L'école de Pépé ou l'école de Papa ? (samedi, 15 novembre 2008)

Votation cantonale sur le Cycle d'Orientation :
L'école de Pépé ou l'école de Papa ?


On votera le 30 novembre prochain sur le Cycle d'Orientation. On aura le choix entre une initiative réactionnaire et un contre-projet centriste, le Grand Conseil ayant adopté à l'unanimité un contre-projet, proposé par le Conseil d'Etat, aux deux initiatives contradictoires (une de gauche, une de droite) sur le Cycle d'Orientation, les deux initiatives étant donc condamnées soit à se mesurer l'une après l'autre au contre-projet gouvernemental (si celui passe le vote du 30 novembre), soit à se mesurer l'une à l'autre l'année prochaine (si l'initiative réac est acceptée). Et c'est d'ailleurs là que se trouve la principale qualité du contre-projet : être le moyen de se débarrasser d'une initiative (celle de REEL) qui ressemble furieusement à une machine à remonter le temps. Choisir entre l'initiative de REEL et le contre-projet, c'est un peu choisir entre le Cycle d'Orientation d'il y a plus de quarante ans, celui des débuts, et le Cycle d'Orientation d'aujourd'hui, un peu (pas trop) rénové. En soutenant le contre-projet dans dix jours, on évacue le risque d'un retour en arrière. Pour aller de l'avant, on attendra 2009, et le vote sur l'initiative de la Coordination enseignement.

Cycle d'Orientation ou de sélection ?

A ma gauche, une initiative proposant l' " hétérogénéité " de l'école moyenne; à ma droite, une initiative qui en revient à une sélection précoce et rigide, réintroduit les notes de " comportement " et ressuscite une filière ghetto pour les élèves en difficulté. Au centre, un contre-projet gouvernemental qui refuse à la fois l' " hétérogénéité " prônée par la gauche et la sélection exclusive prônée par l'initiative réac. Dire que le choix du 30 novembre nous enthousiasme serait excessif. Mais enfin : ce choix est d'abord un choix tactique : vaut-il mieux que l'initiative de gauche soit opposée en 2009 à celle de REEL ou au contre-projet du Conseil d'Etat et du parlement ? Nous en tenons pour le contre-projet parce qu'à le comparer à l'initiative, il dessine une " école moyenne " acceptable. Sans plus. Mais avec un peu plus de moyens. Le contre-projet " rénove " prudemment le Cycle d'Orientation, sans en changer grand chose. Le changement, c'est l'initiative " de gauche " qui le propose. Coût de la réforme proposée par le Conseil d'Etat et le Grand Conseil : une paille, 32 millions, pour engager 244 professeurs et ouvrir 80 classes supplémentaires. Devoir choisir entre l'école de pépé prônée par REEL et l'école de Papa rénovée par le contre-projet ne nous fait pas bondir d'admiration devant la qualité du choix proposé, mais quand on sera débarrassé des propositions les plus réactionnaires (celles de REEL), on pourra commencer à débattre sérieusement des nôtres. Et commencer à se battre pour qu'elles soient acceptées l'année prochaine. En clair : le contre-projet fait le ménage en balayant une grosse poussière. Au pays de la putze, on peut se résigner, temporairement, à ce retour aux traditions.

03:03 | Lien permanent | Commentaires (17) | Tags : école, politique, co | |  Facebook | | | |