Travail

  • Le sale goût des fraises de Huelva

    Imprimer

    récolte des fraises.jpg

    Fraises amères

    Le Solifonds lance une action de soutien au syndicat espagnol de la main d'oeuvre agricole, le SOC-SAT. Une main d'oeuvre essentiellement immigrée, saisonnière, féminine et marocain, surexploitée, harcelée, victime de xénophobie. Comme, par exemple, les cueilleuses de fraises de Huelva.

    Solifonds, mail@solifonds.ch, www.solifonds.ch,

    Compte postal 80-7761-7

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Solidarité, Travail 2 commentaires
  • Fête internationale des travailleuses et travailleurs, pas "du travail"

    Imprimer

    1ER-MAI.jpgAu travail, contre le travail...

    Une fois rappelé que le premier jour de mai n'est pas la fête du travail (dans le calendrier pataphysique, ce jour est même celui de la Réprobation du Travail) mais celle des travailleuses et des travailleurs, de leurs droits et de leurs luttes, il nous reste encore deux ou trois choses à en dire -ne serait-ce que pour replacer cette célébration annuelle dans autre chose qu'un rite : dans une critique de ce que le capitalisme a fait du travail -et donc des travailleuses et des travailleurs.


    Les rendez.vous à Genève :
    10h30 Rassemblement à la Pierre du 9 novembre, au bout de la Plaine de Plainpalais, côté Uni-Mail
    13h30, Manifestation départ Bd James-Fazy
    16 heures, Fête parc des Bastions

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Travail 2 commentaires
  • Comment contourner une loi votée par le peuple

    Imprimer

    ouverture le dimanche.jpgLe 19 mai, à Genève, on votera sur une modification de la loi sur l'ouverture des magasins, modification étendant à trois dimanches par an les possibilité d'ouverture dominicale en contournant la condition posée par la loi actuelle, et ratifiée par le peuple en novembre 2016, d'une convention collective de travail étendue à l'ensemble du secteur. Le patronat du commerce de détail a instrumentalisé (avec leur accord) les partis de droite pour faire voter ce contournement par le Grand Conseil -les syndicats et la gauche ont riposté par un référendum, d'où l'inscription de l'enjeu à la votation du 19 mai. Mais le patronat ne s'en est pas tenu là : après avoir fait passer au Grand Conseil une loi contournant un vote populaire, ils tentent de faire ratifier par le Conseil d'Etat une convention collective au rabais signée par un syndicat jaune... Comment contourner une loi votée par le peuple ? en la faisant bidouiller par le parlement et en s'acoquinant avec un pseudo-syndicat...

    Lire la suite

  • Succès de l'opération genevoise de régularisation des sans-papiers

    Imprimer

    Papyrus.jpgPost Tenebras Lux

    A Zurich, l'association "Zuri City Card" a lancé une pétition, soutenue par la gauche, pour que la ville accorde aux sans-papiers (Ils seraient 14'000) une carte d'identité locale (qui serait aussi accordée à tous les autres habitants. Evidemment, l'UDC a dénoncé une tentative de "légaliser les sans-papiers en catimini". Des propositions semblables ont été déposées à Berne, Bienne et Lucerne et sont à l'étude à Genève où une autre voie, originale, a déjà été prise : celle de "Papyrus" : la légalisation (et pas "en catimini") des "sans-papiers" répondant à plusieurs conditions objectives. Un premier bilan vient d'en être tiré (en l'absence du responsable politique initial de l'opération, Pierre Maudet), après la fin du délai de dépôt des dossiers le 31 décembre dernier (mais des dossiers pourront encore être déposés, si le Secrétariat d'Etat au Migrations n'y fait pas obstacle). 1846 personnes ont déjà été régularisées (365 familles totalisant 1176 personnes dont 610 enfants, 14 couples, 642 célibataires), 1757 dossiers sont en cours de traitement. Dans trois quart des cas, les demandes de régularisation étaient déposées par des travailleuses et des travailleurs de l'économie domestique. Au final, 3500 personnes pourraient être régularisées et passer de l'ombre à la lumière. Comme la devise de la République y incite : Post Tenebras Lux...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Immigration, Travail 2 commentaires
  • 60 millions de travailleuses domestiques sans droit

    Imprimer

    balayeuse.jpgSortir du servage

    A Genève, l'opération "Papyrus" -dont nous persistons à savoir gré à Pierre Maudet de l'avoir rendue possible- a permis à des centaines de travailleuses domestiques sans statut légal d'en trouver un, et avec lui d'obtenir les protections légales auxquelles elles ont droit -en même temps que les obligations qui leur sont liées. Mais dans le monde, 90% des travailleuses domestiques (et elles sont plus de 60 millions) restent privées de sécurité sociale, de rente de retraite, d'indemnités de chômage, travaillent sept jours sur sept, et souvent plus de douze heures par jour. Les syndicats d'employées de maison ont réussi à faire adopter en 2011 par l'Organisation internationale du travail une convention (N° 189) protégeant travailleurs et travailleuses domestiques et définissant leurs droits. Ce texte toutefois n'a pas été ratifié par tous les Etats, et nombre de ceux qui l'ont ratifié mne l'appliquent pas. Les syndicats de travailleurs et travailleuses domestiques luttent dans des conditions extrêmement précaires. Le SOLIFONDS lance une campagne pour les soutenir, et soutenir ainsi l'accession de dizaines de millions de travailleuses et travailleuses à des droits humains minimaux, et pour que le travail domestique cesse d'être un servage.

    SOLIFONDS, mail@solifonds.ch, www.solifonds.ch, CCP 80-7761-7

    Lire la suite

  • 1er Mai (12 Palotin), Fête de la Réprobation du Travail

    Imprimer

    1ermai.jpg

    L'Egalité : point final ou poing dans la poche ?

    Dans le calendrier pataphysique, le 1er Mai est le 12ème jour du mois du Palotin. Et c'est le jour de la Réprobation du Travail. Réprouvons donc comme il le mérite le travail tel qu'il est socialement imposé, et qui en effet est à réprouver, non le travail tel qu'il sera quand il sera libéré. Dans son appel à célébrer cette Fête des travailleurs, l'Union Syndicale Suisse met l'accent sur l'égalité salariale : "L'égalité salariale. Point final !" Point final ? La Constitution fédérale proclame l'égalité entre femmes et hommes depuis 1981, la loi prescrit l'égalité salariale depuis 1996. Et les femmes gagnent toujours 20 % de moins que les hommes à travail égal, plus du tiers de cette inégalité ne s'explique que par une discrimination des femmes en tant que telles et en moyenne nationale, chaque femme reçoit chaque mois un salaire plus bas de 600 francs que celui d'un homme. Et lorsque le Conseil fédéral propose une mesure prudente, timide, sans sanction si elle n'est pas respectée, de transparence salariale, le Conseil des Etats n'ose certes pas la refuser, mais la renvoie à l'étude en commission alors qu'elle en sortait... "L'égalité salariale, point final" ou "poing dans la poche", pendant encore 25 ans ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : syndicats, Travail 0 commentaire
  • Ouverture des commerces le dimanche et protection des travailleuses : Un deal défendable

    Imprimer

    On va voter à Genève, dans deux semaines, sur une initiative syndicale s'opposant à l'élargissement des possibilités d'ouverture dominicale des commerces. Cette initiative était d'abord une réponse à la décision du Conseil fédéral, prise par ordonnance et donc impossible à contrecarrer par un référendum, d'élargir ces possibilités à tous les dimanches dans les zones touristiques se situant à moins de 15 kilomètres à vol d'oiseau d'une frontière nationale -ce qui englobe tout le territoire genevois. Mais l'ordonnance fédérale laisse aux cantons la capacité de légiférer de manière plus restrictive qu'elle -ce que Genève s'apprête à faire, si l'initiative ou le contre-projet parlementaire passe le cap du vote populaire le 27 novembre prochain. Car contre-projet il y a : d'une réponse à une offensive patronale, on est passé à l'usage de l'initiative comme moyen de renforcer la protection des salariés de toute une branche, en posant comme exigence l'application (et l'élargissement à tout le secteur) d'une convention collective de travail. Cette exigence a été reprise dans le contre-projet à l'initiative (et elle explique l'opposition de la droite libérale à ce contre-projet) : le deal, c'est un peu plus d'ouverture des magasins le dimanche, en échange d'une convention élargie. Et ça se défend -on peut donc aussi voter "oui" au contre-projet... et même, si l'on privilégie la protection des travailleurs (surtout des travailleuses, en l’occurrence) , le privilégier en cas d'acceptation des deux textes.

    Lire la suite

  • Revenu de base inconditionnel : Débat nourri à gauche

    Imprimer

    A deux contre un, les socialistes suisses, réunis en Assemblée des délégués, ont décidé d'appeler à voter "non" le 5 juin à l'initiative pour un revenu de base inconditionnel. Ce mot d'ordre (dont on fera ce qu'on veut, d'autant que le PS genevois a, lui, appelé, à la quasi unanimité d'une assemblée générale, à voter "oui" au RBI, et que le Conseil communal de Lausanne a demandé à la Municipalité d'étudier la mise en place d'une "expérience pilote" de RBI) n'est pas franchement une surprise, et on peut même être assez satisfait qu'un tiers des délégués du  PSS soutiennent une initiative qui remet radicalement en cause quelques solides réflexes socialistes (ou du moins sociaux-démocrates) et syndicaux. A gauche, d'ailleurs, le débat est nourri, d'attentes autant que de craintes : ainsi, dans "Gauche Hebdo" du 1er avril, Jean-Marie Meilland reprochait au revenu de base inconditionnel de n'être qu'une forme de "légalisation résignée d'une société à deux vitesses". Comme si on en était encore à une "société à deux vitesses" et qu'elle avait besoin d'être "légalisée"... de "vitesses", la société actuelle en a quatre, et bien lourdement légalisées : la vitesse des maîtres du monde (ceux qui dirigent la société et la conduisent), la vitesse de la classe dominante (celle qui, sans forcément diriger ni conduire la société, arrive aisément à suivre son cours), la vitesse des classes dominées (celles qui rament pour suivre, sans y arriver) et la vitesse, qui n'en est même plus une, des largués, des marginaux, des exclus. Rien que pour ceux-là et celles-là, de plus en plus nombreux, laissés pour compte du travail, du salariat et du filet social, et pour qui, tout de même, la gauche est supposée se battre, un RBI s'imposerait...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Suisse, Travail, votations 7 commentaires
  • Initiative pour un revenu de base inconditionnel : Oui au travail. Mais choisi.

    Imprimer

    Le 5 juin prochain, pour la première fois au monde, un pays votera par référendum sur l'introduction (ou non) d'un revenu minimum garanti (un "revenu de base inconditionnel"). Et on a de la chance : ce pays, c'est le nôtre (voir sur http://rbi-oui.ch/).  Nous sommes, ici, pour le revenu de base comme nous le sommes pour la gratuité des transports publics, la gratuité de l'éducation, la gratuité des soins. La gratuité en général. Quand l'espace public tend à ne plus être qu'un appendice de l'espace privé colonisé par la marchandise, la gratuité (l'inconditionnalité du revenu de base est en effet une forme de gratuité, puisqu'on ne demandera rien en échange de ce revenu à celles et ceux qui le recevront) y réinstalle de la solidarité et des droits, en y chassant le marché, et en redonnant leur sens aux mots : le revenu de base permet de traduire fort justement "travail salarié" par "temps de travail vendu", de substituer à ce travail vendu un travail choisi et de sortir de l'assistance celles et ceux que le prix payé à leur temps de travail ne permet pas de vivre décemment. Le Revenu de base inconditionnel ? On votera "oui"

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Travail, votations 6 commentaires
  • Une bonne idée neuve vieille de 500 ans : le revenu de base inconditionnel

    Imprimer

    Même si la gauche renâcle...

    Cette année encore peut-être, plus vraisemblablement l'année prochaine, on se prononcera en votation populaire sur l'initiative populaire pour un  revenu de base inconditionnel, déposée en octobre 2013 avec plus de 125'000 signatures. Et les citoyens et yennes de notre beau pays seront les premiers et les premières au monde à pouvoir voter sur une proposition qui se trouve sans doute être la plus subversive de toutes celles faites depuis quelques décennies, du moins à ce niveau du processus légal de décision politique, dans le champ social -une proposition qui rencontre des soutiens, et affronte des oppositions, qui transcendent le clivage gauche-droite (sans que cela remette en question la prégnance politique de ce clivage). On ne vous cachera pas plus longtemps que le revenu de base inconditionnel, ou dont la seule condition est l'existence de son bénéficiaire, on est pour. Et qu'à l'initiative proposant de l'instaurer, on votera donc « oui« ». Même si la gauche renâcle,  à ce qui fait, dans le bon sens, bouger les lignes.
      

     

    Lire la suite

  • C'est encore loin, l'égalité ? Tais-toi, et marche (demain à Berne)...

    Imprimer

    Un "Manifeste du 7 mars", signé par une centaine de femmes de toutes tendances politiques et de toutes insertions professionnelles, de Micheline Calmy-Rey à la présidente des "Business Professional Women" de Suisse en passant par la chanteuse Sina, la présidente du gouvernement bernois Barbara Egger-Jenzer et la présidente de l'Ubnion suisse des paysannes Christine Bühler, proclame "Egalité salariale, plus que jamais" et appelle, comme la Communauté genevoise d'action syndicale et la Marche mondiale des femmes, à la manifestation nationale de samedi, à Berne* avec comme mot d'ordre "Pas de nouveau pacte contre les femmes". 
        

     

    * SAMEDI 7 MARS, BERNE : Manifestation nationale des femmes, 13 heures 30, Schützenmatte
    NON à la retraite à 65 ans. OUI à l'égalité salariale
    Train spécial gratuit au départ de Genève (10 heures 39), Nyon (10:53), Lausanne (11.15), Fribourg (midi)

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Femmes, Politique, Suisse, Travail 5 commentaires
  • Prolongation des horaires d'ouverture des magasins : nouvelle offensive

    Imprimer

    Quand le fédéralisme gêne le patronat...

    Le syndicat Unia a distribué dans les Rues Basses de Genève de petites boîtes de chocolat avec ce slogan : « N’attendons pas le Père Noël pour améliorer nos conditions de travail! », histoire de rappeler, en période d'achats de fin d'années et d'ouvertures nocturnes des magasins, que des gens y travaillent, et que s'il est légitime que les consommateurs puissent connaître les conditions de production et de distribution des produits qu'ils achètent, il l'est tout autant de leur faire connaître les conditions de travail de celles (surtout) et de ceux qui les leur vendent, au moment où une nouvelle offensive du patronat, relayée par la droite parlementaire, se traduit par une proposition d'allongement dans toute la Suisse d'extension des heures d'ouverture des magasins, en cassant les limitations imposées dans certains cantons et généralement ratifiées par le peuple : sur 15 référendums cantonaux lancés contre de telles prolongations, le patronat en a perdus 13... Mais le Directeur de la Chambre de commerce et d'industrie de Genève, prenant acte de ce que les Genevois ont refusé en 2010, de prolonger les heures d'ouverture des magasins, ajoute que si un tel projet « revient par le biais de Berne, cela nous convient ». Un vrai fédéraliste, quoi...
        

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : syndicats, Travail 4 commentaires
  • A propos du travail : De Bill Gates à Charles Darwin ?

    Imprimer

    Liberté-travail.jpgLes dernières « Rencontres internationales de Genève » ont débattu de la notion de « travail », de la réalité qu'elle recouvre aujourd'hui -mais aussi de son histoire, et de l'évolution du travail humain. Or la réduction progressive, dans nos pays, de l'emprise du salariat traditionnel, l'individualisation des statuts, le développement de la sous-traitance et de la fausse indépendance, le travail « libre » qu'on fait semblant de promouvoir, toutes évolutions que permettent les changements technologiques, qui rendent possible, sinon acceptable, le démantèlement des appareils de protection sociale construit tout au long du XXe siècle, et ne renvoient pas à une avancée, mais à un possible formidable retour en arrière, vers le XIXe siècle, vers le capitalisme sauvage. Du monde de Bill Gates à celui de Charles Darwin, le chemin du retour est peut-être plus court qu'on croit.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : syndicats, Travail 1 commentaire
  • Revenu de base inconditionnel : Un indispensable débat à gauche

    Imprimer

    stakhanov-timbre.jpgL'initiative populaire de BIEN pour un revenu de base inconditionnel suscite à gauche un fort intéressant débat, sur le fond -et rien que pour cela, les initiants ont droit à notre gratitude. Les positions sont contradictoires sans que l'on puisse attribuer à l'une ou l'autre aile (gauche ou droite) une position commune sur la question : des syndicalistes approuvent, d'autre refusent, la direction du PS s'abstient -et dans «  Pages de Gauche », on dénonce l'initiative populaire de BIEN comme « funeste pour la protection sociale en Suisse », en reprochant aux initiants de ne pas vouloir transformer ou abolir le capitalisme, mais de permettre simplement de pouvoir « vivre à côté de lui sans en subir les pires contraintes » . Certes, mais ce reproche ne peut-il pas, sous une autre forme, être fait à toutes les conquêtes sociales de ces 150 dernières années, sans exception, de l'assurance-chômage à l'AVS en passant par les congés payés ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Politique, Suisse, Travail 0 commentaire
  • « Responsabilité solidaire » : le test genevois

    Imprimer

    Dumping salarial : la loi va-t-elle être appliquée ? et comment ?

    En décembre 2013, le parlement fédéral voté le principe d'une «responsabilité solidaire» des employeurs principaux avec leurs sous-traitants (et les sous-traitants de ces sous-traitants -et ainsi de suite)  dans le secteur de la construction. La loi concrétisant ce principe est entrée en vigueur en juillet, mais si les syndicats ont salué une « avancée », ils en ont constaté les insuffisances : le principe de la « responsabilité solidaire » ne s'appliquera qu'au secteur de la construction,  la possibilité même de la sous-traitance (et de la sous-traitance en cascade) n'est pas limitée, l'employeur principal n'est tenu qu'à un « devoir de diligence » et n'encourt, s'il prouve qu'il a rempli ce devoir, aucune sanction en cas de dumping salarial de l'un de ses sous-traitants, et on ne pourra s'en prendre à lui que si on a auparavant épuisé toutes les démarches auprès de ses sous-traitants. Ce qui fait de  la « responsabilité solidaire »  une responsabilité limitée, et exceptionnellement solidaire. Mais pour la première fois, la loi pourrait être appliquée. A Genève...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : syndicats, Travail 0 commentaire
  • La gauche et les « emplois de solidarité » : L'épreuve de la cohérence

    Imprimer

    emploi, chômage, Eds44ème jour de grève des « employés de solidarité » (Eds) de « Partage », contre la « sous-enchère salariale déguisée en réinsertion », les « salaires de misère » (entre 3225 et 4225 francs par mois) et la sous-traitance de tâches relevant du service public. Et hier après-midi, 200 manifestant-e-s pour soutenir les grévistes, et une motion présentée au Grand Conseil par les socialistes et les Verts, demandant notamment le respect de la loi cantonale sur le chômage qui prévoit que les activités de service public ne peuvent pas être confiées à des personnes employées en Eds et que ces personnes ne doivent pas faire concurrence au « marché » ordinaire de l'emploi (car, bonnes gens, entrez-vous bien ça dans le crâne : l'emploi est un marché, et donc l'employé une marchandise).  Mais tout de même, qu'on en soit à demander que l'Etat respecte sa propre loi dit bien l'état des choses... Et nous met à l'épreuve de la cohérence, parce que les Eds, des municipalités de gauche et des associations proches de la gauche en ont aussi profité... en en profitent encore...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Politique, Travail 3 commentaires
  • Après la victoire des saucisses à Lüscher : On s'est fait shoper...

    Imprimer

    Le peuple a tranché, comme on dit : on pourra donc s'acheter des saucisses dans les « shops » des autoroutes entre une et cinq heures du matin. Voilà, voilà... Sauf que ce vote idiot ne fait qu'en précéder d'autres que nous devront tâcher de rendre moins idiots. Parce que quoi qu'en disent, faussement modestes, les partisans de la modification de la loi sur le travail acceptée dimanche dernier par 56 % des votants, leur succès d'étape les regonfle pour la suite. Et la suite ce sont plusieurs propositions déjà acceptées par le parlement : ouverture des commerces de détail dans tout le pays de 6 heures du matin à 8 heures du soir, ouvertures dominicales partout, et travail de nuit, le dimanche et les jours fériés pour les vendeuses et les vendeurs. Un vrai projet de société tel que les aiment ceux pour qui acheter n'importe quoi, n'importe où, à n'importe quelle heure est un droit fondamental face auquel les droits des travailleurs et, surtout, des travailleuses ne sont que des accessoires gênants.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Commerce, Politique, Suisse, Travail 3 commentaires
  • Lutte contre le dumping salarial : Le dire et le faire...

    Imprimer

    Une enquête, menée sur l'évolution de quatre secteurs de l'économie genevoise entre 2008 et 2010, signale que dans le gros œuvre de la construction, qui bénéficie d'une surveillance efficace des « partenaires sociaux », les cas de sous-enchère ont diminué en deux ans, à l'inverse de l'hôtellerie et la restauration, où ils ont doublé pour les employés qualifiés, et sont deux fois plus importants pour les femmes que pour les hommes. L'enquête aboutit à la conclusion que les principales victimes de la sous-enchère salariale sont les femmes, et confirme que l'importance de la main d'oeuvre frontalière dans un secteur n'a aucune influence sur l'importance de la sous-enchère salariale. Et que ce sont les contrôles par l'Etat et les «partenaires sociaux» qui font reculer ce dumping, là où ses contrôles sont effectifs. Pour cela, il faudrait deux fois plus de contrôleurs qu'actuellement. C'est ce que demande une initiative syndicale, combattue par le patronat... et la Conseillère d'Etat Isabel Rochat -qui n'en déclare pas moins que « la sous-enchère salariale n'est pas une fatalité ». Isabel Rochat non plus.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Travail 0 commentaire
  • Ouverture nocturne des « shops » : La guerre de la saucisse est déclarée

    Imprimer

    saucisse.jpgLe référendum contre la nouvelle loi sur les « shops » (magasins liés aux stations-service sur les autoroutes) ayant abouti, on votera, le 22 septembre, sur la modification de la loi sur le travail, autorisant les «shops» des grands axes routiers  à occuper des travailleurs le dimanche et la nuit, pour vendre tout ce qu'ils peuvent. La droite a lancé le 28 juin sa campagne avec pour slogan, hautement proclamé par le Conseiller national Christhihan Lüscher : « légaliser les saucisses à rôtir »... notez bien qu'on ne voit en effet pas pourquoi on ne légaliserait pas des saucisses, puisqu'on peut en élire. Et qu'il y a des élus pour considérer que rien n'est plus important que de pouvoir faire ses courses 24 heures sur 24, jour fériés compris, à une station-service d'autoroute, et qu'un immense besoin de salades et saucisses fraîches étreint les automobilistes sur les autoroutes suisses entre une et cinq heures du matin...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Economie, Suisse, syndicats, Travail 7 commentaires
  • Travail de nuit et du dimanche dans les « échoppes » routière pour commencer ?

    Imprimer

    Faites chauffer le référendum !

    Le 14 décembre, il y a fort à parier que la majorité de droite du Conseil National adoptera en votation finale la proposition du libéral genevois Christian Lüscher de « libéraliser » la réglementation des  heures d’ouverture et de l'assortiment des échoppes des  stations-service des autoroutes et des « grands axes routiers ». L’automne dernier, le Conseil des États avait déjà décidé d'y rendre possible le travail de nuit et du dimanche. Au Conseil national, une minorité de gauche a bien tenté de limiter ces autorisations aux seules autoroutes, mais elle a été battue. Un référendum a d'ores et déjà été annoncé contre la décision attendue de « libéralisation ». Il aboutira sans problème. Et le dernier mot sera donné au peuple.  Et on a bon espoir qu'une fois de plus, ce dernier mot soit un « non » sonore. Comme le 28 novembre de l'année dernière, à Genève (à Zurich et à Lucerne, des projets semblables ont été semblablement repoussés. ), lorsqu'à une majorité sans équivoque, les genevois-es avaient refusé la proposition du patronat et de la droite d'étendre les horaires d'ouverture des magasins. C'est-à-dire, surtout, des grands magasins.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Travail 0 commentaire