Cause toujours

  • De quoi Zemmour est-il le nom ?

    Imprimer

    Zemmour.jpgSi consternante qu'elle puisse nous paraître de la province d'où nous y assistons, la campagne électorale de la présidentielle française n'est pas dénuée d'enseignements. On a pu dire, ici ou ailleurs, ce que nous suggérait l'état d'une gauche qui réussit l'exploit d'être à la fois à son étiage le plus bas et productrice du plus grand nombre historique de candidates et de candidats, et l'état d'une droite traditionnelle, démocratique, courant depuis des mois, sinon des années, aux basques de l'extrême-droite pour tenter d'en récupérer une partie de l'électorat. Là, c'est précisément de cette extrême-droite dont il est question, et plus précisément encore de son nouveau héraut : Eric Zemmour, dont le surgissement a eu deux effets : tirer la candidate de la droite traditionnelle, Valérie Pécresse, plus à droite, et "respectabiliser" (ou "dédiaboliser") Marine Le Pen. Zemmour marque le glissement à droite du paysage politique, y compris de celui de la droite elle-même, au point qu'il en arrive à rendre efficace la stratégie de "dédiabolisation" du FN, devenu RN, entamée par Marine Le Pen. Le glissement général à droite produit Zemmour, et du coup Zemmour "gauchit" Le Pen et Macron dans le moment même où il "droitise" Pécresse.

    Lire la suite

  • Contre-réforme A VS : Le choix des lobbies

    Imprimer

    vignette AVS PS.jpgLe 14 juin 2019 fut le jour de la grande Grève Féministe en Suisse. D'entre les raisons de cette grève, il y avait le refus du report de l'âge de la retraite des femmes, et la revendication de rentes qui leur permettent de vivre dignement, principe d'ailleurs posé par la Constitution fédérale. Il n'est pire sourd (voire sourde) que celui (voire celle) qui ne veut rien entendre, ce qui évidemment permet de s'auto-excuser de n'avoir rien compris : à la revendication de la Grève Féministe, la droite, le patronat, les lobbies des gestionnaires du "troisième pilier" ont répondu, au prétexte d'économiser dix milliards, en faisant adopter par le Parlement fédéral le report de l'âge de référence du droit à la retraite de 64 à 65 ans, à raison de trois mois de report chaque année pendant quatre ans. Avant sans doute de passer à 66 ans pour tout le monde. Et plus tard encore par la suite. Hommes et femmes pourraient certes prendre une retraite anticipée dès 62 ans, mais avec des rentes réduites. La TVA, c'est-à-dire l'impôt socialement le plus injuste, serait majorée de 0,4 %, pour un "gain" d'un milliard et 400'000 francs. Et le Conseil national a refusé de faire participer la Banque Nationale au financement de l'AVS. Pour que les Chambres fassent ces choix désastreux, le lobbying des assurances, des banques et d'Economiesuisse a été intense : c'est que l'affaiblissement du Premier pilier, l'A VS, voire du deuxième, fait l'affaire du troisième, l'épargne-vieillesse individuelle, et que celui-là est entre leurs mains et leur rapporte des milliards. A ce coup porté à l'AVS s'en est ajouté un autre sur la Prévoyance professionnelle : un compromis sur la révision du Deuxième pilier avait été négocié entre syndicats et patronat, il a été coulé par la droite, et ça se comprend aisément :  le Deuxième Pilier, c'est 1500 caisses de retraite, 1000 milliards d'avoirs et 5,6 milliards de revenus pour le secteur financier... ça vaut de tenter toutes les manœuvres.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Retraites, AVS, AI, Suisse, votations 0 commentaire
  • Genève :  durcir les critères d'accès aux logements sociaux ?

    Imprimer

    Capture d’écran 2022-01-24 014233.jpgVictimes de la crise, victimes de la loi

    Dans le copieux menu des votations du 13 février, un objet cantonal risque fort d'échapper à la sagacité du Souverain de la Parvulissime République : une modification de la loi générale sur le logement et la protection des locataires, modification imposée par la droite (PLR, PDC, UDC, MCG), sur proposition du MCG, et combattue par l'ASLOCA, le Rassemblement pour une politique sociale du logement, Caritas, le Centre Social protestant, les syndicats et les partis de gauche, et même le Conseil d'Etat, parce que son objectif est inacceptable : réduire les possibilités d'accéder à un logement subventionné en doublant le temps de résidence à Genève exigible pour pouvoir s'inscrire sur la (longue) liste de demande d'un tel logement : ce délai passerait de deux ans continus pendant les cinq dernières années à quatre ans sur les huit dernières années. Une idée digne de son auteur (le MCG), et une mesure qui frapperait à la fois les nouvelles habitantes et les nouveaux habitants de Genève, venu.e.s de Suisse ou de l'étranger, mais aussi les Genevoises et les Genevois qui, partis vivre un temps hors du canton, voudraient y revenir et n'attendent pour le faire que d'y trouver un logement, et celles qui ceux qui ne sont pas considérés comme des "résidents" dans le canton où ils vivent depuis des années... mais sans logement et donc sans résidence... Victimes de la crise du logement, elles le seraient désormais aussi de la loi sur le logement...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Logement, votations 0 commentaire
  • Pour que la capitale mondiale des droits humains les respecte chez elle

    Imprimer
    mendicité Genève.jpgLes mendiants, pire que des chiens ?

    A Genève, la chasse aux mendiants a été rouverte par le Grand Conseil, alors que la Cour Européenne des Droits de l'Homme, saisie par une mendiante que Genève avait condamnée, avait à son tour condamné la Suisse (et donc Genève) en considérant que la mendiante avait "le droit, inhérent à la dignité humaine, de pouvoir exprimer sa détresse et essayer de remédier à ses besoins par la mendicité". Et que condamner quelqu'un pour mendicité exprimait par conséquent un déni de la dignité humaine en général, et de celle de la mendiante condamnée en particulier. Le Ministère public avait donc suspendu toute répression de la mendicité, mais la droite cantonale n'en avait pas pour autant démordu de ses pulsions purificatrices, et comme Genève ne pouvait plus interdire la mendicité en tant que telle, la droite en a imposé l'interdiction de la pratique partout où elle peut se pratiquer : dans les zones commerciales ou touristiques, aux abords des magasins, des hôtels, des cafés, des restaurants, des bars, des discothèques, des immeubles d'habitation, des hôpitaux, des théâtres, des cinémas, des musées, des banques, des postes, des distributeurs d'argent, des caisses de parking, des crèches, des écoles, des marchés, des parcs, des jardins, des gares, des arrêts TPG, de l'aéroport, des ports, des cimetières et des églises. Et sans doute devant les sièges de l'UDC, du MCG, du PLR et du PDC , au cas où il viendrait à des mendiant.e.s l'idée masochiste d'y aller quémander quoi que ce soit.  La nouvelle loi "antimendicité",  qui ne dit pas son nom ni qu'elle est en réalité une loi antiroms -en d'autres termes, une loi raciste, fait déjà l'objet d'un recours, et pourrait  finir à sa première application devant la Cour européenne des droits de l'Homme à la loi précédente, pour y subir le même sort que la précédente : le rappel qu'interdire la mendicité, amender les mendiantes et les mendiants, voire les emprisonner,  est contraire aux droits humains fondamentaux proclamés par une convention signée et ratifiée par la Suisse (ce qui engage Genève," capitale des droits humains"). "On considère ces gens comme des chiens", s'est insurgé le socialiste Alberto Velasco. Il a tort : aucune loi n'interdit les chiens là où les mendiants le seraient.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, pauvreté, exclusion 0 commentaire
  • Plus de 55 000 signatures contre le financement de Frontex

    Imprimer

    Capture d’écran 2022-01-19 230829.jpgNON à la forteresse Europe !

    "Malgré la distance sociale, le froid hivernal et les vents politiques contraires", plus de 55 000 signatures ont été récoltées pour le "référendum contre le financement de l'agence de contrôle des frontières Frontex". Ce résultat, c'est celui de la mobilisation de petites organisations de base, et de personnes motivées par un enjeu qui va bien au-delà des 61 millions que la Suisse officielle veut accorder à la milice anti-migrants de l'Union Européenne. Ce résultat, acquis dans les derniers jours du délai légal,  exprime un refus de la politique migratoire de l'Europe (au sens large, puisque la Suisse en est), une affirmation du droit d'asile et de la liberté de circulation des humains.  Aujourd'hui, les signatures seront remises à la Chancellerie fédérale à Berne aile ouest du Palais fédéral, 17h00 (rendez-vous à 16h30 sur la Place fédérale). 

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : asile, réfugiés, Immigration, Suisse 2 commentaires
  • Une nouvelle couche géologique : Anthropocène de crime ?

    Imprimer

    centrale à charbon.jpgA en croire la Geological Society de Londres, une nouvelle couche géologique est apparue : l'anthropocène, qui inscrit dans le sol même le passage de l'humanité à l'ère urbaine et industrielle, et l'inscrit de manière indélébile, irréfragable. La transformation des paysages, des sols, de l'air et des eaux par l'action de l'Homme équivaut ainsi à leur transformation par les grands cataclysmes d'avant l'histoire humaine, et dépasse celle provoquée par le cycle des glaciations et des réchauffements naturels. La transformation de la planète  est, désormais irréfutablement (mais pas incontestablement, puisqu'une évidence peut toujours être contestée) d'origine humaine : Ainsi sommes-nous devenus les égaux des dieux que nous nous étions inventés. Aussi nuisibles qu’eux. Et aussi irresponsables, puisque cultivant l’illusion de notre toute-puissance.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Environnement, climat 1 commentaire
  • Confier à une entreprise publique un monopole sur les réseaux thermiques structurants : Qui a peur des SIG ?

    Imprimer

    sigLe 13 février, à Genève, on vote sur une proposition de loi constitutionnelle défendue par le Conseil d'Etat et le Grand Conseil, confiant au canton, via les Services Industriels, le monopole des grands réseaux de chaleur et de froid ("réseaux thermiques structurants"). Un projet typiquement social-démocrate, en somme. Qui, logiquement, suscite l'opposition des syndicats patronaux et du PLR, alors  même que le monopole proposé ne concerne que les réseaux structurants, pas la production de chaleur ou de froid (une entreprise pourra vendre ses rejets thermiques), ni les réseaux secondaires, que des entreprises privées pourront réaliser.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Energie, Environnement, climat, Genève, votations 0 commentaire
  • Suppressions du droit de timbre et de l'impôt anticipé : Petits cadeaux entre amis

    Imprimer

    vignette impôt anticipé.jpgDans un mois, la suppression du droit de timbre sera soumise aux urnes. Et dans quelques mois, ce sera au tour de la suppression de l'impôt anticipé. A une offensive fiscale générale de la droite ont déjà répondu deux référenda de la gauche, celui qui a abouti et a provoqué le vote du 13 février contre la suppression du droit de timbre, et celui qui vient d'être lancé contre la suppression de l'impôt anticipé. Car ce qui se cache derrière ces deux suppressions combattues par la gauche, c'est la volonté de la droite d'imposer le moins possible les grosses entreprises et les dividendes et le plus possible la consommation et les salaires pour compenser une partie des pertes de revenus fiscaux qu'entraineraient les petits cadeaux entre amis faits par la droite au patronat et aux multinationales.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Fiscalité, Suisse, votations 0 commentaire
  • Interdiction partielle de la pub pour le tabac :  Tiens, fume, c'est du vote !

    Imprimer

    Pub Marocaines.jpgLe 13 février, en même temps qu'une foultitude d'autres objets fédéraux et cantonaux (voire municipaux), on se prononcera sur une initiative populaire fédérale ("Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac"). L'initiative, combattue par le  patronat (Economiesuisse, l'USAM, le PLR et l'UDC, et soutenue par le PS, les Verts, les Verts libéraux et les milieux de la prévention, demande l'interdiction de toute publicité pour le tabac pouvant atteindre les enfants et les adolescents. Elle  a été rejetée par le Conseil fédéral (c'est Alain Berset qui va devoir défendre cette position, alors que son parti soutient l'initiative) et le Parlement, qui a adopté un contre-projet indirect qui entrerait en vigueur si l'initiative était rejetée -mais les premiers sondages lui donnent une large majorité(de 67 à 73 %) acceptante. Dont, si fumeur qu'on soit, nous faisons partie. Ne serait-ce que parce que, fort jaloux de nos vices et faiblesses, on ne voit pas pourquoi il nous les faudrait partager et encourager d'autres à y céder.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : publicité, propagande, Suisse, votations 3 commentaires
  • Présidentielle française : Macron et Le Pen, saison 2

    Imprimer

    Capture d’écran 2022-01-12 025026.jpgLa gauche dans les choux

    Si l'élection présidentielle française avait eu lieu le 7 janvier, son premier tour aurait, selon la moyenne des sondages sur les intentions de vote,  sélectionné les mêmes protagonistes du deuxième tour qu'il y a cinq ans : Macron, dix points devant Le Pen (l'écart entre eux s'est creusé en cinq ans, grâce à Zemmour), la candidate de la droite traditionnelle, Pécresse, en embuscade, et Zemmour distancé en quatrième position. Et la gauche, alors elle est où ? Dans les choux. Pas dans ceux d'où naissent les enfants : dans ceux où grouillent les limaces. La candidate socialiste, qui se traîne en dessous des 5 % d'intentions de vote, a bien lancé un appel à des "primaires" à gauche pour désigner une candidature unique mais n'a reçu de réponses des principaux candidats de gauche (Mélenchon, Jadot, Roussel) que des refus d'entrée en matière et le résultat de la "primaire populaire" lancée par des militants excédés par l'égocentrisme des chefs de partis et de leurs candidats, est récusé avant même que d'être connu par ceux qui refusaient déjà la primaire proposée par Hidalgo. L'hypothèse d'une candidature de Christiane Taubira n'a suscité que des frémissements à la surface du marigot, Mélenchon ne se bat plus que pour faire jeu égal avec Zemmour, Jadot pour ne pas se laisser distancer de trop loin par Mélenchon, Roussel pour rappeler existence du PCF, les deux trosks pour faire leur tour de piste habituel et Montebourg pour trouver la porte de sortie. Résultat : Macron fixe l'agenda, les enjeux, le rythme et les thèmes de débat ou de polémique, et derrière lui, pour le deuxième tour, on risque bien de n'avoir de choix qu'entre la droite, la droite de la droite et l'extrême-droite...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : élections, France, Politique 0 commentaire
  • Media : laisser régner le marché ?

    Imprimer

    liberté de la presse2.jpgL'aide aux media en danger de refus populaire

    La loi sur l'aide aux media, soumise en votation le 13 février, fait face à une opposition féroce, et le premier sondage sur les intentions de vote laisse planer sur elle une lourde menace de refus (les partisans et les opposants sont à égalité, à 48 %). Que reprochent les référendaires à la loi sur les media et l'aide à leur apporter ? Beaucoup de choses. D'abord, et surtout, d'être porteuse d'une aide de l'Etat, ce qui les insupporte, par principe : la liberté de la presse, de la radio, de la télévision, doit être soumise aux lois du marché, et une aide publique fausse ces lois-là. Et peu importe que de riches investisseurs (et, plus rarement, de riches mécènes) acquièrent une influence déterminante  sur les media dans lesquels ils investissent ou qu'ils soutiennent : cette influence-là sied aux référendaires (les complotistes des "Amis de la Constitution" leur ont donné un bon coup de main pour récolter des signatures, et ils ont aussi reçu le soutien d'EconomieSuisse), c'est la leur, le référendum  a été lancé par un comité dont font partie des gens comme Peter Weigelt et Konrad Hummler, partisans d'un paysage médiatique entièrement soumis aux lois du marché, et constants adversaires de la SSR en tant que radiotélé publique.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Médias, Suisse, votations 3 commentaires
  • Réforme AVS 21 et retraite à 65ans pour les femmes : Référendum lancé !

    Imprimer

    vignette AVS.jpgLe référendum est lancé par les syndicats, le PS, les Verts et les collectifs féministes contre la réforme AVS-21, et le relèvement à 65 ans de l'âge de la retraite des femmes pour faire des économies de sept milliards sur le volume des rentes à verser. Des économies faites sur le dos des femmes, qui perdraient en moyenne, 1200 francs de rente par an alors que leurs rentes sont déjà d'un tiers inférieures à celles des hommes,  qu'elles assument la plus grande partie du travail non rémunéré et que l'AVS perd chaque année 825 millions de cotisations du fait de la discrimination salariale au détriment des femmes. Le référendum, c'est  ici qu'on le signe : https://www.rentes-des-femmes.ch/referendum/

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Retraites, AVS, AI, Suisse, votations 0 commentaire
  • Il reste encore quelques jours pour faire front à Frontex

    Imprimer

    migrants naufragés.jpgIl ne reste que quelques jours (jusqu'au 19 janvier) pour qu'aboutisse le référendum contre le renforcement du financement de la Suisse à l'agence européenne de gardes-frontières et de gardes-côtes Frontex, lancé par une coalition d'organisations d'aide aux réfugiés, soutenu (trop mollement) par la gauche. Frontex, c'est l'instrument dont l'Europe s'est dotée pour repousser les migrants y cherchant refuge. Et quand on dit "l'Europe", on ne fait pas référence à la seule Union Européenne, puisque la Suisse (notamment) fait de Frontex le même usage que les Etats membres de l'UE. 

    On signe ici, contre Frontex, jusqu'au 17 janvier : https://frontex-referendum.ch/fr/

    Lire la suite

  • Une bonne question du "Monde Diplomatique" : "Pourquoi la gauche perd" ?

    Imprimer

    "droite-gauche.jpgLa social-écologie est l'avenir de (la) social-démocratie", proclamait en 2018 le philosophe Raphaël Glucksmann, tête de liste du PS aux  Européennes de 2019. La "social-écologie", version Canada-Dry de l'écosocialisme ? "il faut des réponses de gauche aux problèmes engendrés par la crise"... certes, quelles réponses ? "il faut faire basculer les sociaux-démocrates traditionnels vers la défense du climat et de l'environnement"... oui, bien sûr, mais il faudrait surtout que ce "basculement" ne soit pas qu'une posture rhétorique, et qu'en basculant vers l'environnementalisme et l'urgence climatique, on ne laisse pas choir l'urgence sociale. Et qu'on n'oublie pas l'urgence démocratique. La dernière édition du "Monde Diplomatique" consacre un passionnant dossier à répondre à la question qui le taraude : "Pourquoi la gauche perd ?". Et si on n'est pas forcément convaincus par toutes les réponses données, on salue la question... ne serait-ce que parce qu'on se la pose aussi... même si en cet étrange pays, cet étrange canton, cette étrange ville qui sont les nôtres, la gauche ne perd pas...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Politique, socialisme 2 commentaires
  • Abolition du droit de timbre :  La tactique du salami

    Imprimer

    vignette droit de timbre.jpgLe référendum lancé par la gauche contre la première étape de l'abolition du "droit de timbre", celle du droit de timbre d'émission, a abouti et on vote le 13 février sur le maintien ou non de cette taxe, que la majorité de droite des Chambres fédérales veut supprimer. De quoi s'agit-il ? de la taxation à  1 % de l'augmentation du capital propre au-delà d'un million de francs (les PME n'en sont donc pas frappées, ni les "start-up"). La supprimer, c'est faire un cadeau de 200 à 250 millions aux grandes entreprises et au secteur financier déjà sous-imposé dans notre pays (ses entreprises ne sont pas imposées sur les revenus de leur capital et ne paient pas la TVA -alors que les communes, par exemple, la paient quand elles construisent une école...),  et qui n'a nullement besoin d'un "coup de pouce" fiscal qui serait payé par tout le monde, soit par une augmentation de l'impôt sur le revenu (mais c'est l'hypothèse la moins probable), soit par une augmentation de l'impôt indirect, soit par des coupes dans les prestations publiques ou le financement des services publics. De plus, cette première étape de l'abolition de tous les droits de timbre n'est précisément que la première et les autres sont programmées, comme on programme le découpage d'un salami. Et la facture totale dépassera les deux milliards...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Fiscalité, Suisse, votations 0 commentaire
  • L'an 2022 et ses trois urgences...

    Imprimer

    Bonne année.jpg

    D'une année, l'autre... et de bonnes résolutions, les mêmes...

    N'étant ni prophètes, ni devins, et cette feuille ne contenant pas d'horoscope, nous ne nous risquerons pas à vous dire de quoi cette nouvelle année grégorienne sera faite. Même pas à vous en énumérer quelques épisodes déjà annoncés, héritages de l'an défunt ou de temps plus anciens, et quelques enjeux pérennes que nous trimballons d'année en année (quand ce n'est pas de siècle en siècle) quelque calendrier que nous utilisions : on ne prendrait pourtant guère de risque à annoncer que nous aurons toujours à gérer en 2022 les pérégrinations du coronavirus et de ses variants, et, pour un siècle entier (et plus longtemps encore si mésentente des discours et des actions) le réchauffement climatique et la glaciation sociale... A ces deux urgences, climatique et sociale, s'en est même ajoutée une troisième : démocratique.

    Bonne année, donc... n'a-t-elle pas été proclamée par l'ONU "année internationale de la recherche fondamentale pour le développement durable" ? Ne reste plus qu'à savoir le développement de quoi...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : De tout un peu 0 commentaire
  • A propos du droit de la nationalité en Suisse...

    Imprimer

    droit du sol, droit du sangDroit du sang ? Droit du sperme...

    Le parlement fédéral, a, comme on pouvait s'y attendre (et on s'y attendait), refusé de substituer au "droit du sang", qui reste le fondement du droit de la nationalité dans notre pays, le "droit du sol", concept doublement suspect puisque républicain et français. Et si la gauche (suisse et française) peut tirer fierté de le défendre, il y a en même temps de quoi être inquiet de son abandon par une droite républicaine française (car elle existe, ou elle existait) de plus en plus à droite et de moins en moins républicaine, puisque à la poursuite de cette part de son électorat passée dans les escarcelles de Le Pen ou Zemmour -l'une et l'autre proposant d'ailleurs l'abolition du droit du sol et le retour vichyste au droit du sang. Le "droit du sang", c'est celui de la transmission de la nationalité par héritage de la nationalité des parents -et, traditionnellement, du père, même si cet transmission par le sperme a été privée de son caractère exclusif au fur et à mesure qu'on acceptait de faire quelques pas en direction de l'égalité de la mère et du père -ne serait-ce que parce que si on ne peut guère avoir de doute sur l'identité de la mère, on peut toujours en avoir un sur celle du père. Reste que le "droit du sang", droit du sperme, est bien un héritage, celui du patriarcat.  Et de la tribu. Le "droit du sol", que résume la formule "je suis né.e ici, je suis citoyen.ne d'ici", c'est la réponse républicaine à cet héritage. La réponse de la nation à la tribu.

    Lire la suite

  • Référendum contre le financement de Frontex  : Il est encore temps de signer

    Imprimer

    migrants naufragés.jpgLes Chambres fédérales ont accepté la proposition du gouvernement de contribuer pour 61 millions de francs aux méfaits de l'agence européenne de garde-frontières, pour ne pas dire la milice européenne anti-migrants, Frontex, régulièrement impliquée, directement et indirectement, dans des opérations illégales de refoulement, et prête pour cela à collaborer avec n'importe qui -par exemple  avec les garde-côtes libyens qui récupèrent les bateaux de migrant-e-s pour en enfermer les passagers dans des camps de rétention où les brutalités, les viols, les vols, sont la norme. Frontex est le principal instrument de militarisation des frontières extérieures, non seulement de l'Union Européenne, mais en fait de tout le semi continent. Contre la contribution de la Suisse à cette milice, un référendum a été lancé par 33 associations -mais il patine : il lui manque encore près de 40'000 signatures pour aboutir, et il ne reste que dix jours pour les obtenir. Signez ! C'est ici : https://frontex-referendum.ch/fr/

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Immigration, Suisse 1 commentaire
  • Faire employer par la Ville ceux qui travaillent pour la ville : Un bon (petit) pas

    Imprimer

    pas de victoire sans lutte.jpgNous en étions samedi, lors de la séance budgétaire du Conseil municipal de Genève à un quatrième débat sur l'internalisation du nettoyage des toilettes publiques. Nous étions, et restons, d'ailleurs prêts à en avoir un cinquième, un sixième, autant qu'il en faudra pour arriver à nos fins : faire employer par la Ville ceux qui travaillent pour la ville. Avec les décisions du Conseil municipal de samedi, un vrai processus d'internalisation du nettoyage des locaux de la Ville, et d'intégration des nettoyeuses et des nettoyeurs dans la fonction publique municipale, a été engagé. Il pourra se poursuivre par étape, en fonction des disponibilités financières de la commune et des échéances des contrats passés avec des entreprises privées de nettoyage. Samedi nous avons fait un pas. Un premier, un petit, mais un bon.

    Lire la suite

  • L'aide publique aux media soumise à votation : Utile, mais mal ciblée...

    Imprimer

    presse.jpgUn référendum de droite (surtout alémanique), soutenu par Economiesuisse et la plupart des PLR cantonaux, ayant été lancé, et ayant abouti, on votera le 13 février sur une  (modeste) aide de 151 millions (100 millions sur sept ans, financés par le budget fédéral, et le reste sans limitation de temps, financé par la redevance radio-TV) aux media écrits et à leur acheminement par La Poste, aux media en ligne,  aux radios et télés locales, aux agences de presse et aux centres de formation.  Le référendum a été lancé au prétexte (fallacieux, mais mobilisateur) qu'une telle aide rendrait les titres qui la recevraient dépendants de l'Etat et contrôlés par lui. On retrouvait dans le comité référendaire l'ancien président de l'UDC Toni Brunner et l'ancien parlementaire PLR Peter Weigelt, opposés à un projet voté par la gauche et le Centre. Ce référendum menace une aide dont de nombreux petits journaux locaux aux ressources publicitaires raréfiées ont besoin pour survivre, contrairement aux grands groupes  nationaux comme Tamedia, et aux titres basés dans les grands centres urbains. 70 journaux ont disparu depuis vingt ans  et une trentaine de petits journaux régionaux sont menacés à court terme de les rejoindre dans la fosse commune de la presse écrite : ce sont eux qu'il s'agit d'aider. Or l'aide votée par le parlement reste largement insuffisante... et imprécisément ciblée, puisque pourraient en bénéficier des groupes médiatiques qui n'en ont pas besoin (comme Tamedia, précisément...), même s'ils ne pourront pas obtenir plus de 20 % des fonds disponible (ce qui est déjà trop).

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Médias 1 commentaire