Toto flingueur (jeudi, 18 décembre 2008)

Cours de jeunes tireurs
Toto flingueur


Le moment était bien choisi : à quelques jours de la célébration du 60e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'Homme, les autorités genevoises ont aidé les sociétés de tir militaire à inviter les jeunes, garçons et filles, de 16 ans résidant dans le canton, à suivre un " cours d'initiation au tir avec fusil d'assaut militaire ". Cette invitation n'a été envoyée qu'aux jeunes Suisses-ses. On part sans doute du principe que les métèques étant flingueurs de naissance, il est inutile de les former. Reste qu'un lourd doute place sur cette initiative imbécile : au moment où on se demande comment empêcher des frappadingues de sortir leur fusil militaire pour flinguer leur famille, leurs voisins ou les passants, était-il judicieux d'inviter les ados indigènes à s'initier aux armes ?

De l'infinitude de la connerie

Une initiative populaire fédérale a été lancée, et aboutira, " pour la protection face à la violence des armes ", l'abolition de la possibilité de garder à son domicile le fusil d'assaut est discutée au plan fédéral, Genève a pris les devant en organisant le dépôt dudit fusil à l'arsenal... mais on organise tout de même des " cours d'initiation au tir " pour adolescents et adolescentes, avec le même fusil d'assaut. Au tir sur quoi, au juste, avec une arme de guerre ? Sur des cibles, certes, mais pour apprendre à tirer ensuite sur quoi, ou qui ? Pas sur les animaux, la chasse est interdite à Genève et il ne s'agit pas de fusils de chasse; pas sur les ennemis potentiels de notre beau pays, il y a longtemps qu'un fusil d'assaut n'effraie plus que les proches de ceux qui le manient… Le plus amusant de l'histoire est sans doute que ceux qui organisent et promeuvent cet exercice à la fois absurde et inutile sont souvent les mêmes qui geignent sur l'accroissement de la violence des jeunes. Ces geignements n'aurait-ils donc pour motif que la déception de constater que cette violence n'use généralement que d'instruments artisanaux, genre couteau ou cocktail Molotov, alors que de belles et bonnes armes fabriquées avec amour par de braves travailleurs de chez nous dans de belles usines de chez nous roupillent au fond de l'armoire familiale ? Et tout cela de nous faire douter, au bout du compte, de la logique de la démonstration de Spinoza : rien d'infini ne peut être contenu dans un monde fini. Rien d'infini, sauf la connerie. Qu'il convient donc non seulement d'armer, mais de former à l'usage des armes.

04:28 | Lien permanent | Commentaires (16) | Tags : armée, armes | |  Facebook | | | |