Vernier, terre de contrastes (mercredi, 10 septembre 2008)

Verts niolus verniolans

A Vernier, il va falloir voter le 28 septembre pour pourvoir le dernier siège du Conseil administratif, pour une législature réduite à deux ans et demi, après l'annulation de l'élection du candidat MCG, Thierry Cerutti, coupable d'avoir, avec son parti, importé sur la scène politique locale des mœurs plus corses que genevoises. Cette élection partielle (ou se second tour retardé de l'élection normale, comme on voudra) donne lieu à d'intéressantes alliances. On ne sait pas si la multinationale du meuble à monter soi-même pourra s'installer à Vernier, comme elle le voudrait, mais l' " esprit Ikea " souffle déjà sur la commune : les alliances politiques sont livrées en kit, et les partis se les mitonnent sur le mode du bricolage familial : les socialistes partent seul au combat avec Alain Charbonnier pour " barrer la route " au MCG, qui représente son candidat invalidé, Thierry Cerrutti, alors que les Verts soutiennent une candidature libérale aux côtés de l'UDC, des radicaux et du PDC…

Géométrie politique non euclidienne

Les Verniolans et Verniolanes étaient a priori, pour l'élection partielle de leur Municipalité, devant un choix assez simple, entre un candidat socialiste, un candidat libéral et un candidat qualunquiste. Un choix entre la gauche, la droite et n'importe quoi, et si on laisse le n'importe quoi à sa place, c'est-à-dire n'importe où, un choix des plus clair, entre la gauche et la droite. Mais choisir de soutenir le candidat du PS contre le candidat libéral fut apparemment hors de portée des Verts locaux, lors même que ce fut bien le PS qui fit élire, l'année dernière, le Conseiller administratif Vert (l'actuel Maire). Retournement d'alliance et de veste : aux côtés de l'UDC, les Verts soutiennent... le candidat libéral, présumé " atypique " (le soutien de l'UDC est-il supposé en témoigner ?) contre le candidat socialiste, au prétexte de ne pas vouloir un exécutif municipal " monocolore " (qui serait d'ailleurs plutôt bicolore, rose-vert). Disons que cette belle profession de foi pluraliste tient surtout à la saine concurrence entre Verts et socialistes (le soutien de l'UDC au candidat libéral tenant d'ailleurs aussi à la concurrence entre elle et le MCG sur le terrain fangeux du populisme sécuritaire). A Vernier comme en Ville, la gauche étant confortablement majoritaire quand elle se présente unie et ne fait pas de connerie, la question n'est plus que de savoir si les Verts sont encore de gauche, ou si à force de se vouloir " au-dessus des vieux clivages ", ils ne se retrouvent pas en-dessous de toute cohérence.

Retrouvez le candidat socialiste Alain Charbonnier sur
www.alaincharbonnier.ch

03:29 | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : vernier, ps, verts, élections | |  Facebook | | | |