 2024. Elle sera construite par une Fondation privée, la Fondation pour la Cité de la Musique (FMCG), grâce notamment au soutien massif (209 millions) de la Fondation Wilsdorf. Il devrait en coûter au total plus de 300 millions pour la création du lieu. Quant à son fonctionnement, c'est au soutien des collectivités publiques (Confédération, canton -mais en principe pas la commune) qu'il faudra faire appel. Il en coûtera au bas mot trois millions de francs par an pour la logistique et le matériel. Le Conseiller d'Etat Thierry Apothéloz propose la cantonalisation de l'institution, qui abritera une Ecole (la Haute Ecole de Musique) totalement subventionnée par le canton, et un orchestre (l'Orchestre de la Suisse romande) qu'il subventionne partiellement, avec la Ville.

Le préavis municipal étant soumis au vote, le débat s'ouvre (un vrai débat, si possible, pas entre écrans, entre "vraies gens"), au terme duquel on se prononcera. A ce stade, pour l'auteur de ces lignes, c'est plutôt "non" à ce projet de Cité de la Musique. Parce que le besoin ne nous en taraude pas, contrairement à celui d'un soutien renforcé à toutes les structures et tous les lieux plus modestes, plus fragiles, parfois plus expérimentaux, qui sont aussi ceux qui ont le plus souffert de l'annus horribilis qui a ravagé le paysage culturel. Mais c'est là question de priorités, plus que de principe, d'arbres ou d'architecture (surtout pour nous, qui tenons le Facteur Cheval pour le seul architecte digne de ce nom depuis Imhotep).

Il reste deux mois et demi aux partisans du projet pour nous convaincre de changer d'avis...

Il va falloir être convaincants, camarades...

 

 

 

15:18 | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : cité de la musique, ville de >genève | |  Facebook | | | |