Les bilatérales ou l'adhésion (jeudi, 15 janvier 2009)

Votation fédérale du 8 février :

" L'une des plus importantes votations de l'histoire économique de la Suisse " : c'est ainsi que Doris Leuthard a défini l'enjeu du 8 février. C'est beaucoup dire, mais ce n'est qu'une exagération : le vote est en effet important. Encore faut-il savoir ce qui nous importe dans ce vote -et ce n'est certainement pas la bonne santé financière des industries d'exportation, mais un droit fondamental : la " libre circulation " des personnes, précisément. Les accords bilatéraux ne la garantissent pas à toutes et tous, mais du moins l'accordent-ils aux ressortissants suisses et européens (les Bulgares et les Roumains devront quand même attendre 2017 pour en bénéficier pleinement). Ce n'est qu'un début : La libre-circulation ne se monnaie pas, c'est un principe, une concrétisation non négociable du refus, constitutif de l'internationalisme, de toute discrimination entre travailleuses et travailleurs selon leur origine.

Schadenfreude
Si le 8 février les Suisses refusaient les " bilatérales II " et l'extension de la " libre circulation " (sélective et pas vraiment " libre "), les accords bilatéraux, auxquels la Suisse s'accroche pour ne pas avoir à se poser la question de l'adhésion pure et simple à l'Union européenne, deviendraient caducs à la fin de l'année (cet automatisme étant inscrit dans l'accord), et la Suisse devrait les renégocier en position de faiblesse, avec l'Union Européenne dans son entier, Bulgarie et Roumanie comprises. Et on ne lui fera pas de cadeaux, à la Suisse. On ne voit d'ailleurs pas pourquoi on lui en ferait, dès lors qu'elle a plus besoin de l'Europe que l'Europe d'elle. Et que, n'étant pas membre de l'Union Européenne, elle ne pèse rien dans les processus de décision de l'UE. C'est d'ailleurs là que gît le paradoxe le plus intéressant du vote du 8 février : si le " non " l'emporte, et casse les accords bilatéraux, la Suisse se retrouvera devant une alternative claire, simple, basique : adhérer à l'Union ou dépérir dans son coin. L'UDC, ses courroies de transmission, ses satellites d'extrême-droite et les europhobes de gauche auraient ainsi permis d'avancer dans la voie de l'adhésion ... " amusant, non ? "

05:13 | Lien permanent | Commentaires (34) | Tags : bilatérales, votations, union européenne | |  Facebook | | | |