lundi, 10 octobre 2016

Héberger des réfugiés menacés d'expulsion : La fronde de David et la loi de Goliath

david-and-goliath-shane-robinson.jpgLe Municipal (membre de l'exécutif communal) POP (Parti du Travail) de Lausanne, David Payot, ayant déclaré. qu'il était prêt à héberger chez lui un réfugié menacé d'expulsion, le PLR local (suivi par l'UDC) est monté sur ses grands hongres en déposant au Conseil communal une résolution demandant "La Municipalité parraine-t-elle un hors-la-loi ?", doublée d'une demande de révocation de l'élu popiste, coupable de faire passer la légitimité avant la légalité. Comme naguère le Conseiller d'Etat PDC genevois Dominique Föllmi, accompagnant à l'école une petite turque en situation irrégulière. Comme il y a quelques jours la députée socialiste tessinoise Lise Bosia Mirra, arrêtée pour avoir fait passer la frontière à quatre mineurs africains. On rappellera au passage au PLR lausannois, que David Payot n'est pas "parrainé" par la Municipalité, mais qu'il y a été élu par le peuple, comme le candidat du POP et non de l'UDC, sans jamais avoir caché ses engagements ni ses convictions solidaires. De ceux qui "obéissent à la loi" quelle qu'elle soit et de ceux qui y désobéissent quand elle est injuste, on honore d'ailleurs désormais les désobéissants plutôt que les obéissants.  Les Justes plutôt que les carpettes. La fronde de David plutôt que la loi de Goliath.


 
 

Lire la suite

14:05 Publié dans Immigration, Politique, Solidarité, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : asile | |  Facebook | | | |

vendredi, 31 mai 2013

Ne nous trompons pas d'ennemis : Fuck the papet, longeole forever !

Demain, deux manifestations syndicales dénonceront les abus patronaux, les licenciements, l'accroissement des inégalités et les entraves à l'excercice des droits syndicaux, et promouvront un « programme d'urgences syndicales » :  salaire minimum, renforcement du contrôle des entreprises, droit des chômeurs à une formation, lutte contre les licenciements abusifs. La réponse de la gauche et des syndicats à la désignation des frontaliers comme responsables du chômage, du dumping salarial et de la sous-enchère sociale : « Ce ne sont pas les frontaliers qui dégradent les conditions de travail mais bien les patrons », a rappelé Alessandro Pelizzari. Ne reste plus qu'à le faire comprendre à celles et ceux que les sirènes du MCG assourdissent... Alors nous aussi, on lance une pétition idiote : « Vaudois, ça suffit ! ». Parce qu'on trouvera toujours moyen de lancer une campagne de stigmatisation encore plus insane que les campagnes de stigmatisation déjà lancées... et que tous les autres boucs-émissaires que les Vaudois ont déjà été désignés.

Lire la suite

14:01 Publié dans Genève, Vaud | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : frontaliers | |  Facebook | | | |